Capital humain

SCENES | Porter sur scène "Le Capital", l'une des œuvres les plus importantes de la pensée économique, pouvait s'apparenter à une gageure. Mais entre les mains du collectif de Sylvain Creuzevault, les idées de Karl Marx servent de bases solides à un véritable jeu théâtral avec l'histoire. L'un des spectacles de la saison. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Lundi 24 novembre 2014

C'était en 2009. Le collectif D'ores et déjà, mené par le metteur en scène Sylvain Creuzevault, livrait l'une des propositions théâtrales les plus passionnantes, exigeantes et abouties de ces dernières années : Notre terreur. Soit, suite à la Révolution française de 1789, les derniers mois de Robespierre au sein du Comité de salut public. Sur scène, autour d'une grande table, une dizaine de comédiens campaient les figures de l'époque (Robespierre, Barère, Carnot, Saint-Just…), matérialisant ainsi leurs combats, leurs discussions interminables, leurs emportements, leurs rivalités. Le tout autour d'un texte non figé construit à partir d'improvisations menées en amont au plateau. Une véritable claque – on avait même titré, en une du Petit Bulletin, avec un frondeur « ça c'est du théâtre ».

On attendait donc avec impatience leur nouvelle création autour du Capital de Karl Marx, « certainement le plus redoutable missile qui ait été lancé à la tête des bourgeois » dixit l'auteur allemand du XIXe siècle, visiblement très satisfait de son ouvrage – il y a de quoi, tant de nombreux économistes s'en réclament encore 150 ans après sa publication. On n'a pas été déçus, même si…

Il était une fois la Révolution

Créée en mars à Angers et fruit d'un travail de plusieurs années, la première version de ce Capital et son singe était d'un didactisme pesant, Sylvain Creuzevault ayant visiblement eu du mal à faire théâtre avec un matériau si riche. La scission au sein du collectif, survenue à quelques jours de la première (quelques comédiens ont quitté l'aventure, dont Samuel Achache, qu'on avait vu la saison passée à la MC2 en metteur en scène du Crocodile trompeur), a dû fortement influencer le résultat. Mais la nouvelle version présentée cet automne, après une importante phase de recréation menée cet été, confirme le talent de Creuzevault et sa capacité à finalement faire théâtre avec des sujets pas forcément très faciles et rock'n'roll.

Pour Le Capital, il a élargi son postulat de départ et s'est concentré sur 1848, année d'émergence de la très courte Deuxième République française à laquelle Marx fit souvent référence, donnant au spectacle des allures de prolongement de Notre terreur. Surtout que la forme est la même : une grande table avec autour les comédiens, et un public placé en bi-frontal. Après un impressionnant prologue, les premières scènes rappellent donc les échanges intenses et captivants de Notre terreur, nourris comme toujours par un solide bagage historique. Même si, cette fois, le propos est moins limpide – 1848 n'est pas 1789, les enjeux de cette deuxième révolution du XIXe siècle (après 1830) demandant de nombreuses références.

Les comédiens campent Blanqui, Barbès et autre Raspail, membres du club des Amis du peuple opposés au gouvernement provisoire issu de la nouvelle assemblée constituante élue, et jouent une histoire en train de s'écrire avec un sens du théâtre remarquable. Marx (symbolisé sur scène par un masque rouge) et ses idées étant évoqués en filigrane, au détour d'une réflexion ou lors de débats plus profonds – comme un autour de la valeur d'usage et la valeur d'échange.

Rire avec l'histoire

La création se met alors progressivement en place, la méthode D'ores et déjà fonctionnant toujours (même si Creuzevault a rebaptisé son collectif Le Singe). Le summum étant atteint dans la longue séquence finale, qui intervient après un curieux détour par le Berlin de 1919 – détour qui était absent de la première version du spectacle, et qui pourrait bien disparaître à nouveau (rien n'est jamais figé avec Creuzevault) tant il s'articulait mal avec l'ensemble lorsque nous avons revu la pièce à Paris en octobre. Cette séquence finale permet alors à certains des comédiens (principalement les historiques du collectif, et que des hommes – les comédiennes sont presque inutiles sur scène, ce qui est cyniquement raccord avec le monde très masculin de l'époque) de créer à partir des figures historiques qu'ils incarnent de véritables personnages de théâtre. Comme l'excellent Léo-Antonin Lutinier, qui fait du chimiste Daniel Borme, accusé en 1849 comme ses camarades « d'avoir commis un attentat ayant pour but de détruire ou changer de gouvernement », un pitre naïf jouant avec les nerfs du tribunal et provoquant du coup l'hilarité des spectateurs.

À la sortie de la représentation, qui dure environ 2h30, et malgré les faiblesses criantes évoquées plus haut, on ressort avec une foi énorme en ce théâtre intelligent et vivant, ouvert sur le monde qui l'entoure même s'il parle de périodes historiques plus très récentes. Un théâtre capable de donner du plaisir au spectateur tout en le surprenant. Oui, vraiment, ça, c'est du théâtre !

Le Capital et son singe, du mercredi 26 au samedi 29 novembre, à la MC2


Le capital et son singe

À partir du Capital de Karl Marx, ms Sylvain Creuzevault, avec Vincent Arot, Benoit Carré, Antoine Cegarra...
MC2 4 rue Paul Claudel Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Angelus novus" : Sylvain Creuzevault perd le mythe

Théâtre | Au Petit Bulletin, nous avons tant aimé le metteur en scène Sylvain Creuzevault et sa capacité à faire théâtre avec des matériaux pas forcément évidents – la (...)

Aurélien Martinez | Mardi 4 avril 2017

Au Petit Bulletin, nous avons tant aimé le metteur en scène Sylvain Creuzevault et sa capacité à faire théâtre avec des matériaux pas forcément évidents – la Révolution française dans Notre terreur ou encore Karl Marx dans Le Capital et son singe. Voilà pourquoi nous avons tant été déçus suite à la découverte de sa nouvelle création Angelus novus AntiFaust (du mardi 11 au vendredi 14 avril à la MC2). Où il est question du mythe de Faust (une histoire de pacte avec le diable) décliné en plusieurs trames par un collectif de comédiens investis qui pêche néanmoins à rendre tout ça lisible. Du coup, on décroche très vite de ces 3h30 de spectacle hermétiques et bavardes (Creuzevault a voulu faire de nombreuses références à l’actu), malgré des tableaux réussis – dont, carrément, un mini opéra après l’entracte. Dommage pour cette fois – car bien sûr, cela ne nous empêchera pa

Continuer à lire

La méthode D'ores et déjà

SCENES | En deux spectacles, tous deux programmés à la MC2, le collectif D’ores et déjà a imposé son nom et sa patte dans le monde très codifié du théâtre. Avec une vision décomplexée de cet art on ne peut plus vivant entre leurs mains. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Vendredi 11 mars 2011

La méthode D'ores et déjà

Vincent Macaigne, Julie Bérès, le collectif D’ores et déjà… Il faut savoir s’enflammer avec fougue lorsque nous arrivent des propositions audacieuses et tranchées mises en branle par des artistes exigeants et novateurs. Des hommes et des femmes de théâtre qui redonnent de la splendeur à cette sphère dramatique actuelle composée d’excellents artisans prolifiques néanmoins peu enclins à la prise de risque – toujours les mêmes auteurs, les mêmes façons de procéder… Car le collectif D’ores et déjà – puisque c’est de lui qu’il s’agit cette semaine –, fondé en 2002 par quatre amis (ils sont beaucoup plus aujourd’hui), a insufflé un vent d’air frais bienvenu sur les scènes hexagonales, d’où le succès critique et public assez impressionnant de Notre terreur, leur dernière création en date. Un succès notamment dû à leur façon de faire, fougueuse et intuitive. Explications de Samuel Achache, l’un des membres du crew : « À partir du

Continuer à lire

Famille, je vous hais !

SCENES | Tout commence par une scène qui sent le déjà vu ; un repas de noces, celles de Lise et Léo. Dès les premières minutes, le spectateur sent qu’il n’était pas convié à (...)

François Cau | Mercredi 9 mars 2011

Famille, je vous hais !

