Vers le bleu

ARTS | Si le peintre français Marc Desgrandchamps n’a plus rien à prouver, cela ne l’empêche pas d’exposer des œuvres inédites dans un petit centre d’art, le Vog. Un parcours réduit qui donne accès à une œuvre belle et intrigante. Laetitia Giry

Laetitia Giry | Lundi 3 décembre 2012

Photo : , LeFotografe.com


Fervent défenseur de la peinture, Marc Desgrandchamps lui est fidèle depuis plus de trente ans. À sa sortie de l'école des Beaux-arts de Paris à la fin des années 1970, ce mode d'expression n'est certes pas le plus majoritaire dans ce que l'on appelle l'art contemporain, mais il ne lui semble ni « rejeté », ni « délégitimé par le contexte du monde dans lequel on vit ». « Il y a encore à faire avec un pinceau et une toile », se dit-il. On lui sait gré de sa perspicacité… Peinture à l'huile diluée à la térébenthine, étalée couche après couche sur une photographie (« matière visuelle » qui lui sert à « construire les tableaux »), sa technique rend l'image finale plurielle, elle en décale les perspectives et trouble les formes par la superposition de plans. Longtemps reconnaissable par les multiples coulures, « conséquence assumée de la fluidité de la matière utilisée », sa peinture est désormais plus retenue, plus propre et plus nette. « Elle reste assez fluide, mais les écoulements qui étaient manifestes ces dernières années sont bien moins présents, et quand ils le sont, c'est plutôt à l'état de relique. »

Le mouvement du souvenir

Des reliques qui se manifestent avec parcimonie, ponctuant çà et là les objets et corps représentés. Dans ses toiles, pas de nudité totale, mais beaucoup de chair apparente, de scènes de plages ou simplement estivales. L'artiste reconnaît être « attaché à des formes de lumières qui rappellent la présence des êtres et des choses ». C'est ainsi qu'il choisit les sujets de ses toiles, « en fonction d'un impact visuel » et du potentiel de ce dernier à témoigner « de moments vécus ou traversés ». Ses figures sont souvent en marche, engagées dans un mouvement, comme précipitées vers l'avenir, conscientes que le temps ne s'arrêtera pas. Tout comme le peintre a conscience qu'il ne peut figer un souvenir, car « on ne peut pas faire revivre ce qui a été et n'est plus, mais seulement l'évoquer. Par la transposition picturale, je procède à une restitution qui ne se situe donc pas dans l'utopie de faire revivre le passé ; même si, comme dans toute peinture, c'est une façon d'immobiliser le monde. » En affirmant par ailleurs que, « dans le flux des images d'aujourd'hui, les tableaux s'invitent comme des blocs de matérialité au milieu du virtuel », il fait une place d'honneur à ce fameux pinceau, qui prend note sur la toile et renouvelle ainsi en matière pérenne ce qui n'a de cesse de passer…

La Terre est bleue comme une orange

Sans trop de lassitude, Marc Desgrandchamps entend les gens dire de sa peinture qu'elle est « fantomatique ». Il préfère pourtant à ce terme celui de « fantomal », qui « recouvre plus la fluidité des choses ». Si les figures apparaissent (ou disparaissent ?) à la surface de ses toiles dans une subtile transparence, elles réagissent comme dans la réalité, « ne restent jamais fixes, car la lumière est changeante, et ses différents états induisent naturellement différents états de présence ». Présence voilée, chair dissimulée dans la dilution, décor démultiplié : tout ici ploie sous des forces contrôlées et inébranlables. « C'est des beaux yeux derrière des voiles, / C'est le grand jour tremblant de midi, / C'est, par un ciel d'automne attiédi, / Le bleu fouillis des claires étoiles ! ». Cette strophe d'un poème de Verlaine (Art poétique dans le recueil Jadis et naguère) nous amène vers… le bleu. Une couleur que l'on a coutume d'associer au spirituel, et qui s'impose ici comme un constituant essentiel. Car c'est bien un halo de bleu qui entoure quasi systématiquement ses tableaux, venant suggérer à la fois la mer, l'infini, la contemplation, la voûte céleste. « Je suis très sensible au bleu implacable du ciel. C'est peut-être comme une espèce d'écran, comme un filtre. Ce bleu tel que je le peins souvent, c'est plutôt celui de la lumière de la tombée du jour en été, la fin d'après-midi. » Une lumière préfigurant le crépuscule, enveloppant ces « choses » qu'il représente dans le cocon douillet d'une fin infinie.

Marc Desgrandchamps, jusqu'au 22 décembre au Vog de Fontaine

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Exposition collective des 10 ans du Vog : notre sélection

ARTS | En 10 ans, 50 artistes sont passés par le centre d'art contemporain de la ville de Fontaine, dévoilant des œuvres figuratives ou abstraites traitant du présent ou faisant référence au passé. En en sélectionnant 17 pour l'exposition collective anniversaire des 10 ans, la directrice du Vog Marielle Bouchard cherche l’éclectisme artistique et donne la primauté au format 2D dans un souci de cohérence. De grandes lignes se dessinent au fil d'un parcours allant de l'histoire de l'art au paysage en passant par la peinture. Tour d'horizon avec une sélection de neuf artistes.

Charline Corubolo | Mardi 17 novembre 2015

Exposition collective des 10 ans du Vog : notre sélection

Coulures et transparences Bien connu dans le monde artistique, Marc Desgrandchamps éprouve la peinture par la coulure et la transparence ce qui lui permet de créer des scènes entre réel et imaginaire. C'est en prélevant des éléments d'une photographie prise sur le vif ou d'un film que l'artiste met en place cette atmosphère étrange dans laquelle on semble voir plusieurs mondes. Passé au Vog en 2012 (on lui avait accordé notre "une"), il dévoile aujourd'hui Sans titre (1999), pièce marquante de sa carrière. Dans ce grand format, on ne sait ce qui est personnage ou nature, l'ensemble baignant dans un air bleuté irréel. Révolte picturale Après un passage au Vog en 2011, puis un récemment à l'IAC de Villeurbanne dans le cadre des Re

Continuer à lire

Revoir la mer

ARTS | Avec cet imposant diptyque de deux mètres sur trois, Marc Desgrandchamps offre au regardeur une vision double, entre le réel et l’hallucination. À (...)

Laetitia Giry | Lundi 3 décembre 2012

Revoir la mer

Avec cet imposant diptyque de deux mètres sur trois, Marc Desgrandchamps offre au regardeur une vision double, entre le réel et l’hallucination. À l’arrière-plan : des montagnes, une plage et la mer au loin, calme. Plus à l’avant : des ruines, et un sol qui prédomine, quadrillé, armaturé, lien ambivalent entre les deux faces du diptyque. Un sol dont les lignes se fondent et se rencontrent, s’imbriquent et se croisent, construisent le théâtre de la confrontation à l’œuvre au sein du tableau... Quand un personnage va tranquillement de l’avant, impassible, l’autre lui fait face avec une étonnante véhémence. Il pourrait être un fantasme, une idée issue de l’imagination du premier ; une statue, ou le fantôme d’un athlète grec. Maltraité, il lui manque les avant-bras, une jambe et un pied, laissant apparaître un moignon dont la tâche de rouge attire d’autant plus le regard qu’elle fait figure d’exception au milieu des bleus et des beiges. Le mystère autour de lui est aussi épais qu’il est effacé, « fantomal » comme dirait son créateur. Cause d’un décalage manifeste, il est l’incarnation d’un trouble accentué par la cohérence et l’unité du décor. Combat entre la représentation

Continuer à lire