Greenberg

ECRANS | Cinquième film de Noah Baumbach — mais deuxième à sortir en France, cette chronique d’une rencontre entre deux solitaires retrouve le ton adulte et doux-amer du grand cinéma d’auteur américain des années 70. Christophe Chabert

François Cau | Vendredi 23 avril 2010

Où l'on fait la connaissance de Florence Marr : ni belle, ni moche, plus vraiment jeune mais pas complètement entrée dans l'âge adulte, rêvant de devenir chanteuse mais se contentant pour l'instant de s'occuper de la maison des Greenberg, une famille de bourges de Los Angeles partis en vacances au Vietnam en laissant la baraque au frangin dépressif, Philip. Où l'on fait la connaissance avec Philip : lui aussi voulait faire de la musique, mais il a sabordé son groupe, quitté Los Angeles pour New York et, à 40 ans passés, il vivote comme menuisier en ruminant sa rupture avec la femme de sa vie. D'où séjour à l'hôpital psychiatrique, aigreur envers le monde et phobies en tout genre. Noah Baumbach suit d'abord en alternance ces deux personnages paumés et inadaptés, l'une surjouant la joie de vivre sans arriver à dissimuler sa tristesse, l'autre se complaisant dans la contemplation du temps perdu et la morosité d'une existence qu'il estime avoir bousillée. Puis il les fait se rencontrer, se rater, s'aimer et se haïr, trop loin ou trop proches pour vraiment se comprendre.

Sublimes ratés

Cette manière de s'intéresser aux marginaux d'une société en trop bonne santé — le film dresse un portrait ironique mais jamais cruel de la bourgeoisie libérale américaine, est déjà une déclaration d'intention. La mise en scène de Noah Baumbach prend le temps de laisser les scènes s'installer et les personnages s'empêtrer dans leur discours et leurs contradictions. Son naturalisme en fait très composé évoque ainsi certains grands films tournés par Arthur Penn ou Hal Hashby dans les années 70 — la superbe photo vintage d'Harris Savides, qui avait déjà expérimenté la chose dans Zodiac, n'y est pas pour rien. Greenberg se joue des stéréotypes et creuse son sillon vers une grande vérité humaine : le film trouve toujours la note juste, ce moment où le spectateur ressent intimement l'embarras des personnages, leurs faiblesses et leurs maladresses. Cette justesse s'exprime surtout dans certains détails : Florence, avant de se déshabiller, s'excuse auprès de Philip de la laideur de son soutien-gorge ; Philip tente de faire écouter Duran Duran à des gamins qui ne jurent que par le rock teenage… Baumbach, en pleine confiance avec ses acteurs — Ben Stiller, surprenant, et surtout Greta Gerwig, la grande révélation du film — confirme après Les Berkman se séparent qu'il n'est pas que le co-scénariste de Wes Anderson, mais aussi un auteur passionnant et singulier, possible cousin cinéaste de Philip Roth. Et si un éditeur DVD sortait ses trois autres films, inédits chez nous ?

Greenberg
De Noah Baumbach (ÉU, 1h45) avec Ben Stiller, Greta Gerwig…

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Lettre de Cannes #3

Festival de Cannes 2017 | Ou comment la courtoisie est une valeur qui se perd, un grand cinéaste se suicide à Cannes, et Netflix invente le vidéo-film.

Christophe Chabert | Mardi 23 mai 2017

Lettre de Cannes #3

Cher PB, Au son d’un hélicoptère tournoyant dans le ciel, loin au-dessus de la croisette, je t’écris à nouveau pour te parler de cinéma. Mais avant, j’aimerais te raconter un petit jeu que je pratique avec quelques amis depuis que je me rends au festival. Ce jeu, qui est plutôt une forme de compétition honorifique, s’appelle le Prix de la courtoisie. Rien à voir avec la radio d’extrême droite éponyme — cela me rappelle qu’autrefois, quand moi-même je faisais de la radio, un des animateurs ne cessait de présenter les titres musicaux en parlant d’albums « éponymes », sans trop savoir ce qu’il racontait puisqu’il allait jusqu’à dire de certains qu’ils étaient « parfaitement éponymes », laissant penser que d’autres étaient « un peu éponymes » et d’autres encore « moyennement éponymes »… Le Prix de la courtoisie consiste à saluer chaleureusement TOUS les agents d’accueil que l’on croise avant d’accéder aux projections, de les remercier chaque fois qu’ils font quelque chose pour nous (biper nos badges, nous indiquer nos places…) et, plus globalement, de leur sourire et de ne pas les traiter comme des paillassons. La base, quoi… Sauf au festival de Cannes

Continuer à lire

While we’re young

ECRANS | Après "Frances Ha", Noah Baumbach continue d’explorer le New York branché et sa bohème artistique, transformant la pièce d'Ibsen "Solness le constructeur" en fable grinçante et néanmoins morale où des bobos quadras se prennent de passion pour un couple de jeunes hipsters. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 21 juillet 2015

While we’re young

Quarante ans, toujours pas parents ; Josh et Cornelia (couple inattendu mais crédible formé par Ben Stiller et Naomi Watts) sont en pleine crise. Tandis que leurs amis bobos new-yorkais s’assurent une descendance, eux semblent frappés de stérilité. Celle-ci n’est pas seulement sexuelle, elle est aussi créative, en particulier pour Josh, en galère pour terminer un documentaire fleuve qui, manifestement, n’intéresse que lui. Jusqu’au jour où ils rencontrent Jamie et Darby – Adam Driver et Amanda Seyfried, prototypes de hipsters ayant fait de la bohème une règle de vie. À leur contact, Josh et Cornelia trouvent une seconde jeunesse, revigorés par ce couple qui semble vivre dans un présent perpétuel. Noah Baumbach se livre alors à une comédie de mœurs contemporaine, même s’il s’inspire très librement d’une pièce vieille d’un siècle – Solness le constructeur d’Ibsen. Le ton y est mordant et le monde actuel en prend pour son grade : tandis que Josh se débat avec son portable, ses CD et son appartement design, Jamie ne jure que par les vinyles, les VHS et le mobilier vintage. La jeunesse s’empare des objets ringards de ses aînés et les rends hype et désirables, y com

Continuer à lire

Frances Ha

ECRANS | En noir et blanc et au plus près de sa formidable actrice et co-auteure Greta Gerwig, Noah Baumbach filme l’errance d’adresses en adresses d’une femme ni tout à fait enfant, ni tout à fait adulte, dans un hommage au cinéma français qui est aussi une résurrection du grand cinéma indépendant américain. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 26 juin 2013

Frances Ha

Elle s’appelle Frances et c’est déjà tout un programme pour le nouveau film de Noah Baumbach, son meilleur depuis Les Berkman se séparent. Frances est une New-yorkaise pur jus, mais c’est comme si cette belle création cinématographique, fruit d’un travail en symbiose entre le cinéaste et son actrice Greta Gerwig, était aussi l’héritière d’un certain cinéma français. Dans une des nombreuses chambres où elle va échouer et qu’elle se refuse obstinément à ranger, Frances épingle un poster anglais de L’Argent de poche de François Truffaut ; avec un de ses colocataires, elle regarde un soir à la télé Un conte de Noël de Desplechin ; sur un coup de tête, la voilà partie pour Paris, où elle traîne entre le Café de Flore et la Sorbonne, tentant vainement d’avancer dans sa lecture de Proust ; enfin, séquence mémorable, on la voit danser en toute liberté dans la rue tandis que la caméra l’accompagne en travelling latéral, avec Modern Love de David Bowie déchaîné sur la bande-son.

Continuer à lire