Bellie rajeunie la rue Mercière

Restaurant / Bonne surprise, un restaurant et bar à vin nature vient d’ouvrir rue Mercière : Bellie. Aux manettes, on retrouve Alexandre Quenin, déjà aperçu chez Racines.

La rue Mercière, maelström culinaire, avec son cœur bouchons-moules-frites-fusion-sushis, accueille presqu’au niveau des Jacobins ce joli Bellie qui détonne. Ses atours convoquent le bar à vin branchouille (matières brutes, tables en marbre, vaisselle chinée) mais aussi le street art (mur graffé de fluo par Grems).

à lire aussi : La Bijouterie laisse sa place à Morfal

Son chef affirme : « on voulait ici une ambiance culinaire qui nous fasse vibrer, autour de bons produits, locaux parce qu’il faut changer les manières de consommer et, même si on aime les choses gastro, ici travaillées avec une inspiration street food. » Pour le dire autrement : ses légumes viennent d’un regroupement de maraîchers d’Ardèche et de Drôme, ses viandes de la Table de Solange (des frangins éleveurs de l’Aveyron) et l’ensemble est cuisiné avec « des twists étrangers gourmands, qui nous permettent de kiffer. »

Une soupe froide d’amandes

Ça donne à midi un menu à 24 euros et le soir de petites (mais bien garnies) assiettes à partager (de 8 à 14€). Plusieurs d’entre elles sont végétariennes (l’un des cuistots est vegan). On pense au poireau frit dans une pâte filo, posé sur un ajoblanco (une soupe froide d’amandes), mayo fumée et jus de poireau caramélisé, ou encore aux asperges blanches, vertes, crues, cuites, accompagnées de carrés de riz croustillants.

Ceci comme le reste (vitello tonato ou encornets à la plancha) s'arrose d’une vingtaine de vins natures, dont le Beaujolais Blanc de Séléné (32€) et d’une quinzaine de bières craft, dont la sour noire de Sulauze (8€). 

Bellie
61 rue Mercière, Lyon 2e
Tous les jours, midi et soir

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 1 avril 2014 Aux commandes d’une "Fanfare" de haut-vol, Jonathan Wilson est revenu l’an dernier avec un album de très haute altitude, qui aspire aux nues des grands obsédés psychédéliques. Pour le pire ? En fait plutôt pour le meilleur. Stéphane Duchêne
Vendredi 18 septembre 2009 Hip-Hop / C’est probablement quand il n’est plus seulement une affaire de mauvais garçons qu’un genre musical fait définitivement partie du décor. Ce fut le (...)
Mercredi 9 novembre 2005 Livre / Le deuxième roman de John Burnside traduit en France démontre encore une fois la formidable santé d'une littérature écossaise qui s'inscrit avec force (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !