Noémie de Lattre : « J'adorerais que mon spectacle soit obsolète »

Féministe pour Homme

Le Coléo

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Humour / "Féministe pour Homme", solo de la comédienne, autrice et humoriste Noémie de Lattre, est une réussite – à découvrir à Pontcharra et Sassenage. Où il est question de tout ce que les femmes ont encore à subir dans notre société patriarcale. Un discours fort, engagé et solidement argumenté qui se trouve renforcé par un ton humoristique faussement léger. N’est-ce pas Noémie de Lattre ?

Pourquoi avoir choisi de titrer votre spectacle Féministe pour Homme ?

à lire aussi : "Féministe pour Homme" : Noémie de Lattre, femme fatale (pour le patriarcat)

Noémie de Lattre : J’imagine que si vous me posez la question, c’est que vous le comprenez comme "féministe pour les hommes". Et comme beaucoup, vous faites l’erreur de ne pas voir que la langue française est sexiste ! Car figurez-vous que je suis aussi un Homme, avec une majuscule, eh oui ! Ce titre, qui est à prendre en fait dans le sens de "féministe pour humain", me permet de le rappeler à chaque fois.

À l’image de cette réponse, vous nous faites donc rire avec des thèmes a priori ardus comme la grammaire, le patriarcat, la charge mentale… Comment avez-vous procédé pour rendre ça drôle ?

Ça n’a pas été facile ! Les deux questions que je me suis posées pendant toute la fabrication du spectacle, c’est : qu’est-ce qui va me faire plaisir de jouer tous les soirs sur scène ? Et qu’est-ce qui me rendrait heureuse si j’étais dans le public ? De là, tout est parti…

Mais bien sûr, pour en arriver là, j’ai fait en amont un gros travail de réflexion sur le sujet, pendant lequel j’ai amassé pas mal de connaissances… Une période qui continue toujours d’ailleurs : comme le spectacle marche plutôt bien et que je suis très suivie sur les réseaux sociaux, plein de femmes me livrent spontanément leurs témoignages, leurs réflexions ou leurs observations. Le public m’offre la possibilité de constamment faire progresser mon spectacle.

Un spectacle qui prend le public par la main pour le guider vers le féminisme plus qu’il ne le juge…

Tout à fait, c’est voulu. Moi-même pendant longtemps, j’ai fait partie de ces gens qui pensaient que les féministes étaient forcément des filles poilues énervées contre tout. C’est ce qui me permet, sans doute, de ne pas avoir de colère contre les gens qui ne sont pas encore éclairés, comme je ne l’ai aussi pas été pendant longtemps !

Votre spectacle est en plein dans l’actualité et ses questionnements. Pourtant, vous l’avez créé avant le mouvement #MeToo…

Tout à fait. J’ai même fait ma première deux semaines avant l’affaire Weinstein. On ne peut pas me taxer d’opportunisme pour le coup !

Comment avez-vous été accueillie par les mouvements féministes ?

A priori, pas très bien. Il y a beaucoup de féministes qui, avant de voir mon spectacle, parce que j’ai les seins refaits et que je le dis haut et fort, parce que je ne suis pas une militante pure et dure, me voyaient d’un œil un petit peu hautain, condescendant, voire hostile. Mais heureusement, toutes celles qui sont venues voir le spectacle m’ont félicitée à la fin en me disant que je faisais un travail nécessaire de vulgarisation. Et qu’elles avaient bien ri !

Dès qu’une femme se revendique féministe, beaucoup – souvent des hommes – se déchaînent contre elle, notamment en ligne. Est-ce votre cas ?

Oui. Sur les réseaux sociaux, je me fais tous les jours insulter et menacer de mort ou de viol. C’est extravagant, d’autant plus que je ne dénonce personne. Je ne dis jamais : tel homme a fait ça, tel autre a fait ça… Je me contente de dire : voilà l’état des lieux. Et juste pour ça, je reçois tous ces messages haineux. C’est dingue.

Mais bon, je me protège en ne lisant plus les commentaires sur mes pages. En revanche, je lis tous mes messages privés et j’y réponds. Sauf que depuis quelques semaines, je reçois également des insultes et des menaces en message privé. Je vais donc peut-être devoir aussi arrêter de les lire et d’y répondre.

On imagine que ça ne doit pas être facile. Mais malgré ça, le spectacle connaît un succès exponentiel depuis sa création en 2017, ce qui doit être un peu réconfortant…

Tout à fait. Même si j’adorerais qu’il soit obsolète, que tout le monde soit convaincu de ce que je dis. Mais malheureusement, j’en ai encore pour au moins une cinquantaine d’années !

Féministe pour Homme
Au Coléo (Pontcharra) jeudi 13 février à 20h30
Au Théâtre en Rond (Sassenage) samedi 15 février à 20h30

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X