Margin call

ECRANS | De J.C. Chandor (ÉU, 1h47) avec Kevin Spacey, Paul Bettany, Jeremy Irons…

Christophe Chabert | Lundi 30 avril 2012

Un casting en or pour raconter la faillite de Lehman Brothers : ça tombe sous le sens, mais ça n'en produit pas forcément. Il y a comme une artificialité pas forcément assumée dans les choix faits par J.C. Chandor qui tirent soit vers la théâtralité, soit vers le téléfilm de prestige façon HBO. Par exemple, les trajectoires individuelles des personnages, qui se confondent comme par enchantement avec le timing de la déroute (24 heures), ne sont là que pour tempérer par la fiction le réalisme presque pédagogique du propos. Ainsi, les salauds qui font marcher le système (créer des actifs pourris puis les brader cyniquement en laissant sur le carreau des centaines d'emplois et de vies humaines), ne le sont plus tant que ça puisqu'ils ont des problèmes personnels, le sens de l'amitié ou l'inconscience de la jeunesse à qui l'on a vendu du rêve en boîte.

La seule raison, paradoxale, qui rend Margin call regardable, c'est le travail des acteurs : non pas qu'ils soient au meilleur de leur forme, mais ils exposent sans filtre leurs techniques pour faire vivre un texte assez pauvre. Et quand il s'agit de Kevin Spacey ou Jeremy Irons, évidemment, c'est assez impressionnant.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Baby Driver" : ils en font des caisses (et tant mieux)

ECRANS | de Edgar Wright (G.-B., 1h53) avec Ansel Elgort, Lily James, Kevin Spacey, Jamie Foxx…

Vincent Raymond | Mardi 4 juillet 2017

Petit génie du volant, le mutique et mélomane Baby est le pilote préféré de Doc, un criminel envers qui il a une dette et qui le force à conduire sur des braquages. Quand Baby veut se ranger des voitures, Doc ne l’entend pas de cette oreille. Ça va swinguer... Au commencement, il y eut The Driver (1978) de Walter Hill, polar taciturne et nocturne à cylindrées hurlantes, hystérisé par Bruce Dern pétant des durites. Puis vint Drive (2011), relecture purple-electroclash de Nicolas Winding Refn, accélération sensible et refroidie par l’épure. Très logiquement surgit à présent la version bubble-gum, soigneusement clipée par un Edgar Wright vibrant davantage pour le rythme musical de son film que par les ronflements de moteurs – tant mieux, on n’est pas dans Fast and Furious non plus. Au-delà du gimmick cool ou de l’artifice scénaristique, la musique entretient un authentique dialogue entre les personnages et l’histoire ; elle sculpte également le découpage autant qu’elle règle, pour la virtuosité du geste

Continuer à lire

"Elvis & Nixon" : la rencontre improbable

ECRANS | de Liza Johnson (É.-U., 1h26) avec Michael Shannon, Kevin Spacey, Alex Pettyfer…

Vincent Raymond | Lundi 18 juillet 2016

À l’écran, les canailles authentiques et les immenses stars font d’épatants personnages : ils le sont déjà dans l’inconscient collectif. Leur aura habitant presque totalement le rôle, il ne reste souvent au comédien qu’un reliquat de job à accomplir. Certains feignants s’en accommodent, misant tout sur le seul mimétisme, à coups de grimaces et de maquillage. D’autres investissent l’intériorité de leur modèle, la personnalité davantage que le personnage. C’est le cas dans ce tête-à-tête insolite, mariage d’une carpe et d’un lapin à peine apocryphe, puisque le rockeur halluciné Elvis Presley a bien rencontré le président revêche Nixon pour lui proposer ses services comme "agent détaché du FBI", histoire de prémunir la jeunesse des ravages de la drogue – et d’avoir, surtout, un zouli insigne argenté. À peine grimés, Michael Shannon et Kevin Spacey évoquent les contours des deux figures historiques. Mais ce qu’ils dégagent se révèle infiniment plus précieux qu’une banale ressemblance. Cette réflexion sur les illusions des apparences, la vanité de la célébrité, du pouvoir ou de l’argent apparaît en filigrane tout au long du film, culminant lorsque le Chef du Monde libre se

Continuer à lire

All is lost

ECRANS | Le réalisateur de "Margin call" surprend avec cet étonnant huis clos à ciel ouvert où un homme seul, sans nom et sans passé, lutte pour sa survie face à un océan hostile. Un film d’aventures minimaliste qui est aussi un documentaire sur son acteur Robert Redford. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 3 décembre 2013

All is lost

« Je suis désolé. » Ce sont les premiers mots que l’on entend dans All is lost, et ce seront quasiment les seuls. Ils proviennent d’une lettre rédigée, après huit jours de survie, et au moment où il pense que « tout est perdu », par un homme dont on ne saura rien : ni son nom, ni son passé, ni le pourquoi de sa présence sur un voilier de plaisance baptisé le Virginia Jean qui a eu le malheur de heurter un container de baskets coréennes à la dérive. Cet homme, « notre homm e» comme il est écrit au générique de fin, c’est Robert Redford. L’acteur, que l’on ne voyait plus trop sur les écrans sinon dans ses propres films mais dont on connaissait l’activisme (controversé) au sein du festival de Sundance, est donc seul à l’écran pendant une heure quarante. Et il y est impressionnant, magistral, fascinant. J. C. Chandor remet Redford non seulement au cœur d’un film, mais aussi au cœur de la légende du cinéma américain, aux côtés de Newman, Pacino, De Niro ; et All is lost, en plus d’être un passionnant film d’aventures minimaliste à côté duquel

Continuer à lire