Déportation : le dernier convoi

Nadja Pobel | Jeudi 7 octobre 2021

Photo : © DR


C'est le rappel de ce qu'a été le jusqu'auboutisme de la répression et de l'horreur nazie qui s'expose en quatorze panneaux dans la cour de la prison – désormais mémorial national – de Montluc à Lyon. De là, environ 500 personnes, Juifs et résistants, hommes et femmes, montent dans des camions. Direction Lyon Perrache.

Le train 14 166 démarre le 11 août 1944, alors que le débarquement allié avait eu lieu deux mois plus tôt en Normandie. Mais dès lors, nous est-il rappelé, « la police allemande déchaîne une violence qui franchit un nouveau seuil ». Au cours des divers textes donnés à lire, ces douze jours sont reconstitués en égrenant le temps, l'horreur de l'attente : « l'embarquement s'étire durant des heures, sous une chaleur écrasante — il fait 37 degrés à Lyon ».

Le train — de voyageurs et non de marchandises comme la Gestapo de Klaus Barbie en utilisent habituellement — devait se rendre dans différents camps de la région parisienne. Face aux sabotages des résistants et à la Libération imminente de Paris (le 25 août), il ira à Natzweiler-Struthof, Ravensbrück et Auschwitz-Birkenau. La liste des victimes, des dessins de Efix, des fac similés de journaux et de lettres manuscrites de déportés, des photos de camps… émaillent ces panneaux qui sont aussi restitués dans un catalogue précieux remis gratuitement au visiteur.

Pendant le trajet de ce convoi, les 230 prisonniers, résistants et Juifs, ne pouvant plus être déportés, seront exécutés à Bron et à Saint-Genis-Laval.

Train 14 166, 11 août-22 août 1944
Au Mémorial de la prison Montluc jusqu'au 30 juin


Train 14 166, 11 août - 22 août 1944


Mémorial de la prison de Montluc 1 rue Jeanne-Hachette Lyon 3e
Jusqu'au 30 juin 2021 2022, du mer au sam de 14h à 17h30


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Colum McCann à Montluc

Prix Résistance et Liberté | Cette année, l'écrivain dublino-new-yorkais Colum McCann a remporté le Prix Montluc Résistance et Liberté pour son dernier roman Apeirogon. Un prix qui récompense (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 26 août 2021

Colum McCann à Montluc

Cette année, l'écrivain dublino-new-yorkais Colum McCann a remporté le Prix Montluc Résistance et Liberté pour son dernier roman Apeirogon. Un prix qui récompense chaque année un auteur interrogeant les pratiques de résistance à l'oppression sous toutes ses formes, ou dont l'œuvre constitue en elle-même un acte de résistance. L'auteur est convié à venir présenter ce livre sur le destin commun de deux pères, l'un israëlien, l'autre palestinien, tous deux déchirés par la perte de leurs filles respectives, de morts violentes causées par le conflit israélo-palestinien. Et qui décident de témoigner de leur expérience au monde. Un rencontre animée par Christian Schiaretti qui aura lieu au Musée National de la prison de Montluc le 3 septembre à 15 h et sera suivie d'une séance de dédicaces.

Continuer à lire

Montluc, prison ouverte

Histoire | Dix ans que la prison Montluc est devenue un mémorial. Pour l’occasion, ce lieu témoin des horreurs du nazisme s’habille de l’imagination et du talent de jeunes artistes de l’école voisine Émile Cohl. Dialogue régénérant.

Nadja Pobel | Jeudi 24 septembre 2020

Montluc, prison ouverte

[Mise à jour : en raison de la crise sanitaire, le Mémorial de la prison de Montluc est fermé jusqu'à nouvel ordre. L'évolution de la situation est à suivre sur leur site.] Les lieux de mémoire ont un sens topographique qu’il ne faut pas négliger, comme Pierre Nora l'a démontré au fil des trois tomes qu’il a pilotés et qui portent précisément ce titre de Lieux de mémoire. Un lieu, on peut y retourner. Il le faut même, pour encore et toujours s’imprégner de ce que d’autres avant nous y ont vécu, pour savoir d’où nous venons et d’où nous parlons. Probablement que nous sommes un peu de cette prison Montluc, ouverte en 1921, qui fut notamment au service de Vichy de juin 1940 à janvier 1943. Les gosses d’Izieu y ont été parqués avant d’être envoyés à Drancy puis Auschwitz. Puis ce fut une prison militaire allemande dans laquelle transitèrent près de 10 000 personnes, dont 60% furent déportés et près de 10% fusillés ou exécutés. L’histoire franco-algérienne est aussi incrustée dans ces murs. La maison d’arrêt a fermé en 2009. Raconter en images

Continuer à lire

Entrait ici (et là) Jean Moulin

CONNAITRE | Encore Jean Moulin ? Oui, toujours Jean Moulin ! Puisque l’histoire de ceux qui défièrent l'occupant nazi ne sera jamais trop racontée, le Centre d’Histoire (...)

Nadja Pobel | Vendredi 3 mai 2013

Entrait ici (et là) Jean Moulin

Encore Jean Moulin ? Oui, toujours Jean Moulin ! Puisque l’histoire de ceux qui défièrent l'occupant nazi ne sera jamais trop racontée, le Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation, rouvert en novembre dernier avec une scénographie totalement renouvelée, a eu la bonne idée de commémorer le 70e anniversaire de l’arrestation (le 21 juin 1943) de ce résistant emblématique. Les enfants d’aujourd’hui n'étant pas ceux d’hier, le CHRD propose des visites de son exposition permanente pour les petits dès 7 ans et un forum citoyen sur ceux qui ont dit non (le 19 juin) pour les gones de 9 à 13 ans. En parallèle, le musée s’est allié aux mémoriaux de la maison du Docteur Dugoujon de Caluire, où Jean Moulin fut arrêté, et à la prison de Montluc, où il passa quelques nuits avant d’être emmené à Paris pour être déporté. Ces deux lieux méconnus, bien qu'ouverts au public depuis 2010 et 2011, organisent des visites guidées remettant en perspective l’Histoire à l'endroit même où elle s’est écrite. Deux conférences émailleront également ces commémorations, dont une donnée

Continuer à lire

Une prison pour mémoire

CONNAITRE | Coincée entre la Manufacture des Tabacs et les rails de train (mais bientôt facilement accessible par la prolongation du tram T3), le mémorial de la prison (...)

Nadja Pobel | Jeudi 5 juillet 2012

Une prison pour mémoire

Coincée entre la Manufacture des Tabacs et les rails de train (mais bientôt facilement accessible par la prolongation du tram T3), le mémorial de la prison de Montluc constitue depuis deux ans un témoignage glaçant de la barbarie nazie. Ouvert à l’orée des années 1920 comme prison militaire, cette geôle a rapidement servi à incarcérer quelques militants du Parti Communiste, interdit dès septembre 1939, puis le régime de Vichy s’en empare et enfin la Wehrmacht qui en fait son plus grand centre de rétention de la "zone sud". En visitant les cellules de 4 m², il est aisément compréhensible qu’en y enfermant sept à huit personnes, les occupants en ont fait un lieu de stockage humain. De nombreux tableaux explicatifs montrent combien les Allemands ont imposé des conditions de vie extrêmes à leurs détenus. La Gestapo de Klaus Barbie se chargeait de remplir cet établissement au gré des arrestations. Le bourreau y passera d’ailleurs quelques nuits dans les années 80 avant son procès lyonnais. Des centaines de victimes ont transité par ce lieu avant d’être déportées ou torturées. C’est notamment le cas de Jean Moulin et des enfants d’Izieu (qui y passent une nuit du 6 au 7 avril

Continuer à lire