Kaboom

ECRANS | Comédie sexuelle adolescente mêlant fantastique, apocalypse et parabole œdipienne, "Kaboom", le nouveau Gregg Araki, est un réjouissant essai de post-cinéma empruntant aux séries télé, aux comic books et à la contre-culture. Christophe Chabert

François Cau | Mercredi 29 septembre 2010

Kaboom n'est pas le meilleur film de l'année, ni même le meilleur de son auteur (la place est bien tenue par Mysterious skin ou, dans un registre plus punk, par The Doom generation) ; mais c'est sans doute la proposition cinématographique la plus contemporaine et vivifiante de 2010. Comme si Araki, un peu malgré lui, avait réussi à synthétiser dans cet objet fier d'être mineur (ce qui ne le rend pas dispensable pour autant) les questions qui se posent et s'imposent aux cinéastes d'aujourd'hui : comment raconter une histoire en quatre-vingt-dix minutes là où les séries disposent de plusieurs heures pour ménager mille rebondissements dans le stock de personnages et d'intrigues qui constitue leur carburant narratif ? De quelle façon gérer le triomphe du numérique sans tomber dans l'hystérie de la nouveauté technique ou, à l'inverse, se recroqueviller sur le classicisme du siècle dernier ? Enfin, comment parler de ce qui est là, tout près, en lui donnant des allures mythologiques ?

Cinéma : RIP

Ce n'est pas un hasard si Araki annonce par la voix-off de son personnage, le beau et paumé Smith, la mort du cinéma. Il le fait sur des images d'Un chien andalou, notamment celle de l'œil tranché au rasoir, comme si le regard et les habitudes du spectateur devaient être mutilés d'entrée pour apprécier ce qui va suivre. Tourné dans une HD très voyante, monté avec des trucs chopés sur Final Cut dignes d'un apprenti vidéaste, parsemé d'effets spéciaux à la ringardise assumée, inondé de pop music comme un IPod mal éteint, Kaboom piétine allègrement le bon goût cinématographique, quand il ne se moque pas du bon goût tout court — le film, à l'origine, était une idée de John Waters, nous dit-on… Car, dans ses premiers épisodes — le scénario est écrit comme une série télé, avec cliffhangers et fondus au noir toutes les vingt minutes — on se contente de suivre les émois sexuels d'une poignée de teenagers sur un campus irréaliste, d'un dortoir trop propre à une cafétéria aux murs noirs comme une salle de concert gothique. Si ces adolescents sont plutôt mal dans leur tête, ils sont franchement bien dans leur corps, aussi immatures dans leur comportement que calés sur les différentes manières de faire jouir leur partenaire. Cette sexualité débridée est rattrapée par des événements qui la troublent à peine : des types bizarres avec des masques d'animaux assassinent une fille sans vraiment provoquer de psychose, une jeune lesbienne sexy peut s'avérer une sorcière et un messie fumeur de marijuana découvre un message sibyllin adressé à Smith («tu es l'élu»), qui retourne de ce pas se taper un réparateur de jacuzzi sur une plage naturiste. Araki fait comme si ses personnages connaissaient les codes de ce type de récit par cœur, ce qui lui permet d'aller très loin dans l'outrance joyeuse et le n'importe quoi. L'important, c'est de ne pas être mélancolique.

(Gang) Bang !

Car Kaboom n'a rien de crépusculaire, même s'il se résout dans son dernier épisode par une brutale accélération de l'intrigue conduisant à rien moins que la fin du monde. C'est là où le film est tout bonnement fascinant : on peut lire cette conclusion littéralement, comme une façon de ne pas savoir conclure sinon en envoyant tout dans le décor. Mais on peut aussi y lire l'adieu enjoué à un âge, l'adolescence, avec son lot de névroses œdipiennes, sa découverte hallucinée de tous les excès et sa nonchalance glandeuse. Le film s'ouvre d'ailleurs sur un rêve où le personnage, métaphoriquement, franchit la porte de ses 19 ans… Et si, plutôt que de célébrer la fin du cinéma, Araki célébrait sa sortie de l'adolescence dans un grand (gang) bang ? Et après ? Après, il y a déjà Kaboom, merveilleux projet de post-cinéma.

Kaboom
De Gregg Araki (Fr-ÉU, 1h25) avec Thomas Dekker, Juno Temple, Roxane Mesquida…

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Mysterious Skin" : Gregg Araki à la recherche de la mémoire perdue

ECRANS | Mardi 6 mars, le Ciné-Club de Grenoble projette le plus grand film du réalisateur de "Kaboom" et "The Doom Generation". Et un grand film tout court.

Aurélien Martinez | Mardi 27 février 2018

C’est l’un des plus grands films de ce début de siècle (rien que ça, oui), et Vues d’en face, festival grenoblois dédié au cinéma LGBT, a décidé de le programmer, avec l’aide du Ciné-Club, en amont de ses cinq jours événements prévus du vendredi 9 au mardi 13 mars au Club – on en parlera la semaine prochaine. Sorti en 2005 en France, Mysterious Skin rompt ainsi ouvertement avec les précédents longs-métrages pop et trashs de son réalisateur étatsunien Gregg Araki et s’aventure sur un sujet on ne peut plus casse-gueule : la pédophilie. En partant de l’histoire, piochée dans un roman de Scott Heim, d’un adolescent du Kansas persuadé d’avoir été, plus jeune, enlevé par des extraterrestres, Gregg Araki tisse un récit qui se déploie progressivement en prenant des directions inattendues pour chacun des deux personnages principaux – ils réagissent différemment face à ce passé si lourd à supporter. Et un récit qui, surtout, s’écarte des chemins compatissants et de la morale rassurante pour voguer vers un lyrisme voluptueux (grâce notamment à la bande-son) presque dérangeant vu le propos. Mais la maîtrise parfaite de l’

Continuer à lire

White bird

ECRANS | Gregg Araki continue son exploration des tourments adolescents avec ce conte vaporeux et mélancolique, entre bluette teen et mélodrame à la Douglas Sirk, où la nouvelle star Shailene Woodley confirme qu’elle est plus qu’un phénomène éphémère… Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 14 octobre 2014

White bird

Après avoir atteint une forme d’accomplissement créatif avec le sublime Mysterious skin, Gregg Araki souffle depuis le chaud et le froid sur son œuvre. La pochade défoncée Smiley face, la joyeuse apocalypse de Kaboom et aujourd’hui la douceur ouatée de White bird résument pourtant autant d’états d’une adolescence tiraillée entre ses désirs et la réalité, entre le spleen et l’insouciance, entre la jeunesse qui s’éloigne et la vie d’adulte qui approche à grands pas. C’est exactement ce que traverse Kat, l’héroïne de White bird : sa mère disparaît mystérieusement et la voilà seule avec un père bloqué entre douleur sourde et apathie inquiétante. Que faire ? Chercher la vérité ? Se laisser aller avec le beau voisin d’en face ? Traîner à la cave avec ses potes ? Préparer son départ pour l’université ? Ou rester dans la maison familiale hantée par ce fantôme encombrant ? Si Araki adapte ici un roman de Laura Kasischke, c’est surtout pour

Continuer à lire