Snowpiercer

ECRANS | Après "The Host" et "Mother", Bong Joon-ho frappe à nouveau très fort avec cette adaptation cosmopolite d’une bande dessinée française des années 80, récit de SF se déroulant dans un train tournant sans fin autour d’un monde rendu à l’ère glaciaire. Épique et politique, une fable très sombre d’une grande intelligence dans son propos comme dans sa mise en scène. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 24 octobre 2013

Même après sa fin, le monde continue de tourner. Enfin, pas exactement, car ce sont plutôt les humains qui le peuplent, derniers survivants d'une hasardeuse expérience scientifique ayant plongé la planète dans une nouvelle ère glaciaire, qui en sont réduits à faire des révolutions à bord d'un train-arche en mouvement perpétuel. La révolution, à l'autre sens du terme, couve dans les wagons de queue, où sont stockés dans des conditions de salubrité dégradantes les miséreux, à qui l'on enlève leurs enfants pour les emmener dans les wagons de tête, ceux des nantis.

Bong Joon-ho, génial cinéaste sud-coréen de The Host et de Mother, a trouvé dans Le Transperceneige, BD française culte parue dans les années 80, cette cruelle métaphore d'une lutte des classes qui survit à l'apocalypse, repensant l'habituelle distribution verticale des rôles (les riches en haut, les pauvres en bas) dans une habile horizontalité. C'est à peu près tout ce qu'il a gardé du récit original, se laissant toute liberté créative pour raconter une histoire qui lui est propre et inventer une mise en scène où le spectateur irait de surprises en surprises, lui empêchant d'avoir un train (ou plutôt un wagon) d'avance sur son anti-héros.

Les damnés du rail

Car parmi les gueules noircies par la crasse qui hantent ces damnés de la terre, Bong en choisit un, Curtis, pour être le Spartacus de cette futuriste révolte des esclaves. Or, Curtis est tout sauf un leader-né : à l'image d'un film qui refuse toute concession aux règles de l'entertainment hollywoodien, plus proche d'un certain cinéma d'anticipation des années 70, le spectacle en plus, ce protagoniste passe beaucoup de temps à refuser son statut, rongé par la culpabilité et le doute, pragmatique mais impuissant à porter une utopie. Chris Evans se coule parfaitement dans ce contre-emploi, tout comme il ne fait jamais figure de vedette américaine au milieu d'un casting international réunissant Tilda Swinton et Ed Harris, John Hurt et Song Kang-ho, acteur fétiche du cinéaste.

Dans le premier acte du film, Bong Joon-ho prend un autre risque qui s'avèrera payant : enfermer le spectateur dans un univers sombre, sans lignes de fuite, limitant ainsi ses valeurs de plan et sa mise en scène. Comme les personnages, on ne voit rien de ce qui se passe hors du train, et on ne sait pas plus à quoi ressemblent les autres wagons. C'est en définitive ce qui rendra ensuite le dispositif si excitant : au fil de la progression des insurgés, des univers se dessinent, des figures nouvelles apparaissent ; la découverte de l'imaginaire Snowpiercer se fait ainsi au rythme de l'action, libérant des possibilités assez folles pour la mise en scène, de plus en plus ample visuellement, jusqu'à un final vraiment sidérant de beauté plastique.

Un train peut en cacher un autre

Entre les deux, Bong Joon-ho ne se prive pas de rappeler d'où il vient : de cette fabuleuse nouvelle vague de cinéastes sud-coréens passionnés par les genres cinématographiques, mais qu'ils renouvellent par d'audacieuses ruptures de ton. Malgré le désespoir de son constat politique, malgré la violence de certaines séquences, Bong n'oublie jamais de placer de l'humour et du quotidien dans son récit. Cela tient en particulier au formidable personnage de Mason, gardienne de l'ordre social qui régit le fonctionnement du train ; génialement odieuse, d'une lâcheté à toute épreuve, c'est aussi une épatante composition physique de la part d'une Tilda Swinton déchaînée, avec ses grosses lunettes et ses ratiches jaunies et de travers. Dans un registre diamétralement inversé, mais pas moins efficace, le junkie laconique à qui aucune serrure ne résiste, Namgoong Minsoo, permet à Song Kang-ho d'exprimer une fois encore l'étendue de son expressivité burlesque.

Ce sens du contre-pied, magistral notamment dans l'épique baston entre les esclaves et des brutes cagoulées chargées d'arrêter leur progression, que le cinéaste interrompt le temps d'un inattendu moment d'embrassade pour la nouvelle année, permet aussi au film de dessiner une très judicieuse dialectique dans son propos politique. À la différence d'Elysium, film auquel on le comparera fatalement, Snowpiercer ne s'en tient pas à une opposition binaire et punk entre les puissants et les laisses pour compte, mais pose une symbiose nécessaire entre les extrêmes, un destin commun où les uns ne peuvent pas exister sans les autres quitte à provoquer leur destruction commune. Pessimiste en diable, Bong Joon-ho prouve ainsi qu'on peut faire du grand spectacle intelligent et lucide, sans compromis mais avec un réel point de vue d'auteur. Ce train-là, comme le monde d'aujourd'hui, avec ses inégalités et ses injustices, n'a pas fini de tourner dans notre esprit.

Snowpiercer
De Bong Joon-ho (Corée du Sud, 2h03) avec Chris Evans, Tilda Swinton, Song Kang-ho…


Snowpiercer, le transperceneige

De Bong Joon Ho (Corée du Sud, 2h05) avec Chris Evans, Song Kang-Ho...

De Bong Joon Ho (Corée du Sud, 2h05) avec Chris Evans, Song Kang-Ho...

voir la fiche du film


2031. Une nouvelle ère glaciaire. Les derniers survivants ont pris place à bord du Snowpiercer, un train gigantesque condamné à tourner autour de la Terre sans jamais s’arrêter.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Snowpiercer - Le Transperceneige

ECRANS | Inspiré d'une BD du régional Jean-Marc Rochette, le désormais classique de Bong Joon-ho est à voir (ou revoir) au Club lundi 16 décembre.

Vincent Raymond | Mardi 10 décembre 2019

Snowpiercer - Le Transperceneige

Le décidément bien inspiré cycle Rec IFs organisé par les Cafés de la Collapsologie de Grenoble joue à domicile en programmant, lundi 16 décembre, à 20h15, au Club, l’adaptation de la BD du régional Jean-Marc Rochette, signée par Bong Joon-ho. Thriller ferroviaire, conte social d’anticipation et superproduction internationale, le voyage est aussi glaçant que spectaculaire. N’imaginez pas un instant frauder pour monter à bord de ce bolide.

Continuer à lire

"Avengers : Endgame" : la fin justifie les grands moyens

ECRANS | Les Avengers s’unissent pour défaire l’œuvre destructrice de Thanos. Après un "Infinity War" en mode “demande à la poussière“, ce "Endgame" boucle (quasiment) par un grand spectacle philosophique la 3e phase de l’univers cinématographique Marvel.

Vincent Raymond | Mercredi 24 avril 2019

Après que Thanos a, grâce au gantelet orné des six Pierres d’Infinité, exterminé la moitié des êtres de l’univers, les Avengers survivants tentent de se rassembler. Il faudra attendre cinq ans que Ant-Man sorte accidentellement de l’infiniment petit quantique pour que Tony Stark accepte de joindre ses forces à leur plan fou : remonter dans le temps afin d’empêcher Thanos de s’emparer des Pierres… Où l’ensemble des fils et arcs narratifs laissés en suspens depuis 21 films et 3 phases par les différentes franchises Marvel sont appelés à se boucler. Mais de même qu’« il faut savoir finir une grève » comme disait Thorez, mettre un terme à un cycle ne s’improvise pas. Avengers : Infinity War (2018) avait laissé entrevoir une bienheureuse inflexion dans la série : à la surenchère de combats de colosses numériques entrelardés de punchlines boutonneuses (Captain America Civil War) avait succédé une dimension plus sombre, volontiers introspective grâce à l’intégration de Thanos. Un antagoniste moins manichéen qu’il y semblait, semant une mort arbitraire à des fins sélectives quasi-d

