Penone redonne vie au Corbusier

Art contemporain / Après Anish Kapoor, Anselm Kiefer et d’autres, le couvent de la Tourette accueille  Giuseppe Penone. Avec beaucoup de délicatesse, l’artiste italien laisse ses œuvres s’ouvrir à la spiritualité du lieu, tout en suggérant une nouvelle dimension à l’architecture du Corbusier : celle de la chair, de la peau, du vivant.

Le travail de Giuseppe Penone est affaire de traces, de métamorphoses, de transferts entre les "règnes" : végétal, minéral, humain… Etonnamment contemporaine, son œuvre explore notamment les liens entre la nature et l’humain, tentant de les réconcilier, du moins de les faire vibrer ensemble : comment le corps de l’artiste laisse-t-il des traces dans un arbre et vice-versa ? ; comment retrouver dans une poutre de construction l’arbre qu’elle fût ? ; comment une forêt entière peut-elle se frotter à de grandes feuilles de papier pour y laisser son image… ? Dans un entretien du catalogue avec le frère Marc Chauveau (commissaire de l’exposition à la Tourette), Penone revient sur ses premiers pas : « Mon travail consiste à observer la matière et à révéler les formes des matériaux. C’est une indication de la forme. Dans les premières œuvres que j’ai faites, c’était un rapport direct de mon corps avec les arbres et avec la croissance des arbres. J’associais mon corps et mon existence à une autre existence qui était celle de l’arbre, celle d’une pierre ou celle d’un autre élément, en pensant qu’ils avaient la même valeur, seulement une forme de vie différente. » Depuis ses premières œuvres, Penone suit une esthétique et une éthique de la discrétion qui se traduit par des gestes simples, des formes épurées, l’accueil des choses. Un art du vivant, un art vivant.

Le défi du Corbu

Au couvent de la Tourette conçu par Le Corbusier, Penone a été d’emblée confronté à une difficulté : lui qui loue les relations et les respirations entre la nature et l’homme s’est retrouvé face à un bâtiment replié sur lui-même, construit certes en pleine campagne, mais privilégiant le recueillement, la méditation, l’intériorité. « On voit le paysage par le couvent, mais on ne rentre pas dans la nature. Le couvent est comme un corps fermé sur lui-même qui voit à l’extérieur mais dont toute la vie se déroule à l’intérieur » dit encore Penone à Marc Chauveau. 

Acceptant ce défi, Penone présente ici des œuvres anciennes qui peuvent ici prendre une signification imprévue, échappant aux intentions initiales de l’artiste tel, par exemple, ce bloc de marbre évidé placé sous un crucifix dans l’oratoire. L’image d’un tombeau vide apparaît alors dans cette nouvelle mise en espace. Tout comme les nouvelles connotations possibles d’une poutre sculptée placée dans l’église de la Tourette, et qui peut faire penser, par exemple, à la croix de la crucifixion… 

Révéler la chair du couvent

En plus de ces travaux anciens que l’on prend plaisir à redécouvrir dans un nouveau contexte, Penone a créé plusieurs œuvres à l’occasion de son exposition. Notamment, une série de « frottages » en couleurs (d’après le nuancier du Corbusier) issus du frottement du papier contre le béton brut des murs du bâtiment, cette peau très granuleuse des lieux. « Dans l’exposition au couvent, on aura des œuvres en marbre aussi bien au sol que sur les murs travaillés, comme une matière vivante, de la chair. L’idée de vouloir révéler quelque chose qui est dans la matière, qui est dans le lieu, m’a conduit de la même manière à réfléchir à l’architecture comme à un bois sacré, une forme existante, mais cachée, que j’ai essayé d’indiquer avec la technique du frottage. » Pour relever le défi initial du bâtiment, Penone s’est peu à peu imaginé le Couvent comme une sorte d’arbre ou de forêt, aussi matérielle que spirituelle, dont ses œuvres soulignent-révèlent la vie intrinsèque, la respiration, la capacité de communication. 

Giuseppe Penone au Couvent de la Tourette (Eveux), jusqu’au 24 décembre. Dans le cadre de la Biennale d'art contemporain

Bio express

1947 : Naissance en Italie

Années 1970 : Figure importante de l’art contemporain italien, il est souvent rattaché au courant de l’Arte povera (« art pauvre »)

1997-2012 : Enseignant à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris

2004 : Rétrospective au Centre Pompidou à Paris

2007 : Représente l’Italie à la Biennale de Venise

2022 : Expositions au Couvent de la Tourette et au Musée de Grenoble (dans le cadre de l’expo « De la nature » du 22 octobre 2022 au 19 mars 2023)

 

pour aller plus loin

vous serez sans doute intress par...

Jeudi 26 ao?t 2021 Une rando, une balade en bateau, des châteaux (oui les autres châteaux de la Loire !), des points de vue à couper le souffle, faune et flore sauvages et même une plage. À une heure de Lyon, cap sur les gorges de la Loire pour une journée...
Mardi 17 décembre 2019 Il y a un prétexte – les 150 ans de sa naissance – mais sans doute n’en est-il pas besoin pour célébrer au travers de trois expositions l’apport de l’architecte Tony Garnier à la ville de Lyon, dans trois lieux différents. Balade.
Vendredi 27 septembre 2019 C’est rien moins qu’un événement artistique majeur au Couvent de la Tourette qui accueille l’artiste contemporain Anselm Kiefer. L’architecture du Corbusier donne paradoxalement à Kiefer un peu de légèreté...
Mardi 15 novembre 2016 Gilbert Amy a 80 ans. Compositeur, pédagogue, chef d’orchestre, ancien directeur du CNSMD de Lyon, il est célébré un peu partout en France et l’on redécouvre avec son œuvre tout un pan de la musique contemporaine, un univers expressif, complexe,...
Mercredi 6 juillet 2016 Religion et modernité ne sont pas incompatibles. Les Frères Dominicains en ont apporté la preuve en demandant à un architecte renommé de construire le couvent de la Tourette : Le Corbusier. Grâce à lui, le moderne a renoué avec le sacré.
Mardi 7 juillet 2015 Avant que la région n'en compte douze, zoom sur les lieux les plus emblématiques de chacun des huit départements de Rhône-Alpes, qu’ils soient inscrits ou classés aux monuments historiques. À voir et à revoir.
Mardi 7 avril 2015 Juste à côte de l’Arbresle, entre Lyon et Roanne, Le Corbusier a implanté, en 1960 et à la demande directe des Frères dominicains, un couvent dédié à la prière mais aussi à la recherche. Toujours utilisé par une poignée d’entre eux, ce temple de...
Mardi 16 décembre 2014 Les deux expositions d'art contemporain les plus passionnantes du moment se déroulent à Saint-Etienne avec Jannis Kounellis et à Grenoble avec Giuseppe Penone. Deux artistes qui ont évolué, un temps, dans la mouvance de l'arte povera. Jean-Emmanuel...
Mardi 29 avril 2014 À une heure de Lyon se trouve l’ensemble le plus vaste jamais imaginé par Le Corbusier... qui mourut trois mois après la pose de la première de pierre de l’unité d’habitation. Bienvenue à Firminy ! Nadja Pobel
Mercredi 16 octobre 2013 Qu'un frère dominicain (Marc Chauveau, responsable des expositions au Couvent de la Tourette) ressuscite un couple d'artistes contemporains, on ne verra (...)
Jeudi 5 juillet 2012 C’est le plus grand ensemble réalisé par Le Corbusier visible en France : une unité d’habitation, un stade, une maison de la culture et une église étonannte (...)
Jeudi 5 juillet 2012 Descendre à la gare de l’Arbresle et poursuivre à pied durant une bonne demi-heure au milieu des vallons des Côteaux du lyonnais. C’est dans ce coin de (...)
Jeudi 5 juillet 2012 À Lyon ou aux portes de la ville, cinq sites majeurs de l'architecture moderne, regroupés sous la mention Utopies réalisées, s'offrent au visiteur curieux. En route pour une découverte estivale des quartiers des États-Unis, des Gratte-ciel, des...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !