Arrête de pleurer Pénélope

ECRANS | De et avec Corinne Puget et Juliette Arnaud (Fr, 1h24) avec Christine Anglio…

Christophe Chabert | Jeudi 31 mai 2012

Misère de la comédie française… D'un succès théâtral décliné dans d'innombrables versions et suites, il fallait au moins faire un film, selon une logique de business implacable qui permet d'alimenter la production courante et sa consommation par quelques spectateurs égarés et/ou en manque. Les pauvres devront ici se colleter un film particulièrement indigent qui, de la pièce, ne garde que les actrices et les «caractères» (les personnages sont pour ainsi dire remis à zéro : trois copines qui se sont perdues de vue depuis vingt ans se retrouvent pour se partager un héritage, la maison d'une vieille tante). Les gags sont sinistres et plus mal mis en scène que dans le pire des téléfilms, et le thème principal (le cul, pour être aussi vulgaire que le film lui-même) est comme d'habitude dédouané à la fin par un éloge vite balancé des vraies valeurs (l'amour, l'amitié, patin, couffin). Le temps d'une séquence en boîte, un souffle de cruauté vient s'insinuer dans le nadir ; mais c'est presque par accident, tant le cours normal et grossier de l'affaire reprend de suite ses droits. 

Christophe Chabert

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Tu peux garder un secret

ECRANS | d’Alexandre Arcady (Fr, 1h45) avec Juliette Arnaud, Pierre Arditi, Laurence Boccolini…

Christophe Chabert | Mercredi 30 avril 2008

Tu peux garder un secret

Ceux qui ont vu Disco pensaient être tombés sur le pire film de la saison. Eh non, le voilà ! Ce vaudeville faussement moderne, où tous les acteurs jouent «comédie» chacune de leurs piètres répliques ruinant toute possibilité d’identification aux personnages, illustre une morale du XIXe siècle véhiculée par des cadres d’agence de com’ dont les problèmes se limitent au cul et à l’avancement professionnel, le tout dans la plus décomplexée des misogynies ; un cocktail effarant. Mais ce n’est rien par rapport au vrai scandale du film : son obsession vertigineuse du placement de produits publicitaires, atteignant ici des degrés inédits. Ainsi, quand Michael Youn fait une apparition en livreur de pizzas Speed Rabbit, une question s’impose : la guest-star permet-elle le financement du film, et la marque paye-t-elle le cachet de la guest-star ? CC

Continuer à lire