article partenaire
Nouveau cratère sur Mars

Grand soir et petits matins

Au mois de juin, il sera question de révolution avortée, d’enterrement burlesque, d’un retour en enfance et de la rédemption par le whisky. Curieux programme pour films en demi-teintes. Christophe Chabert

Commençons par rire un peu (ou beaucoup, ou pas du tout…). Avec Le Grand soir (6 juin), Gustave Kervern et Benoît Delépine, dont on avait aimé jusqu’ici la totalité de la filmographie (même Avida, si, si…) font leur premier faux-pas. Tout y était pourtant sur le papier : deux acteurs énormes qui n’avaient jamais partagé l’affiche (Poelvoorde et Dupontel), un sujet en or (deux frères, l’un punk, l’autre représentant en literie, rouillent dans un centre commercial et finissent par fomenter ensemble une révolution qui tourne court) et même la grammaire si particulière inventée par les deux Grolandais, ce culte du plan unique où le champ est aussi important que le hors-champ. Mais cette fois, la mayonnaise ne prend pas : l’assemblage ne déborde pas la collection de vignettes, les deux comédiens ne se font jamais oublier derrière leurs personnages et le film peine à trouver ce qu’il veut raconter. Autre cinéaste admiré, Ken Loach démontre avec La Part des anges (20 juin) à quel point il perd toute rigueur lorsqu’il tourne des comédies. C’était déjà le cas avec Looking for Eric, c’est pire ici. Le scénario de son comparse Paul Laverty est bourré de raccourcis improbables, les gags sont toujours lestés de trois répliques en trop et, surtout, le film est d’une laideur à frémir, sans aucune direction artistique ni sens de l’espace. L’odyssée de ces pieds nickelés écossais qui tentent de monter une arnaque au whisky peut certes paraître sympathique dans l’esprit ; à l’écran, on a juste l’impression de voir un Louis La Brocante.

Radieux adieux

Plus intéressant, Bruno Podalydès retourne aux racines de son cinéma avec Adieu Berthe (20 juin). Oubliés les deux Rouletabille et le très raté Bancs publics ; ici, il remet son frère Denis dans sa composition préférée, celle de l’indécis. Indécision sentimentale mais aussi, cocasserie ultime, indécision quant à savoir comment il va enterrer sa grand-mère, tellement discrète que plus personne ne s’intéressait à elle. La première demi-heure est absolument hilarante ; la suite, où Podalydès tente de faire entrer un peu de gravité, est moins convaincante, mais Adieu Berthe reste foncièrement recommandable. Pour terminer, on conseillera l’étrange deuxième film réalisé par Jean-Paul Rouve, Quand je serai petit (13 juin). Plutôt que de tomber comme ses confrères dans la comédie beauf, Rouve trace un sillon plus exigeant et difficile avec cette œuvre très personnelle où il évoque, à travers une fable lorgnant sur le fantastique, sa propre enfance et son rapport à son père (Poelvoorde, cette fois génial). Le film n’est pas sans défaut, mais il s’en dégage un flottement mélancolique raccord avec l’image de ce comédien attachant, à la fois drôle et triste.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 5 décembre 2022 Le premier fils, Dimitri, impétueux, sanguin et violent, est le rival de son père, entiché de la même femme que lui. Le second, Ivan, cynique intellectuel athée (...)
Mardi 22 novembre 2022 Chaque mois, Le Petit Bulletin vous emmène à la découverte d’une structure de diffusion culturelle du département. Concerts, théâtre, danse, expos… Il y a forcément un lieu qui vous attend quelque part ! Aujourd’hui, rendez-vous au Château du...
Jeudi 3 novembre 2022 Pour mieux connaître le Petit Bulletin, découvrez ce que ses journalistes écoutent : chaque semaine, un membre de l'équipe partage avec vous sa playlist du moment! Aujourd'hui, Anaïs, notre journaliste-testeuse-des-chouettes-endroits-où-manger, nous...
Mercredi 14 septembre 2022 La préfecture de Haute-Loire s’apprête une nouvelle fois à se parer de ses plus belles plumes, pour les traditionnelles fêtes du Roi de L’Oiseau. L’occasion d’un dépaysement total, au gré des déambulations dans les méandres du passé. En route !
Jeudi 29 septembre 2022 Avec ses paysages sonores qui racontent les grands espaces, le feu, le froid, les hommes et les âmes planantes, uRYa est un pur passeur d’émotions. Venue (...)
Mardi 13 septembre 2022 Dans le cadre des Cafés interculturels coorganisés par le Solar et l’École de l’Oralité, trois grands maîtres nippons illustrent le Japon traditionnel aux côtés (...)
Mardi 6 septembre 2022 Une femme aimante et disponible, un mari charmant et brillant : que pourrait-il arriver à ce couple en apparence parfait ? C’est l’intrigue qui rythme (...)
Mardi 5 juillet 2022 Depuis des lustres (1988 pour être précis), Craponne-sur-Arzon fait figure de référence sur la planète Country Music. Mais après quelques éditions compliquées et à (...)
Mardi 26 avril 2022 Le confinement, c’est loin. La preuve, vous avez arrêté de faire votre pain. Par chance, d’aucunes en ont fait leur profession.
Mardi 26 avril 2022 La Ville de Lyon et la Métropole réglementent l’offre en matière de logements meublés touristiques longue durée dans un hyper centre lyonnais assez large. Excellente nouvelle pour les habitants.
Mardi 26 avril 2022 Toujours là, ces types en costards Paul Smith et pompes en cuir qui brille. Toujours là, ces poignées de mains viriles à qui serrera le plus fort. Toujours là, (...)
Mardi 26 avril 2022 De confinements en couvre-feux, la pandémie aurait presque fait oublier qu’un festival de musiques est avant tout un temps de convivialité partagée, entre amis, dans une foule de mélomanes raisonnablement...
Mardi 26 avril 2022 Fruit du travail de bénédictin d’un homme seul durant sept années,  Junk Head décrit en stop-motion un futur post-apocalyptique où l’humanité aurait atteint l’immortalité mais perdu le sens (et l’essence) de la vie. Un conte de science-fiction avec...
Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
Mardi 26 avril 2022 Avant d’entamer sa carrière solo, le musicien sénégalais Lass a pris le temps de faire ses armes dans le giron de David (...)
Mardi 26 avril 2022 Très prometteuse formation franco-malgache, Iray Trio trace brillamment sa route depuis 2016, développant une identité musicale (...)
Mardi 26 avril 2022 Poursuivant une belle série de concerts tournés vers le Brésil, le Solar accueille MiMoJi, trio genevois (...)
Mardi 26 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers (Ce sentiment de l’été,  Amanda…) en restitue deux : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une fois encore, le prodige de son alchimie teintée...
Mardi 26 avril 2022 Dans le cadre de l’opération Mai à Vélo, le cinéma Le Family proposera deux animations spéciales dans le (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter