Passion

ECRANS | Vaine tentative de Brian De Palma pour réactiver les fondamentaux de son cinéma, ce remake de "Crime d’amour" se traîne entre esthétique de feuilleton télé teuton et autoparodie sans queue ni tête. Catastrophe ! Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 15 février 2013

Il faut d'abord se pincer pour croire que Brian De Palma est bien derrière la caméra de ce Passion. Les premières scènes, en effet, laissent plutôt penser que Claude Chabrol avait laissé en guise de testament ce remake du dernier film d'Alain Corneau. On retrouve la même désinvolture filmique, la même direction artistique ingrate, la même platitude visuelle que dans ses opus tardifs. En tout cas, pas trace du grand style De Palma ; juste des dialogues tiédasses, des intérieurs design cheap, des bureaux blancs sur blancs et deux actrices (Rachel MacAdams et Noomi Rapace) qui récitent sans conviction une partition il est vrai très faible. Même la musique du revenant Pino Donaggio ressemble plus aux compositions derrickiennes de Mathieu Chabrol qu'à celles d'un Bernard Hermann.

Viral bol

L'intrigue (mal) posée, où une ambitieuse chef d'agence de pub à Berlin (MacAdams) trahit sans vergogne son assistante (Rapace) pour obtenir une promotion new-yorkaise, tandis que ladite assistante, guère plus scrupuleuse, entame une liaison avec l'amant de sa patronne, De Palma y ajoute un sous-texte théorique qui relève du cache-misère cynique. Ici, tout le monde regarde des écrans, se filme avec son téléphone portable ou se retrouve filmé par des caméras de surveillance : le premier motif de discorde est d'ailleurs une vidéo publicitaire virale développée par l'assistante et récupérée par sa chef.

On voudrait suivre le cinéaste dans cette tentative de prolonger par la fiction pure les réflexions entamées dans son faux documentaire Redacted : un monde où l'image n'est plus qu'un grand leurre, une manipulation d'autant plus inquiétante qu'elle est généralement consentie et orchestrée par ceux qui en sont les victimes. On voudrait, mais pour cela, il faudrait qu'il propose autre chose que cette esthétique de téléfilm allemand et ce scénario inutilement compliqué, où rivalité professionnelle et rivalité amoureuse finissent par s'annuler à force de coups de théâtre et de péripéties vaudevillesques. Sans parler de l'érotisme timoré du film, aussi troublant qu'une pub pour gel douche.

Chemin de croix

Au bout d'une heure et quelque d'ennui total, De Palma, comme ses personnages, semble se réveiller en sursaut et se rappeler pourquoi il est là. S'ensuit un dernier acte frénétique et absurde où le cinéaste déballe tous ses gimmicks, jetant son histoire au feu de la vraisemblance et se contentant d'enchaîner ce qui devraient être des morceaux de bravoure mais qui ne sont en définitive que de pauvres ersatz de son style d'antan. De Palma pense qu'il suffit de filmer penché, de cadrer des escaliers en colimaçon, de faire des split-screens ou du montage alterné pour faire du De Palma. On a un peu mal pour lui, tant il donne surtout la sensation de s'autoparodier.

Ce n'est pas la première fois : L'Esprit de Caïn ou Femme fatale étaient déjà des exercices de maniérisme de la part d'un cinéaste qui se prenait lui-même pour modèle, et non plus ses maîtres — Hitchcock ou Einsenstein. Mais au moins ces deux films gardaient-ils une réelle virtuosité, une élégance visuelle dont Passion est dénué du début à la fin. Il est tentant de comparer les derniers films de De Palma avec ceux de son ami Coppola : deux cinéastes nomades qui tentent de réactiver leur cinéma au contact de nouveaux territoires. Mais là où Coppola se sert de cet exil pour revenir à des sujets hautement personnels et intimes, De Palma court désespérément après une époque dont il a pressenti les enjeux et les mutations, mais qu'il ne peut désormais appréhender qu'en spectateur résigné. Son cinéma n'est plus qu'un folklore pour admirateurs bienveillants, et c'est assez triste.


Passion

De Brian De Palma (Fr-All, 1h41) avec Rachel McAdams, Noomi Rapace...

De Brian De Palma (Fr-All, 1h41) avec Rachel McAdams, Noomi Rapace...

voir la fiche du film


Deux femmes se livrent à un jeu de manipulation pervers au sein d'une multinationale. Isabelle est fascinée par sa supérieure, Christine. Cette dernière profite de son ascendant pour l'entraîner dans un jeu de séduction et de manipulation.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Bande à part : "Passion"

Drame | De Ryusuke Hamaguchi (Jap, 1h55) avec Aoba Kawai, Ryuta Okamoto, Fusako Urabe…

Vincent Raymond | Mardi 14 mai 2019

Bande à part :

À l’occasion d’un dîner entre amis, l’annonce du prochain mariage d’un des couples provoque chez le futur époux un malaise qui, par rebond, va révéler les non-dits amoureux et amicaux grevant leurs relations. En quelques jours, plus rien ne sera comme avant entre eux tous… En tout juste un an — depuis la sortie en mai dernier du foisonnant Senses (2015, cinq parties et cinq heures) concomitante à sa sélection en compétition à Cannes pour Asako I&II —, Ryusuke Hamaguchi s’est taillé sa place dans le paysage cinématographique international. Aussi prolifique que celle de Kore-eda ou Kawase, son œuvre n’est toutefois pas divulguée dans sa chronologie en occident — ce fut le cas jadis pour Kitano. Mais dès ce premier long-métrage Passion (datant de 2008, une demi-douzaine restant inédits), le réalisateur nippon s’affirme déjà comme un fin portraitiste de groupes, au moment où ceux-ci subissent un déséquilibre ou une évolution majeure conditionnant leur pérennité : quand l’impondérable amoureux compromet la stabilité des rel

Continuer à lire

Brian de Palma à Quais du Polar

Quais du Polar | [Moment vieux con] Aux jeunes publics qui pensent que Freddie Mercury et Queen ont tout inventé avec Bohemian Rhapsody, on recommande chaudement d’aller (...)

Vincent Raymond | Mardi 26 mars 2019

Brian de Palma à Quais du Polar

[Moment vieux con] Aux jeunes publics qui pensent que Freddie Mercury et Queen ont tout inventé avec Bohemian Rhapsody, on recommande chaudement d’aller faire un tour à l’Institut Lumière pour découvrir en grand Phantom of the Paradise (1974) pour tant de raisons que cette page n’y suffirait pas. Essayons tout de même. Il s’agit d’abord d’une relecture-réactualisation du classique Fantôme de l’Opéra de Gaston Leroux — déjà porté à l’écran avec Lon Chaney —, mâtinée de références au Faust de Gœthe comme à l’indispensable figure matricielle du cinéma de Brian De Palma, Alfred Hitchcock. S’il reçoit un très mérité Grand Prix au festival d’Avoriaz en 1975, c’est en tant que comédie musicale rock innovante qu’il marque autant les yeux et les oreilles, s’inscrivant automatiquement comme un marqueur de son temps et un classique du 7e art. Paul Williams, qui compose en sus le méphistophélique Swan, signe une bande-originale magistrale, enchaînement de tubes pop-rock, du dia

Continuer à lire

Brian is not in the kitchen

Reprises | Si Brian De Palma ne sera pas présent (ce soir-là…) en chair et en os à l’Institut Lumière, deux de ses films y seront projetés lors d’une double séance, histoire (...)

Vincent Raymond | Mercredi 13 février 2019

Brian is not in the kitchen

Si Brian De Palma ne sera pas présent (ce soir-là…) en chair et en os à l’Institut Lumière, deux de ses films y seront projetés lors d’une double séance, histoire de rappeler à quel point son cinéma est précieux. Deux joyaux qui, comme toujours, marquent leur temps en ressuscitant une période passée. Pour commencer, Les Incorruptibles (1987), évocation de la Prohibition et de la pègre de Chicago — mais aussi réminiscence de la série télévisée des années soixante — réunissant Sean Connery (Oscar pour l’occasion), De Niro et Kevin Costner. Dans la foulée, à 21h30, L'Impasse (1993), flashback hallucinant dans le milieu criminel des 70’s pour le duo Al Pacino / Sean Penn dans une œuvre à la postérité moins envahissante que Scarface mais sans doute plus aboutie. Les Incorruptibles + L'Impasse À l’Institut Lumière ​le vendredi 15 février à 19h

Continuer à lire

Roberto Saviano et Brian de Palma invités à Quais du Polar

Polar | Double annonce choc pour Quais du Polar, qui annonce la venue de deux stars au pedigree long comme un épisode de Derrick : Roberto Saviano et Brian de (...)

Sébastien Broquet | Mercredi 6 février 2019

Roberto Saviano et Brian de Palma invités à Quais du Polar

Double annonce choc pour Quais du Polar, qui annonce la venue de deux stars au pedigree long comme un épisode de Derrick : Roberto Saviano et Brian de Palma. Le premier est un journaliste Italien rendu immensément célèbre par la parution en 2006 (en France, 2007) de Gomorra, mettant crûment à jour l'ampleur de la main-mise de la camorra, la mafia napolitaine, sur la ville et au-delà. Une enquête minutieuse qui lui vaudra d'être publié dans 42 pays, mais aussi des menaces de mort de la part de la camorra. Roberto Saviano vit toujours, depuis, sous protection policière. Mais ne s'est pas calmé : il est aujourd'hui l'un des plus farouches opposants à l'extrémiste Matteo Salvini, le ministre de l'Intérieur. Saviano a depuis publié d'autres ouvrages, dont le tout aussi intéressant Extra pure : Voyage dans l'économie de la cocaïne en 2014. La rencontre "Une heure avec…" Roberto Saviano est programmée le samedi 30 mars à 11h, au Théâtre des Célestins. Brian de Palma également convié Brian de Palma, cinéaste, vient lui présenter son premier roman écrit

Continuer à lire

"Emily Dickinson, A Quiet Passion" : flamme de lettres

ECRANS | de Terence Davies (G-B, Bel., 2h05) avec Cynthia Nixon, Jennifer Ehle, Jodhi May…

Vincent Raymond | Mardi 2 mai 2017

Réservée et cependant rebelle, brûlant de mille passions intérieures, consumée par sa littérature, telle fut la poétesse étasunienne Emily Dickinson, qui souffrit surtout d’être femme dans l’Amérique corsetée du XIXe siècle. Et passa une part non négligeable de son existence recluse dans sa famille avant d’agoniser, à peine reconnue. D’une élégance austère mais parsemé d’une malice retenue — à l’image de l’artiste représentée autant que du réalisateur — ce biopic joue la carte d’une intimité vivante et non compassée : Emily Dickinson n’y est pas présentée comme une introvertie entêtée déconnectée du monde, ni victime de l’autorité cassante d’un pater familias abusif (tableau banal s’il en est…). Au contraire, Terrence Davies la valorise-t-il dans son avant-gardisme moral et créatif, déroutant des proches aimants par ses aspirations à l’indépendance et à la modernité. Fiévreusement spirituelle (il y a du Jane Austen dans certaines répliques), intellectuellement brillante, son Emily apparaît aussi comme une femme radieuse et

Continuer à lire

La Passion d'Augustine

ECRANS | de Léa Pool (Can, 1h43) avec Céline Bonnier, Lysandre Ménard, Diane Lavallée…

Vincent Raymond | Mardi 29 mars 2016

La Passion d'Augustine

Associer bonnes sœurs et musique s’avère une recette toujours payante, surtout si l’on montre ces austères vestales dans des situations a priori inappropriées (s’opposant à leur hiérarchie, bougeant en rythme…). Avec son titre aux faux-airs canailles pour chaînes cryptées, La Passion d’Augustine n’a rien d’une comédie chantée façon Sister Act. Et pour les Québécois qui l’ont plébiscité, ce film relate surtout deux événements majeurs concomitants : la fin du contrôle du système éducatif par l’Église et l’abandon des tenues de religieuses classiques décrété par le concile Vatican II : deux évolutions allant dans le sens de la modernité. Mais si la progressiste sœur Augustine consent à adopter une vêture moins empesée, elle demeure rétrograde sur le chapitre de l’enseignement : obnubilée par son amour pour la musique, la nonne s’accroche au couvent qu’elle dirige, avec un entêtement de pécheresse — il est vrai que la bougresse a eu une vie de femme avant ses vœux… Pour éviter les maux de tête causés par ce paradoxe, on se bornera à suivre le merveilleux parcours de la jeune pianiste virtuose (mais sauvageonne) cornaquée par Augustine. En mettant son espr

Continuer à lire

Archipel de passions

SCENES | Depuis qu'il s'est redéfini en "centre d'art" avec la présence et le soutien de la compagnie Maguy Marin, Ramdam a l'ambition de produire des projets (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 17 novembre 2015

Archipel de passions

Depuis qu'il s'est redéfini en "centre d'art" avec la présence et le soutien de la compagnie Maguy Marin, Ramdam a l'ambition de produire des projets pluridisciplinaires et singuliers audacieux. Le premier d'entre eux, Passion(s), est propulsé par la chorégraphe stéphanoise Florence Girardon à partir de la magistrale Passion selon Saint Matthieu de Bach. Elle a proposé à huit autres artistes, liés à Ramdam, de créer une œuvre en écho à la musique de Bach. «Chacun nous dit la chorégraphe, s'est approprié librement cette proposition, la musique pouvant parfois ne rester présente que sous forme de bribes... C'est une œuvre musicale grandiose, très longue, qui constitue en elle-même un défi et qui ouvre à une multitude de possibilités.» Florence Girardon a de son côté imaginé une pièce sous forme de fête paradoxalement païenne, transposant l'élan joyeux de la musique de Bach. Du 19 au 21 novembre, on pourra découvrir la première articulation des neuf créations, fruits de six chorégraphes (Ulises Alvarez, Florence Girardon, Cécile Laloy, Maguy Marin, Pierre Pontvianne, Ennio Samarco), deux metteurs en scène (David Mambouch et P

Continuer à lire

Le Petit monde d’Arletty

ECRANS | Arletty représente, avec Gabin, la personnification du "réalisme poétique" tels que Carné et Prévert l’ont inventé dans les années 30. C’est d’ailleurs ce couple à (...)

Christophe Chabert | Mardi 10 mars 2015

Le Petit monde d’Arletty

Arletty représente, avec Gabin, la personnification du "réalisme poétique" tels que Carné et Prévert l’ont inventé dans les années 30. C’est d’ailleurs ce couple à l’écran qui en marque à la fois l’apogée — Hôtel du nord et sa célèbre réplique «Atmosphère… Atmosphère… Est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ?» — et son déclin — L’Air de Paris, qui pour le coup sent surtout le renfermé du cinéma de studio. Ce sont ces deux films qui encadrent la "semaine avec Arletty" que propose l’Institut Lumière du 11 au 15 mars, avec en son cœur l’incontournable Le Jour se lève et le nettement plus rare — car passé au feu de la réputation infamante de son réalisateur Claude Autant-Lara — Fric-Frac, où Arletty partage l’affiche avec Fernandel et Michel Simon. Le sceau de l’infamie, c’est aussi ce qu’Arletty a connu au sortir de la guerre : pendant le tournage des Enfants du paradis, la comédienne, qui par ailleurs assumait clairement sa

Continuer à lire

Quand vient la nuit

ECRANS | Après l’électrochoc "Bullhead", Michael R. Roskam négocie habilement son virage hollywoodien avec ce polar à l’ancienne écrit par le grand Dennis Lehane, très noir et très complexe, servi par un casting parfait. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 11 novembre 2014

Quand vient la nuit

Dans son premier film, le stupéfiant Bullhead, Michael R. Roskam inventait un personnage de gros dur camouflant sa perte de virilité par une surdose de produits dopants le transformant en montagne musculeuse et toutefois taiseuse. Bob Saginowski, le héros de Quand vient la nuit que Tom Hardy campe avec un plaisir cabotin de la retenue, partage avec lui de nombreux points communs : taciturne, maladroit dans ses rapports humains, semblant masquer derrière son apparente absence d’états d’âme ce que l’on devine être un lourd passé. Bob traîne dans le milieu de la mafia russe à Brooklyn, s’occupant avec son cousin Marv — James Gandolfini, dans une puissante et émouvante dernière apparition à l’écran — d’un «bar-dépôt» servant avant tout à blanchir l’argent de tous les trafics nocturnes illicites ; mais il s’entête à prendre ses distances avec ce monde du crime, répétant inlassablement qu’il n’est «que le barman». Il va à l’église mais ne communie pas ; et il s’obstine à élever un pitbull qu’il a ramassé blessé dans la poubelle d’une jeune femme, Nad

Continuer à lire

Un homme très recherché

ECRANS | D’Anton Corbijn (ÉU-Ang-All, 2h02) avec Philip Seymour Hoffman, Rachel MacAdams, Willem Daffoe, Nina Hoss…

Christophe Chabert | Mardi 16 septembre 2014

Un homme très recherché

À Hambourg, dix ans après le 11 septembre, dont la ville fut une des bases terroristes, l’agent secret Günther Bachmann part sur les traces d’un immigré tchétchène dont on ne sait s’il est une victime des exactions russes dans son pays ou un potentiel danger pour la sécurité nationale. Pour Bachmann, à l’inverse de ses supérieurs et des Américains, c’est surtout un formidable appât pour faire tomber un créancier du terrorisme islamique… Le scénario d’Un homme très recherché n’est pas, à l’inverse de la précédente adaptation de John Le Carré La Taupe, aussi complexe qu’il en a l’air. Du moins Anton Corbijn ne cherche pas à le rendre plus abscons qu’il n’est, adoptant une narration stricte et dépourvue de chausse-trappes ou de faux semblants. Pendant sa première heure, le film installe une atmosphère froide et séduisante, des personnages forts et se plaît à faire de Hambourg un acteur à part entière du récit — ce que le cinéaste réussissait déjà à faire avec la Toscane dans son précédent

Continuer à lire

De Palma, l’Obsession hitchcockienne

ECRANS | La redécouverte en pièces détachées de l’œuvre de Brian De Palma continue et on a bon espoir qu’un jour tous ces morceaux se rassemblent en une belle (...)

Christophe Chabert | Mardi 17 juin 2014

De Palma, l’Obsession hitchcockienne

La redécouverte en pièces détachées de l’œuvre de Brian De Palma continue et on a bon espoir qu’un jour tous ces morceaux se rassemblent en une belle rétrospective — et, c’est de saison, peut-être un Prix Lumière ? En attendant, c’est donc Obsession qui fait son retour sur les écrans grâce à la Ciné Collection du GRAC. En 1976, De Palma sort du triomphe de Phantom of the Paradise et pousse un cran plus loin sa relecture du cinéma d’Hitchcock en s’attaquant frontalement à Vertigo, dont il transpose le motif — une femme meurt, son double apparaît — dans l’Italie pleine des vestiges de son glorieux passé artistique. Alors que la première partie — le kidnapping, le crime — pourrait laisser croire que le cinéaste va privilégier une approche par le genre, Obsession prend ensuite des atours beaucoup plus mystérieux et impose un De Palma romantique, nouant un dialogue très fécond entre le classicisme et la modernité. La tension du film repose sur ce drôle de jeu où il

Continuer à lire

De Palma et les fantômes de Faust et d’Hitchcock

ECRANS | Avec "Phantom of the paradise", cette semaine au Comœdia, Brian De Palma réinventait en plein Nouvel Hollywood la comédie musicale rock, passée au prisme des films d’horreur, du queer et de son maître Hitchcock. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 4 mars 2014

De Palma et les fantômes de Faust et d’Hitchcock

Alors que le piteux Passion sonnait comme un chant du cygne pour Brian De Palma, son œuvre passée n’en finit plus de ressurgir sur les écrans : après Blow out, Pulsions, Scarface et même Les Incorruptibles, c’est Phantom of the paradise qui a droit à une copie restaurée numériquement. Celui qui fut longtemps le moins fréquentable des réalisateurs nés du Nouvel Hollywood a conquis une étiquette de "classique" plutôt amusante quand on juge l’impureté des œuvres qu’il tournait à l’époque, empruntant à Hitchcock et Antonioni, mais aussi aux séries B horrifiques et au giallo italien ou, comme ici, à la comédie musicale. Dans Phantom of the Paradise, De Palma entonne déjà un chant du «cygne», du nom du producteur maléfique Swan, croisement entre Phil Spector et Elton John, incarnation à la fois du côté obscur du music business et d’une culture queer alors naissante — on nous glisse que

Continuer à lire

L’Impasse tragique

ECRANS | Une semaine après Scarface, le Cinéma Lumière propose de redécouvrir son pendant tourné dix ans plus tard, L’Impasse, toujours avec De Palma derrière la caméra et (...)

Christophe Chabert | Jeudi 31 octobre 2013

L’Impasse tragique

Une semaine après Scarface, le Cinéma Lumière propose de redécouvrir son pendant tourné dix ans plus tard, L’Impasse, toujours avec De Palma derrière la caméra et Pacino devant. Plutôt que d’offrir une suite à leur film culte, les deux choisissent d’en faire l’inverse exact : Scarface était furieusement de son temps ? L’Impasse sera intemporel… Tony Montana était un idiot intégral, obsédé par la réussite et prêt à buter tout ce qui entraverait son ascension ? Carlo Brigante ne pensera qu’à se ranger, affichant tout du long une sagesse mélancolique face à un monde du crime qu’il méprise. De Palma s’offre une rime visuelle entre les deux : une affiche publicitaire vantant un «Paradis» caricatural à base de lever de soleil, de plage et de palmiers. Dès la première scène de L’Impasse, où l’on voit Brigante agoniser sur une civière, on sait que ce paradis-là ne sera jamais atteint, et cette introduction en forme de requiem donnera sa tonalité tragique à

Continuer à lire

Il était temps

ECRANS | Richard Curtis, le maître de la comédie romantique anglaise, réussit un parfait film en trompe-l’œil ; derrière l’humour, la romance et le concept du voyage dans le temps, "Il était temps" est une méditation touchante sur la transmission entre les pères et les fils. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 30 octobre 2013

Il était temps

Pendant la première heure d’Il était temps, tout paraît un peu trop clair au spectateur : Tim, post-ado roux et maladroit avec les filles, arrivé de son Sussex tempétueux vers la très branchée City londonienne, se voit offrir un don extraordinaire, celui de voyager dans le temps. Il peut ainsi rectifier ses erreurs en recommençant autant qu’il le veut les moments décisifs de son existence. Richard Curtis, à qui l’on doit Love actually et les scénarios de Notting Hill et Cheval de guerre, fait ainsi se rencontrer le genre dans lequel il excelle, la comédie romantique, et une veine plus conceptuelle, rappelant celle d’Un jour sans fin. Que l’affaire soit très bien écrite, avec des seconds rôles pittoresques et un excellent couple d’acteurs principaux — le peu connu Domnhall Gleeson et la fameuse Rachel MacAdams — relève de l’évidence, et on se demande si l’ami Curtis ne déroule pas un peu trop tranquillement un savoir-faire désormais rodé.

Continuer à lire

Scarface, Cubain de vulgarité

ECRANS | En 1983, les utopies politiques des années 70 sont déjà loin ; la rutilance reaganienne et le mauvais goût triomphant s’installent durablement en Amérique. (...)

Christophe Chabert | Vendredi 25 octobre 2013

Scarface, Cubain de vulgarité

En 1983, les utopies politiques des années 70 sont déjà loin ; la rutilance reaganienne et le mauvais goût triomphant s’installent durablement en Amérique. Brian De Palma, rescapé d’un Nouvel Hollywood dont il fût une figure atypique, bricolant des hommages maniéristes à son maître Hitchcock, se pique pourtant d’en offrir la critique la plus cinglante, faisant de la résistance bien planqué derrière les apparats de l’époque. Il s’empare donc d’un scénario signé de cette vieille baderne d’Oliver Stone, une transposition du Scarface de Hawks à Miami au moment où Fidel Castro vide ses geôles et répand sur le sol américain des criminels découvrant conjointement la Floride et la corruption généralisée du système. Pour De Palma, tout devient prétexte à un étalage de vulgarité qui tient autant à la mode du moment qu’à un regard sarcastique sur un libéralisme sans frontière morale transformé en religion. Tony Montana (Al Pacino, génialement clownesque) est le héros ultime de ce carnaval d’arrogance blindée, un pauvre type que tout le monde traite de «plouc», qui s’avachit dans une montagne de coke avant d

Continuer à lire

Dead man down

ECRANS | De Niels Arden Oplev (EU, 1h57) avec Colin Farrell, Noomi Rapace, Isabelle Huppert...

Jerôme Dittmar | Vendredi 29 mars 2013

Dead man down

Où vas-tu Colin Farrell ? Sur le déclin après avoir touché la grâce dans Miami vice, l'acteur au regard d'enfant égaré s'est perdu. A nouveau en galère dans Dead man down, on se demande si ce n'est pas cuit pour lui à force d'enchainer nanars et remakes balourds. Polar foireux débutant comme un thriller crypté avant de vite bifurquer vers un double récit de vengeance bien mal mené, Dead man down ne tient en effet aucune de ses promesses. Et ce n'est pas Niels Arden Oplev, auteur du déjà pas fameux Millénium suédois, qui sauve les meubles. Le réalisateur a beau tenter de donner un peu d'âme et d'espace à ses personnages (un immigré hongrois et une femme victime d'un accident), là où devraient naître zones d'ombres et ambiguïtés se multiplient les rebondissements patauds. Prisonnier d'un scénario sans latitudes et réduisant ses enjeux à la nullité de sa petite mécanique, Dead man down débouche là où risque de finir la carrière de Farrell : dans l'indifférence totale. Jérôme Dittmar

Continuer à lire

L’envie de Brian

ECRANS | Alors que son piteux Passion s’éteint lentement sur les écrans, Jean Douchet se charge de rallumer la flamme Brian De Palma avec son stage annuel à (...)

Christophe Chabert | Jeudi 7 mars 2013

L’envie de Brian

Alors que son piteux Passion s’éteint lentement sur les écrans, Jean Douchet se charge de rallumer la flamme Brian De Palma avec son stage annuel à l’Institut Lumière. Une sélection de quatre films plutôt bien vue, puisqu’elle ne s’axe pas seulement sur le De Palma maniériste relisant avec son style emphatique les classiques hitchcockiens (il y en a deux, toutefois superbes : Blow out et Pulsions), mais aussi au cinéaste capable de transcender une commande et en faire un matériau éminemment personnel. En cela, son Mission Impossible est un sommet. Chargé de lancer une franchise de blockbusters initiée par l’acteur et producteur Tom Cruise, De Palma signe un film d’espionnage ludique et théorique, capable de glisser une réflexion très forte sur l’après-guerre froide, de tisser d’incroyables scènes de suspense pur et de multiplier les mises en scène à l’intérieur de la mise en scène, les trompe-l’œil virtuoses et les images manquantes ou menteuses. Encore plus étonnant, Outrages

Continuer à lire

Prometheus

ECRANS | Se voulant un retour aux origines de la saga "Alien", "Prometheus" est surtout une impasse pour Ridley Scott, tiraillé entre l’envie de retrouver sa splendeur graphique des débuts et son désir de rivaliser avec les blockbusters d’aujourd’hui. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 31 mai 2012

Prometheus

L’attente disproportionnée qui a entouré Prometheus, de l’annonce du projet (une prequel d’Alien) à ses nombreux changements d’horizon («l’invention d’une nouvelle mythologie») ne sont peut-être pas pour rien dans la déception éprouvée à la vision du film. Qui ne commence pourtant pas si mal… Pour la première fois, Ridley Scott s’essaie à la 3D et les images d’introduction, travellings aériens survolant une nature majestueuse, loin du space opera attendu, ont de l’allure. Même l’étrange géant diaphane qui se décompose au contact d’une substance noire et liquide, désintégrant jusqu’à son ADN, permet à Scott de déployer une certaine maestria visuelle. Quand le film s’envole dans l’espace avec une troupe de scientifiques et de grouillots au panel très Benetton, on y croit encore. Scott glisse par exemple une idée étonnante : l’androïde David, interprété par Michael Fassbender (curieux, tout de même, d’avoir confié à l’acteur le plus physique et sexuel du moment un personnage robotisé et désincarné), choisit son look en référence à Peter O’Toole dans Lawrence d’Arabie. Comme si, autant que d’expliquer les fondements de la

Continuer à lire

Babycall

ECRANS | De Pal Sletaune (Norvège, 1h36) avec Noomi Rapace, Kristoffer Joner…

Christophe Chabert | Lundi 30 avril 2012

Babycall

Babycall démontre à quel point la pratique du twist scénaristique, ce renversement de situation final qui pousse à revoir l’ensemble du film sous un jour nouveau, est aujourd’hui une pratique éculée et, c’est un comble, prévisible. Dès le début, Sletaune nous envoie de gros clins-d’œil pour bien nous faire comprendre que l’angoisse de cette mère qui surprotège son gamin face à un éventuel retour d’un père violent et abusif, n’est pas ce que l’on pourrait croire. La mise en scène cherche à créer un climat oppressant, mais produit surtout une grande passivité chez le spectateur, pressé de savoir ce qui relève du réel ou du fantasme. Sauf que le script est tellement emberlificoté qu’en définitive, rien ne subsiste une fois le brouillard dissipé, sinon la sensation d’avoir assisté à du vent. Même le thème, passionnant chez Nakata dans Dark Water, de la solitude urbaine et de la maternité comme un sacrifice de soi, ne semble que lointainement intéresser le cinéaste, qui préfère faire le malin plutôt que de prendre au sérieux le mélange de mélo et de fantastique que son matériau lui autorisait. Christophe Chabert

Continuer à lire

Fruit de la Passion

MUSIQUES | Des versions de La Passion selon Saint-Jean de Bach, on en trouve à la pelle. Des interprétations vraiment très bonnes, certaines moins subtiles, d’autres (...)

Pascale Clavel | Jeudi 29 mars 2012

Fruit de la Passion

Des versions de La Passion selon Saint-Jean de Bach, on en trouve à la pelle. Des interprétations vraiment très bonnes, certaines moins subtiles, d’autres qui auraient dû s’abstenir de voir le jour. Pour celle qui arrive au Festival de Musique Baroque de Lyon, une concentration de spécialistes se sont réunis. Un plateau exceptionnel, une configuration rêvée pour entendre un drame d’une profondeur musicale et humaine d’une rare intensité. Tout d’abord, Christoph Prégardien à la baguette et l’on sait tout à coup que le sens théologique comme l’interprétation musicale vont aller bras dessus, bras dessous, en osmose complète, de la première à la dernière note. Il connaît de l’intérieur toute la complexité de cette Passion puisqu’il l’a chantée sous la direction des meilleurs chefs baroqueux de Herreweghe à Kuijken en passant par Jacobs. Prégardien a fait sa cuisine, le Nederlands Kamerkoor et Le Concert Lorrain vont sonner ensemble ; le choc de deux entités fortes pour un moment de musique puissant et bouleversant. Andreas Scholl, Haute-Contre à l’élégance vocale qui résiste au temps, fait partie de la distribution. Lui, la star des années 90 dont o

Continuer à lire

Millenium 3 – la reine dans le palais des courants d’air

ECRANS | De Daniel Alfredson (Suède, 2h27) avec Michael Nyqvist, Noomi Rapace…

Dorotée Aznar | Jeudi 8 juillet 2010

Millenium 3 – la reine dans le palais des courants d’air

Terrassé par un second volet dont l’origine télévisuelle n’excusait en rien le rythme amorphe, on se lance dans l’ultime film de la saga avec expectative. De fait, pendant toute la première partie où Lisbeth Salander se retrouve coincée à l’hôpital, on a bien affaire au même succédané suédois de "Derrick", avec de fulgurantes scènes de violence - placées de façon quasi sadique dans le récit, pour réveiller l’infortuné spectateur qui rejoignait enfin les bras de Morphée. Une fois que le règlement de compte judiciaire final s’enclenche, l’intérêt – ce lâche - revient forcément au galop. On serait presque pris d’enthousiasme si à la réflexion, on évitait de se dire que les sept heures de projection (huit pour la série télé) aurait bien mieux servies à la lecture des romans originaux… FC

Continuer à lire

Millénium 2 - La Fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette

ECRANS | De Daniel Alfredson (Suè, 2h09) avec Michael Nyqvist, Noomi Rapace…

Dorotée Aznar | Vendredi 25 juin 2010

Millénium 2 - La Fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette

La première adaptation cinématographique de la trilogie de Stieg Larsson avait séduit les fans des romans par son ambiance putride, soulignant les déliquescences d’une société suédoise montrée sous son jour le plus corrompu et misogyne. Malgré ses défauts de rythme manifestes, le long-métrage de Niels Arden Oplev s’en tirait avec les honneurs, bien aidé par son binôme d’acteurs principaux. Pour la suite de la saga, un nouveau réalisateur prend le relais, et tout de suite, c’est une autre paire de manche. Daniel Alfredson se repose entièrement sur le cahier des charges esthétiques du premier volet, s’efface au point de rendre sa mise en scène totalement transparente. Et l’intrigue de dévider ses maigres soubresauts avec un manque d’efficacité tout à fait remarquable, encore un peu plus entamé par une poignée de scènes complètement à côté de la plaque (dont un combat de boxe valant son pesant). D’héroïne emblématique, Lisbeth Salander est reléguée au rang de justicière de série Z, et Mikael Blomkvist tire la tronche. Le dernier volet sort dans un mois, on l’attend avec une infinie patience. FC

Continuer à lire

MUSIQUE – ROCK

MUSIQUES | Passion Pit

Dorotée Aznar | Vendredi 6 novembre 2009

MUSIQUE – ROCK

Après avoir été un film porno, Passion Pit est devenu le nom du groupe électro-pop le plus sexy de l’année. Plus passionnant sur scène que MGMT, moins placide et statique que Chairlift, son leader barbu, Michael Angelakos, fait sans doute partie du Top 10 des doux dingos de la scène américaine. Vivant de son propre aveu «enfermé dans sa boîte crânienne», fasciné par le gratin des artistes zinzins (de Scott Walker à Brian Wilson), le démiurge de Passion Pit chante comme un Beach Boys euphorisé à l’hélium. Ce qui, pour un dépressif assumé, n’augurait pas de chansons si légères, de refrains si perchés… Mais il suffit d’écouter ‘Manners’ pour comprendre que Passion Pit a bien plus sa place sur scène que sous camisole. Angelakos au Ninkasi le 11 novembre, et la fête sera plus folle ?

Continuer à lire

Sacré Bach

MUSIQUES | Classique / Avant même d’évoquer la soirée musicale consacrée à la Passion selon Saint-Jean, il faut faire un petit détour théologique éclairant. Qui fera le lien (...)

Dorotée Aznar | Mardi 18 mars 2008

Sacré Bach

Classique / Avant même d’évoquer la soirée musicale consacrée à la Passion selon Saint-Jean, il faut faire un petit détour théologique éclairant. Qui fera le lien entre la date de ce concert et le Jeudi Saint ? Sans connaître le déroulement de la Passion du Christ, l’auditeur n’accédera pas complètement aux questionnements que renvoie ce magnifique feuilleton à rebondissements. Du dernier repas que Jésus partage avec ses amis, jusqu’à la Croix, en passant par son arrestation (un peu provoquée par Juda), par son jugement vite expédié par Pilat, par la foule hystérique qui demande sa mise à mort, Bach nous donne à entendre une histoire exceptionnelle. Le vendredi Saint 1724, sa Passion selon Saint-Jean ébranle les murs de la Nikolaikirche et avec les murs, tout l’auditoire. On sait que Bach est un homme imprégné d’une foi immense, un luthérien convaincu. Pour ce compositeur croyant, l’Evangéliste est un magnifique conteur, les récitatifs commentent réellement toutes les actions. Bach a la volonté d’illustrer de manière expressive tout instant, on est dans un pur moment de théâtre. Certains airs sont de petits bijoux contemplatifs – le célèbre es ist vollbracht (tout est accompli) de

Continuer à lire

Redacted

ECRANS | de Brian de Palma (ÉU, 1h30) avec Izzy Diaz, Daniel Stewart Sherman...

Dorotée Aznar | Mercredi 13 février 2008

Redacted

Après le fiasco de son adaptation du Dahlia noir, le grand Brian de Palma repart à zéro. Il a réalisé en vidéo haute définition ce brûlot anti-guerre en Irak, beaucoup plus passionnant pour son dispositif que pour les idées qu'il véhicule. Car plutôt que d'opter pour une fiction relatant ce fait-divers réel - similaire à celui raconté dans Outrages du même De Palma - où des soldats américains montent une expédition punitive contre une famille irakienne, il préfère élaborer un écheveau complexe de témoignages documentaires : du journal vidéo filmé par un G.I. jusqu'à des images d'attentats retrouvées sur le web, en passant par un reportage lyrique réalisé par un couple de français. Les sources se recoupent et démontent peu à peu la mécanique qui conduit au drame. Mais, à l'exception des photos finales, rien de ce qui apparaît à l'écran n'est vrai ; tout n'est que reconstitution. La mise en scène n'avait donc disparu que pour mieux réapparaître ensuite, plus puissante que jamais. En réponse aux vérités tronquées des infos télé, De Palma préfère tout refilmer sans censure. C'est passionnant, mais seulement théorique. Car De Palma a trop de métier pour créer ce fameux «effe

Continuer à lire