Guillaume Cayet : « Avec "Grès", j'ai voulu montrer comment la colère se mue en révolte »

Grès

Célestins, théâtre de Lyon

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Théâtre / Spectacle sur « l’éveil d’une conscience politique » non sans rappeler le mouvement des Gilets jaunes, "Grès (tentative de sédimentation)" est à découvrir aux Célestins du mardi 14 au vendredi 24 mai. Interview avec l'auteur de ce spectacle politique et fort.

Quel a été le point de départ de votre texte ? 

à lire aussi : En mai, vois ce qu'il te plaît : nos 11 spectacles du mois à Lyon

Guillaume Cayet : Clairement, le mouvement des Gilets jaunes, même si l’idée n’était pas de faire une pièce sur le sujet – les Gilets jaunes ne sont d’ailleurs quasiment jamais évoqués dans le texte, si ce n’est lorsque je décris quelques personnes qui se réunissent sur les ronds-points. Je suis plutôt parti de mon expérience en manifestation pendant cette période, d’autant plus que j’ai vu des membres de ma famille rejoindre le mouvement. En parallèle, j’ai aussi vu la récupération médiatique, et notamment comment la violence qui surgissait du mouvement était moralisée alors qu’en face, une autre violence s’exprimait. Tout ça a fait ma pièce.

Pourquoi ce titre Grès (tentative de sédimentation)  ?

J’ai voulu montrer comment la colère d’un homme se mue en révolte ; montrer cet instant décisif : quand est-ce qu’on décide qu’on va en manifestation. Mais peut-être que, finalement, cet instant décisif n’existe pas, d’où la sédimentation [le grès est une roche sédimentaire, NDLR]. On a l’impression que le personnage de la pièce a toujours consenti aux ordres, puis on se rend compte que la sédimentation était finalement présente en lui depuis longtemps. Car quand on en arrive, un jour, à lancer une pierre, c’est peut-être que les choses grondaient depuis longtemps.

Sur scène, le comédien Emmanuel Matte, qui porte le récit, est accompagné par le musicien Valentin Durup, du groupe de rap La Canaille…

Oui. L’idée était de faire un oratorio, une sorte de forme un peu concert, brute, urbaine et poétique. Et ça m’intéressait beaucoup l’idée de frotter mon écriture à la poésie urbaine.

Comment le spectacle est-il accueilli, notamment par celles et ceux qui se sont retrouvés dans le mouvement des Gilets jaunes ?

On fait beaucoup d’itinérance avec le spectacle, on va à la rencontre de tous les publics. J’ai déjà fait pas mal de spectacles sur les violences policières, il y a donc des collectifs qui, maintenant, suivent notre travail. Et qui, clairement, se sont retrouvés dans cette histoire-là, se sont dit qu’enfin l’art s’emparait de ces questions – et je dis ça sans prétention, comme c’est votre question ! Et j’ai aussi vu, pour une partie de ceux qui n’étaient pas sympathisants du mouvement, la prise de conscience que c’était peut-être plus complexe que ce qu’on leur a raconté.

Grès (tentative de sédimentation)
Aux Célestins du mardi 14 au vendredi 24 mai

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X