Capitaine Phillips

ECRANS | Avec un ultra-réalisme saisissant et une constante tension dramatique, Paul Greengrass reconstitue à travers une polyphonie de points de vue une prise d’otages au large des côtes somaliennes, où la star Tom Hanks se fond dans le dispositif documentaire du cinéaste. Impressionnant. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 15 novembre 2013

Photo : © 2013 Columbia Pictures Industries, Inc - All Rights Reserved.


En début d'année, Kathryn Bigelow réussissait, dans le dernier acte de son Zero dark thirty, à faire se rencontrer le cinéma d'action et le réalisme documentaire, l'assaut du QG de Ben Laden se transformant non pas en une reconstitution d'un épisode historique mais en pur morceau de bravoure cinématographique. Quoi de plus logique que Paul Greengrass, qui fut le premier à Hollywood à tenter des expériences de ce genre, d'abord avec les deux derniers Jason Bourne – versant blockbusters – puis avec Vol 93 – versant suspense tiré de faits réels – lui réponde aujourd'hui avec Capitaine Phillips, qui étend la virtuosité de Bigelow sur la durée d'un long-métrage entier.

Cela en dit long sur ce que Greengrass a inventé : un style, parfois grossièrement caricaturé en une captation de l'action par une caméra secouée façon reportage d'actualité, mais qui s'appuie surtout sur une multiplication savante des points de vue ; mais aussi une éthique, car s'il y a bien quelque chose qui traverse Bloody Sunday, Vol 93 et aujourd'hui Capitaine Phillips, c'est la volonté de respecter non seulement la vérité des événements, mais aussi les motivations de ceux qui y participent.

Le vrai et le focus

Ainsi, l'introduction de Capitaine Phillips montre le personnage-titre se rendre vers sa nouvelle mission, un convoyage de vivres humanitaires vers la Somalie, tout en ayant une conversation très américaine avec sa femme sur l'avenir de ses enfants, qu'il veut voir s'endurcir pour affronter un monde où la compétition libérale fait rage. Pendant ce temps, à des milliers de kilomètres, sur une plage somalienne, des pirates choisissent leur "main-d'œuvre" parmi la population affamée, celle qu'ils enverront au front de leur prochaine opération consistant à prendre en otage l'équipage d'un bateau pour demander une rançon. Greengrass suggère ainsi l'ironie qui gouverne les rapports nord-sud, où le carburant des uns – l'argent, la réussite – devient le nerf de la guerre des autres, l'ennemi extérieur puisant sa source dans les valeurs défendues par l'Amérique pour lui en renvoyer une caricature anarchique.

Le film ira au bout de cette logique en montrant que si les forts survivent, soit ils finissent en piteux état, soit ils accomplissent leur rêve de la manière la plus cruelle qui soit. La mise en scène glisse aussi vers le chaos, comme si le professionnalisme des uns – Phillips, l'Armée, les Navy Seals, tous présentés avec une caméra moins agitée qu'à l'accoutumée – ne pouvait lutter contre la rage de pirates aussi inexpérimentés que déterminés – et qui ramènent avec eux le filmage saccadé, nerveux et inquiet qui est la marque Greengrass. Le climax final est d'ailleurs révélateur de cette énergie contradictoire et paralysante : le point est fait, le cadre est défini avec précision, mais ce qui se passe à l'intérieur est tellement mouvant et instable qu'aucun passage à l'action n'est possible.

Survivre

La progression des événements est donc pour le cinéaste l'occasion d'une diffraction progressive des lieux et des témoins. Cette maîtrise de l'espace, qui peut s'épanouir aussi bien dans une poursuite entre les embarcations de fortune somaliennes et le bateau américain – c'est la distance qui compte alors – qu'à l'intérieur dudit bateau, avec ses étages et ses espaces interdits – là, c'est la topographie du lieu qui prime – n'est pas sans rappeler celle d'un MacTiernan dans Piège de cristal, dont Capitaine Phillips serait un étrange avatar réaliste. On y pense notamment lorsqu'un des tournants dramatiques du film se joue sur du verre brisé entaillant les pieds nus d'un protagoniste… C'est dire si Greengrass trouve l'équilibre parfait entre son désir de narration sur le vif, en temps réel, au plus près de la vérité, et sa capacité à le fondre dans un divertissement qui scotche le spectateur à son siège durant deux heures quinze sans aucune descente d'adrénaline.

Le choix de Tom Hanks, qui aurait pu être un handicap, est au contraire la preuve la plus flagrante de sa réussite : l'acteur doit se déparer de ses habits de star et se fondre dans un casting de comédiens inconnus et de non professionnels dans leur propre rôle. Mais pas question d'aller trop vite en besogne : Hanks incarne d'abord un Phillips nanti de noblesse, intelligent, stratège, tentant la conciliation et prêt au sacrifice. Mais face à la violence des situations, il est rendu à un pur instinct de vie, loin de l'archétype du héros hollywoodien. Ce souci d'humanité circule aussi dans la peinture faite du gang de pirates, que Greengrass traite avec le plus grand respect : certains sont plus méchants que d'autres, mais il cherche avant tout à les singulariser, à leur donner des raisons contradictoires de persévérer dans un plan sans issue, à exposer leurs peurs et leurs doutes.

En cela, le film n'est ni triomphant, ni rassurant, et se rapproche de quelques autres grands films américains de l'année – de Gravity à All is lost (en salle le 11 décembre) – où l'intensité du spectacle et l'engagement quasi-physique du spectateur dans l'action ne servent en définitive qu'à produire une vision humaniste fondée sur les sentiments primaires et universels – l'angoisse, le désespoir et le désir de survivre.

Capitaine Phillips
De Paul Greengrass (ÉU, 2h14) avec Tom Hanks, Barkhad Abdi, Barkhad Abdirahman…


Capitaine Phillips

De Paul Greengrass (ÉU, 2h14) avec Tom Hanks, Catherine Keener...

De Paul Greengrass (ÉU, 2h14) avec Tom Hanks, Catherine Keener...

voir la fiche du film


Capitaine Phillips retrace l’histoire vraie de la prise d’otages du navire de marine marchande américain Maersk Alabama, menée en 2009 par des pirates somaliens.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Sully" : Clint Eastwood reprend les commandes

ECRANS | de Clint Eastwood (E.-U., 1h36) avec Tom Hanks, Aaron Eckhart, Laura Linney…

Vincent Raymond | Mardi 29 novembre 2016

Clint Eastwood a-t-il résolu de se momifier en aède de la geste étasunienne contemporaine ? Alors, autant qu’il s’intéresse à cette belle figure du pilote Chesley "Sully" Sullenberger, plutôt qu’à Chris Kyle, sujet de son précédent opus American Sniper (2014). Pour la simple raison que le premier a sauvé les 155 vies de son avion sur le point de s’abîmer en le posant sur la rivière Hudson ; le second ayant gagné sa notoriété en flinguant des ennemis. Mais si ces deux personnages sont considérés par leurs concitoyens comme des héros équivalents malgré leurs mérites opposés, Sully a fait l’objet d’un traitement particulièrement inique : on l’a accusé d’avoir agi de manière irréfléchie et périlleuse. Voilà ce qui a dû titiller Clint, prompt à défendre façon Capra l’honnête homme contre une machine juridico-financière en quête de responsable. Eastwood/Hanks, c’est l’alliance de deux Amériques idéologiquement contradictoires, partageant pourtant des valeurs humaines fondamentales ainsi qu’une foi

Continuer à lire

Tom Hanks : l’homme de la rue a fait son chemin

ECRANS | Portrait de l'acteur à l'affiche du "Pont des espions" de Steven Spielberg.

Vincent Raymond | Jeudi 3 décembre 2015

Tom Hanks : l’homme de la rue a fait son chemin

Franchement, qui aurait misé un cent il y a trente ans sur le jeune premier ahuri de Splash – dont l’intérêt majeur était sa partenaire, la sirène Daryl Hannah ? Dans les années 1980, son air sympa et abordable cantonne Tom Hanks aux comédies romantico-gentillettes. Big (1988) de Penny Marshall, où il joue un enfant catapulté dans le corps d’un adulte, lui offre sa première grande prestation et ses premières récompenses, ainsi qu’une citation à l’Oscar. Un heureux accident dans un océan de banalités – il va même donner réplique à un chien dans Turner et Hooch… Mais De Palma, comme toujours clairvoyant, le tire de ce cercle vicieux en lui offrant le rôle principal de l’avocat du Bûcher des Vanités (1990). La suite, c’est la rencontre avec Jonathan Demme pour Philadelphia (1993). À nouveau avocat, mais malade du sida et victime de discrimination, il décroche un prix à Berlin et un Oscar. Rebelote chez Zemeckis pour Forrest Gump l’année suivante, une fable suréavaluée mais flattant l’inconscient américain en b

Continuer à lire

Le Pont des espions

ECRANS | Quand deux super-puissances artistiques (les Coen et Steven Spielberg) décident de s’atteler à un projet cinématographique commun, comment imaginer que le résultat puisse être autre chose qu’une réussite ?

Vincent Raymond | Mardi 1 décembre 2015

Le Pont des espions

Voir côte à côte les noms des Coen et celui de Spielberg fait saliver l’œil avant même que l’on découvre leur film. Devant l’affiche aussi insolite qu’inédite, on s’étonne presque de s’étonner de cette association ! Certes, Spielberg possède un côté mogul discret, façon "je suis le seigneur du château" ; et on l’imagine volontiers concevant en solitaire ses réalisations, très à l’écart de la meute galopante de ses confrères. C’est oublier qu’il a déjà, à plusieurs reprises, partagé un générique avec d’autres cinéastes : dirigeant Truffaut dans Rencontres du troisième type (1977) ou mettant en scène un scénario de Lawrence Kasdan/George Lucas/Philip Kaufmann pour Les Aventuriers de l’arche perdue (1981) voire, bien entendu, de Kubrick dont il acheva le projet inabouti A.I. Intelligence artificielle (2001). Et l’on ne cite pas le Steven producteur, qui avait proposé à Scorsese de réaliser La Liste de Schindler, avant que Marty ne le convainque de le tourner lui-même. Bref, Spielberg s’avère totalement compatible avec ceux chez qui vibre une fibre identique à la sienne. Drôles de cocos Avec les C

Continuer à lire

Cloud Atlas

ECRANS | Projet épique, pharaonique et hors des formats, Cloud Atlas marque la rencontre entre l’univers des Wachowski et celui du cinéaste allemand Tom Tykwer, pour une célébration joyeuse des puissances du récit et des métamorphoses de l’acteur. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 13 mars 2013

Cloud Atlas

Qu’est-ce que cette «cartographie des nuages» qui donne son titre au nouveau film des Wachowski ? Stricto sensu, c’est une symphonie qu’un jeune ambitieux (et accessoirement, homosexuel) va accoucher de l’esprit d’un vieux musicien reclus qui fait de lui son assistant. Métaphoriquement, mais toujours dans le film, c’est cette comète, marque de naissance qui relie les personnages principaux par-delà les lieux et les époques, dessinant peu à peu le plan du dédale narratif qui se déroule sous nos yeux (ébahis). Plus symboliquement encore, on sent ici que Lana et Andy Wachowski ont trouvé dans le best seller qu’ils adaptent une matière à la hauteur de leurs ambitions, un film qui se voudrait total, englobant le ciel et la terre, le passé, le présent et le futur. Mégalomanes mais conscients de l’ampleur du projet, ils ont su délégué une part de la tâche à l’excellent cinéaste allemand Tom Tykwer, donnant une singularité supplémentaire à Cloud Atlas, qui n’en manquait déjà pas : celle d’une œuvre absolument personnelle signée par des personnalités extrêmement différentes. Partouze des genres Or, justement, Cloud Atlas

Continuer à lire