Pacific Rim

ECRANS | Des robots géants contre des monstres géants : avec ce blockbuster dantesque, à l’imaginaire proliférant et à la mise en scène démente, Guillermo Del Toro donne une ampleur spectaculaire à un univers personnel soufflant de beauté. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 12 juillet 2013

Photo : © 2013 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC. AND LEGENDARY PICTURES FUNDING, LLC


Alors qu'un robot d'une dizaine de mètres défonce plusieurs étages d'un building en se battant contre un monstre sorti des profondeurs du Pacifique, la caméra accompagne le mouvement de son bras mécanique jusqu'à s'immobiliser sur un pendule de Newton. Les billes, d'abord statiques, se mettent alors en mouvement sous l'effet des vibrations alentour, et Guillermo Del Toro stoppe le fracas apocalyptique de la scène pour ne regarder que ces petits chocs métronomiques.

Ça ne pourrait être qu'un gag visuel, mais c'est beaucoup plus que ça : tout Pacific Rim est résumé dans ce geste de mise en scène, qui passe du gigantisme à la loupe grossissante en un imperceptible glissement d'échelle. Cela dit autre chose encore : ce qui relie le robot numérique à l'invention scientifique transformée en objet ludique, c'est l'obstination d'un artiste qui pense le cinéma comme un terrain de jeu dans lequel on peut tout fondre ensemble, de la peinture aux jeux vidéo, de la littérature à la bande dessinée, de la science aux sagas populaires.

La guerre, c'est mieux à deux

L'introduction de Pacific Rim porte la marque du conteur Del Toro : en voix off, Raleigh Becket explique comment les Kaijus, des aliens belliqueux, ont surgi d'une brèche en plein cœur du Pacifique pour attaquer le pont de San Francisco. En guise de riposte ont été mis au point les Jaegers, immenses robots guidés par des binômes de pilotes connectés mentalement entre eux pour synchroniser leurs actions. Ceux-ci ont triomphé de la première attaque, provoquant un engouement médiatique pour ces sauveurs et une "Kaiju-mania" ridicule qui a cessé dès que l'humanité a compris que les monstres allaient continuer à s'échapper de la brèche, de plus en plus gros, de plus en plus nombreux.

Ce prologue s'achève par un premier morceau de bravoure : la lutte entre le Jaeger commandé par Raleigh et son frangin, et un Kaiju coriace dont ils ne pourront pas venir à bout. Raleigh en réchappe, mais pas son frère : l'Apocalypse s'annonce, mais Del Toro focalise sur ce drame comme s'il posait la vraie matrice d'un récit dont la ligne claire autorise une fluidité narrative peu commune — en cela, on dira de Pacific Rim qu'il s'inscrit dans une lignée "cameronienne" du blockbuster.

Ici, comme pour le tango, il faut être deux : père et fils, mari et femme, mentor et disciple, scientifique à tendance puriste ou geek allumé, rien d'héroïque ne peut advenir si l'on reste seul. Del Toro s'autorise une utopie où les différences de sexe, de nationalités et de couleurs de peau sont abolies pour former une civilisation où le couple sous toutes ses formes est le garant de la survie. Mais le cinéaste aime aussi ses monstres : les Kaijus sont dotés d'une intelligence collective, et leur destruction annoncée se reflètera dans le regard bouleversant car saisi par l'angoisse d'un des aliens.

L'échelle ! L'échelle !

La sincérité et la générosité de Del Toro éclatent donc à tous les étages du film, que ce soit dans le plaisir enfantin avec lequel il manipule ses jouets géants ou dans sa façon de glisser dans les coursives du récit tout ce qui a fait le prix de son cinéma. La connexion télépathique entre les pilotes permet ainsi à l'un et à l'autre de partager leurs traumas sous forme de souvenirs dans l'espoir de les exorciser — l'imaginaire comme refuge hors d'une réalité insupportable, thème majeur dans son œuvre, ici revisité dans une optique post-La Jetée à la façon récente de Looper ou d'Oblivion ; et l'apparition burlesque du fidèle Ron Perlman en trafiquant d'organes Kaijus lui permet de décrire une économie clandestine et souterraine qui renvoie au village troll du deuxième Hellboy ou aux hôpitaux vampiriques de Blade II.

Sans parler du goût Del Toro, sensible dans la moindre lumière, le moindre décor, le moindre accessoire : tout ici est d'une beauté totale, perfection plastique que la mise en scène, souveraine, n'a plus qu'à venir prélever et sublimer. C'est là où Pacific Rim prend vraiment sa dimension de blockbuster épique et dantesque : les combats sont chorégraphiés avec un sens de l'espace qui n'a jamais besoin de recourir à l'artificialité d'un montage épileptique pour être spectaculaire. Chaque plan est pensé à 360 degrés, dans des proportions qui permettent à Del Toro de marier en leur sein la démesure et la taille humaine — que ce soit un bateau sur l'océan coincé entre un Kaiju et un Jaeger, ou l'immensité des fonds sous-marins qui ramènent robots et monstres à une échelle soudain "normale".

Le fantasme de gamer initial — les Jaegers ne sont dans le fond que des Wii géantes, les Kaijus passent de la catégorie 1 à la catégorie 5 comme on passerait les niveaux de difficulté d'un jeu vidéo — prend alors un tout autre sens : c'est dans le hors-champ de la destruction que tout se joue — habitacle des robots manœuvrés par les pilotes ou planète des aliens où se trame leur stratégie martiale — et c'est par l'esprit que l'on peut y entrer, non par la force. Au milieu d'un chaos parfaitement maîtrisé fait de métal, de chair mutante et d'éléments naturels déchaînés, Del Toro ne cesse de tirer des perspectives hallucinantes, tout en fournissant les référents pour en apprécier l'ampleur : que ce soit un homme, une femme ou un simple pendule de Newton.

Pacific Rim
De Guillermo Del Toro (ÉU, 2h10) avec Charlie Hunnam, Idris Elba, Rinko Kikuchi…
Sortie le 17 juillet


Pacific Rim

De Guillermo del Toro (EU, 2h11) avec Charlie Hunnam, Idris Elba...

De Guillermo del Toro (EU, 2h11) avec Charlie Hunnam, Idris Elba...

voir la fiche du film


Surgies des flots, des hordes de créatures monstrueuses, les "Kaiju", ont déclenché une guerre qui a fait des millions de victimes et épuisé les ressources naturelles de l'humanité pendant des années


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Soirée culte aux 400 Coups avec Spielberg et del Toro

Fantastique | Il n’y a pas si longtemps, le Mexicain Guillermo Del Toro et l’Américain Steven Spielberg étaient tous les deux nommés pour l’Oscar du meilleur film... (...)

Margaux Rinaldi | Mardi 29 mai 2018

Soirée culte aux 400 Coups avec Spielberg et del Toro

Il n’y a pas si longtemps, le Mexicain Guillermo Del Toro et l’Américain Steven Spielberg étaient tous les deux nommés pour l’Oscar du meilleur film... Malheureusement pour Pentagon Papers, c’est La Forme de l’eau qui l’a emporté. Et si on remettait en compétition ces deux réalisateurs sur le ring du film fantastique, qui gagnerait ? Voyons ça dans le Beaujolais, aux 400 Coups, lors d'une soirée dédiée à ce genre. Pour un duel intense, mieux vaut choisir deux films cultes. Côté Steven Spielberg, même si la série des Indiana Jones pourrait faire l’affaire, l’un des chefs-d ‘œuvres du réalisateur reste l’histoire de E.T l’Extraterrestre, réalisé en 1982. Alors que le petit Elliot se lie d’amitié avec l’extraterrestre et fait tout pour le cacher au gouvernement, E.T cherche à rentrer parmi les siens. Et si tout le monde retient sans problème la réplique « E.T téléphone maison », on en oublie parfois les quatre Osc

Continuer à lire

Guillermo del Toro : « Le genre de mon film ? Un film de moi ! »

Entretien | Lion d’Or à Venise, Golden Globe et Bafta du Meilleur réalisateur (en attendant l’Oscar qui devrait logiquement suivre) pour La Forme de l’eau, Guillermo del Toro a hissé son art et ses monstres au plus haut degré d’excellence. Rencontre avec un maître du cinéma de genre adoubé par le gotha du cinéma mondial.

Vincent Raymond | Mardi 20 février 2018

Guillermo del Toro : « Le genre de mon film ? Un film de moi ! »

Quand vous avez reçu votre Lion d’Or, vous avez dit « Si vous restez pur et fidèle à ce que vous croyez — et pour moi ce sont les monstres —, alors vous pouvez faire ce que vous voulez ». D’où vous vient cette fascination pour les monstres ? Guillermo del Toro : Tout d’abord, je veux revenir sur cette phrase : à Venise, ils avaient traduit « monsters » par « mustard », c’est-à-dire « moutarde » (rires), trouvant que c’était une métaphore géniale : « il aime les condiments ». Mais sinon pour moi, ça a commencé tôt, presque au berceau, quand j’avais deux ans. Mon psy dit que c’était un mécanisme d’inversion, tellement j’étais effrayé d’être né. Quand j’étais gosse, je me sentais étrange. Déjà, j’étais incroyablement mince — si si —, mes cheveux étaient extrêmement blonds, presque blancs, et j’étais tellement timide que je boutonnais ma chemise jusqu’au col. Je me battais si fréquemment que j’ai commencé à prendre du poids pour être capable de me défendre. Alors forcément, j’éprouvais de l’empathie pour les monstres : je voyais la créature de Frankenstein comme un martyre, comme la figure de Jésu

Continuer à lire

Solution amoureuse en milieu aqueux : "La Forme de l'eau - The Shape of Water"

Guillermo del Toro | Synthèse entre La Belle et la Bête et un mélo de Douglas Sirk, ce conte moderne marque le triomphe de Guillermo del Toro, Lion d’Or 2017 qui signe son film le plus consensuel, sans renoncer à ses marottes arty-trashy. Une transgression homéopathique mais un spectacle impeccable.

Vincent Raymond | Mardi 20 février 2018

Solution amoureuse en milieu aqueux :

États-Unis, début des années 1960. Jeune femme muette menant une existence monotone, à peine égayée par ses caresses matinales et ses visites à son voisin homosexuel, Elisa travaille comme agent d’entretien dans un labo du gouvernement. Un jour, elle entre en contact avec un sujet d’expérience : un étrange être amphibie aux pouvoirs phénoménaux… Une créature que seuls les exclus et/ou les marginaux — les “âmes” innocentes bibliques — ont les ressources affectives pour accueillir et aider ; un méchant (irremplaçable Michael Shannon) ruisselant de cruauté, portant la haine sur son visage et la pourriture au creux du corps… rien de bien nouveau sous la lune, mais on retrouve l’excitation de l’enfant aimant entendre pour la millième fois la même histoire avant de sombrer dans les bras de Morphée. Mémoire de l’eau Guillermo del Toro possède l’art de conter, et

Continuer à lire

Les sorties ciné de 2018

Panorama Cinema | Janvier annonce la seconde rentrée cinéma de l’année. Avec son lot de promesses, d’incertitudes et, surtout — on l’espère — d’inconnues. Voyez plutôt…

Vincent Raymond | Mardi 9 janvier 2018

Les sorties ciné de 2018

Ce que l’on sait… Préparez-vous à quatre uppercuts d’entrée. D’abord, 3 Billboards, les Panneaux de la vengeance de Martin McDonagh (17 janvier), un brillant western contemporain aux faux-airs de frères Coen qui ne cesse d’épater par ses rebondissements déroutants, ses personnages peaufinés et sa réalisation impeccable. Trois lauréats de la Mostra se succèderont ensuite sur les écrans : L’Insulte du Libanais Ziad Doueiri (31 janvier), ou comment une querelle de voisinage se transforme en affaire d’État (et vaut un prix d’interprétation masculine à Venise) ; Jusqu’à la garde de Xavier Legrand (7 février), glaçant drame de l’après séparation qui sourd d’une tension permanente et le poétique Lion d’or vintage de Guillermo del Toro, La Forme de l’eau (21 février), conte façon Belle et la Bête revisitant la Guerre froide et les fifties. Ce que l’on attend… Le Janus Spielberg, qui n’avait rien livré depuis d

Continuer à lire

Glace noces : "La Montagne entre nous"

Romance | de Hany Abu-Assad (E-U, 1h47) avec Kate Winslet, Idris Elba, Beau Bridges…

Vincent Raymond | Mardi 7 novembre 2017

Glace noces :

Trop pressée pour attendre, une photo-journaliste sur le point de se marier convainc un médecin d’affréter un avion de tourisme afin de rentrer au plus vite. Mais leur appareil s’écrabouille en altitude… Bonne nouvelle : après trois semaines à suer de la crasse dans la neige, à frôler la gangrène acétonobutylique et à manger des racines, Kate Winslet a des sous-vêtements immaculés, la peau lisse et le poil soyeux dans les bras de Mistre Freeze. Cela, bien qu’elle souffre d’une sévère déshydratation — mais elle a quand même eu la veine de s’abîmer au milieu de nulle part avec un chirurgien célibataire à son goût, capable de fabriquer une perfusion à partir d’un vieux tuyau et d’un sac en plastique. Aventureux mixte de film catastrophe et de romance (deux catégories destinées à rapprocher les couples de spectateurs·trices dans les salles) La Montagne entre nous réussit sa séquence d’accident, particulièrement immersive. La suite est tellement cousue de fil blanc comme neige qu’on aimerait presque être surpris par une issue

Continuer à lire

Guillermo del Toro : « Le genre de mon film ? Un film de moi ! »

Festival Lumière | Lion d’Or à Venise pour La Forme de l’eau, Guillermo del Toro fait escale au Festival Lumière ce week-end pour présenter une sélection de ses œuvres de chevet. Il en profitera pour montrer en avant-première sa romance fantastique entre un homme aquatique et une femme de ménage muette…

Vincent Raymond | Samedi 14 octobre 2017

Guillermo del Toro : « Le genre de mon film ? Un film de moi ! »

Quand vous avez reçu votre Lion d’Or, vous avez dit « Si vous restez pur et fidèle à ce que vous croyez — et pour moi ce sont les monstres —, alors vous pouvez faire ce que vous voulez ». D’où vous vient cette fascination pour les monstres ? Guillermo del Toro : Tout d’abord, je veux revenir sur cette phrase : à Venise, ils avaient traduit « monsters » par « mustard », c’est-à-dire « moutarde » (rires), trouvant que c’était une métaphore géniale : « il aime les condiments ». Mais sinon pour moi, ça a commencé tôt, presque au berceau, quand j’avais deux ans. Mon psy dit que c’était un mécanisme d’inversion, tellement j’était tellement effrayé d’être né. Quand j’étais gosse, je me sentais étrange. Déjà, j’étais incroyablement mince — si si —, mes cheveux étaient extrêmement blonds, presque blancs, et j’étais tellement timide que je boutonnais ma chemise jusqu’au col. Je me battais si fréquemment que j’ai commencé à prendre du poids pour être capable de me défendre. Alors forcément, j’éprouvais de l’empathie pour les monstres : je voyais la cr

Continuer à lire

Men & Chicken : décalé et incorrect

ECRANS | de Anders Thomas Jensen (Dan, 1h44) avec Mads Mikkelsen, David Dencik, Nicolas Bro…

Vincent Raymond | Mardi 24 mai 2016

Men & Chicken : décalé et incorrect

Pas étonnant que le nouveau Anders Thomas Jensen ait remporté les faveurs du public lors du festival Hallucinations collectives : Men & Chicken était carrossé pour une audience raffolant d’un cinéma de genre décalé, dynamique et incorrect. Un sorte d’hybride dont le Danois s’est fait le champion depuis Les Bouchers verts (2003), avec des réalisations baignées d’un humour noir mettant volontiers à mal ses personnages, comme ceux qui les interprètent. C’est encore le cas ici pour son comédien fétiche Mads Mikkelsen, qui subit niveau maquillage ce que Serrault acceptait jadis de Mocky : un enlaidissement gratiné lui donnant visage presque aussi inhumain que ses malheureux partenaires, joyeuses fratrie de freaks passant leur temps à se flanquer des peignées à coup d’oiseaux empaillés (quand ils ne fabriquent pas du fromage). D’aucuns trouveraient morbide ou malsaine cette inclination pour la tératologie, qui rapproche Jensen du Guillermo del Toro réalisateur du Labyrinthe de Pan et surtout de L’Échine du diable (2001). Tous deux usent de la monstruosité physique comme d’une extériorisation métaphorique des t

Continuer à lire

Crimson Peak

ECRANS | Poème tragique beau comme une malédiction gothique, le nouveau Guillermo del Toro tient du conte de Poe et du steampunk. De quoi donner des idées à Tim Burton, qui n’en a plus guère…

Vincent Raymond | Mardi 13 octobre 2015

Crimson Peak

Cela faisait presque dix ans, depuis Le Labyrinthe de Pan (2006), que Guillermo Del Toro n’avait pas livré une œuvre à ce point personnelle. C’est-à-dire nourrie jusqu’à la gueule de toutes ses obsessions et influences — d’ailleurs tellement assimilées et fondues ensemble qu’il n’en reste que des motifs vaguement identifiables, noyés dans l’immensité de sa composition. Cette histoire d’une jeune héritière américaine du XIXe siècle tombant amoureuse d’un nobliau britannique désargenté (flanqué d’une inquiétante sœur) et inventeur d’une machine à extraire de l’argile rouge, a des allures de Barbe bleue revisité à la sauce Shelley puis relu par Edgar Poe. Car les spectres rôdent ; une menace constante et invisible se ligue à l’humidité ambiante pour oppresser le thorax avec l’amoureuse efficacité d’une phtisie d’antan, le tout dans des décors vertigineusement délabrés… J'aurai ton Poe ! L’œil exulte face au spectacle réservé par Del Toro, roi des accords chromatiques (souvenez-vous de L’Échine du diable). Aux séquences new-yorkaises, des alliances chaleureuses d’orangé et de vert ; à la partie britannique, le noi

Continuer à lire

Les Cinq légendes

ECRANS | De Peter Ramsey (ÉU, 1h37) animation

Christophe Chabert | Lundi 26 novembre 2012

Les Cinq légendes

À une époque où les studios d’animation américains ont tendance à recycler jusqu’à la mort leurs franchises porteuses, un projet original comme Les Cinq légendes donnait très envie d’être défendu. Transformer le Marchand de sable, le Père Noël, la Fée des dents et le Lapin de Pâques en super-héros unis pour défendre le monde contre les attaques du croque-mitaine, c’est certes psychédélique mais en tout cas, il y a de l’idée neuve là-derrière. Le film a, qui plus est, une vraie séduction graphique, jouant sur les textures et les couleurs pour caractériser ses personnages, inventant un univers crédible pour raconter leurs exploits et refusant l’hystérie animée des précédentes productions Dreamworks. On sent la patte Guillermo Del Toro ici (il est producteur exécutif), et certains passages rappellent les plus belles séquences de Hellboy II. Hélas, cent fois hélas, les auteurs ont carrément perdu de vue la nécessité d’alimenter le scénario en péripéties, et narrativement, le film est exsangue, quand il ne

Continuer à lire

Sur un air de Pan

ECRANS | L’Été en Cinémascope, le programme de films en plein air de l’Institut Lumière, a commencé mardi dernier avec la projection de César et Rosalie en hommage à Romy (...)

Christophe Chabert | Lundi 2 juillet 2012

Sur un air de Pan

L’Été en Cinémascope, le programme de films en plein air de l’Institut Lumière, a commencé mardi dernier avec la projection de César et Rosalie en hommage à Romy Schneider (auquel le Zola consacre aussi une rétrospective cet été, on y reviendra). Pour sa deuxième séance, c’est le magnifique Le Labyrinthe de Pan qui sera proposé aux spectateurs de la Place Ambroise courtois. Sommet provisoire dans l’œuvre de Guillermo Del Toro (qui, il est vrai, n’a tourné depuis que le beau Hellboy II, se faisant régulièrement éjecter ensuite de tous les projets auxquels il fut associé), le film raconte la guerre d’Espagne du point de vue d’une petite fille dont la mère a épousé en secondes noces un capitaine de l’armée franquiste particulièrement cruel (Sergi Lopez, parfait même s’il n’a pas caché par la suite sa difficulté à s’adapter à la direction très mécanique du cinéaste). Pour affronter la violence de la réalité, elle s’évade dans un monde imaginaire qui n’est pas fait que de merveilles, mais aussi de monstres effrayants e

Continuer à lire

La Ballade de l'Impossible

ECRANS | De Tran Anh Hung (Jap, 2h13) avec Ken’ichi Matsuyama, Rinko Kikuchi…

Christophe Chabert | Vendredi 29 avril 2011

La Ballade de l'Impossible

Si La Ballade de l’impossible est adapté d’un roman de Murakami, il y a quelque chose de proustien dans la manière dont Tran Anh Hung réussit à recréer à l’écran la sensation, parfois précise, parfois flottante, du souvenir. Ce souvenir, c’est celui des années 60, années de jeunesse pour Watanabe, un étudiant brillant et introverti amoureux de la petite amie de Kizuki, dont le suicide inexpliqué sert d’ouverture au récit. Le film ne cesse d’accélérer et de ralentir le temps, s’arrêtant sur un détail (la main coupée par la vitre dans le magasin de disques), regroupant les événements en une suite de scènes impressionnistes (les escapades érotiques de Watanabe) ou, à l’inverse, laissant les séquences s’écouler dans leur durée réelle, comme des moments fixés pour l’éternité dans la mémoire du héros. Tran Anh Hung, dont la maîtrise visuelle est ici à son sommet, surprend par sa capacité à saisir la vérité des rapports humains, attentifs aux élans, hésitations et apories de ses personnages. Très émouvant sans jamais verser dans le pathos, le film se paie même le luxe d’envolées lyriques très inspirées ou de touches humoristiques bienvenues dans un récit dominé par la mélancol

Continuer à lire

Hellboy II, les légions d’or maudites

ECRANS | La suite des aventures du fils du Diable, toujours signée Guillermo Del Toro, laisse tous les blockbusters de la rentrée loin derrière par ses inventions graphiques et son côté fun et référentiel. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 21 octobre 2008

Hellboy II, les légions d’or maudites

Le prologue de ce deuxième Hellboy est au bas mot génial : encore gamin, le futur super-héros se laisse conter l’histoire qui deviendra l’argument de cette nouvelle aventure. Un Roi elfe fit construire une armée mécanique en or contrôlée par un sceau en trois parties, dont les morceaux ont ensuite été distribués aux peuples qui acceptèrent de signer la paix. Pour illustrer cette fable d’héroïc fantasy inspirée du Seigneur des anneaux, Guillermo Del Toro a une idée magnifique : la reconstituer avec des pantins de bois, virtuels mais à l’ancienne, et non avec le numérique photoréaliste d’un Peter Jackson. C’est une magistrale déclaration d’intention : par-delà la technologie, il faut faire vivre l’imaginaire pour garder la part d’enfance en chacun de nous. À tous ceux qui pensaient que le réalisateur du Labyrinthe de Pan s’acquittait là d’une commande commerciale, il envoie ainsi la plus personnelle des réponses. Et ce n’est que le début… Autoportrait en geek Des années plus tard, Hellboy est devenu un super-héros mal embouché, frimeur et glandeur. Mais Hellboy a depuis le premier volet u

Continuer à lire

Le Labyrinthe de Pan

MUSIQUES | GUILLERMO DEL TORO / Wild side vidéo

| Mercredi 18 juillet 2007

Le Labyrinthe de Pan

À tous ceux qui douteraient encore du statut de Guillermo del Toro dans le cinéma contemporain (non pas un grand cinéaste de films fantastiques, mais un auteur à l'univers personnel et aux mises en scène d'une perfection saisissante), on ne peut que conseiller de se procurer au plus vite le DVD du Labyrinthe de Pan. Déjà, le film est de plus en plus génial au fil des visions (notamment toutes les rimes entre le monde réel de l'Espagne franquiste et celui, fantasmé, gardé par le faune) ; mais surtout, Del Toro s'y livre, comme à son habitude, à un passionnant décryptage à la fois technique et poétique de son œuvre. Ainsi, si l'édition simple comprend un commentaire audio passionnant, l'édition double DVD propose en plus des suppléments qui prouvent le soin apporté à chaque détail de la mise en scène (décors, musique, direction d'acteurs, effets spéciaux, design des créatures...). Enfin, Wild side propose une ultime édition presque trop riche, puisqu'elle y ajoute un bouquin de dessins originaux conçus par Del Toro pour le film et le CD de la bande originale, mais aussi un quatrième disque qui est en fait le HD-DVD du Labyrinthe de Pan. L'idée de ne pas choisir entre les supports (DV

Continuer à lire