"Ghost in the Shell" : critique et interview de Scarlett Johansson

Ghost in the shell
De Rupert Sanders (EU, 1h46) avec Scarlett Johansson, Pilou Asbæk...

À l’instar de ses héros humains améliorés par les machines, ce film en prises de vues réelles s’hybride avec toutes les technologies visuelles contemporaines pour revisiter le classique anime de Mamoru Oshii (1997). Une (honnête) transposition, davantage qu’une adaptation.

Dotée d’un corps cybernétique augmentant ses capacités humaines, le Major a été affectée à la Section 9, une unité d’élite dépendant du gouvernement. Sa prochaine mission vise à combattre un criminel capable de pirater les esprits, mais aussi de lui révéler un passé qu’on lui a dissimulé…

En s’appropriant le joyau de Oshii, Rupert Sanders touche à un tabou. Ghost in the Shell constitue en effet un jalon dans l’histoire des anime : il est le premier à avoir été universellement considéré comme un film “adulte” (en tout cas moins familial ou jeune public que les Takahata et Miyazake) ainsi qu’une œuvre de science-fiction visionnaire, dans la lignée des adaptations de Philip K. Dick ou Asimov. Sa narration elliptique, intriquant anticipation et tensions géopolitiques, ajoutée à son esthétique élégante et épurée, l’ont érigé en référence d’un futur dystopique… dépassé.

Bien en chair

Car depuis vingt ans, EXistenZ, Matrix puis la réalité virtuelle ont rattrapé certaines des projections de l’anime. Sanders et ses scénaristes l’ont donc “déshabillé”, conservant l'essentiel de sa trame, avant de le reconstruire en version augmentée. S’ils ont simplifié l’intrigue (remplaçant les rivalités inter-étatiques en un conflit commercial plus diplomatiquement correct), ils ont su préserver et réintégrer les séquences visuellement remarquables.

Elles surgissent comme des déja-vus — les “glitchs” parasitant la conscience du Major — pour ravir les nostalgiques, déjà conquis par la présence d’un Kitano parlant dans son idiome. Enfin, si la facture de l’ensemble est belle, la 3D confine une fois encore au gadget et prouve sa surpuissante inutilité. N’en déplaisent à leurs zélateurs, certaines prétendues améliorations technologiques demeurent de jolis leurres…


3 questions à... Scarlett Johansson

Après Lucy (2013) et Her (2014), Scarlett Johansson incarne dans Ghost in the Shell de Rupert Sanders un nouveau rôle célébrant les noces de l’humanité et de la cybernétique. Propos recueillis lors de la conférence de presse.
<img data-cke-saved-src="http://www.petit-bulletin.fr/multimedia/articles/170328_scarletlyon.jpg" src="http://www.petit-bulletin.fr/multimedia/articles/170328_scarletlyon.jpg" style="width:100%" "="">

Qu’est-ce qui vous a attiré dans ce projet ?
Scarlett Johansson
: C’est difficile de dire ce qui m’a attiré de prime abord… C’est un long processus entre le moment où l’on en a parlé, et celui où l’on a tourné en Nouvelle-Zélande. Ce n’était pas très évident pour moi de comprendre au départ comment on pouvait transposer un anime qui est déjà un chef-d’œuvre, et où trouver ma place. Le Ghost in the Shell de Mamoru Oshii est tellement introspectif et poétique, et cependant très froid... Je me suis demandée comment entrer dans ce personnage. Petit à petit, cette idée m’a hantée ; l’histoire est restée en moi. Quand j’ai rencontré Rupert Sanders, il travaillait depuis deux ans sur les visuels et on a commencé à parler. Nos conversations ont duré une année, et je me suis de plus en plus sentie investie émotionnellement dans ce personnage.

Votre personnage investit un corps qui ne lui appartient pas. Est-ce une métaphore de votre métier d’actrice ?
Lorsque l’on est actrice et que l’on joue, il y a une connexion intense entre le corps et l’esprit — c’est d’ailleurs ce qui est le plus important. Je crois que notre instinct est l’outil le plus essentiel dans notre métier d’acteur. Bien sûr, le corps est un outil supplémentaire, celui avec lequel on communique. Les deux sont complètement en osmose.

