Sur le chemin de l'école

ECRANS | De Pascal Plisson (Fr, 1h17) documentaire

Christophe Chabert | Mardi 17 septembre 2013

Le saviez-vous ? Dans certaines contrées — ici, le Kenya, l'Atlas marocain, l'Inde et la Patagonie argentine — les enfants font des pieds et des mains pour se rendre à l'école. Enfin, surtout des pieds, puisque ce documentaire qui accompagne quatre gamins vraiment super est à moitié pédestre. Les autres voyages se font en fauteuil roulant et à cheval, et chacun possède son embûche — une seule, pas deux. Dans l'ordre : charge d'éléphants, heure de la prière, roue crevée et caillou dans le sabot. Voilà, c'est tout, et même si ça ne dure qu'une heure quinze, c'est tout de même assez maigre pour faire un film. Surtout, Pascal Plisson est tellement obsédé par le storytelling qu'il surscénarise jusqu'aux moindres détails, laissant la part de vérité inhérente au documentaire au vestiaire.

Enfin, Sur le chemin de l'école semble tenir un drôle de discours à destination des enfoirés d'occidentaux égoïstes que nous sommes. Ben oui, quoi, vous qui traînez des pieds pour aller au collège, qui ne respectez plus le corps enseignant et qui foutez le bordel pendant les cours, vous n'êtes que des enfants gâtés-pourris, et on va vous donner une bonne leçon de courage et de détermination en vous montrant ces gosses prêts à tout pour réussir. Misère !

Christophe Chabert


Sur le chemin de l'école

De Pascal Plisson (Fr, 1h17) documentaire

De Pascal Plisson (Fr, 1h17) documentaire

voir la fiche du film


Ces enfants vivent aux quatre coins du globe mais partagent la même soif d’apprendre. Ils ont compris que seule l’instruction leur permettra d’améliorer leur vie, et c’est pour cela que chaque jour, dans des paysages incroyables, ils se lancent dans un périple à haut risque qui les conduira vers le savoir.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le Grand Jour

ECRANS | De Pascal Plisson (Fr., 1h26) avec Nidhi Jha, Albert Ensasi Gonzalez Monteagudo, Deegii Batjargal…

Vincent Raymond | Mardi 22 septembre 2015

Le Grand Jour

Après avoir suivi quatre enfants du bout du monde Sur le chemin de l’école, Pascal Plisson en accompagne quatre autres au seuil d’un jour marquant — concours, examen, audition ou match décisif. L’intention est la même (confronter des cultures entre elles, donc à la nôtre, par la juxtaposition d’images et l’alternance de séquences) et le procédé identique, à savoir donner à voir du "réel" tout en ayant la narration fluide et maîtrisée d’une fiction. Un format très rassurant pour capter ceux des spectateurs qui seraient effarouchés par la mention "documentaire"… même si Le Grand Jour, par son approche normée, n’a pas grand chose à voir avec Wiseman, Depardon ou Cavalier : Plisson s’inscrirait plutôt dans le sillage de Flaherty, Cousteau ou Arthus-Bertrand, chez qui le contrôle et le désir forcené d’esthétique prennent le pas sur l’authenticité…

Continuer à lire