Gloire au spectacle vivant !

Festival d’Avignon / "Cour d’honneur" (Jérôme Bel), "Place du marché 76" (Jan Lauwers)

On écrit souvent (ici et par exemple) tout le bien que l’on pense du travail de Jérôme Bel, chorégraphe atypique de la scène française, adepte notamment d’une forme proche du spectacle-documentaire. Au fil des ans, l'instigateur du hit The Show must go on a ainsi construit diverses créations pensées autour de la figure d’un danseur – Véronique Doisneau du Ballet de l’Opéra de Paris, Cédric Andrieux de la compagnie Merce Cunningham... Un danseur qui donne son nom au spectacle et qui, sur scène, évoque sa vie tant personnelle que professionnelle, notamment en rejouant des extraits des pièces auxquelles il a participé – ce qui permet à Jérôme Bel d’affirmer crânement n’avoir jamais écrit un seul pas de danse.

Suivant toujours cette logique et désirant imaginer un spectacle sur « la mémoire d’un lieu, d’un théâtre », Jérôme Bel a conçu Cour d’honneur : oui, car quel plus beau théâtre que la Cour d’honneur du Palais des papes, place centrale et majestueuse de l’incontournable Festival d’Avignon ? Pour évoquer cette mémoire, après plusieurs pistes de réflexion (il voulait d’abord interroger tous ceux qui travaillent dans le lieu), Bel a fait appel aux spectateurs eux-mêmes, en les plaçant directement sur le plateau. C’est eux que l’on a découverts mercredi 17 juillet, devant cet imposant mur du palais. Eux qui ont évoqué leurs souvenirs de spectateurs de cette cour d’honneur, avec humour, émotion, recul, passion, incompréhension... Le jeune de 28 ans et son rapport compliqué au théâtre, la prof à la retraite et son amour pour Antigone, la trentenaire et sa réflexion sur la sociologie du public de théâtre...

Ce qui aurait pu s’apparenter à une compilation de témoignages devient rapidement une déclaration d'amour vibrante au spectacle vivant, Bel ayant ce don pour extraire le sucre des matériaux qu’on lui offre. Surtout, le chorégraphe a eu la judicieuse idée de convoquer physiquement certains souvenirs des spectateurs via les interprètes originaux qui refont alors la scène en question : Agnès Sourdillon redevient l’héroïne de L’École des femmes de Molière (mise en scène Didier Bezace) pendant 5 minutes, Isabelle Huppert (par Skype) revit le drame de Médée transposé par Jacques Lassalle... Voilà pour les plus attendus, d’autres moments étant encore plus surprenants – mention spéciale au spectacle Casimir et Caroline façon Johan Simons et Paul Koek et à la polémique qui en résulta l’année de sa création.

Pendant deux heures, avec humilité et distance, un fascinant ballet d’émotions se met en place, embarquant initiés comme néophytes – car on peut n’avoir vu peu voire aucun des spectacles évoqués et se prendre tout de même au jeu. Avec ce Cour d’honneur, Jérôme Bel livre alors l’un des plus beaux spectacles sur le théâtre (et la danse), sans prétention et avec une générosité extrême. Pour info, France 2 diffusera le vendredi 19 juillet en soirée une captation en direct du festival de cette création qui, forcément, ne tournera pas après le festival. En espérant que le filtre de la vidéo n’amoindrisse pas l’intensité de l’aventure.

Plus moche la vie

Deux mots pour finir sur un autre artiste que nous aimons tout particulièrement au Petit Bulletin : Jan Lauwers, metteur en scène qui avait livré en 2004 à Avignon l’intense Chambre d’Isabella, l’un des plus grands spectacles de ces dernières années (repris deux fois à la MC2 Grenoble). Il revenait à Avignon avec Place du marché 76, fresque jouée et chantée comme un prolongement à sa trilogie Sad Face / Happy Face (qui débutait donc par La Chambre d’Isabella). Une création noire dans son propos (la mort, la pédophilie...) que Lauwers a sans doute écrite sur un coin de table, avec le petit manuel des sitcoms pas loin (pour les rebondissements en pagaille). Car ce qui fonctionnait à merveille avec Isabella (le côté mélodramatique notamment, mais avec distance), et déjà un peu moins bien dans les deux autres volets (Le Bazar du homard et La Maison des cerfs), ne prend jamais ici, malgré un travail précis sur la musique.

Pour les aficionados et ceux désireux d’approcher tout de même l’univers fascinant de Lauwers : ce Place du marché 76 sera joué les 10 et 11 septembre à Genève (la date géographiquement la plus proche de la région).

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 4 juin 2012 1964 : Naissance. 1984 : Élève du Centre national de danse contemporaine d'Angers. Il devient danseur, activité qu’il poursuit jusqu’en 1991. 1992 : (...)
Vendredi 1 juin 2012 À la MC2, le mini festival Les Soirées plurielles met cette année en avant la forme solo, avec six créations. Dont "Cédric Andrieux" de Jérôme Bel, sorte de « documentaire-portrait » sur le danseur du même nom mis en scène par l’un des chorégraphes...
Mardi 14 juin 2011 Dans le geste même de déconstruire ou de démonter la machinerie spectaculaire, le malicieux chorégraphe Jérôme Bel parvient à créer des pièces étonnamment émouvantes. Il (...)
Vendredi 8 janvier 2010 DANSE, THÉÂTRE & MUSIQUE / Évènement : après Avignon (pendant le festival, donc ça ne compte pas vraiment !), Grenoble est la seule ville française à (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X