The Ink Factory, premier acte

The Ink Factory

La Sucrière

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Tatouage / Rendez-vous tatouage de l’année, la première édition de The Ink Factory prendra place à la Sucrière le temps d’un week-end avec des tatoueurs venus du monde entier pour célébrer cet art autour d’expositions, concerts, performances et pâtisseries par Sébastien Bouillet en personne !

Lyon semble avoir trouvé un événement tattoo à la hauteur de la qualité du travail de ses tatoueurs. Né du constat d’un manque évident d’un salon qualitatif, Téodor Milev, patron de la boutique 681 Tattoo, s’est mis en tête de rassembler ses nombreux copains tatoueurs sous un même toit. Son leitmotiv ? Mettre en avant Lyon, son patrimoine et ses artistes.

140 tatoueurs feront le déplacement jusqu’à la Confluence, et pas moins de vingt nationalités seront représentées. On a déjà repéré quelques noms qui feront saliver les connaisseurs et qui susciteront la curiosité des profanes. En ce qui nous concerne, on fera un tour sur les stands de Tin-Tin, le tatoueur français incontournable, organisateur du hautement qualitatif Mondial de Paris, mais aussi du côté d'Alix Ge, la réalisatrice du visuel de Ink Factory qui excelle dans le style tradi-japonais.

Les Japonais seront d'ailleurs représentés par deux hommes de renom. Pour les plus téméraires, allez voir Horishige et découvrez son style Irezumi et la technique ancestrale au tebori. Les novateurs apprécieront le travail de Horiei qui revisite le tatouage japonais tout en réalisant ses motifs conformément aux traditions ancestrales. Encore un peu de tradition, mais cette fois du côté de la Thaïlande, avec le travail de Matthieu Duquenois qui utilise la technique du Sak Yan qui sera à ne pas manquer. À suivre également de très près : l’Espagnol Robert Hernandez, pionnier du style dark réaliste, le Grec Kostas et l’Australien Coen Mitchell.

Du côté des Lyonnais, on apprécie la présence de la talentueuse Pas de Veine (Viva Dolor), mais aussi de Pandido (Merci Bonsoir), Quentin Aldhui (Hello Darkness), David F (Artribal). Et bien sûr celle de Jean-Luc Navette, curateur de la partie concerts sur ce salon (Manu Lanvin et Beaten Brats), qui aura son stand avec les éditions Noire Méduse et exposera des posters et instruments de musique. Pour prolonger le côté expo, Pascal Bagot montrera ses clichés du Tatouage japonais des années 1950 à Tokyo.

Le plus dur maintenant sera de réussir à obtenir un rendez-vous pour se faire piquer.

The Ink Factory
À la Sucrière ​du 13 au 15 avril

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 12 avril 2022 Zoom sur Elie Hammond, tatoueuse nouvelle génération qui a débuté sous l'égide de Dimitri HK avant de se forger son propre style et de devenir l'une des artistes les plus en vue du moment : la globe trotteuse sera présente à la...
Jeudi 12 mars 2020 Les annulations et reports s'accumulent dans presque toutes les structures de la métropole, impactant durement tout un écosystème déjà fragile. Voici ce qui nous a été communiqué. Nous mettrons cet article à jour au fur et à mesure. (dernière mise à...
Mardi 8 janvier 2019 Art vivant par excellence, le street art a conquis les murs des galeries mais ne s’arrête pas là : des festivals s'implantent et des liens se tissent avec d’autres disciplines.
Mardi 3 avril 2018 Le tatoueur Teodor Milev utilise la peau comme support d’expression artistique. Son truc ? L’hyper-réalisme, qu’il pratique dans sa boutique 681 Tattoos.
Mardi 19 septembre 2017 22h05 un mardi à Lyon cinquième, Vieux Lyon. Jean-Luc Navette y a pris ses quartiers depuis 15 ans. Viva dolor, son lieu de travail, sa chapelle n’est pas le lieu du rendez-vous. C’est devant l’église Saint-Paul sous sa tour-lanterne que je retrouve...
Mardi 15 septembre 2015 3 RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : le lancement du magazine Kiblind au Sucre, celui de la revue Bad to the Bone au Sonic et la Blast Live Party de la Triperie.
Mardi 24 février 2015 Il y a trois semaines de cela, nous vous présentions en Une de notre numéro 785 de jeunes tatoueurs se revendiquant d'une certaine tradition lyonnaise. (...)
Jeudi 7 novembre 2013 Du fond de son atelier du Vieux-Lyon, Jean-Luc Navette noircit peaux et pages depuis plus d'une décennie. A l'occasion de la mini-exposition que lui consacre la galerie Datta, portrait de cet activiste du trait qui, à l'instar d'un Pierre Soulages...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !