Spielberg et les autres

Qu'est-ce qui peut hanter Spielberg pour revenir plusieurs fois sur l'esclavage ? Bien avant Lincoln, La Couleur pourpre puis Amistad annonçaient déjà un sujet qui en dit long sur son auteur. Sur deux fronts, l'un la condition féminine des afro-américaines au début du XXe siècle, l'autre le procès des esclaves qui mena à la guerre de Sécession, Spielberg s'est évertué à filmer son pays et le peuple noir américain. Avec une telle vigueur volontariste que les deux films figurent parmi les plus décriés de sa filmographie. En cause une représentation épineuse qui, entre le mélo biblique Oprah Winfreyisé - La Couleur pourpre, mal reçu par la communauté noire à sa sortie - et l'exercice de pénitence vantant les valeurs de la Constitution américaine - Amistad, tourné pour corriger la réception critique du premier, chaque film fait de cet Autre, l'esclave, le noir, une drôle de figure. On s'explique : en se penchant sur l'esclavage ou la ségrégation, Spielberg vante moins les vertus des Droits de l'homme qu'il traite de sa plus grande angoisse, la perte identitaire. Au fond, peu importe qu'il s'agisse des noirs, des femmes, d'un nazi, d'un voyageur bloqué dans un aéroport, d'un alien ou même d'un requin, il y a toujours un autre chez Spielberg. Un autre symbolique et interchangeable qui ne sert qu'à questionner, mettre en péril puis conforter celui qu'il croise. Ainsi les héros d'Amistad peuvent repartir vers l'Afrique après avoir renforcé (malgré eux) les valeurs américaines ; ainsi E.T peut-il rentrer chez lui après avoir ressoudé la communauté. À l'image de Tom Hanks dans Le Terminal qui repart en ayant à peine vu New York, ce grand autre qui fascine tant Spielberg ne reste jamais, il doit toujours s'en aller, quand il n'est pas tué. La rencontre est forcément passagère, ne servant qu'à consolider des personnages ou une nation. L'esclavage n'est finalement que la grande cause morale d'un auteur qui avec Lincoln prolonge ses obsessions.

Jérôme Dittmar

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 28 décembre 2023 La ville natale du cinématographe célèbre les mélodies de l’âge d’or d’Hollywood avec quatre concerts pour nous accompagner vers la nouvelle année, entre sensibilité et grandiosité. 
Mardi 12 décembre 2023 L’Institut Lumière propose une rétrospective en deux parties de l’œuvre de Steven Spielberg, maître d’Hollywood devenu grand maître tout court, autrefois contesté, aujourd’hui incontestable. À (re)voir sans modération.
Mercredi 17 janvier 2018 Lincoln, toujours aussi grincheux et susceptible de plonger dans les pires embrouilles, revient dans un tome 9 aux saveurs anarchistes savamment ficelé par la famille Jouvray.
Mardi 5 janvier 2016 Après une année cinématographique 2015 marquée par une fréquentation en berne —plombée surtout par un second semestre catastrophique du fait de l’absence de films qualitatifs porteurs —, quel sera le visage de 2016 ? Outre quelques valeurs sûres,...
Mardi 1 décembre 2015 Quand deux super-puissances artistiques (les Coen et Steven Spielberg) décident de s’atteler à un projet cinématographique commun, comment imaginer que le résultat puisse être autre chose qu’une réussite ?
Mardi 16 juin 2015 Le cinéma regorge de duos fameux formés par un compositeur et un metteur en scène : Bernard Hermann et Alfred Hitchcock, Philippe Sarde et Claude (...)
Dimanche 3 novembre 2013 Une cinquantaine de dessinateurs, scénaristes et coloristes en dédicace, une exposition de planches et crayonnés de Lincoln, l'excellent western (...)
Mercredi 23 janvier 2013 On pouvait craindre un film hagiographique sur un Président mythique ou une œuvre pleine de bonne conscience sur un grand sujet, mais le «Lincoln» de Spielberg est beaucoup plus surprenant et enthousiasmant, tant il pose un regard vif, mordant et...
Vendredi 12 octobre 2012 Un siècle qu'Universal a planté son drapeau à Hollywood. Si le doyen des studios encore en activité méritait bien son petit hommage, quel meilleur film que le (...)
Vendredi 23 mars 2012 Ceux qui, dans un moment de distraction, n’auraient pas suivi le principe de la programmation cinéma de Quais du Polar à l’Institut Lumière cette année, (...)
Mercredi 15 février 2012 Comme s’il avait fait de cette odyssée d’un cheval du Devon à travers la Première Guerre mondiale le prétexte à une relecture de tout son cinéma, Steven Spielberg signe avec "Cheval de guerre" un film somptueux, ample, bouleversant, lumineux et...
Jeudi 20 octobre 2011 À l’instar de James Cameron avec Avatar, Steven Spielberg s’empare d’une innovation technologique au potentiel énorme, et la plie à son imagination toujours fertile pour mieux la sublimer, au gré d’une véritable leçon de mise en scène. François Cau
Jeudi 19 mai 2011 De Brad Furman (ÉU, 1h58) avec Matthew McConaughey, Marisa Tomei…
Jeudi 22 mai 2008 Le quatrième volet des aventures de l’archéologue au chapeau est une bonne surprise : Spielberg et Lucas retournent à leur avantage les invraisemblances du récit et la vieillesse de leur héros pour en faire un blockbuster fier de son charme...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X