Continuer à lire

Captain America : le soldat de l’hiver

ECRANS | Moins foireux que les derniers "Iron Man" et "Thor", ce nouveau "Captain America" séduirait presque par sa tentative de croiser son héros avec un film d’espionnage sombre et politique. Mais, comme d’hab’, ce sont les effets spéciaux et les incohérences qui l’emportent. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Dimanche 30 mars 2014

Captain America : le soldat de l’hiver

Que ferait un héros 100% patriotique comme Captain America face au scandale des écoutes de la NSA ? Prendrait-il parti pour Obama et le gouvernement américain, ou jouerait-il les contre-pouvoirs au nom d’une démocratie bafouée ? Dans le fond, ce Soldat de l’hiver ne raconte pas autre chose. Désormais bien intégré au XXIe siècle, Captain America doit faire face à un complot d’ampleur nationale dont les ficelles sont tirées par un gouverneur corrompu et dont le but est de détruire le S.H.IE.L.D. et d’éliminer son directeur, Nick Fury. Le tout repose sur l’accomplissement tardif du projet nazi Red Skull, qui formait le centre du premier volet, et qui devient ici une arme pour effectuer une drastique sélection pas naturelle du tout entre les êtres humains. Évidemment, le scénario est proche du grand n’importe quoi, comme l’était déjà celui de Thor 2, ce qui n’est pas loin d’être un énorme problème quand on sait que tous ces films post-

Continuer à lire

Only lovers left alive

ECRANS | Retour en grande forme de Jim Jarmusch avec ce film à la force tranquille qui imagine des vampires dandy, rock’n’roll, amoureux et dépressifs, gardiens d’une culture mise en péril par la révolution numérique. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 18 février 2014

Only lovers left alive

Adam et Eve ne sont ni le premier homme, ni la première femme de la création, mais les derniers amants-vampires sur terre : c’est le premier scoop du nouveau film de Jim Jarmusch, joliment ironique. Eve s’est retirée à Tanger, où elle fréquente rien moins que Christopher Marlowe – qui, en plus d’avoir écrit les pièces de Shakespeare, est lui aussi une créature de la nuit, éternelle quoique mal en point. Adam vit à Détroit au milieu de sa collection de guitares et de son studio analogique, reclus et phobique face aux « zombies » qui l’entourent – on ne saura pas si le terme qualifie péjorativement le commun des mortels ou si effectivement l’humanité est désormais divisée en deux catégories de morts-vivants. Les liens qui les unissent relèvent autant d’un héritage romantique que d’une réalité qui passe par les moyens de communication contemporains : Eve et son iPhone en Facetime (application de visioconférence), Adam avec un bricolage mêlant câbles, télé et caméra. C’est en fait surtout la mise en scène de Jarmusch qui les réunit, comme lors de ses travellings en spirale enchaînés et fondus avec le mouvement d’un antique 33 tours. Son scéna

Continuer à lire

Gravité sur la rentrée ciné

ECRANS | Après un été en demi-teinte, les quatre prochains mois devraient confirmer le cru exceptionnel de cette année 2013. Avec les locomotives cannoises et une pléiade d’auteurs dont on trépigne de découvrir les nouveaux opus, la rentrée est en effet salement musclée. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 27 août 2013

