Aux Célestins, la bestialité rampante selon Sarkis Tcheumlekdjian

Andorra

Célestins, théâtre de Lyon

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Théâtre des Célestins / En choisissant le texte retors et politique du suisse Max Frisch sur la montée du fascisme, Sarkis Tcheumlekdjian poursuit son travail empreint de symbolisation adossé à un texte plus pragmatique qu'auparavant. Bonne idée !

Grimée comme une poupée de foire, joues roses, couettes en suspension, Barbeline a une attitude — dont elle ne se déparera pas au fil de cette création — de petite fille qu'elle n'est pourtant plus. Sa gestuelle est même celle d'un bébé qui découvre son corps et le contorsionne. Peut-être cela trahit-il l'angoisse qui rôde dans cette ville imaginaire d'Andorra, synthèse d'autres lieux pas plus spacialisés que la temporalité de l'action n'est indiquée.

à lire aussi : 3 questions à... Aurélie Van Den Daele

Les casaques noires s'apprêtent à attaquer les maisons toutes blanches d'à côté, le bruit des bottes se rapproche. Sarkis Tcheumlekdjian, qui s'est par le passé déjà intéressé aux exclus (les bohémiennes dans Macondo d'après Garcia Marquez), trouve là un texte qui s'inscrit parfaitement dans son parcours théâtral lui permettant de ne pas renier son esthétique de masque voire de clowns tout en se débarrassant d'apparats parfois encombrants : ses personnages étaient surchargés de costumes, de postiches.

Ici point de tenture, mais au contraire un jeu de transparence avec des seuls montants de portes pour délimiter l'espace de jeu des coulisses à vue dans la relative obscurité qui baigne le plateau.

à lire aussi : Nuaj Live, ovni scénique

Tous les rats sont gris

Peu à peu, la faiblesse des hommes prend toute la place. L'instituteur, père de Barbeline, a soi-disant sauvé le jeune Andri d'une terre belliqueuse et en a fait un réfugié — accepté par les uns, particulièrement malmené par d'autres — pour ne pas avoir à avouer une relation extraconjugale dont cet homme est le fruit. La question du racisme, de la définition d'une appartenance et de la multiplicité des racines (les Gaulois et tous les autres)... tout résonne avec ce qui se disait hier et presque plus encore aujourd'hui.

Tcheumlekdjian n'a pas besoin de contemporanéiser le propos par une mise en scène réaliste qu'il fuit jusqu'au bout et cette très belle image de l'homme rendu à l'état animal. Seul bémol à ce travail rigoureux : un rythme qui s'étire de plus en plus dans l’enchaînement et au cours des séquences, lestant un peu cette écriture qui, puisqu'elle a toujours une longueur d'avance sur les protagonistes, aurait pu être transposée avec plus de nerf.

Andorra
Aux Célestins jusqu'au 8 octobre

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Scènes...

Mardi 28 mars 2023 Un nom douillet, une verve grivoise, crue, parfois joliment obscène : Doully — celle qui surnomme son public « ses p’tits culs » — passe deux fois en région ce mois-ci, nous voici ravis.
Lundi 10 octobre 2022 Le spectacle vivant est un des rares moment où l’on ne fait qu’une chose à la fois. Pour le public, du moins... Car Les Rois Vagabonds, eux, jonglent entre les disciplines durant plus d'une heure. Leur "Concerto pour deux clowns" est joué au Grand...
Lundi 5 septembre 2022 Impossible d’attaquer la saison 2022-23 sans regarder dans le rétroviseur de la saison précédente qui a permis de constater que les spectateurs ne sont pas tous revenus dans les salles et encore moins démultipliés face à l’offre exponentielle. De...
Mardi 26 avril 2022 Sur les planches ou au cinéma (Au poste, Problemos…), Marc Fraize est un artisan. Auteur, acteur, humoriste, clown tendre et jubilatoire, il porte le rire loin des standards et  de l’enchaînement de blagues surfant sur l’actualité. Son...
Mardi 12 avril 2022 Non labellisé Scènes Découvertes, mais enfin aidé par la Ville, le Théâtre de l’Uchronie, au cœur de la Guill’, défend depuis 2014 des récits imaginaires et oniriques. Les pieds beaucoup plus sur terre que satellisés.
Mardi 29 mars 2022 Dans un spectacle dérangeant et éblouissant, Alice Laloy renverse les codes du roman de Pinocchio et s’attache au moment de sa transformation. Un des grands spectacles du dernier Festival d’Avignon ; de surcroît accessible aux enfants.
Mardi 15 mars 2022 Après son premier one-man-show dans lequel le prince des potins, Tristan Lopin, nous comptait ses déboires amoureux, l’humoriste revient avec un seul en scène brut, décapant et authentique, le 1er avril, à la Bourse du Travail.
Mardi 15 mars 2022 Pas simple de restituer Pialat au théâtre tant il a éclaboussé le cinéma de son génie à diriger les acteurs. Dans ce spectacle énamouré adossé à À nos amours, Laurent Ziserman parvient à saisir l’infinie justesse qui émanait des films du...
Mardi 1 mars 2022 Avant de présenter Un Sacre aux Célestins en mai, Lorraine de Sagazan propose au Point du Jour une plus petite forme, La Vie invisible, conçue avec le même auteur Guillaume Poix. Où il est question de la perception d’une pièce par un malvoyant....

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X