Tout commence par une scène qui sent le déjà vu ; un repas de noces, celles de Lise et Léo. Dès les premières minutes, le spectateur sent qu’il n’était pas convié à la fête. Les conversations s’enchaînent, se superposent, et il doit renoncer à tout entendre. La banalité des discours prête à sourire – entre la femme enceinte focalisée sur sa grossesse, les remarques de l’employé modèle tombant systématiquement à plat, les analyses toujours documentées et jamais intéressantes du journaliste et les réflexions du père, maître de cérémonie insupportable –, mais déjà on sent le conflit tout proche, prêt à éclater. Peu à peu, au fil des rencontres et des dîners entre les protagonistes, la vie rêvée se mélange avec la vie "réelle" et va jusqu’à se substituer totalement à elle. Les sourires figés du début font place aux visages prostrés ou hystériques, la sexualité s’affiche dans toute sa crudité et cette famille qui se dévorait symboliquement finit par faire jaillir le sang. Le Père Tralalère repose sur la volonté de livrer une pièce au présent. Pendant le dîner, un acteur commente les sujets qui ont fait la une du jour et le texte, jamais terminé, jamais fixé, évolue au fil des représe

Continuer à lire

Sans naphtaline

SCENES | Les spectateurs sont placés en face à face, sous une lumière blanche. Au milieu des gradins, une scène étroite avec une dizaine de chaises en formica et trois (...)

François Cau | Mercredi 9 mars 2011

Sans naphtaline

Les spectateurs sont placés en face à face, sous une lumière blanche. Au milieu des gradins, une scène étroite avec une dizaine de chaises en formica et trois tables juxtaposées. Il est question de la Révolution française. Danton vient d’être exécuté. Et le spectacle pourrait alors être un exposé historique sur la Terreur. Or, dans cet espace exigu, il n’y a pas de place pour la naphtaline. Nous sommes en 1793, le collectif D'ores et déjà recrée le Comité de salut public qui ressemble à une réunion d'avant manifestation d’un syndicat étudiants. Mais sous leur barbe de trois jours et leurs pantalons trop courts, ce sont en fait Collot, Saint-Just, Barère et quelques autres qui entourent le frêle (corporellement) et inflexible (idéologiquement) Robespierre. La première heure de spectacle est une sidérante et souvent hilarante discussion sur l'avenir de la France et les petites affaires personnelles de chacun. Les votes à main levée pour décider de la réforme de la justice ou du prix du grain s'enchaînent entre deux remarques sur le goût de la brioche qu’ils se partagent. La troupe de comédiens de Sylvain Creuzevault démystifie les personnages historiques en n’ôtant rien à

Continuer à lire

Terriblement réussi

SCENES | À quoi ça tient ? Qu'est-ce qui fait qu’un spectacle relatant trois mois de la Révolution Française, avec aucun grand nom à l'affiche et aucun décor, fasse (...)

François Cau | Mercredi 5 janvier 2011

Terriblement réussi

À quoi ça tient ? Qu'est-ce qui fait qu’un spectacle relatant trois mois de la Révolution Française, avec aucun grand nom à l'affiche et aucun décor, fasse salle comble depuis sa création le 16 septembre 2009 au théâtre parisien de la Colline ? Ce succès tient certainement au talent et à la conviction de la troupe D'Ores et déjà qui a porté ce projet. Menée par Sylvain Creuzevault, elle croit autant en la force du théâtre comme moyen d'expression qu’à l'histoire qu’elle raconte. XVI Germinal an II, Danton est exécuté. Barère, Saint-Just, Collot et une poignée d'autres mettent en place le régime de la Terreur sous l'égide de Robespierre jusqu'à la mort de ce dernier. Sur scène, le public, installé dans un dispositif bi-frontal, peut voir cette bande de post-ados décider à main levée de l'avenir du pays (exécutions sommaires des opposants, introduction de la pomme de terre dans l'agriculture...), mais aussi s’écharper sur le goût de la brioche et du vin qu’ils partagent. Rien n’est faux. À mille lieues de faire un cours d’histoire et d’endosser le costume de professeurs qu’ils ne sont pas, les comédiens font leur travail. Ils font du théâtre, rien que du théâtre, et proposent, ave

Continuer à lire