Les jours sans : pallier le manque

Les jours sans

CHRD

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

CHRD / Le CHRD ne pouvait pas trouver titre plus juste pour son exposition sur l’alimentation, pendant brillant à celle consacrée en 2013 à la mode en temps de guerre : Les Jours sans. Vivre, survivre, sans rien ou presque... tel a été le long combat des Français dans une société qui a tout rationné et s'est inventé des ersatz.

Plus qu'à ses traités et ses armes de combat, une guerre se mesure parfois à l'aune de petits bouts de papiers découpés, de quelques légumes revenus du Moyen-Âge et du besoin criant d'une bicyclette. Tout cela figure dans Les Jours sans, illustrant une vie contingentée de 1940 à 1949. Dans ce lieu-même où Klaus Barbie pratiqua la torture, les panneaux de cette nouvelle exposition sont revêtus de rose et de vert pastel, couleurs des tickets de rationnement visibles d'emblée dans toute leur spectaculaire complexité.

à lire aussi : A la mode comme à la guerre

Faire la queue, comme il est montré à l'étage supérieur en introduction, a été le lot quatre heures par jour des ménagères. Derrière cette nécessité, c'est tout un pan de la hiérarchie de la société qui se déploie : la création d'un secrétariat d'État au ravitaillement le 13 août 1940 pour contrôler le circuit du producteur au consommateur, la mise en place de ces tickets le 23 septembre et la catégorisation - E (enfant), J (jeune), A (adulte), T (travailleurs de force), C (travailleur agricole), V (personne âgée).

Les difficultés d’acheminement et d'évaluation de production poussent à une rationalisation extrême et cruelle : les crémiers doivent inventer la mesure du quart de litre quand ils ne connaissaient alors que le demi et il est ordonné aux femmes enceintes bénéficiaires de suppléments alimentaires au 5e mois de rendre leurs tickets restants en cas de fausse-couche.

à lire aussi : Entrez dans l'Histoire

Dans cette France devenue urbaine en 1931, les ruraux ont le privilège de cultiver leur terre et c'est ainsi que sont mis en place des "colis familiaux" qui n'ont de familiaux que le nom : ce sont en faits des vivres de la terre au prix non réglementé que peuvent acquérir les plus riches habitants des villes. Pour les autres, reste à parcourir de longues distances à vélo pour tenter de quémander un œuf à une tante.

L'une des grandes forces de cette exposition – outre sa pertinence intrinsèque – est d'être reliée aux précédentes qui se sont déroulées : pour illustrer ces campagnes avoisinantes, sont exposées les photographies couleurs de Paul-Émile Nerson vues il y a deux ans. De même que celles en noir et blanc d'Émile Rougé que l'on retrouve dans le parcours permanent ou celles d'André Gamet, dernier témoin photographe de cette guerre disparu le 17 mars dernier. Loin d'être une anecdote ou pire une redite, ces échos accréditent l'identité, la cohérence et la pertinence de la collection de ce musée.

Rêver la nourriture

Pour contrer ces restrictions, les Français se débrouillent. C'est alors que les almanachs donnent la méthode pour construire son clapier en ville (la consommation de la viande de lapin prend l'ascendant sur celle du bœuf sous l'Occupation), des jardins ouvriers éclosent à Parilly, Saint-Priest, des champs de patates à la Tête d'Or (pour les Allemands), des magazines féminins expliquent comment cuisiner « avec trois fois rien », des livres s'intitulent 100 recettes nouvelles de miettes de pain, le pâté se fait sans pâté mais avec du viandox, des œufs et des biscottes, un programme officiel d'enseignement ménager est acté en 1941...

à lire aussi : Résister aujourd’hui

La saccharine a remplacé le sucre et puis les familles ressortent ce contenant hérité de la Première Guerre mondiale qu'est la marmite norvégienne, servant à enfermer un plat pré-cuit pour qu'il continue à chauffer sans gaz, sans charbon, sans éléctricité. En s'asseyant à une table, il est possible d'entendre, en portant un gobelet à son oreille, des témoignages récents de personnes âgées se souvenant avoir « mangé beaucoup de chats sans le savoir. »

Le gaspillage est proscrit, comme l’affirme une affiche, car de là naît « une misère plus grande. » Les enfants, bien conscients de toute cette âpreté comme le montre l'original d'une lettre de Serge Môquet à ses grands-parents, inventent des jeux où le gain fictif est un kilogramme de rutabaga. Mais surtout, ils sont affaiblis. Pétain ne sait pas protéger la jeunesse. En 1942, les enfants ont perdu 1 à 7 kg, 1 à 5 cm selon leur âge par rapport à 1938. Nerf de la guerre, la nourriture deviendra même objet des fantasmes de ceux qui en sont privé dans les camps : de très émouvants menus imaginaires sont ainsi composés avec soin à Buchenwald et le peintre Boris Taslitzky a laissé en héritage des figures d'hommes rachitiques cotoyés au camp d’internement de Riom.

Enfin, c'est au gré d'extraits du journal fraîchement découvert de William Brunat, médecin et résistant lyonnais, que se parcourt cette exposition. Il dit le froid, la peur, la faim et « les protestations [qui] redoublent ainsi que les menaces et les dénonciations » contre le régime propagandiste de Vichy. En cette période de guerre, Brunat fait ce constat qui n'a pas pris une ride : « L’inégalité des ressources entre les individus, les territoires, les villes et les campagnes entraîne un délitement durable du lien social. »

Les Jours sans, alimentation et pénurie en temps de guerre
Au CHRD jusqu'au 28 janvier

Procès Barbie : pour se souvenir

Jeudi 11 mai, à l'occasion des 30 ans du premier jour du procès Barbie qui s'est tenu à Lyon durant huit semaines, une table ronde se tiendra à l'Hôtel de Ville en présence notamment de Beate Klarsfeld, militante antinazie à l’origine de la traque de Klaus Barbie, Me Serge Klarsfeld, avocat des enfants d’Izieu, principal artisan du retour forcé de Klaus Barbie en France, André Cerdini, président de la Cour d’Assises de Lyon lors du procès... L'entrée est libre et la réservation obligatoire sur le site Web de la ville de Lyon.

Un montage de 45 minutes de ce procès (principalement des témoignages de victimes) est diffusé gratuitement (nul besoin de se procurer un billet) cinq fois par jour au CHRD depuis son ouverture en 1992. Seul le CHRD – par autorisation spéciale du Tribunal de grande instance de Paris, est en droit de diffuser des images de ce qui fut le premier procès filmé.

Klaus Barbie a été reconnu coupable de crime contre l’humanité et condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. Il est jugé responsable de la rafle de la rue Sainte-Catherine, le 9 février 1943, qui a conduit à la déportation de 86 personnes. Il est aussi responsable du convoi du 11 août 1944, le dernier depuis Lyon, dans lequel 650 détenus de la prison de Montluc, juifs et résistants, sont envoyés directement vers les camps de la mort. Klaus Barbie est également reconnu coupable de la rafle de la maison d’Izieu du 6 avril 1944 dans laquelle 44 enfants juifs et sept adultes sont déportés à Auschwitz.

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Arts...

Mardi 30 ao?t 2022 Cinq belles expositions à découvrir en galeries ce mois-ci, pour s’échauffer le regard avant (ou pendant) le grand événement artistique de la saison, la 16e Biennale d’art contemporain, qui débutera mercredi 14 septembre.
Mercredi 27 avril 2022 Un mois de mai exceptionnel pour les amateurs d’expositions, avec des photographes qui sortent de leur zone de confort, une belle collection particulière d’art contemporain au MAC, un abstrait baroque, et un Jean-Xavier Renaud qui...
Mardi 12 avril 2022 Zoom sur Elie Hammond, tatoueuse nouvelle génération qui a débuté sous l'égide de Dimitri HK avant de se forger son propre style et de devenir l'une des artistes les plus en vue du moment : la globe trotteuse sera présente à la...
Dimanche 3 avril 2022 Voici notre sélection de cinq expos à découvrir ce mois-ci gratuitement en galeries, qui ose le choc des générations et des styles : de l’école lyonnaise de peinture au street-art, en passant par la photographie de William Klein. Un point...
Mardi 15 mars 2022 Enfant terrible du monde de la photographie, William Klein n’a eu de cesse d’en bousculer les codes et les pudeurs. Jetant son corps dans la bataille du réel, ses images en conservent l’énergie, la violence, la vie. Retour sur les apports et le...
Jeudi 3 mars 2022 Mars arrive et la création contemporaine repart dans les musées et les galeries avec quelques belles affiches : William Klein, Christian Lhopital, Tania Mouraud, Thameur Mejri…
Mercredi 23 février 2022 Très loin d’être un musée de cire façon Tussaud, la nouvelle expo de La Sucrière revêt une réelle démarche artistique et permet de naviguer dans le courant de la sculpture hyperréaliste, jamais réellement structuré mais créé par des artistes...
Mardi 15 février 2022 Deux expositions personnelles, une exposition collective… Tania Mouraud connaît une forte actualité à Lyon. L’occasion de revenir sur cette figure importante de l’art contemporain.
Vendredi 4 février 2022 Du street-art australien au travail rigoureux du photographe Philippe Bazin, en passant par les espaces réinventés de Georges Rousse, on mélange tout dans notre shaker, ce mois-ci, pour vous inviter à découvrir plusieurs belles expositions à Lyon.
Mardi 1 février 2022 Pour entamer cette année qui verra la célébration de ses trente ans d’existence, le CHRD tombe le masque et offre les visages enfouis dans ses collections dont le fascinant ensemble de portraits peints au camp du Stalag en Silésie.
Mardi 18 janvier 2022 Tandis que Jean Bellorini met en scène son Jeu des ombres au TNP, l'artiste et écrivain Valère Novarina expose peintures et estampes à l’URDLA. L’agitateur des mots s’y poursuit agitateur des formes.
Lundi 10 janvier 2022 Pour reprendre le chemin des expositions en douceur, voici notre sélection de cinq expositions à ne pas rater ce mois-ci, dans des galeries ou des petits lieux, toutes gratuites.
Mardi 4 janvier 2022 Notre sélection de dix événements dans les musées et les galeries de Lyon. On y croisera quelques figures connues (William Klein, Andy Warhol, Valère Novarina…) et surtout un grand nombre d’artistes français et internationaux méconnus à...
Vendredi 3 décembre 2021 Cinq expositions à ne pas manquer ce mois-ci et autant d’interrogations sur : la finitude humaine, l’identité aliénée, la lumière, le corps des femmes, l’écologie.
Mercredi 17 novembre 2021 Réussie tant sur le plan historique qu’artistique, l’exposition En corps elles propose à la bibliothèque de la Part-Dieu une traversée des aliénations et des émancipations à travers la place et les représentations du corps des femmes.
Jeudi 18 novembre 2021 Depuis 40 ans, à Lyon, Le Réverbère défend la photographie en général et certains photographes en particulier. Pour fêter cela, la galerie a proposé à plusieurs de (...)
Mercredi 3 novembre 2021 Remarquable, passionnante et très complète exposition que Sur la piste des Sioux proposée par le Musée des Confluences et portée par une sublime collection d'objets. Plongée terrible et magnifique dans la construction de cet Indien...
Mercredi 3 novembre 2021 Aux États-Unis, l'image des Amérindiens (et sa réhabilitation) est aussi devenue un enjeu sur les terrains de sport, où un mouvement est en marche qui tente de faire débaptiser les clubs sportifs emblématiques portant des surnoms liés à une...
Mercredi 3 novembre 2021 Alors que le Musée des Confluences s'attache, dans son exposition Sur la Piste des Sioux, à expliquer et déconstruire les clichés autour de la représentation de l'Indien d'Amérique, retour sur la manière dont cet Indien a été traité à travers les...
Mercredi 20 octobre 2021 Depuis son adolescence, Nan Goldin a voué son existence à la photographie, tablant sur ce médium pour garder traces et fracas de la vie. Son œuvre, immense et mondialement connue, est rassemblée notamment dans deux livres clefs et...
Mercredi 20 octobre 2021 Après une première vie sur les pentes de la Croix-Rousse, le lieu d’art contemporain Kommet (dirigé par Émilie d’Ornano) vient de rejoindre le quartier de la (...)
Mercredi 6 octobre 2021 La troisième mouture du festival Peinture Fraîche marque à la fois une transition et un retour de la vie culturelle. Un festival qui s’inscrit dans l’air du temps : zoom sur les innovations amenées par le directeur artistique, Cart'1.
Jeudi 7 octobre 2021 C’est le rappel de ce qu’a été le jusqu’auboutisme de la répression et de l’horreur nazie qui s’expose en quatorze panneaux dans la cour de la prison – (...)
Lundi 11 octobre 2021 Notre sélection d’octobre est comme à l’accoutumée hétéroclite, tant en ce qui concerne les lieux que les genres artistiques, mais fait ce mois-ci la part belle aux jeunes artistes.
Jeudi 9 septembre 2021 La 9e Biennale Hors les Normes propose une multitude d'expositions consacrées à l'art brut et à l'art singulier. Avec des artistes et des lieux hors des sentiers battus.
Jeudi 15 juillet 2021 Du XIXe au XXIe siècles, des frères Flandrin à Weerasethakul, voici notre sélection éclectique des expositions d’art à ne pas manquer cet été.
Mardi 29 juin 2021 Peinture Fraîche sera de retour à la Halle Debourg du 1er au 31 octobre 2021, pour une troisième édition sous le signe des nouvelles technologies, de l’écologie, des regards féminins et de l’abstraction. Les premiers noms viennent d’être dévoilés.
Mercredi 16 juin 2021 Exposition d’ampleur, aussi belle qu’anxiogène, La Terre en héritage a le mérite de remettre en perspective nos connaissances et montre comment depuis le néolithique, l'humain a dévoyé les richesses de son air, son sol, ses eaux à son seul...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !