Les corps impatients

SCENES | Le chorégraphe Thomas Guerry et le percussionniste Camille Rocailleux, fondateurs de la compagnie lyonnaise Arcosm, imaginent et défendent aux quatre coins du monde des spectacles inclassables, où la fantaisie le dispute à la prouesse. A l'occasion de leur nouvelle création ("Bounce!", au Théâtre de Vénissieux), rencontre avec ces deux grands enfants à la complicité féconde. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mercredi 4 décembre 2013

Vous vous êtes rencontrés au CNSMD il y a une quinzaine d'années. Qu'est-ce qui vous a attiré l'un vers l'autre ?

Thomas Guerry : C'est le langage qui nous a rapprochés. Camille utilisait son corps comme instrument, ma danse était très musicale, on se comprenait sans se parler. Au sortir du Conservatoire, frustrés du manque de passerelles qu'il y avait là-bas entre la musique et la danse, on a partagé un atelier le temps d'un été, sans autre volonté que d'échanger. A l'issue de cette session, on a présenté quelques rendus dans un festival et c'est André Curmi, directeur de la Scène Nationale d'Angoulême, qui nous a mis au défi de monter un spectacle à partir de cette matière. L'été suivant, nous avons créé Echoa.

Camille Rocailleux : Il n'y avait aucun plan de carrière au départ. Nous étions portés par un sursaut d'énergie lié au terme de notre cursus et voulions simplement voir comment nos univers pouvaient s'imbriquer.

 

Comment vous expliquez-vous la longévité de votre relation ?

TG : Elle tient bien sûr à la bonne santé de la compagnie, mais aussi au fait qu'on travaille avec d'autres personnes, qu'elle ne nous empêche pas d'aller par ailleurs au bout de nos arts respectifs.

CR : Nous formons un couple libre. On se laisse beaucoup d'espace et on en ressent les bénéfices au moment de rassembler cette matière et de faire avancer le vocabulaire d'Arcosm.

TG : Et puis je crois tout simplement que Camille et moi nous complétons, tant en termes de discipline qu'en termes de sensibilité.

CR : Thomas a une danse très organique, qui laisse une grande part à l'interprète, une danse à taille humaine mais qui peut emmener très loin dans l'imaginaire. C'est ce qui me touche dans les musiques que j'aime.

TG : C'est aussi ce que je ressens de la musique de Camille. Elle n'est pas figée, elle est très hétéroclite et narrative.

 

Vous êtes même plus complices que jamais puisque vous avez monté la saison passée So Lonely, votre premier duo. Comment avez-vous su que c'était le bon moment pour une telle forme ?

TG : Nous avions besoin de nous questionner. Nous ne sommes pas des robots. Une compagnie a besoin de se renouveler. Nous avons toujours essayé de ne pas tomber dans le piège de la facilité, de travailler sur des contextes différents, avec des collaborateurs différents… Nous voulions éprouver les dix années passées ensemble et réfléchir à la direction à prendre pour les dix prochaines. Et puis c'était un challenge que d'avoir les deux directeurs artistiques de la compagnie seuls sur scène.

CR : Vu qu'on est portés sur le partage, on a vite fait de se retrouver à huit sur le plateau. On avait du coup aussi envie de prendre le temps et le recul nécessaires pour aller au fond des choses. C'est sans doute une question de maturité.

TG : Ce duo ne tourne malheureusement pas autant qu'on le voudrait. Peu de professionnels sont venus le voir et ceux qui l'ont vu ne peuvent l'accueillir parce qu'il repose sur une structure très conséquente. Mais cela faisait aussi partie de notre volonté de penser la scénographie comme un troisième personnage.

 

C'est une constante dans votre répertoire...

TG : C'est vrai. On part toujours du visuel. Avant d'aller dans la technique, on dessine, on croque… Le décor n'est jamais là juste pour décorer.

CR : Nous ne sommes pas des artistes du mot. Le texte est chez nous anecdotique, au mieux c'est un matériau musical. Le décor est du coup un personnage à part entière, parce qu'il est modulable, parce qu'il devient contrainte d'espace, parce qu'il devient un instrument de musique.

TG : C'est aussi une manière de valoriser les percussions, souvent imposantes, avec lesquelles on travaille, et de rendre visibles les interprètes qui les manipulent.

CR : Entre le percussionniste et son instrument, il n'y a pas de contact physique. Il y a un vide. On a dès le début eu envie de travailler sur ce vide, sur la manière de l'habiter, de le détourner pour en faire une matière chorégraphique. C'est pour ça que dès Echoa on a éclaté la batterie, pour laisser le corps du musicien s'épanouir dans l'espace ainsi créé.

TG : On a baptisé ça «l'arc entre le corps et le son». C'est de là que vient le nom de la compagnie. Arcosm comme un arc entre deux mondes. On revient à ce qui nous a rapprochés initialement. La pratique de la percussion est aussi sonore que visuelle. Le percussionniste doit avoir une mémoire corporelle, se positionner d'une certaine façon…

 

Au-delà du décloisonnement des genres, votre démarche repose aussi sur un décloisonnement personnel. Vous vous essayez respectivement à des pratiques qui ne sont pas les vôtres...

CR : Oui, il y a un aller-retour permanent. On a été très rigoureux à ce sujet durant les premières années, on prenait des cours…

TG : On ne voulait pas que les gens se disent «Oh un musicien qui danse, comme c'est touchant». On ne voulait pas d'écarts de niveau, on tenait à ce que les spectateurs ne sachent plus qui est quoi, qu'ils voient un personnage avant tout.

CR : Après, on a eu la chance que nos spectacles tournent beaucoup. Avec Echoa, on a rapidement atteint les 90 représentations par an, ça nous a mis le pied à l'étrier. Les corps se sont déliés avec le temps.

TG : Et puis on écrit sur mesure, par rapport au physique, aux compétences, aux traits de caractère même. L'image vient en premier comme on le disait, mais ce sont ensuite les interprètes qu'on détermine et qui nous guident sur l'écriture. Après, c'est beaucoup de boulot. Quand on prend une chanteuse de rock ou un vieux pianiste, comme dans La Mécanique des anges, autrement dit des personnes qui n'ont aucune conscience de leur corps, c'est laborieux au début, les gens ne s'amusent pas. Mais c'est indispensable, parce qu'on est toujours dans le décalage, dans la rupture, on passe sans arrêt de la tendresse à la confrontation, et pour que ça marche, il faut que ce soit super écrit.

CR : C'est ce qui crée aussi un climat particulier dans nos pièces. On ne peut pas les jouer pépère, en faisant le minimum comme si on se contentait d'évoluer dans notre univers premier. Il y a toujours une espèce de tension.

TG : On ne laisse pas de place à la triche, à l'acte de présence. Un danseur n'est pas remplaçable chez nous.

 

Ces notions de rencontre et d'échange sont aussi au cœur même de vos spectacles. Vos personnages sont souvent des êtres aliénés par leur quotidien et qui le réenchantent au contact de l'autre...

TG : On ne raconte pas vraiment d'histoires, on part plutôt d'un postulat, qui nous sert à donner des clefs de lecture au spectateur. Ça passe effectivement par le fait de choisir le quotidien comme contexte de départ. On s'en extirpe ensuite en allant vers l'abstraction, mais sans sacrifier l'émotion.

CR : Nos langages sont abstraits, que ce soit la musique ou la danse. Ce quotidien fait office de point d'accroche, et tant pis si cette volonté d'être accessible paraît louche à certains.

TG : Comme chez David Lynch, dans les films duquel on accepte de se perdre parce qu'on s'est attaché à des gens.

CR : Les artistes qui nous touchent sont d'ailleurs ceux qui parlent d'une vie qu'on connait tous et proposent une voie pour s'en échapper. Je pense à Joël Pommerat, qui explore souvent les fantasmes de ses personnages, à James Thierée et au bestiaire incroyable qu'il crée à partir d'objets de tous les jours.

TG : Ou Pina Bausch et sa façon d'emmener le réalisme vers la poésie. L'art ce n'est pas forcément raconter combien la vie est dure, ça peut aussi consister à mettre le doigt sur des situations délicates et à les transfigurer en utopies.


Bounce !

De Thomas Guerry et Camille Rocailleux, Cie Arcosm, 55 min, dès 5 ans
Théâtre de Vénissieux 8 boulevard Laurent-Gérin Vénissieux
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Bounce !

De Thomas Guerry et Camille Rocailleux, Cie Arcosm, 55 min, dès 5 ans
Théâtre de Villefranche Place des Arts Villefranche-sur-Saône
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Solonely

Chor Thomas Guerry et Cmille Rocailleux, cie Arcosm, 1h
Maison de la Danse 8 avenue Jean Mermoz Lyon 8e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Mes frères

Avant-Première | Mes frères ne sortira que le 4 juillet sur les écrans français, mais il peut déjà s’enorgueillir d’un joli parcours à travers le monde : primé pour son scénario et (...)

Vincent Raymond | Vendredi 1 juin 2018

Mes frères

Mes frères ne sortira que le 4 juillet sur les écrans français, mais il peut déjà s’enorgueillir d’un joli parcours à travers le monde : primé pour son scénario et distribution à Richmond, présenté à Cannes (Écran Juniors), à Karlsruhe, en Autriche et au Danemark. Contant le parcours de deux frères, anciennes gloires du rock, retrouvés par leur sœur, ce film évoque également un combat contre la fibrodysplasie ossifiante progressive, une maladie orpheline aussi connue sous le nom de “maladie de l’homme de pierre“. Il s’agit par ailleurs du premier long-métrage d’un ex- premier assistant reconnu, Bertrand Guerry, qui dirige ici son propre frère, Thomas Guerry lui-même ancien du CNSMD. Ajoutons qu’une partie de la musique a été composée par les Black Lilys, représentants de la scène locale, et vous comprenez que cette avant-première se déroule à Lyon. Mes frères Au Pathé Vaise le lundi 4 juin à 19h30

Continuer à lire

Saison danse 2015/2016 : morceaux choisis

SCENES | Roland Petit, Merce Cunningham, Saburo Teshigawara, Maguy Marin, Alain Platel... La nouvelle saison danse s'annonce riche en têtes d'affiche. elle réserve aussi bien des projets singuliers et enthousiasmants, comme celui, collectif et ambitieux, de Florence Girardon sur "La Passion selon Saint-Matthieu" de Bach...

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 15 septembre 2015

Saison danse 2015/2016 : morceaux choisis

Landscape / Coup Fatal Le Japonais Saburo Teshigawara danse autant avec la musique qu'avec la lumière, développant une gestuelle singulière, tour à tour poétique ou tranchante et précise comme une lame. Il revient cette saison à Lyon avec une pièce récente, Landscape (2014), un duo sous forme de quasi-improvisation avec la danseuse Rihoko Sato, sur des musiques de Bach (Variations Goldberg) et de John Cage (In a Landscape) interpré- tées sur scène au piano par le touche-à-tout Francesco Tristano – il s'est notamment produit aux côtés du pionnier techno Carl Craig et de l'Orchestre des Siècles à la Villette. Les 22 et 23 septembre à la Maison de la danse Qu'il nous déçoive ou qu'il nous enthousiasme, Alain Platel présente depuis plusieurs décennies des pièces sombres, souvent aux bords de la folie. Coup fatal, crée en 2014 pour le Festival d'Avignon, est un étonnant volte-face du chorégraphe belge qui, sur des musiques baroques se mêlant à des rythmes africains (jouées live par un orchestre d'une quinzaine de musiciens) et avec le concours d'énergiques danseurs congola

Continuer à lire

Babel heureuse

SCENES | Á l'initiative de la Maison de la Danse, Babel 8.3 invite des habitants des 8e et 3e arrondissements à se familiariser avec les univers d'une dizaine de chorégraphes. Coup de projecteur sur un projet innovant qui cultive à la fois proximité et excellence. Valentine Martin

Valentine Martin | Mardi 26 mai 2015

Babel heureuse

Dans la mythologie biblique, la tour de Babel était une construction des hommes dont le sommet devait atteindre les cieux. Un projet jugé trop vaniteux par Dieu, qui décida alors de les punir en attribuant à chacun d'entre eux des langages différents. Ainsi les hommes se brouillèrent, avant de se disperser dans le monde. Aujourd'hui, la Maison de la danse tente une réunification, sous la forme d'un grand spectacle orchestré par sa directrice Dominique Hervieu, Babel 8.3, qui a vu 17 groupes d'habitants des 8e et 3e arrondissements apprendre un nouveau langage commun : celui du corps. Cet événement est né d'un désir : celui de mener un travail de proximité avec les habitants de quartiers dit sensibles. Des gens qui, pour certains, n'ont jamais mis les pieds dans cette institution du geste et sont en grande partie des amateurs. En tout, ce sont près de 250 volontaires qui se sont lancés dans cette aventure de longue haleine – débutée en septembre 2014, elle débouche cette semaine sur trois représentations – qui entend concilier haut niveau technique et respect de la diversité des cultures et individualités de chacun.

Continuer à lire

Mots et merveilles

SCENES | A travers le portrait croisé d'un maître de cérémonie aussi candide que zinzin, le metteur en scène et comédien Cédric Marchal signe avec Et pourquoi pas la Lune ? l'un des spectacles les plus réussis de la saison. Et synthétise deux décennies d'une carrière sous le signe de l'émerveillement collectif. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 20 mai 2014

Mots et merveilles

«Le spectacle vivant l'est parce que vous êtes là pour le lui rappeler». C'est par ce bon mot que Cédric Marchal conclue les représentations d'Oskar & Viktor, le pittoresque duo de juke-boxes de chair et de sang qu'il compose avec François Thollet depuis bientôt quinze ans. C'est sur elle que semble avoir été construit Et pourquoi pas la Lune ?, un seul-en-scène et demi – le marionnettiste Aïtor Sanz Juanes lui "donne la réplique" – qui voit cet artiste à tout faire embrasser d'un geste plein de fantaisie et de virtuosité les obsessions qui le travaillent depuis le début des années 90. A l'époque, Cédric Marchal, né à Strasbourg et aujourd'hui installé à Lyon, est un jeune produit du conservatoire de Chambéry, au sein duquel il trompait l'ennui que lui inspirait l'enseignement. De sa scolarité, il garde toutefois deux souvenirs : celui de ses premiers pas sur une scène, à l'âge de onze ans, dans une adaptation de L'Enfant sauvage de Truffaut ; et celui d'un prof d'arts plastiques autodidacte, qui lui tint un jour ce discours : «tant que tu n'as pas essayé, personne n'a le droit de te dire que tu n'es pas capable». Bonjour chez vous

Continuer à lire

Bloc party

SCENES | Dans 2001 : l'odyssée de l'espace, un enregistrement dans lequel le Dr. Floyd fait état de la découverte, sur la Lune, d'un monolithe de fabrication (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 4 décembre 2013

Bloc party

Dans 2001 : l'odyssée de l'espace, un enregistrement dans lequel le Dr. Floyd fait état de la découverte, sur la Lune, d'un monolithe de fabrication extraterrestre, se conclue par ces mots : «Son origine et sa fonction demeurent totalement mystérieuses». On pourrait en dire autant de l'hexaèdre en bois qui se dresse au milieu du plateau de Bounce!, la nouvelle création de Thomas Guerry et Camille Rocailleux. En tout cas pendant ses cinq premières minutes. Passé ce délai et une collision inopinée avec un interprète, il deviendra tour à tour, par le truchement de subtils jeux de lumière et de la propension de ses concepteurs à faire du moindre élém

Continuer à lire

Les moments forts de la saison danse 2013/2014

SCENES | Un Toboggan dont on ne connaît pas encore la programmation, un Ballet de l'Opéra qui reprend un génial mais énième opus de William Forsythe, une Maison de la Danse qui ouvre sa saison avec Benjamin Millepied... Le début de l'année chorégraphique n'est pas des plus fous. Les choses devraient toutefois s'arranger par la suite. La preuve en dix rendez-vous. Jean-Emmanuel Denave et Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 10 septembre 2013

Les moments forts de la saison danse 2013/2014

Limb's Theorem Créé en 1990, transmis au Ballet de l'Opéra en 2005, «le théorème des limbes» (limb pouvant aussi désigner le bord ou le membre, polysémie dont joue le chorégraphe) est l'une des pièces phares du grand William Forsythe. Inspiré par l'architecte Daniel Libeskind et les écrits du philosophe Wittgenstein, il y plonge ses interprètes dans des jeux de pénombre et de clair-obscur parmi un dispositif spatial et "machinique" complexe et parfois infernal. Le tout baigné de la bande sonore de son complice Thom Willems, oscillant entre musique et drones assourdissants. Une pièce aussi folle que réglée au cordeau, qui se tisse d'oppositions entre l'humain et la technique, la forme et le chaos, la danse et l'enfer mécanique.A l'Opéra, du 13 au 19 septembre  

Continuer à lire

La traversée du tempo

SCENES | En comparaison du reste du répertoire de la compagnie Arcosm, Traverse a tout d'un spectacle mineur. Créé en 2011, il n'a pas l'élégance plastique d'Echoa, (...)

Benjamin Mialot | Jeudi 28 mars 2013

La traversée du tempo

En comparaison du reste du répertoire de la compagnie Arcosm, Traverse a tout d'un spectacle mineur. Créé en 2011, il n'a pas l'élégance plastique d'Echoa, première création qui voyait une paire de musiciens et autant de de danseurs se transmettre leurs pratiques au cœur d'un échafaudage (et culmine à plus de 800 représentations à travers le globe). Il n'a pas non plus l'extravagance baroque de La Mécanique des anges, opéra rock à huit corps en passe de devenir un long-métrage. Encore moins l'intensité dramatique de Solonely, dernière œuvre en date de la compagnie, la première où ses fondateurs, le chorégraphe Thomas Guerry et le compositeur Camille Rocailleux, apparaissent seuls en scène. Il est cependant le plus représentatif des questionnements formels qui animent le duo depuis sa rencontre au conservatoire de Lyon. Autrement dit de son attachement au rythme et à la scénographie, exprimé qui dans une séance endiablée de percussion corporelle, qui dans la métamorphose d'une cuisine tout ce qu'il y a de plus ringard en batterie king size. Mais aussi et surtout de sa sa

Continuer à lire

Thomas Guerry & Camille Rocailleux, La Mécanique des anges

SCENES | Vous rêviez d'une sorte de huis clos sartrien sous forme de puzzle baroque chorégraphique et musical ? Alors courrez au Toboggan du 7 au 11 décembre voir (...)

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 2 décembre 2010

Thomas Guerry & Camille Rocailleux, La Mécanique des anges

Vous rêviez d'une sorte de huis clos sartrien sous forme de puzzle baroque chorégraphique et musical ? Alors courrez au Toboggan du 7 au 11 décembre voir "La Mécanique des anges" de Thomas Guerry (chorégraphe et metteur en scène) et Camille Rocailleux (compositeur et percussionniste). Huit danseurs, comédiens, chanteurs, musiciens rock et classique s'y adonnent avec énergie à un tourbillon fantasque et lyrique s'adressant plus aux sens qu'à l'esprit logique ou dramaturgique. Les autres, ceux pour qui les images même les plus réussies formellement ont besoin de consistance, passeront leur chemin. JED

Continuer à lire