"Journal intime" de Nanni Moretti mercredi à la Nef

Journal Intime
De Nanni Moretti (1993, It-Fr, 1h40) avec Nanni Moretti, Antonio Petrocelli...

Ultime rendez-vous de la saison pour le cycle Un fauteuil pour 2 (qui mériterait ici de s’appeler "Une selle pour deux-roues"), avec la projection de Journal intime (1993), méditation itinérante de Nanni Moretti à travers les rues de Rome, choisie par Delphine Nadjar-Arthaud, la présidente du Vespa Club Dauphinois.

Mélange d’autodérision, de nostalgie et de considérations douces-amères sur l’état du monde (principalement, de l’Italie), c’est aussi une incitation à la vie méridionale.

Rendez-vous le mercredi 15 juin à 20h15 au cinéma La Nef.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 24 avril 2017 Les fameux Barbarins fourchus, du nom de ce collectif artistique bien connu à Grenoble, seront jeudi 27 avril à la Nef pour un cinéma de quartier atypique et bien d'actualité. Avec notamment sur l'écran, un film du bien barré Jean-Pierre...
Mardi 8 mars 2016 Zoom sur la vingt-neuvième édition de la manifestation qui s'intéresse autant aux légendes du cinéma qu'aux nouveaux venus. Vincent Raymond
Mardi 1 décembre 2015 Méditation mélancolique sur l’acceptation de l’inéluctable et réflexion sur la transmission, le nouveau Nanni Moretti est surtout un splendide portrait de femme au bord de la crise de nerfs, ainsi qu’au seuil d’une nouvelle vie. Vincent Raymond
Lundi 28 septembre 2015 Pensées par le journaliste de France Bleu Manuel Houssais et la boss du cinéma La Nef Monique Adira, les soirées "Un fauteuil pour deux" convient une personnalité iséroise à partager avec le public son amour pour un film. C’est le maire de Grenoble...
Mardi 1 septembre 2015 Cette rentrée 2015 ressemble à une conjonction astronomique exceptionnelle : naines, géantes, à période orbitale longue ou courte, toutes les planètes de la galaxie cinéma s’alignent en quelques semaines sur les écrans. Sortez vos télescopes !...
Mercredi 31 août 2011 Nanni Moretti invente une fiction où la fonction (papale) réveille le vague à l’âme d’un cardinal qui se rêvait comédien. Ce n’est pas une farce mais une belle comédie douce-amère avec un Michel Piccoli formidable d’évanescence. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X