Anne Benoît, actrice majuscule

Théâtre | Tout repose sur l'actrice. Anne Benoît est magistrale dans le rôle d'une femme en souffrance au travail imaginée par la romancière Nina Bouraoui dans un livre à paraître en janvier, "Otages". Richard Brunel accompagne à la mise en scène ce cri, cette résistance et ces violences.

Nadja Pobel | Mardi 26 novembre 2019

Photo : © Jean-Louis Fernandez


« J'ai cherché la joie comme une folle » nous dit Sylvie Meyer, la quinquagénaire, deux enfants et un mari qui vient de partir sans qu'elle s'en émeuve vraiment. Depuis vingt ans, elle travaille dans une usine de caoutchouc, répond à toutes les demandes même lorsqu'il s'agit de surveiller désormais les agissements de ses collègues. Jusqu'à ne plus en pouvoir et se pointer au bureau avec un couteau caché dans le sac, pour une nuit de séquestration.

Richard Brunel, pour cette dernière production en tant que directeur du CDN de Valence (et avant de bientôt rejoindre l'Opéra de Lyon) utilise des astuces scénographiques qui lui sont familières : de la vidéo projetée et des cloisons mouvantes faites de rideaux californiens permettant d'ouvrir ou fermer l'espace. Tout est aseptisé comme récemment dans Certaines n'avaient jamais vu la mer ou même dans le pourtant rugueux Roberto Zucco. Trop. Mais au moins rien n'entrave la parole de ce quasi monologue — l'homme n'étant qu'une matière à rebonds pour la protagoniste.

Rage d'exister

Aux côtés d'un homme fantôme (Tommy Luminet), Anne Benoît (dirigée par Planchon, Vitez, Py, Vincent — ou encore Amalric et Jacquot au cinéma) campe avec une précision déroutante cette femme blessée et abîmée. Elle est capable de signifier la douleur puis d'esquisser un sourire sans rien annuler du sentiment précédent et, dans les secondes suivantes, de côtoyer la folie. Elle n'exagère rien, rend palpable cet écartèlement, la difficulté et l'abnégation de Sylvie à se tenir droite (en prenant enfin la parole) quand ce qui a constitué sa vie se dérobe.

Elle dit et montre par un corps sans cesse transformé (faire et défaire son chignon par exemple) son malaise dans un monde malade qui la pousse à devenir « tout ce qu'elle déteste chez les autres », en trouvant une dignité par le goût du pouvoir que lui octroie le directeur. Les gros plans sur son visage, qui auraient pu être cruels tant ils ne pardonnent rien, soulignent au contraire sa justesse. Et la bande-son n'est à cet égard d'aucune aide. De même que l'instant karaoké sur Tu t'en vas d'Alain Barrière et Noëlle Cordier lorsqu'elle évoque son mariage modeste. Pour autant ces instants ne diluent pas ce texte sur le travail devenu broyeuse que Joël Pommerat, dans des décors plus chimériques mais tout aussi cliniques que celui-ci (Les Marchands, La Grand et Fabuleuse Histoire du commerce...), avait déjà bien décrits.

Otages
Au Théâtre du Point du Jour du mercredi 27 au samedi 30 novembre


Otages

Texte Nina Bouraoui, ms Richard Brunel, 1h05
Théâtre du Point du Jour 7 rue des Aqueducs Lyon 5e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Vol suspendu : "Otages à Entebbe"

Reconstitution | de José Padilha (G-B, 1h47) avec Daniel Brühl, Rosamund Pike, Eddie Marsan…

Vincent Raymond | Lundi 30 avril 2018

Vol suspendu :

1976. Convergence des luttes terroristes : des membres du Front Populaire de Libération de la Palestine reçoivent le soutien de gauchistes allemands des Cellules Révolutionnaires afin de détourner un vol Athènes-Tel Aviv vers l’Ouganda et de protester contre la politique israélienne… À certains égards, José Padhila signe ici une double reconstitution historique. Il fabrique un “film d’époque” assez convaincant, avec ses coupes de vêtements ajustées et ses cheveux gras seventies. Dans le même temps, il renoue avec ces euro-puddings qui faisaient jadis florès sur les écrans : des coproductions internationales causant dans une langue véhiculaire (donc l’anglais), farcies de stars représentant chacun des pays contributeurs. Douce aberration, qui nous donne ici à entendre Rabin et Peres échanger dans l’idiome de Churchill — l’un des deux interprètes étant britannique. Pas rédhibitoire, mais légèrement contrariant. Cela étant dit, Otages à Entebbe a le mérite d’ouvrir une brèche en abordant un événement peu relaté, et dévoile quelque

Continuer à lire

Je vous souhaite d'être follement aimée

ECRANS | De Ounie Lecomte (Fr, 1h40) Avec Céline Sallette, Anne Benoit, Elyes Aguis…

Vincent Raymond | Mardi 5 janvier 2016

Je vous souhaite d'être follement aimée

Ounie Lecomte n’en a pas fini avec la thématique de l’adoption. Un sujet intime qu’elle avait déjà abordé frontalement — sans laisser d’impérissable souvenir, d’ailleurs — dans Une vie toute neuve (2008), inspiré de son propre parcours. Plus abouti, ce nouveau film a pour figure centrale une kiné née sous X décidée à retrouver sa mère biologique pour calmer ses tourments existentiels ; il dresse cependant le portrait de trois, voire quatre générations chamboulées dans leur identité. Malgré des atouts de poids, allant de la musique d’Ibrahim Maalouf à la distribution "auteur" de prestige (une lignée Françoise Lebrun/Anne Benoît/Céline Sallette, tout de même…), malgré un questionnement légitime sur le droit de connaître ses origines, et une approche tactile des relations entre les personnages, Je vous souhaite d'être follement aimée se distend peu à peu, s’égare et se dissout dans ses propres interrogations, pendant que le spectateur anticipe sur des rebondissements cousus de fil blanc. Dommage.

Continuer à lire