Démineurs

ECRANS | Le grand retour de Kathryn Bigelow derrière la caméra permet un regard aussi inédit que pertinent sur le conflit irakien, tout en faisant preuve d’une tension cinématographique constante. François Cau

Dorotée Aznar | Vendredi 18 septembre 2009

Le film démarre en plein cœur de l'action : la tête la plus connue du casting (Guy Pearce) enfile sa combinaison de démineur, enchaîne quelques boutades viriles, avant qu'une explosion ne l'emporte, et avec lui le processus d'identification d'un spectateur dérouté. Le stratagème narratif a déjà été utilisé maintes fois (et notamment par ce grand couillon de Renny Harlin, qui l'a découvert il y a peu avec un enthousiasme puéril), mais rarement avec une telle force visuelle. Une fois le choc digéré, Kathryn Bigelow peut apaiser sa mise en scène et introduire son héros, le Sergent Adams (Jeremy Renner, enfin dans un rôle à la hauteur de son talent). Un farouche individualiste, accro à l'adrénaline, forcé de composer entre ses impulsions quasi suicidaires et ses responsabilités de gradé. La caméra tressautante le suivra pour ne quasiment plus le lâcher, le conflit devenant progressivement une toile de fond abstraite, avec ses ennemis invisibles, sa sourde paranoïa du moindre geste, ses décors naturels étouffants. Des partis pris qui prennent bien évidemment toute leur ampleur pendant de tétanisantes scènes d'action, mais également, et c'est là tout le mérite et le propos du film, pendant les moments de latence.

Aux frontières de l'aube

A priori, on pourrait croire que Kathryn Bigelow récite son bréviaire des lieux communs indécrottables du film sis pendant le conflit irakien : responsabilité individuelle en opposition avec le collectif, ingérence malvenue, incompréhension, frustration, absurdité, et on en passe. Sauf qu'ici, le traitement cinématographique à hauteur d'homme fait toute la différence. En choisissant de se canaliser sur l'évolution psychologique du Sergent Adams avec une logique effroyable, la réalisatrice parvient à faire passer son propos avec subtilité. Point d'éveil de conscience, de moralisation ou de point de vue politique sacerdotal, juste un saisissant rappel de la réalité du terrain, où le moindre sursaut d'humanité (superbes scènes de fraternisation avec un gosse des rues) est voué à l'échec. À ce titre, la conclusion du film, on ne peut plus glaçante, parvient, dans son absence de commentaires, à être infiniment plus parlante que bon nombre d'opus didactiques ayant tenté d'aborder le même sujet. Après des années d'errance artistique, Kathryn Bigelow nous offre ni plus ni moins qu'une leçon de mise en scène, tout en finesse et en suggestions.

Démineurs
De Kathryn Bigelow (ÉU, 2h04) avec Jeremy Renner, Anthony Mackie…

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

The Immigrant

ECRANS | Les premiers plans de The Immigrant mettent l’Amérique au cœur de son sujet : la Statue de la liberté, Ellis Island, une file d’immigrants européens (...)

Christophe Chabert | Mardi 19 novembre 2013

The Immigrant

Les premiers plans de The Immigrant mettent l’Amérique au cœur de son sujet : la Statue de la liberté, Ellis Island, une file d’immigrants européens attendant leur visa… C’est aussi une image forte venue du cinéma américain, celle qui ouvrait Le Parrain II. En se transportant au début du XXe siècle, James Gray semble promettre une grande fresque en costumes, éminemment romanesque, qui le placerait en descendant naturel de Coppola. Mais une fois ses rôles principaux distribués — d’un côté Ewa, Polonaise prête à tout pour retrouver sa sœur restée en quarantaine sur l’île, et de l’autre Bruno, souteneur qui lui promet de l’aider si elle accepte de rejoindre sa «famille» —, le film se jouera avant tout en intérieurs : un théâtre burlesque, des bains publics ou l’appartement de Bruno Weiss, qui devient une nouvelle prison pour Ewa. En cela, The Immigrant tient plus du roman russe que de la reconstitution hollywoodienne, et la mise en scène de Gray, somptueuse, d’une sidérante fluidité, préfère l’intimisme à la démesure. Chaque miroir, chaque vitre est à la fois un cadre enserrant Ewa à l’intérieur du cadre, mais aussi une paroi s

Continuer à lire

Zero Dark Thirty

ECRANS | Sur la traque de Ben Laden par une jeune agent de la CIA, Kathryn Bigelow signe un blockbuster pour adultes, complexe dans son propos, puissant dans sa mise en scène de l’action, personnel dans le traitement de son personnage principal. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 17 janvier 2013

Zero Dark Thirty

Dans Démineurs, Kathryn Bigelow montrait avec un mélange de fascination et de distance critique le travail de quelques GIs en Irak drogués à l’adrénaline guerrière. La soif d’action et d’efficacité de la cinéaste concordait avec leur propre plaisir du danger, jusqu’à ce qu’un vide existentiel vienne les aspirer dans la dernière séquence. Zero Dark Thirty est comme une variation autour du même thème, à ceci près que le sujet est encore plus explosif : comment, durant dix longues années, Maya (Jessica Chastain) va pister Oussama Ben Laden, d’abord comme une jeune agent de la CIA intégrant une équipe chevronnée, puis seule face à l’inertie de sa hiérarchie. Écrit en épisodes scandés par les nombreuses défaites occidentales contre cet ennemi fantomatique, Zero Dark Thirty raconte dans un même geste l’enquête, ses erreurs, ses impasses et son succès final, et l’apprentissage de Maya, ce qui pour Bigelow revient à lui conférer l’aura d’une héroïne. Défaite intérieure Dès le premier mouvement, une longue et éprouvante séquence de torture, M

Continuer à lire

Jason Bourne : l’héritage

ECRANS | L’odyssée de Jason Bourne (et la patience de Matt Damon) arrivée à son terme, Tony Gilroy se voit confier la mission de relancer la franchise en inventant un récit parallèle. C’est raté sur toute la ligne : bavard, mal raconté, pauvre en action et parfois ridicule, cet héritage ne vaut pas un kopeck. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 18 septembre 2012

Jason Bourne : l’héritage

En s’emparant de la franchise Jason Bourne, dont Doug Liman avait signé le brouillon plaisant avec La Mémoire dans la peau, Paul Greengrass, jusqu’ici connu pour sa passionnante reconstitution du Bloody Sunday irlandais, avait fixé une nouvelle ligne esthétique au blockbuster hollywoodien : caméra à l’épaule nerveuse et frénétique, action épileptique, hyper-réalisme des combats et des poursuites. Le style était si frappant qu’une partie des yes men hollywoodiens ont tenté de l’imiter, jusqu’à l’absurde (Marc Foster dans Quantum of Solace). Greengrass et son acteur Matt Damon ayant tiré un trait définitif sur le super-agent amnésique, le studio devait trouver une solution pour continuer la franchise. Plutôt que de faire un reboot avec un nouveau comédien, les executives se sont un peu creusés les méninges, et ont propulsé Tony Gilroy, déjà scénariste de l'opus précédent et réalisateur de Michael Clayton (bâillement) et

Continuer à lire

Mission : impossible – Protocole fantôme

ECRANS | De Brad Bird (ÉU, 2h13) avec Tom Cruise, Jeremy Renner, Paula Patton…

Dorotée Aznar | Lundi 12 décembre 2011

Mission : impossible – Protocole fantôme

Alors que JJ Abrams avait tenté, sans convaincre totalement, une humanisation de l’agent Ethan Hunt, ce nouveau Mission : Impossible le remet dans la posture du héros indestructible traversant un monde en mutation tel que Brian de Palma l’avait défini dans le premier volet. Mais dès son évasion d’une prison moscovite, Hunt affirme aussi son goût du risque, un plaisir ludique à choisir toujours la voie la plus difficile pour se sortir des ennuis. C’est aussi le principe de ce blockbuster trépidant : multiplier les complications à l’intérieur des complications, les défis improbables à relever jusqu’au vertige (littéral et figuré). Que ce soit dans une incroyable poursuite à Dubai au milieu d’une tempête de sable ou dans un hallucinant ballet de corps et de voitures dans un parking automatique, tout ici repose sur le déchaînement des éléments et la résistance surhumaine de Hunt-Cruise. Si le scénario tente de dessiner une nouvelle géopolitique des rapports de force (une Amérique dépassée par les pays émergents), c’est bien ce côté cartoonesque et bigger than life qui impressionne ; la présence de Brad Bird, auteur de quelques-uns des plus beaux fleurons Pixar (

Continuer à lire