"Joker" : rire jauni

Joker
De Todd Phillips (ÉU, 2h02) avec Joaquin Phoenix, Robert De Niro, Zazie Beetz...

La douloureuse naissance de l’antagoniste de Batman en mode "rite initiatique sadique" et son parcours "contre-résilient" par le réalisateur Todd Phillips. Bouc émissaire virant bourreau, Joaquin Phoenix est plus qu’inquiétant dans cette (trop) copie-carbone du cinéma des 70’s. Un interloquant Lion d’Or à la Mostra de Venise.  

Atteint d’un trouble mental lui provoquant d’irrépressibles fous rires, Arthur Fleck vit seul avec sa mère grabataire. Effectuant des prestations de clown pour survivre, il ambitionne de se lancer dans le stand-up. Mais rien ne se passe comme prévu, et une spirale infernale l’aspire…

à lire aussi : La rentrée ciné 2019, au(x) fil(ms) des semaines…

Un déclassé humilié par tous dans une grande métropole en crise devenant un héros populaire après avoir commis un acte délictuel ; un humoriste raté se vengeant de ses échecs sur son idole… Une quarantaine d’années environ après Taxi Driver (1976) et La Valse des Pantins (1982), Martin Scorsese vient donc de recevoir (par procuration) le Lion d’Or de la Mostra pour un film portant nombre de ses "stigmates" (ne manque guère qu’un petit fond de religiosité chez le personnage principal), mais aussi payant un lourd tribut à Sidney Lumet (Network, Un après-midi de Chien) comme à Brian DePalma, dont le Blow Out (1981) brille au fronton d’un cinéma de Gotham. Todd Phillips a en effet signé avec Joker un excellent film des années 1970 – l’ambition est d’ailleurs clairement affichée dès la première image, lorsqu'apparaît le “Big W”, logo stylisé de la Warner ayant prévalu dans le studio de 1972 à 1984.

L’œuvre efficace est celle d’un élève appliqué ou d’un moine copiste (au choix) parfaite de minutie dans la reconstitution des décors, des sons, de l’ambiance crasseuse et pauvre du New York/Gotham post-Vietnam et pré-Reagan bien dépeinte par Walter Hill ou Don Siegel. Cette œuvre recycle, enfile les clichés visuels (le ralenti a dû être obtenu au prix de gros)… et tombe aussi dans les travers du cinéma d’époque, à l’épiderme obstinément clair – heureusement qu’il y a les assistantes sociales et la voisine pour faire alibi. Problème : nous sommes en 2019.

Échos et boniments

Bien sûr, on peut trouver des analogies entre la situation sociale d’il y a 40 ans et celle d’aujourd’hui légitimant le désir d’échos du cinéaste. Seulement, le discours politique de son film n’atteint pas en subversion, ni en profondeur, celui du scénariste Paul Schrader, qui a bossé avec les réalisateurs précités – c’est sans doute révélateur de l’actuelle crise globale des idées.

Le jury de Venise s’est-il laissé embobiner par la dimension cosmétique du film, sa facture masquant son psittacisme ? Par la semi-audace consistant à "auteuriser" un film de super-héros en lui donnant une esthétique noire et réaliste, découlant en fait de Frank Miller, Tim Burton et Christopher Nolan ? Trouvait-il révolutionnaire, après avoir sacré un achat de Netflix l’an passé, de laurer un spin-off – non Marvel de surcroît ? Ou bien que Joaquin Phoenix ne méritait pas de Coupe Volpi alors qu’il EST le film, comme aurait pu l’être Christian Bale ? À moins qu’il n’ait succombé, entre deux quintes sardoniques du Joker, à l’un des plus beaux sourires contemporains, celui de l'actrice Zazie Beetz. On peut, en ce cas, invoquer des circonstances atténuantes.

Joker
de Todd Phillips (É.-U.-Can., 2h02) avec Joaquin Phoenix, Robert De Niro, Zazie Beetz…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 3 septembre 2019 Sortie triomphalement au printemps, "Parasite" de Bong Joon-ho, la Palme d’or du dernier Festival de Cannes, laisse un boulevard aux films de l’automne, qui se bousculent au portillon. À vous de les départager ; ex aequo autorisés.
Mardi 6 octobre 2015 De Nancy Meyers (ÉU, 2h01) avec Robert De Niro, Anne Hathaway, Rene Russo…
Mardi 18 mars 2014 En racontant l’histoire d’amour entre un homme solitaire et une intelligence artificielle incorporelle, Spike Jonze réussit une fable absolument contemporaine, à la fois bouleversante et effrayante, qui dresse un état des lieux de l’humanité...
Mardi 19 novembre 2013 Les premiers plans de The Immigrant mettent l’Amérique au cœur de son sujet : la statue de la liberté, Ellis Island, une file d’immigrants européens (...)
Lundi 21 octobre 2013 Après dix ans à se chercher des anti-héros dans les marges de la société, le cinéma américain entamait les années 80 en poussant un cran plus (trop ?) loin les (...)
Mardi 24 septembre 2013 Cela fait presque quarante ans que Taxi Driver est sorti sur les écrans. C’est à peine pensable tant le film semble habiter un espace-temps furieusement (...)
Vendredi 25 janvier 2013 Pat Solotano est bizarre. Il faut dire qu’il a sauvagement tabassé l’amant de sa femme quand il les a découverts nus sous la douche. On lui donne (...)
Mercredi 2 janvier 2013 Après "There will be blood", Paul Thomas Anderson pousse un cran plus loin son ambition de créer un cinéma total, ample et complexe, en dressant le portrait d’un maître et de son disciple dans une trouble interdépendance. Un film long en bouche mais...
Lundi 2 mai 2011 De John Curran (EU, 1h45) avec Robert De Niro, Edward Norton…
Mercredi 24 novembre 2010 De Robert Rodriguez et Ethan Maniquis (ÉU, 1h45) avec Danny Trejo, Robert De Niro…
Lundi 8 novembre 2010 De Todd Phillips (ÉU, 1h35) avec Robert Downey Jr, Zach Galifianakis…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X