De la Theoriz à la pratique

CONNAITRE | Bien sûr, il y a les touristes, les hôtels plus onéreux que jamais et les capitalistes d’un week-end sur Airbnb. Mais la Fête des lumières de Lyon est aussi l’occasion de découvrir de jeunes talents. Celui du duo Theoriz n’est plus à démontrer. Après nous avoir fait joué à Pac-Man sur une façade et donné vie à la Fresque des Lyonnais, il investit les voûtes sous Perrache. Rencontre avec ce tandem pour qui la Fête a été un véritable tremplin. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 2 décembre 2014

Photo : Theoriz Studio


À moins d'y habiter ou de fréquenter la précieuse école de graphisme Emile Cohl, il est rare de passer par la place Sainte-Anne, planquée derrière la gare de la Part-Dieu dans le 3e arrondissement. Pourtant, par un soir de décembre 2011 (autour du 8), de nombreux lyonnais s'y sont donnés rendez-vous pour jouer à Pac-Man sur une façade, à l'invitation de deux jeunes étudiants. D'un simple mouvement vertical ou horizontal de la main, chacun pouvait orienter le parcours de la tête gloutonne. Coup d'essai et coup de maître : la Fête des Lumières, souvent grandiloquente et trop impériale, devenait ludique.

Moitié de ce duo nommé Theoriz, David-Alexandre Chanel admet bien volontiers que cette participation les a lancés dans le bain, lui et son complice Jonathan Richer – l'installation a depuis voyagé, dernièrement jusqu'à Riga et à Gdansk en janvier prochain. Au départ, avant même de penser à la Fête, Jonathan et David avaient cette idée, «un peu terroriste», rigolent-ils, de récupérer un Pac-Man programmé en flash puis de «se promener avec un projecteur sous le bras et une batterie pour y jouer n'importe où dans la rue». Plus institutionnel mais pas moins récréatif fut ce Pacmanize me qui leur a permis de se faire les dents alors qu'ils fréquentaient encore l'École supérieure chimie physique électronique de Lyon. Là-bas, ils étaient déjà investis dans l'événementiel et le VJing (au point de se voir confier en mars 2011 la scénographie d'une soirée Jarring Effects) et n'envisageaient pas une seconde que la Fête des Lumières puisse être un tremplin.

Murs sensibles

C'est pourtant logiquement qu'ils participent l'année suivante aux festivités, en s'installant place Bahadourian avec un projet de mapping. Dès lors, l'international s'ouvre à eux avec un premier déplacement au Festival de lumières de Jérusalem en 2013 (où ils sont retournés cette année). 2014 les a aussi vus embarquer dans le convoi lyonnais parti vendre à Dubaï son savoir-faire à un géant de l'immobilier et marquer de leur empreinte les festivités du 25e anniversaire de la Révolution silencieuse à Leipzig. Jonathan et David ne se focalisent toutefois pas exclusivement sur ce type d'événements, qu'en bons gones ils ont connu avec des lumignons aux fenêtres. Cette activité n'occupe en effet que la moitié de leur temps.

L'autre, ils la consacrent au VJing (pour le festival Elekt'Rhône par exemple, au Transbordeur les 12 et 13 décembre prochains), tentant dans cette optique d'approcher des structures comme le label électro Ed Bangers, à l'invention de shows mêlant robotique et danse (notamment lors de la dernière Biennale d'art contemporain) et, plus généralement, au développement de nouvelles technologies d'interaction (tel un dancefloor augmenté). Ils ont à cet effet créé en mars leur société, la SARL Theoriz, logée au Pôle Pixel de Villeurbanne, d'où ils préparent même des formations pour des écoles d'ingénieurs, d'architectes ou de design. Le tout à seulement 26 ans.

Lyon, ses fresques, son cinéma

Dire qu'ils doivent tout à la Fête des Lumières serait sans doute exagéré, mais leur première participation leur a mis le pied à l'étrier. Fidèles à la manifestation, ils étaient l'an dernier associés à la Fresque des Lyonnais, concept le plus marquant de l'édition 2013 (avec le très avant-gardiste Grid des Berlinois Christopher Bauder et Robert Henke à l'Hôtel de Région). Sur cet espace inexploité jusqu'alors, ils racontaient en projections la vie de quelques-unes de ses figures, sous la houlette de Laurent Lhuillery et Gilbert Coudène, directeur de la très importante société de murs peints Cité-création. Une oeuvre très originale grâce à laquelle ils s'adjugèrent le Prix des partenaires de la manifestation, ratant de quatre voix celui du public, décerné à Damien Fontaine pour son travail place des Terreaux.

C'est précisément là que seront, en partie, les Theoriz cette année, intégrés à la même équipe que pour la Fresque (voir ci-contre). Mais le rendez-vous majeur pour les deux garçons se situera sous les voûtes de Perrache, mises en lumière pour la troisième année consécutive et où ils proposeront un Voyage cinématographique. Déjà "jouée" à Dubaï en janvier mais adaptée et retravaillée pour l'occasion, cette longue vidéo se déploiera sur 100 mètres de longueur et 3, 60 m de hauteur. À chaque extrémité du tunnel, un gros projecteur des années 30 donnera le ton, et surtout le son, celui d'un roulis de pellicule, tandis que dix-huit vidéoprojecteurs (contre onze aux Terreaux !) jalonneront cet hommage au cinéma, de ses prémices muets à aujourd'hui. Un personnage traversera ainsi les différentes séquences, assurant la transition entre le 7e art d'hier, l'animation et des films contemporains plus futuristes. Les planches animées réalisées avec les copains de BK (studio de création de contenu visuel), avec lesquels ils ont travaillé de nombreuses fois déjà, sont magnifiques, affichant un souci du détail trop souvent négligé dans cette manifestation de grande ampleur. Cette installation supposant à la fois de conduire un récit et de favoriser la mobilité du spectateur, la gageure de cette entreprise résidera cependant dans la maîtrise du rythme de défilement des images. Nous faisons d'ores et déjà le pari de sa réussite.

Fête des Lumières
Du vendredi 5 au lundi 8 décembre

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Lumières en circuit court

Fête des Lumières | Dans les airs, en ribambelle ou plaquées aux murs, les œuvres de Christophe Martine, des Theoriz et Erik Barray illumineront encore cette Fête des Lumières et s’installent sur les lieux phares des festivités après en avoir épousé les contours. Gros plan sur les parcours remarquables de ces locaux.

Nadja Pobel | Mardi 3 décembre 2019

Lumières en circuit court

Point de Damien Fontaine ou de Daniel Knipper lors de cette dernière édition de l’ère Collomb. Il y a bien Cozten sur la colline de Fourvière et dans l’Hôtel de Ville — le second étant aussi prometteur que le premier ennuyeux — mais deux des lieux phares (Bellecour et Saint-Jean) sont confiés à des artistes qui ont grandi, voire sont nés, avec cet évènement qui rassemble désormais presque deux millions de visiteurs. Théoriz en pratique En 2011, David Chanel et Jonathan Richer sortent de l’école supérieure de chimie physique électronique de Lyon et, dans le cadre des projets d’arrondissements (sabrés par les plans de sécurité post-attentats de 2015), se réunissent en Théoriz Studio

Continuer à lire

Un programme comme neuf pour la Fête des Lumières

Fête des Lumières | Comme prévu l'année dernière, la Fête des Lumières 2016 (raccourcie d'un jour) reprend les projets avortés de 2015. Revue de détails.

Nadja Pobel | Jeudi 5 novembre 2015

Un programme comme neuf pour la Fête des Lumières

Balayée par les tragiques attentats de novembre 2015, la Fête des Lumières aura bien lieu, du jeudi 8 au samedi 10 décembre. Un jour de moins et une amplitude horaire réduite (de 20h – au lieu de 18h – à minuit) dans un périmètre très délimité et encadré (de Bellecour aux Terreaux et un morceau du 5e arrondissement). 40 œuvres sont au programme (contre 77 annoncées l'année dernière mais les installations majeures n'ont pas changées). Dont celles-ci : Cathédrale Saint-Jean - Évolution C'est là qu'officiera le groupe Ez3kiel, réputé pour ses scénographies éblouissantes, avec une écriture mariant traits en noir et blanc et surfaces coloriées. Un laser servira de stylet et indiquera certaines parties de ce monument emblématique de la Fête dont les 12 000 pierres ont été numérisées durant trois semaines pour que le rendu soit le plus fin possible. Théâtre

Continuer à lire

La tête dans les mirages

CONNAITRE | Après une première édition en forme de prise de température, le Mirage Festival prend de l'ampleur. Plus qu'un instantané, c'est de fait un véritable panorama de la création numérique contemporaine qu'il propose. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 18 février 2014

La tête dans les mirages

En latin, dolus désigne une supercherie. C'est exactement ce à quoi s'est livré le collectif du même nom (redoublé) lors de la dernière Fête des Lumières : plutôt que de proposer un éclairage inédit du bâti à sa disposition, il a érigé sur la place Colbert un immersif tunnel de diodes dont les variations d'intensité figuraient autant de respirations. Autrement dit une installation autonome et qui aurait été à sa place, c'est le cas de le dire, sur n'importe quel autre bout de trottoir de la ville.Non respect du cahier des charges ? On préfère y voir l'affirmation d'une authentique passion pour les arts numériques : là où la plupart des événements se targuant de les promouvoir ne les utilisent en fin de compte qu'à des fins décoratives, Dolus & Dolus les valorise dans toute leur capacité à redéfinir notre environnement. Notamment dans le cadre du Mirage Festival, créé en 2013 et renouvelé cette année dans une version augmentée. Un festival pour les unir tous Ce sont en effet pas moins de douze lieux qu'investira l'événement, et à peu près deux fois plus de fenêtres sur l'avenir qu'ouvriront les développeurs, musiciens et plasticiens (et

Continuer à lire

Fresque animée

CONNAITRE | Il est le seul non Lyonnais de l’histoire. Le Chartrain Laurent Lhuillery, maire adjoint du chef-lieu d’Eure-et-Loir et responsable de la (...)

Nadja Pobel | Jeudi 28 novembre 2013

Fresque animée

Il est le seul non Lyonnais de l’histoire. Le Chartrain Laurent Lhuillery, maire adjoint du chef-lieu d’Eure-et-Loir et responsable de la manifestation Chartres en lumières, s’est pourtant entouré d’une équipe 100% gones pour lancer Dessine-moi... des lumières avec les élèves de la très réputée école d’arts visuels Emile Cohl et les jeunes artistes numériques de Theoriz Crew, qui avaient déjà permis aux spectateurs de jouer à Pac Man sur la façade d'un immeuble de la place Sainte-Anne en 2011 ou d’interagir avec celle de l'Alliance française sur la place Bahadourian l’an dernier. Ce projet original d'éclairage du mur des Lyonnais, oeuvre logiquement invisible dès la nuit tombée (à l’exception du mur des Canuts, illuminé de manière pérenne par la Direction de l’éclairage public depuis sa restauration en mai dernier), verra les éminentes personnalités représentées (le créateur de Guignol Laurent Mourguet, Antoine de Saint-Exupéry, les Frères Lumière, Tony Garnier, Louise Labbé...) tour à tour prendre vie tandis que les autres seront plongés dans l’obscurité. Non content de constituer une première pour la Fête des Lumières, ce projet sera aussi un hommage

Continuer à lire