Tron l'héritage

ECRANS | De Joseph Kosinski (ÉU, 2h06) avec Garrett Hedlund, Jeff Bridges…

Christophe Chabert | Mercredi 2 février 2011

"Tron l'héritage", suite d'une folie 80's devenue culte, est sans conteste le premier film post-"Avatar", autrement dit celui qui prolonge les leçons technologiques et théoriques du monument de James Cameron. Il en partage d'ailleurs les mêmes faiblesses (plus criantes encore) : un scénario sur lequel on a toujours plusieurs longueurs d'avance et un acteur principal transparent. Osera-t-on dire qu'on se fout un peu de ces défauts ? Cela laisse au moins le cerveau disponible pour apprécier les incroyables arabesques visuelles créées par Joseph Kosinski (un réalisateur venu de la pub, mais ayant étudié le design et l'architecture) et se plonger dans le puissant sous texte qui rend "Tron l'héritage" passionnant.

Le film démarre en 2D à l'époque du premier film, et se poursuit de nos jours par un hacking sauvage du fils de Kevin Flynn sur l'entreprise fondée par son père disparu, récupérée par des costards-cravates cupides. Linux contre Microsoft ? C'est une première piste que le film abandonne rapidement, mais qui témoigne de son envie d'élever le débat. Quand Flynn débarque dans le monde virtuel inventé par son paternel, le film bascule dans la 3D et affiche son véritable enjeu : le combat entre le réel et sa reproduction virtuelle, entre l'humain et ses clones numériques. T

out cela tient presque entièrement dans le double rôle de Jeff Bridges : sa copie lissée de manière à ressembler à l'acteur au moment du premier "Tron", devenu souverain de ce monde sans matière, purement électronique, et «l'original», le vrai, avec ses rides et ses kilos en trop. Kosinski le filme d'abord dans une reproduction minutieuse de la chambre de "2001", soit un environnement qui renvoie à un passé glorieux du cinéma. Quelle est l'ancienne image ? Quelle est la nouvelle ? Et laquelle choisir ? Le film ne joue que sur ces collisions de sens, d'époques et d'icônes, comme ce passage où un étonnant Michael Sheen, un peu Bowie période Ziggy Stardust, un peu Alex dans "Orange mécanique" (Kosinski est visiblement un admirateur fervent de Kubrick), dirige les deux musiciens casqués de Daft punk — la pop qui soumet l'électro.

En définitive, "Tron l'héritage" choisit le réel plutôt que le virtuel, soit l'option inverse de celle de Cameron, qui prônait l'abandon de l'humain. Jusqu'où cette philosophie est-elle assumée ? Y a-t-il un paradoxe à ce que cette célébration de la technologie aboutisse in fine à sa condamnation ? Le seul fait de se poser la question mérite qu'on prenne les montagnes russes de "Tron l'héritage" au sérieux.

CC

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Un jour dans la vie de Billy Lynn" : Post trauma, luxe

Le film de la semaine | De ses dommages collatéraux en Irak à ses ravages muets sur un soldat texan rentré au bercail pour y être exhibé comme un héros, la guerre… et tout ce qui s’ensuit. 24 heures de paradoxes étasuniens synthétisés par un patron du cinéma mondial, le polyvalent Ang Lee.

Vincent Raymond | Mardi 31 janvier 2017

Suggérant à la fois un roman de Zweig et une chanson des Beatles, le titre français de Billy Lynn's Long Halftime Walk ne trahit pas, loin s’en faut, l’esprit du film de Ang Lee ; son apparente banalité le contient en effet dans son entier, respectant l’unité de temps en dessinant une perspective plus vaste. Tout se déroule durant la journée particulière de Thanksgiving : ayant accompli un acte héroïque en Irak, le jeunot Billy Lynn bénéficie d’une permission exceptionnelle au Texas afin, notamment, de parader au sein de son unité durant le spectacle de mi-temps d’un match de football américain. Avant de participer à cette mise en scène aussi grotesque qu’obscène — censée galvaniser ou distraire, on ne sait guère, une populace déconnectée de la réalité du terrain —, le troufion aura essuyé les suppliques de sa sœur l’incitant à se faire réformer, découvert la béance entre l’image que se font les civils du front et la réalité, mais surtout été bombardé intérieurement d’envahissants souvenirs constitutifs d’un traumatisme latent. Full frontal, Foule frontale Ang Lee montre dans ce stupéfiant raccourci la germinatio

Continuer à lire

Cutter’s Way, le rêve américain estropié

ECRANS | Cette semaine débute au Comœdia un réjouissant programme de reprises estivales avec, pour lancer l’opération, le très bon Cutter’s Way, redécouvert lors du (...)

Christophe Chabert | Mercredi 2 juillet 2014

Cutter’s Way, le rêve américain estropié

Cette semaine débute au Comœdia un réjouissant programme de reprises estivales avec, pour lancer l’opération, le très bon Cutter’s Way, redécouvert lors du festival Lumière 2013. Signé Ivan Passer, un des artisans de la Nouvelle Vague tchèque aux côtés de Menzel, Herz, Jasny et surtout Forman, il n’a guère connu la gloire suite à son transfuge à Hollywood. De sa filmographie boiteuse surgit donc ce film tout à fait étrange tourné au crépuscule du Nouvel Hollywood (1981) et qui en conserve l’esprit — et même parfois le parfum visuel, grâce aux images mélancoliques de Jordan Cronenweth. À savoir, empoigner les mythologies américaines — ici, celle du faible qui va défier le fort pour rétablir la justice — en en tordant les codes de représentation : le héros, Cutter (John Heard), est un vétéran revenu du Vietnam avec une jambe, un bras et un œil en moins, ainsi qu’avec un penchant marqué pour la bouteille et l’autodestruction. Cet éclopé n’a plus que deux personnes à qui se rattacher : son pote Bone (Jeff Bridges), Viet-vet lui aussi, mais nettement plus équilibré, et sa femme Mo, qui supporte tant bien que mal ses excès et son nihilisme. Passer va les emmener dans

Continuer à lire

Oblivion

ECRANS | Après "Tron l’héritage", Joseph Kosinski avait toutes les cartes en main pour confirmer son statut de nouveau maître de la SF avec cette adaptation de son propre roman graphique. Hélas, le voilà rattrapé par son fétichisme kubrickien, qu’il tente vainement de transformer en blockbuster à grand spectacle. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 11 avril 2013

Oblivion

Dans une des pubs qui l’avaient fait connaître, Joseph Kosinski s’amusait à faire circuler le spectateur dans la reproduction virtuelle de l’hôtel Overlook imaginé par Stanley Kubrick pour Shining. Dans Tron l’héritage, qui marquait ses débuts prometteurs au cinéma, il recréait la chambre de 2001 et envoyait ses personnages dans un bar qui ressemblait comme deux gouttes de lait à celui d’Orange mécanique. Autant dire que Kosinski fait une fixette sur l’immense Stanley ; ce qu’on ne lui reprochera pas, loin de là, mais disons qu’il faut avoir les épaules solides pour oser se mesurer à un tel monument. Face à Oblivion, qui croule sous les références à 2001 — jusqu’au nom d’une des boîtes de production du film, Monolith Pictures ! — on ne peut que constater que cette obsession est filtrée par une culture geek avec laquelle elle ne fait pas forcément bon

Continuer à lire

True Grit

ECRANS | Avec "True Grit", leur premier western, Joel et Ethan Coen reviennent à un apparent classicisme, même s’il est strié par des lignes obscures et intrigantes. Du grand spectacle et du grand cinéma. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 16 février 2011

True Grit

No country for old men n’était donc pour les frères Coen qu’un échauffement avant le grand départ vers l’Ouest, le vrai. Le shérif qu’incarnait Tommy Lee Jones ressemblait pourtant à l’ombre crépusculaire d’un genre débordé par la violence de nouveaux corps indestructibles venus du cinéma d’action (le tueur impitoyable campé par Javier Bardem). En cela, True Grit est une surprise ; non seulement il s’aventure totalement dans le western, adaptant un livre de Charles Portis déjà porté à l’écran par Henry Hathaway avec John Wayne (Cent dollars pour un shérif), mais il ne cherche jamais à prendre ses codes de haut par une attitude moderniste ou maniériste. Les Coen, qui dans leurs trois derniers films faisaient imploser les règles scénaristiques, optant pour des constructions audacieuses et anticonformistes, respectent ici les trois actes du matériau d’origine. Et parsèment le film de scènes inévitables : fusillades, grandes chevauchées dans des décors mythologiques, discussion autour d’un feu de camp, climax à reb

Continuer à lire

Crazy heart

ECRANS | De Scott Cooper (ÉU, 1h51) avec Jeff Bridges, Maggie Gyllenhaal…

Christophe Chabert | Jeudi 25 février 2010

Crazy heart

Bad Blake est un chanteur de country sur le retour. Alcoolique et physiquement diminué, il joue dans des rades loin de sa gloire passée. Ruminant son amertume, méprisant les gens qu’il rencontre, couchant avec la première groupie venue, il est une sorte de mauvaise conscience cynique de l’Americana, un personnage grandiose de vacherie et d’égocentrisme vaniteux. Le coup de génie de Crazy heart, c’est d’identifier le personnage autour de son acteur, Jeff Bridges qui trouve ici une parfaite synthèse entre le boxeur loser de Fat city et le roi de la glande qu’était Dude Lebowsky. Absolument génial, Bridges ne laisse pas passer ce rôle à sa démesure. Le film de Scott Cooper est vraiment formidable dans sa première heure, émouvant dans les scènes avec la journaliste (Maggie Gyllenhaal, excellente elle aussi) ou dans le beau come-back orchestré dans un élan culpabilité par le pire ennemi de Blake, un chanteur country plus jeune et commercialement plus viable que lui (incarné par une super guest-star dont on préservera l’anonymat, souhaité au générique). Ensuite, les ressorts mélodramatiques du scénario, classique histoire de rédemption, sont plus prévisibles, avec de

Continuer à lire