Le Paradox, un lieu d'échange

Bar / Boire une bière locale, participer à un championnat de babyfoot, assister à un spectacle l’après-midi avec ses enfants et revenir sans eux le soir pour un DJ set : bienvenue au Paradox.

Vous y avez peut-être déjà bu une bière, écouté un DJ set, disputé un match de babyfoot ou assisté à un spectacle. Car le Paradox est un bar mais aussi et surtout un projet à vocation culturelle. Porté par une programmation très pluridisciplinaire. Depuis son ouverture en septembre, le spot a déjà accueilli le DJ Lloyd pour un rendez-vous devenu bimensuel, des contes musicaux pour enfants, un goûter d’Halloween très vite complet, une conférence sur le soundsystem de la Jamaïque à aujourd’hui par Rajah, une coupe du monde de babyfoot, un concerto de harpe accompagné d’une dégustation d’huîtres (de retour en janvier !), une friperie, une projection de documentaire lors de l’ouverture officielle ou encore l’assemblée générale de l’association Le Séquenceur… Et dans un futur proche, du théâtre avec leurs amis du Nombril du Monde, des sessions de tatouage par un collectif stéphanois, peut-être des cours de yoga, mais aussi un projet en partenariat avec Downtown Vibes à Tunis, pour élargir le champ d’action à l’international.

De la bière, mais locale

Car le Paradox souhaite avant tout donner un lieu d’expression à la scène locale, en mettant l’espace à disposition pour les petites structures qui n’ont pas les moyens de se produire sur les grandes scènes culturelles lyonnaises. Le lieu est porté par l’association Sanovapiano. Anciennement habité par La Méduze, l’espace est immense : 200 mètres carrés au total, en plein cœur des pentes de la Croix-Rousse ! Un rez-de-chaussée forme un grand plateau ouvert avec des tables, des chaises, quelques canapés, une bibliothèque, une borne d’arcade, un babyfoot, et bien sûr un bar approvisionné localement : les bières viennent de Saint-Julien-Molin-Molette (Parc naturel régional du Pilat) et changent régulièrement : blonde, blanche, ambrée et IPA sont au menu, ainsi que des bières bouteilles comme La Frivole. Idem pour les vins, jus de fruits et le soda savoyard Yaute Cola !

Un babyfoot et des clopes

Mais c’est aussi 80 mètres carrés au sous-sol où se trouve le seul babyfoot fumeur de la ville (c’est-à-dire une salle fumeur suffisamment aérée et spacieuse pour y faire quelques parties) et la salle de concert. Car l’équipe a à cœur de maintenir de bonnes relations avec le voisinage et programme donc les concerts en soirée uniquement au sous-sol. Des expositions de dessin, photo, art contemporain sont également organisées chaque mois. En ce moment le travail de la photographe Claire Pennequin est exposé. Les meubles ont été chinés, récupérés, fabriqués. Le lieu est un work in progress, en constante évolution, portée par les projets de l’association mais aussi des collectifs rencontrés. En témoigne la scène construite sur mesure et en dernière minute pour un concert de rap qui nécessitait une estrade : ils l’ont laissée. Un lieu d’échange, dans le sens le plus noble du terme.

Le Paradox
26 rue Sergent Blandan, Lyon 1er

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 22 mars 2016 Élégance et rigueur. Deux mots-clés qui pourraient à la fois caractériser l'essentiel de l’œuvre de Jiri Kylián et sa personnalité. Né en 1947 en ex (...)
Dimanche 20 novembre 2011 Réalisé avec 150€ selon son réalisateur Djinn Carrénard, Donoma est en train de provoquer un mini-séisme dans le cinéma français ; comme si le scandale n’était pas de jeter des millions d’euro par les fenêtres dans des navets honteux, mais de...
Vendredi 4 avril 2008 Opéra / Britten est à l’honneur cette saison à l’Opéra de Lyon et nous ne pouvons qu’applaudir. Comme il est bon d’être exposé aux univers suaves et mystiques d’une musique si singulière. Pascale Clavel

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter