L'Autre Dumas

ECRANS | De Safy Nebou (Fr, 1h45) avec Gérard Depardieu, Benoît Poelvoorde, Dominique Blanc…

François Cau | Vendredi 5 février 2010

Après Molière et La Fontaine, Dumas a à son tour droit à un film qui, loin du biopic classique, fantasme en toute liberté un épisode réel de sa vie. Pas de thèse donc dans L'Autre Dumas, mais un angle : les rapports entre l'écrivain et son nègre Auguste Macquet, aussi raide, laborieux et royaliste que son maître est bon vivant, génial et républicain. Le film joue sur ces trois tableaux (les mœurs, la création, la politique) à travers un gentil vaudeville prétexte et une mise en scène qui fuit l'académisme (caméra portée et plans serrés) sans toujours y parvenir. L'intérêt de L'Autre Dumas n'est pas là, de toute façon — ni dans la prestation de Poelvoorde, très bon mais… Non, le film, c'est Depardieu. L'acteur d'abord, qui rappelle ici qui est le patron, en donnant un relief colossal à toutes ses répliques, imposant une présence phénoménale, toujours dans l'action, jamais dans la démonstration. Mais aussi l'homme, car ce Dumas-là a beaucoup à voir avec Depardieu lui-même : ses problèmes avec les femmes, sa tendresse maladroite avec sa fille, son goût pour la bouffe, pour le vin, pour l'excès. L'Autre Dumas aurait pu s'appeler Le Vrai Depardieu, tant c'est lui qui bouffe littéralement et magistralement l'écran.
CC

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter