Place à Stendhal

ARTS | La ville de Grenoble est fière de nous annoncer la naissance de son dernier né : le musée Stendhal, qui ouvrira ce week-end. Un musée en réseau gravitant autour de l’appartement Gagnon (grand-père de l’écrivain), cœur vibrant de l’entreprise. On a rencontré Christine Carrier, directrice du réseau des bibliothèques municipales et en partie en charge du projet, pour mieux comprendre ce dernier. Propos recueillis par Laetitia Giry

Laetitia Giry | Lundi 10 septembre 2012

Pourquoi un musée Stendhal à Grenoble ?
Christine Carrier: D'abord, historiquement, il y en a toujours eu un. Depuis 1934, suite à une grande exposition organisée par la Ville qui avait décidé de laisser un lieu ouvert au public avec une présentation des pièces iconographiques : tableaux, gravures, dessins… Le musée a fermé en 2004 après avoir été déplacé dans différents endroits. Le projet scientifique ne correspondait plus à celui d'un musée. Il était vieillot, il fallait revoir toute la scénographie.

Comment a démarré le nouveau projet ?
Se sont posées les questions suivantes : que fait-on de Stendhal à Grenoble ? Comment lui consacre-t-on un lieu ? Comment remplit-on toutes les missions scientifiques dévolues à un musée ? Comment accueille-t-on les publics : individuels, groupes, scolaires ? En réponse à ces questions, on a abouti à un concept totalement novateur, celui d'un musée en réseau. Plutôt que de s'installer dans un lieu qui fera tout, le musée Stendhal se compose d'éléments séparés qui forment le musée : l'appartement natal, rue Jean-Jacques Rousseau (lieu dédié à la littérature contemporaine), les collections à la bibliothèque d'étude, les parcours dans la ville, et l'appartement Gagnon.

Cet appartement Gagnon apparaît comme le centre du musée…
C'est en tout cas le lieu qui se visite, pour lequel un public non averti se déplacera. Et c'était sûr qu'il fallait l'ouvrir, il est effectivement la clé de voûte du musée. C'est la première entrée dans ce dernier, celle qui permettra d'accueillir tous les publics. La collection n'y est donc pas entièrement présentée. On peut voir ici les plus belles pièces iconographiques, ce qui faisait la vie sociale de Stendhal : sa famille, ses amis.

Son rôle a-t-il été une évidence ?
Oui, assez rapidement. On aurait pu construire un lieu, tout était possible. Mais très vite, l'idée de retourner sur des lieux que Stendhal a habités est apparue comme quelque chose d'assez émouvant.

Comment avez-vous concilié cet espace comme ancien lieu de vie et comme lieu d'exposition ?
On présente la vie sociale de Stendhal à Grenoble, mais on présente aussi un appartement bourgeois tel qu'il était au XVIIIe siècle. Il y a donc l'entrée première et évidente, celle concernant Stendhal. Mais on reste en effet dans un appartement du XVIIIe siècle, et on essaye de montrer comment on vivait à l'époque. On ne possède pas l'ensemble de l'appartement qui était la propriété du grand-père… En revanche, on possède bien les pièces d'apparat : le grand salon à l'italienne, le cabinet d'été dit « d'étude », le cabinet d'histoire naturelle et la terrasse. Ce sont des lieux où Stendhal a véritablement vécu… On espère que cela va rajouter à l'émotion déjà présente.

Des lieux insolites et précieux…
Il faut savoir que le grand-père de Stendhal est à l'origine de la bibliothèque et du Muséum d'histoire naturelle. En cela, le cabinet d'histoire naturelle, la treille et la bibliothèque sont essentiels. Ils sont reconstitués ici. La bibliothèque l'a été grâce à l'inventaire effectué au décès du grand-père. Sont présents tous les auteurs des Lumières notamment… Que Stendhal avait donc sous les yeux. On ne sait pas s'il a tout lu, mais on sait qu'il se servait. Et c'est le Muséum qui s'est chargé du cabinet d'histoire naturelle. Le tout redonne vie à des lieux qui ont permis à Stendhal d'accéder à la connaissance.

Peut-on considérer l'appartement Gagnon comme un repère au sein du projet ?
Oui, certes. Mais on souhaite continuer à l'appeler Appartement Gagnon / Musée Stendhal, pour bien montrer que le projet va au-delà…

 

Appartement Gagnon / Musée Stendhal. Ouverture le 15 septembre, visites guidées sur inscription les samedis 15, 23 et dimanches 16, 24 septembre auprès de l'office du tourisme. Ouvert les mardis, mercredis, vendredis de 14h à 18h, samedis de 10h à 12h et de 14h à 18h, dimanches de 14h à 18h (seulement le dernier dimanche du mois)

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Stendhal : un Beyle enfant du Dauphiné

CONNAITRE | « Au bout de chaque rue, une montagne » comme écrivait Stendhal au sujet de Grenoble. Une déclaration d’amour que sa ville natale lui rend toujours, avec notamment un musée inauguré en 2012. Thibault Copin

Thibault Copin | Mercredi 6 avril 2016

 Stendhal : un Beyle enfant du Dauphiné

Henri Beyle dit Stendhal est né à Grenoble et y passera seize années d’une enfance partagée entre deux appartements, l’un synonyme de bonheur et l’autre de malheur, pourtant séparés d’à peine une centaine de mètres. Il voit le jour un 23 janvier 1783 dans une chambre « rue des Vieux-Jésuites [à présent Jean-Jacques Rousseau], la cinquième ou sixième maison à gauche en venant de la Grande-rue, vis-à-vis la maison de M. Teisseire » ainsi qu’il l’écrit dans son autobiographie. C’est la demeure de son père, alors avocat bourgeois au Parlement du Dauphiné – tout ce qu’il déteste. L’autre, c’est l’appartement de son grand-père le Docteur Gagnon, « sur la place Grenette […] la plus belle place de la ville, les deux cafés rivaux et le centre de la bonne compagnie » détaille-t-il. Homme de sciences et de lettres, le médecin est à l’origine de l’éveil intellectuel du jeune garçon. C’est pourquoi ce dernier lieu est la clé de voûte du musée Stendhal (photo). Il permet, au moyen de textes, d’images et d’objets, de comprendre l’environnement familial de l’auteur. Actuellement, l’exposition temporaire

Continuer à lire

Stendhal un jour, Stendhal toujours

ARTS | Après les esquisses et les dessins, l'Appartement Gagnon s'intéresse à la dimension politique de l'écrivain Grenoblois Stendhal, dans sa vie comme dans son (...)

Charline Corubolo | Mardi 19 mai 2015

Stendhal un jour, Stendhal toujours

Après les esquisses et les dessins, l'Appartement Gagnon s'intéresse à la dimension politique de l'écrivain Grenoblois Stendhal, dans sa vie comme dans son œuvre littéraire. À juste titre intitulée Stendhal, un républicain Rouge et Noir, l'exposition est découpée en cinq parties retraçant l'engagement politique de Stendhal de la naissance de sa conscience républicaine à Grenoble en 1783 à sa participation aux campagnes Napoléonienne en 1800, en passant par sa fonction au consul à Civitavecchia sous Louis-Philippe. Un parcours politique peu connu mais qui marque profondément ses écrits dont l'emblématique Le Rouge et le Noir, miroir des coulisses de la Révolution de 1830, dont le musée propose une édition illustrée. La visite présente également des peintures, dont plusieurs portraits de Stendhal mais aussi des gens qu'il a côtoyés, des dessins et des éditions rares. Documenté et historique, le parcours s'avère riche même s'il manque quelque peu de dynamisme pour intéresser un large public. Car si Stendhal est un personnage du XIXe siècle, nous sommes aujourd'hui au XXIe siècle et une scénographie moins classique donnerait plus d'énergie à la

Continuer à lire

A droite, à gauche

CONNAITRE | L’ouverture du musée Stendhal, musée dit « en réseau », divisé en plusieurs lieux et plusieurs activités, propose de multiples visites et des activités temporaires. En voici un florilège… LG

Laetitia Giry | Lundi 10 septembre 2012

A droite, à gauche

En plus de l’appartement Gagnon… Les parcours Stendhal Le côté le plus ludique du musée Stendhal est sans doute celui qui propose au visiteur de parcourir le centre-ville sur les pas de l’écrivain. Si des visites guidées utilisant cet itinéraire sont effectuées par l’Office du tourisme depuis déjà plusieurs années, la nouveauté réside dans l’autonomie du marcheur-découvreur. Douze plaques (en français et en anglais) ont été posées dans Grenoble pour constituer un parcours historique, et permettant de se promener seul avec son plan (et à partir de 2013 avec des audio-guides pour qui le souhaite). Placées sur des lieux que Stendhal a aimés, ou en tout cas évoqués dans ses écrits, elles correspondent à des éléments marquants de sa vie. Dans son œuvre autobiographique Vie de Henry Brulard, il parle ainsi de l’église Saint-Hugues, où a eu lieu l’enterrement de sa mère, du son des cloches de la collégiale Saint-André… Autant de lieux désormais marqués, distingués par un texte offert au regard de tous. Les « collections Stendhal »

Continuer à lire