Get the party started

Laetitia Giry | Lundi 26 novembre 2012

Pour sa soirée d'ouverture, le Tympan dans l'œil frappe fort en proposant au public une création sur le fameux film The Party. Peter Sellers y interprète un acteur indien qui se retrouve par erreur dans une fête des studios d'Hollywood : c'est cocasse et grotesque à la fois. Son visage grossièrement coloré à la peinture marron peut outrer dans un premier temps, mais se révèle être l'une des clés de compréhension du comique du film : tout ici est clair comme de l'eau de roche, le spectateur sait pourquoi il rit. Enchaînant maladresse sur maladresse, le personnage principal suscite l'affliction et l'empathie, provoque le rire à force d'absurdités… Une attitude qui l'enferme dans un isolement tragico-comique au milieu d'une foule noyée dans des plaisirs superficiels, et elle aussi prétexte aux gags. Ce film comique de Blake Edwards (à qui l'on doit le moins comique mais génial Diamants sur canapé) est sorti en 1969 et fait encore mouche aujourd'hui, même si d'aucuns pourraient le trouver légèrement ringard. Quoiqu'il en soit, on avoue ne pas être étonnés qu'il ait été choisi pour faire l'objet d'un nouveau ciné-concert dans le cadre du festival, qui souhaite développer des créations et avait déjà impulsé cela l'année dernière avec le Dr Folamour (réinterprété en musique par les groupes Ortie et MKF). Une tâche confiée cette année au groupe No Mad ? ; adepte de ce qu'il appelle du « jazz cartoon balkanique ». Le groupe semble parfait pour dépoussiérer The Party en le décorant d'accords et de notes. On pense même qu'il pourrait nous faire oublier le temps d'une soirée la bande son d'origine, composée par Henry Mancini (le même qui a écrit celle de… Diamants sur canapé). De beaux noms, un dynamisme à tout rompre… Voilà qui devrait donner lieu à un moment des plus revigorants !

LG

The Party, mis en musique par No Mad ?, samedi 1er décembre à 20h30 à la Bobine

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"The Party" : électrique huis clos en noir et blanc

ECRANS | de Sally Potter (G.-B., 1h08) avec Kristin Scott Thomas, Timothy Spall, Patricia Clarkson…

Vincent Raymond | Lundi 11 septembre 2017

Ministre de la Santé ! Tout juste nommée à ce poste prestigieux, Janet compte fêter la nouvelle avec son mari et des proches. Hélas, la soirée en petit comité va sonner l’hallali de son couple, de ses amitiés, de sa carrière, de ses illusions… La réalisatrice anglaise Sally Potter réunit une distribution de poids pour ce tout juste long-métrage d'1h08. Bien lui a pris, d’ailleurs, de ne pas chercher à le rallonger par principe en diluant l’intrigue : elle l’aurait abîmée. Empruntant au théâtre son huis clos, elle ne se trouve cependant pas prisonnière de son décor grâce à une réalisation et un montage nerveux, à l’unisson de l’ambiance électrique de la soirée. Le choix esthétique du noir et blanc, marqueur inconscient du genre polar, surprend – et l’affiche, montrant l’héroïne brandissant un pistolet (reprenant une double image-clé du film) pourrait l’accréditer. En réalité, la dualité des personnages se trouve ainsi représentée (et ses moyens termes dans leurs nuances de gris). Et si le noir finit par dévorer l’écran, c’est parce que la fête célèbre en définitive le deuil des idéologies ; on imagine mal une veillée funèbre britannique se tr

Continuer à lire

"The Party" de Blake Edwards au Méliès

ECRANS | The Party est l’exemple type du film hautement subversif impossible à retourner aujourd’hui : l’imitation de l’accent indien par Peter Sellers serait (...)

Vincent Raymond | Mardi 10 mai 2016

The Party est l’exemple type du film hautement subversif impossible à retourner aujourd’hui : l’imitation de l’accent indien par Peter Sellers serait jugée outrageante, l’éléphant peinturluré soulèverait l’indignation des ligues de protection animale et le rythme semblerait trop lent. Pourtant, l’horlogerie de Blake Edwards fonctionne toujours et l’on se délecte devant cet humour daté se révélant… intemporel. Classique de la comédie, authentique œuvre culte ayant inspiré des artistes de toutes sortes, The Party est un festin auquel il faut s’inviter, ce mardi 17 mai à 19h25 au Méliès. Bon appétit ! The Party The Party Bande-annonce VO

Continuer à lire

Et c’est Party !

MUSIQUES | Le festival de ciné-concerts le Tympan dans l’œil s’est fait un petit nom à Grenoble. Seulement deux années d’existence, une troisième édition qui commence cette semaine, un enthousiasme qui ne faiblit pas… Cela valait bien une petite discussion avec son créateur, Damien Litzler. Laetitia Giry

Laetitia Giry | Vendredi 23 novembre 2012

Et c’est Party !

Il y a cinq ans de cela, le groupe de musique grenoblois SZ est sollicité pour créer un ciné-concert. Intrigué, il accepte et prend beaucoup de plaisir pendant cette création, qui lui « ouvre de nouvelles portes en termes d’écriture et de composition », et lui « permet de sortir des carcans ». Ce duo post-rock réalise que le ciné-concert est finalement une pratique peu mise en avant. D’ailleurs, de nombreux programmateurs à qui ils proposent leur spectacle leur demandent de définir ce qu’est un ciné-concert… Alors pour ceux qui se le demandent : cela consiste en la diffusion d’un film sans sa bande son, laquelle est remplacée par un concert interprété en direct par un groupe qui a au préalable créé une musique spécialement adaptée à l’image. Une sorte d’interaction magique entre l’art du cinéma et celui de la musique, une manière donc d’honorer ces deux formes en faisant naître de leur rencontre une œuvre nouvelle. Fort de son enthousiasme, l’un des membres du groupe, Damien Litzler, et le président de l’association Stara Zagora (qui porte le groupe et le festival), décident de se lancer et de créer un moment centré sur cette pratique à Grenoble… Petit

Continuer à lire