Karim Duval : rire sociologique

Humour | Le festival Aux rires etc ouvre la scène du Théâtre en rond à l'humoriste, pour une soirée unique jeudi 23 janvier, au Théâtre en rond (Sassenage). Drôle et utile à la fois.

Aurélien Martinez | Mardi 21 janvier 2020

Photo : Caroline Bazin


« J'ai choisi un titre sobre pour entretenir un suspense de deux minutes ! » En effet, le Y de Karim Duval a de quoi intriguer. Même si très vite dans la salle (voire même avant, si on lit quelques trucs ici et là, comme cet article), on comprend que l'humoriste va nous causer de la fameuse génération Y dont il fait partie – une génération qui, en gros, regroupe celles et ceux nés entre le début des années 1980 (c'est son cas – « je suis un vieil Y ! ») et la fin des années 1990.

Avec un tel pitch, Y sort des cases habituelles de l'humour pour s'approcher de la sociologie. Enfin, « de la sociologie de comptoir », comme nous l'a expliqué Karim Duval au téléphone, « même si oui, j'ai vraiment commencé à bosser en écrivant des choses pas drôles ». En résulte du stand-up pour essayer de capter « la quête d'une génération un peu perdue » entre reconversions professionnelles parfois loufoques (comme Karim Duval lui-même, ex-ingénieur devenu guignol professionnel) et « chômage vu comme un CDD de deux ans ». Une vraie bonne surprise, ouverte à tous les publics bien sûr (« le spectacle marche d'ailleurs mieux quand toutes les générations sont dans la salle »), de laquelle on ressort un peu moins con. Merci.

Y
Au Théâtre en rond (Sassenage) jeudi 23 janvier à 20h

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Rirologie avec le festival Aux rires etc

Humour | Quatrième édition pour le festival Aux rires etc qui se déroulera du dimanche 19 au samedi 25 janvier dans plusieurs salles de l’agglomération grenobloise. Avec, cette année, une programmation assez enthousiasmante.

Aurélien Martinez | Mardi 14 janvier 2020

Rirologie avec le festival Aux rires etc

L’humour est un univers à part dans le vaste monde du spectacle vivant. Une discipline qui n’arrive souvent pas à se débarrasser d’une image pas très flatteuse – il serait trop facile, trop populaire voire trop beauf pour une poignée de programmatrices et programmateurs autoproclamés "respectables". Alors que, paradoxalement, le public adore ça – le versant Off du Festival d’Avignon accueille chaque été une foule de comiques (des bons comme de très mauvais !) qui remplissent les salles. Louons donc le festival Aux rires etc qui, depuis 2017, aime à développer le rire dans les salles qui lui sont dédiées (la Basse cour à Grenoble, le Théâtre en rond à Sassenage) comme dans d’autres plus généralistes – l’Heure bleue à Saint-Martin-d’Hères, l’Espace Paul-Jargot à Crolles, le Déclic à Claix et le Diapason à Saint-Marcellin. Et essaie de balayer large. « Plus scientifique qu’humoriste » Cette année, en plus d’un salutaire plateau découvertes, cinq têtes d’affiche (que des hommes) assureront le show. Tout débutera avec l’énergique Jovany, sorte de Jim Carrey made in France qui happe le public dès qu’il déboule sur scène

Continuer à lire

Humour : nos huit temps forts de la saison

Panorama de rentrée culturelle 2019/2020 | Avec des têtes d'affiche, des stars sur le retour ou encore des humoristes à découvrir.

La rédaction | Mardi 17 septembre 2019

Humour : nos huit temps forts de la saison

Didier Super Si nous n’avons pas vu cette nouvelle livraison de Didier Super intitulée tout de même Didier Super est beaucoup plus marrant que tous ces comiques de merde, on en attend beaucoup comme au PB, nous adorons ce personnage fort en gueule, aussi bien comédien, chanteur que plein d’autres choses, qui propose des spectacles dans lesquels il prend plaisir à mettre le public mal à l’aise pour mieux le faire rire. « Ça y est ! Après avoir été pendant 15 ans l’égérie à l’arôme gauchisant d’un public allant de l’altermondialiste post-ado au retraité bobo sous perfusion intellectuelle de France Inter, Didier s’est enfin mis en marche » nous annonce le programme. OK ! À la Salle noire mercredi 9 et jeudi 10 octobre Julien Santini On qualifie de "pince-sans-rire" la façon qu’a Julien Santini de pratiquer l'humour et c'est idiot car, pour le coup, on rit beaucoup à l'écoute des bassesses et envies de grandeur de ce Corse installé à Lyon à l'apparence mi-professorale mi-patraque (

Continuer à lire

Le rêveur Duval

SCENES | Karim Duval a fait un rêve. Le rêve que, un jour, migrants et "Français de souche" communient dans la bonne humeur aux tourments des déracinés. Il a alors (...)

Benjamin Mialot | Mardi 3 novembre 2015

Le rêveur Duval

Karim Duval a fait un rêve. Le rêve que, un jour, migrants et "Français de souche" communient dans la bonne humeur aux tourments des déracinés. Il a alors abandonné son poste d'ingénieur pour, adossé à un arbre généalogique plus ramifié qu'un Dragonnier de Socotra (sa mère est sino-tahitienne, son père franco-berbère), poursuivre avec un acharnement qui force le respect la carrière d'«humoriste de bout de table» entrevue dans son enfance. Pour autant, Duval n'est pas un de ces stand-uppers communautaires interchangeables comme les comedy clubs parisiens en usinent à la douzaine. Au contraire : chez ce Lyonnais d'adoption, la question des origines, bien qu'abordée dans le respect de la plupart des canons du genre (imitation d'accents, répertoriage de particularismes, sous-texte réconciliateur) ne se résout pas via un humour de repli (mal) camouflé en autocritique, mais avec un sens du récit, une rigueur d'écriture et un souci d'équilibre entre bienveillance et mordant tels qu'ils paraissent inscrits dans son ADN. Des qualités à l’œuvre sur Melting pot', premier one-man-show où, de sketchs noirs (la multinationale de vente de roses à la sauvet

Continuer à lire