Omar m'a tuer

ECRANS | De Roschdy Zem (Fr, 1h25) avec Sami Bouajila, Denis Podalydès…

François Cau | Mardi 14 juin 2011

Projet porté par Rachid Bouchareb qui en a finalement confié la réalisation à Roschdy Zem, Omar m'a tuer conserve toutefois la marque du cinéaste de Hors la loi. Ennemi de la dialectique et partisan d'un cinéma à thèse dont le but est d'avoir un écho sur les bancs de l'assemblée, Bouchareb traite l'affaire Omar Raddad selon deux points de vue qui enfoncent le même clou : l'enquête menée par Jean-Marie Rouard (dont le nom a mystérieusement été changé dans le film) pour disculper Omar, et la reconstitution des mois qui suivirent l'arrestation du jardinier accusé d'homicide. Dans les deux cas, aucune ambiguïté : Raddad est un coupable fabriqué par la justice et la police (on ne voit rien à l'écran de cette mécanique-là, et on le regrette), un brave type pris dans une machination dont le film se garde bien de révéler les commanditaires. Au-delà de ce parti-pris discutable, Omar m'a tuer frappe par son manque de souffle, ses fausses bonnes idées (la narration alternée est laborieuse) et la prestation gênante de Sami Bouajila, acteur lettré qui fait ici de visibles efforts pour baragouiner un français approximatif. La faiblesse de la mise en scène fait que l'utilité supposée du film se dilue dans un constat accablant : cinématographiquement, Omar m'a tuer ne sert à rien. Christophe Chabert

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter