La 3D en version vintage

Christophe Chabert | Mardi 30 octobre 2012

Pour une génération de spectateurs, L'Étrange créature du lac noir fait figure de légende. Personne ne sait exactement ce que vaut le film, s'il fait partie de cette catégorie de séries B frappées par le kitsch de ses effets spéciaux et de son monstre ou s'il reste regardable soixante ans après sa réalisation. C'est possible, vu que Jack Arnold est par ailleurs le responsable de quelques œuvres importantes du fantastique, notamment L'Homme qui rétrécit.

En revanche, tout le monde se souvient de la présentation dans les années 80 au cours d'une "Dernière séance" d'anthologie de sa version 3D, qui nécessitait l'acquisition de lunettes stéréoscopiques en carton et filtres de couleur. Car L'Étrange créature du lac noir fait partie de la vague éphémère des premiers films tournés en 3D — vague dans laquelle on trouve aussi L'Homme au masque de cire d'André de Toth et Le Crime était presque parfait d'Hitchcock.

Le procédé n'était pas si différent de celui que l'on connaît actuellement, et il est tout naturel de voir ressurgir des profondeurs de son lagon sombre le monstre dans un relief numérique dernier cri. Au moment où Tim Burton panouille un hommage pépère (et lui aussi en 3D) à la tradition du film de monstres made in Universal avec son Frankenweenie, il n'est pas impossible que cette reprise restaurée et digitalisée ne vienne lui faire de l'ombre dans le cœur des cinéphiles !

Christophe Chabert

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Tarantino et les glorieux inconnus du cinéma

ECRANS | Au sein de sa pléthorique programmation, et grâce à l’implication de son Prix Lumière Quentin Tarantino, le festival Lumière fait la part belle aux redécouvertes. Cinéastes, acteurs et même chefs opérateurs, voici quelques-uns de ces soldats méconnus du septième art qui auront droit à leur part de Lumière… Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 10 octobre 2013

Tarantino et les glorieux inconnus du cinéma

En se choisissant comme Prix Lumière 2013 Quentin Tarantino, le festival du même nom a ouvert la boîte de Pandore. Non seulement Tarantino sera honoré, fêté, célébré, acclamé, non seulement l’intégralité de son œuvre sera présentée au public — dans des copies 35 mm, exigence non négociable du cinéaste lui-même — mais, en plus, il est allé fouiller le coffre à trésors de son château sur Hollywood Hills pour en ramener quelques films oubliés, réunis dans ce que le festival a nommé «un voyage personnel de Quentin Tarantino à travers le cinéma». La cinéphilie du réalisateur de Pulp fiction est du genre éclectique, mais il a ce goût de la perle rare et de l’œuvre que personne d’autre que lui ne connaît. Ce plaisir-là transparaît dans ses films, qui accumulent les références et les citations, faisant réapparaître à la surface le souvenir d’un petit maître laissé pour compte par les historiens du cinéma ou, plus fort encore, d’un acteur depuis longtemps relégué au second, troisième ou dernier plan, et qu’il remet au centre de l’écran. Qui connaissait vraiment Michael Parks avant que Tar

Continuer à lire