CHARLIE et ses drôles de drames, nouveau western

Même s’il est certain que bien d’autres causes mériteraient que la nation descende dans la rue, j’ai ressenti une émotion toute particulière le 11 janvier en reliant la gare de Châteaucreux à la place de l’Hôtel de Ville, au milieu des soixante milles marcheurs au pas tranquille qui défilaient dans les rues de Saint-Etienne. Beaucoup n’avaient jamais acheté ni même ouvert un seul exemplaire de Charlie Hebdo de toute leur vie. Certains manifestaient pour la première fois, à soixante-dix ans ou plus. C’était semble-t-il pour tous une question de principe, un sursaut, entre horreur et indignation. Beaucoup de musulmans étaient là également pour afficher leur rejet de l’extrémisme, exprimer leur crainte de l’amalgame et dire que caricaturer un prophète ne mérite sans doute pas la peine de mort. Des élus de tous bords arboraient leur belle écharpe tricolore, ne ratant pas la belle occasion de se montrer unis ou de se montrer tout court. Plus ou moins régulièrement un fait d’actualité redonne l’illusion d’une France black-blanc-beur dans laquelle tout le monde peut utopiquement aimer tout le monde. Nos confrères de Charlie Hebdo avaient choisi, eux, le contre-pied de se moquer de tout le monde. De se moquer pour dénoncer ou tout simplement par plaisir du bon mot, par amour de la déconnade, comme de grands gamins qui ne pourront jamais s’empêcher de refaire le coup du poil à gratter ou du sel dans le sucrier. Ce qui me paraît le plus remarquable dans la ligne de conduite de la presse satirique ou anarchico-libertaire, c’est bien son inébranlable intégrité, défendant contre vents et marées une profonde et indéfectible liberté de ton. Tout comme Le Canard Enchaîné, les Guignols de l’Info et beaucoup d’humoristes politiquement incorrects, Charlie Hebdo a toujours assumé les procès qui lui ont été intentés et n’a jamais cédé aux menaces, même les plus sérieuses. De tout temps des penseurs, des écrivains ou des dessinateurs ont exprimé leur rejet du pouvoir établi, des bonnes consciences et des faux-semblants, des promesses non tenues et des mensonges officiels, des monarques en perruques, des gouvernements qui avancent masqués ou des tyrans à visage découvert, des sectes sournoises ou des religions instrumentalisées. On le sait bien, la liberté d’expression est toute relative, même dans le pays des libertés qu’est censée être le nôtre. Il était possible jusqu’ici de dire, d’écrire ou de dessiner à peu près tout et son contraire, même au risque de choquer, d’être juridiquement attaqué pour diffamation ou encore de subir quelques intimidations. Cette fois-ci des journalistes ont été fusillés sans procès, sur leur lieu de travail, pour avoir gribouillé des dessins qui ne sont pas du goût de tout le monde. S’il est certes présomptueux d’affirmer que «nous sommes tous Charlie» (ce qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler le «nous sommes tous américains» qui fit débat à l’automne 2011), personne et sous aucun prétexte ne peut accepter la barbarie. Crayons et gommes ne seront jamais des armes de destruction massive et Charlie Hebdo paie le prix fort de ce grossier raccourci. Ceux qui en revanche ne savent s’exprimer qu’à balles réelles sont les acteurs d’un très mauvais western. Car si les cathos semblent avoir pardonné à Charb, Cabu, Tignous et les autres leurs dessins corrosifs de papes sous perfusion, de prêtres pédophiles et de religieuses lubriques, des drapeaux français sont encore brûlés par des foules hystériques et des menaces de mort sont proférées devant les caméras du monde entier en différents points du globe. C’est moche et il serait peut-être temps de passer à autre chose de plus constructif…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 8 novembre 2023 Ils s’aiment d’un amour impossible qui les mènera tout droit à la mort. Roméo et Juliette, romance la plus connue de tous les temps, mais aussi Opéra de (...)
Mardi 31 octobre 2023 Chaque année pendant les vacances d’automne, l’opération Toiles de Mômes initiée par le GRAC (groupe régional d’actions cinématographiques) inonde les salles du (...)
Lundi 13 novembre 2023 Un futur dans lequel justice sociale et environnementale, respect des humains et du vivant dans sa globalité pourraient être des socles ? Du vent, du rêve, (...)
Mardi 31 octobre 2023 Édition raccourcie mais augmentée pour le festival Face à Face, dont l’objectif reste la visibilisation de la culture LGBTQIA+ et la lutte contre les LGBTQIAphobies. Tour d’horizon de cette 19e.
Mardi 31 octobre 2023 Dominés par un fort sentiment d'urgence, Send Me Love Letters cultive l'image d'un rock léché et élégant qui fleure bon les productions anglo-saxonnes du début (...)
Mardi 31 octobre 2023 Depuis plus de 11 ans, le Petit Bulletin vous déniche chaque mois les expositions les plus pertinentes à Sainté et alentour. Voici donc notre ultime sélection, laquelle fait une fois encore la preuve qu'un large éventail d'accrochages peut...
Lundi 13 novembre 2023 Quatre soirées, quatre artistes féminines, quatre univers, quatre nanas qui, chacune à leur manière, racontent des histoires qu’on a envie d’écouter. Lunar, (...)
Mardi 31 octobre 2023 Il fait partie des rappeurs qui noircissent des pages et des pages de textes, littérature à la ceinture et amour des mots dans le sac à dos. Georgio, 30 ans (...)
Mardi 31 octobre 2023 … Top, je suis le plus ancien festival du territoire ligérien dédié à la chanson francophone ; je régale les habitants de l’Ondaine, de Sainté et même de bien (...)
Lundi 13 novembre 2023 Ton 17 novembre est libre ? À la bonne heure ! Ce soir-là, c’est au choix : deux soirées, deux salles, deux ambiances, mais dans les deux cas, il s’agira (...)
Mardi 31 octobre 2023 « Pourquoi les jeunes ont envie de mourir ? » Un questionnement de départ, né après les attentats de 2015 en France. Une envie d’apporter sa pierre à l’édifice, (...)
Lundi 13 novembre 2023 « Le lundi, c’est nul, c’est le début de la semaine, et en plus, ya rien à faire le soir ». FAUX ! En plus de la ribambelle de choses qu’il est possible (...)
Lundi 13 novembre 2023 6 dates, 6 rendez-vous annuels devenus des incontournables pour les Stéphanois amateurs d’un théâtre de boulevard, populaire, souvent drôle et léger, créé à Paris (...)
Mercredi 8 novembre 2023 Un homme, une femme, et des chabadabada… Ou pas. Ensemble depuis toute la vie et c’était très long - d’autant que l’apnée du sommeil s’est invitée dans leurs (...)
Lundi 13 novembre 2023 Tandis que les feuilles se font plus orangées, le feu sacré du cirque se pare de ses couleurs les plus flamboyantes grâce aux 7 Collines, version fin d’année.
Lundi 13 novembre 2023 Après une première édition réussie, La Comédie de Saint-Étienne réitère le temps fort théâtral Courts-Circuits en ce mois de novembre, fédérant derrière elle plusieurs structures de la Loire.
Mardi 31 octobre 2023 Le Château de Goutelas organise en novembre une nouvelle édition de son festival Plurielles. Tour d’horizon d’un programme fort et engagé.
Mardi 3 octobre 2023 La deuxième édition des rencontres théâtrales Courts-circuits aura lieu du 14 au 24 novembre dans la Loire. Benoît Lambert et Sophie Chesne, directeur et co-directrice de La Comédie de Saint-Étienne et artisans de ce temps fort collectif, reviennent...
Mardi 3 octobre 2023 Nouvelle saison, nouveau directeur des affaires culturelles, futur nouveau théâtre : la culture à Montbrison, ou le changement dans la continuité.
Mardi 3 octobre 2023 Sur les cinq places du centre-ville et durant trois jours, la 37ème édition de la Fête du livre de Saint-Étienne invite plus de 200 auteurs à rencontrer le public. Portrait d'Axelle Redon, généreuse commissaire générale d'une manifestation à la fois...
Mardi 3 octobre 2023 À Saint-Just-Saint-Rambert, le cinéma le Family créé 15 jours d’événements pour célébrer l’inauguration de sa 8e salle. Tour d’horizon de cette belle fête du grand écran.
Mardi 3 octobre 2023 De même que Clouzot avait cherché à percer le Mystère Picasso, Wim Wenders tente d’élucider le secret Kiefer. Coïncidant avec la remise de son Prix Lumière (et précédant la sortie de Perfect Days), ce documentaire rappelle que le cinéaste a toujours...
Mardi 3 octobre 2023 En prendre plein les papilles, plein les yeux, et plein les oreilles en même temps ? Depuis 20 ans, cette proposition on ne peut plus complète est celle (...)
Mardi 3 octobre 2023 Parmi les nombreuses expositions à voir cet automne, voici nos coups de cœurs qui, une fois n'est pas coutume, font la part belle à la photographie.
Mardi 3 octobre 2023 Fini d’attendre, elle est de retour. La Positive Education Festival revient du 31 octobre au 5 novembre. Si elle pose pour la dernière fois ses platines à la Cité du Design, l’heure est à la célébration. Tour d’horizon sur cette 7e édition plus...
Mardi 3 octobre 2023 Pour son premier long métrage, Iris Kaltenbäck décortique la mécanique d’un mensonge : comment il se noue d’une manière naturelle et innocente, comment il s’amplifie de façon insensible et invisible jusqu’à un geste fatal. Une histoire de manque et...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X