Gravité sur la rentrée ciné

Après le marteau-piqueur estival qui faisait résonner semaine après semaine le même air connu fait de blockbusters, d’animation pour gamins décérébrés, de films d’auteur qu’on ne savait pas où mettre ailleurs et de comédies françaises dont tout le monde se fout, le cinéma reprend ses droits comme à chaque rentrée, avec des œuvres plus audacieuses et moins routinières. C’est évidemment le cas des deux gagnants du dernier Cannes, en l’occurrence La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche (9 octobre) et Inside Llewin Davis des frères Coen (6 novembre). Rien de commun toutefois entre le roman naturaliste sur les amours adolescentes déployé magistralement, trois heures durant, par Kechiche, et le vagabondage d’un folkeux dépressif et poissard dans l’Amérique des années 60 raconté en mode faussement mineur et vraiment métaphysique par les Coen. Rien, sinon une envie de pousser les murs du cinéma, en faisant imploser les limites de la durée d’un côté, et celles des structures scénaristiques de l’autre. En cela, ce sont les deux grands films insoumis de cette rentrée. On espère pouvoir y adjoindre en cours de route le nouveau Bong Jo

Continuer à lire

"Moonrise Kingdom" : l'amour à hauteur d'enfant

ECRANS | Poussant son art si singulier de la mise en scène jusqu'à des sommets de raffinement stylistique, Wes Anderson ose aussi envoyer encore plus loin son ambition d'auteur, en peignant à hauteur d'enfant le sentiment tellurique de l'élan amoureux.

Christophe Chabert | Lundi 21 mai 2012

Revoici Wes Anderson, sa griffe de cinéaste intacte, dès les premiers plans de Moonrise Kingdom. Sa caméra explore frontalement une grande demeure comme s'il visitait une maison de poupée dont il découperait l'espace en une multitude de petits tableaux peuplés de personnages formidablement dessinés. Au milieu, une jeune fille aux yeux noircis au charbon, cousine pas si lointaine de Marion Tenenbaum, braque une paire de jumelles vers nous, spectateurs. Ce n'est pas un détail : d'observateurs de ce petit théâtre, nous voilà observés par cette gamine énigmatique, dont on devine déjà qu'elle a un train d'avance sur les événements à venir. L’art de la fugue Par ailleurs, la bande-son se charge, via un opportun tourne-disque, de nous faire un petit cours autour d'une suite de Benjamin Britten. Où l'on apprend que le compositeur, après avoir posé la mélodie avec l'orchestre au complet, la rejoue façon fugue en groupant les instruments selon leur famille. Là encore, rien d'anecdotique de la part d'Anderson. Cet instant de pédagogie vaut règle du jeu du film à venir, où il est question d'enfance (qui n'est pas un jeu), de f

Continuer à lire

We need to talk about Kevin

ECRANS | Troublant, ambigu, inquiétant, le nouveau film de la Britannique Lynne Ramsay repose sur un propos fort et complexe, ainsi que sur une actrice formidable — Tilda Swinton. Mais sa mise en scène, faite de tics visuels et de symboles appuyés, aurait gagné à jouer la simplicité. Christophe Chabert

François Cau | Jeudi 22 septembre 2011

We need to talk about Kevin

Eva se réveille un matin, quelques mois après le drame qui a détruit sa vie. Sa maison, une bicoque branlante aux volets continuellement clos, a été aspergée de peinture rouge sang. Plus tard, au supermarché, elle doit subir les regards accusateurs des autres clients. Mais plutôt que de se révolter, elle semble leur donner raison et s’enfoncer dans la culpabilité. De quoi se sent-elle coupable ? De la tuerie commise par son fils Kevin dans son lycée, allusion à peine voilée au massacre de Columbine ? Oui, mais la raison est plus profonde encore. Au fil du maillage temporel savamment tressé par Lynne Ramsay (d’après un roman de Lionel Shriver, qui racontait l’histoire à travers la correspondance de la mère à son fils emprisonné), le spectateur va découvrir qu’Eva était une femme libre, passionnée, cultivée, qui s’est mariée trop tôt à un homme trop conformiste. À la naissance de Kevin, ce n’est pas une épiphanie maternelle qui s’est produite, mais une sorte de dépression post-partum qui l’a conduite à détester cet enfant, ses cris et ses caprices. Portrait crashé d’une famille modèleEn grandissant, Kevin est devenu un monstre froid, manipulateur et cruel. Mais la causali

Continuer à lire