Quelle trace mémorielle avez-vous conservée de ce tournage ?
J’apprends toujours quelque chose lorsque je tourne, en particulier sur moi-même. J’apprends sur mes limites, sur ce qui m’embarrasse. Ghost in the Shell a confirmé une chose que je crois profondément : il faut travailler avec des réalisateurs qui sont de vrais partenaires créatifs. Quand la connexion est impossible, le travail devient difficile. Sur ce tournage, il l’a été de manière intéressante, car il y avait des défis à relever. Comme Rupert aime les acteurs, il a pris le temps de faire des répétitions, de parler avec nous sur la manière d’aborder les scènes. Ça m’a confortée dans ma croyance que cette collaboration sur un plateau avec un réalisateur est absolument essentielle.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 8 novembre 2023 Ils s’aiment d’un amour impossible qui les mènera tout droit à la mort. Roméo et Juliette, romance la plus connue de tous les temps, mais aussi Opéra de (...)
Mardi 31 octobre 2023 Chaque année pendant les vacances d’automne, l’opération Toiles de Mômes initiée par le GRAC (groupe régional d’actions cinématographiques) inonde les salles du (...)
Lundi 13 novembre 2023 Un futur dans lequel justice sociale et environnementale, respect des humains et du vivant dans sa globalité pourraient être des socles ? Du vent, du rêve, (...)
Mardi 31 octobre 2023 Édition raccourcie mais augmentée pour le festival Face à Face, dont l’objectif reste la visibilisation de la culture LGBTQIA+ et la lutte contre les LGBTQIAphobies. Tour d’horizon de cette 19e.
Mardi 31 octobre 2023 Dominés par un fort sentiment d'urgence, Send Me Love Letters cultive l'image d'un rock léché et élégant qui fleure bon les productions anglo-saxonnes du début (...)
Mardi 31 octobre 2023 Depuis plus de 11 ans, le Petit Bulletin vous déniche chaque mois les expositions les plus pertinentes à Sainté et alentour. Voici donc notre ultime sélection, laquelle fait une fois encore la preuve qu'un large éventail d'accrochages peut...
Lundi 13 novembre 2023 Quatre soirées, quatre artistes féminines, quatre univers, quatre nanas qui, chacune à leur manière, racontent des histoires qu’on a envie d’écouter. Lunar, (...)
Mardi 31 octobre 2023 Il fait partie des rappeurs qui noircissent des pages et des pages de textes, littérature à la ceinture et amour des mots dans le sac à dos. Georgio, 30 ans (...)
Mardi 31 octobre 2023 … Top, je suis le plus ancien festival du territoire ligérien dédié à la chanson francophone ; je régale les habitants de l’Ondaine, de Sainté et même de bien (...)
Lundi 13 novembre 2023 Ton 17 novembre est libre ? À la bonne heure ! Ce soir-là, c’est au choix : deux soirées, deux salles, deux ambiances, mais dans les deux cas, il s’agira (...)
Mardi 31 octobre 2023 « Pourquoi les jeunes ont envie de mourir ? » Un questionnement de départ, né après les attentats de 2015 en France. Une envie d’apporter sa pierre à l’édifice, (...)
Lundi 13 novembre 2023 « Le lundi, c’est nul, c’est le début de la semaine, et en plus, ya rien à faire le soir ». FAUX ! En plus de la ribambelle de choses qu’il est possible (...)
Lundi 13 novembre 2023 6 dates, 6 rendez-vous annuels devenus des incontournables pour les Stéphanois amateurs d’un théâtre de boulevard, populaire, souvent drôle et léger, créé à Paris (...)
Mercredi 8 novembre 2023 Un homme, une femme, et des chabadabada… Ou pas. Ensemble depuis toute la vie et c’était très long - d’autant que l’apnée du sommeil s’est invitée dans leurs (...)
Lundi 13 novembre 2023 Tandis que les feuilles se font plus orangées, le feu sacré du cirque se pare de ses couleurs les plus flamboyantes grâce aux 7 Collines, version fin d’année.
Lundi 13 novembre 2023 Après une première édition réussie, La Comédie de Saint-Étienne réitère le temps fort théâtral Courts-Circuits en ce mois de novembre, fédérant derrière elle plusieurs structures de la Loire.
Mardi 31 octobre 2023 Le Château de Goutelas organise en novembre une nouvelle édition de son festival Plurielles. Tour d’horizon d’un programme fort et engagé.
Mardi 3 octobre 2023 La deuxième édition des rencontres théâtrales Courts-circuits aura lieu du 14 au 24 novembre dans la Loire. Benoît Lambert et Sophie Chesne, directeur et co-directrice de La Comédie de Saint-Étienne et artisans de ce temps fort collectif, reviennent...
Mardi 3 octobre 2023 Nouvelle saison, nouveau directeur des affaires culturelles, futur nouveau théâtre : la culture à Montbrison, ou le changement dans la continuité.
Mardi 3 octobre 2023 Sur les cinq places du centre-ville et durant trois jours, la 37ème édition de la Fête du livre de Saint-Étienne invite plus de 200 auteurs à rencontrer le public. Portrait d'Axelle Redon, généreuse commissaire générale d'une manifestation à la fois...
Mardi 3 octobre 2023 À Saint-Just-Saint-Rambert, le cinéma le Family créé 15 jours d’événements pour célébrer l’inauguration de sa 8e salle. Tour d’horizon de cette belle fête du grand écran.
Mardi 3 octobre 2023 De même que Clouzot avait cherché à percer le Mystère Picasso, Wim Wenders tente d’élucider le secret Kiefer. Coïncidant avec la remise de son Prix Lumière (et précédant la sortie de Perfect Days), ce documentaire rappelle que le cinéaste a toujours...
Mardi 3 octobre 2023 En prendre plein les papilles, plein les yeux, et plein les oreilles en même temps ? Depuis 20 ans, cette proposition on ne peut plus complète est celle (...)
Mardi 3 octobre 2023 Parmi les nombreuses expositions à voir cet automne, voici nos coups de cœurs qui, une fois n'est pas coutume, font la part belle à la photographie.
Mardi 3 octobre 2023 Fini d’attendre, elle est de retour. La Positive Education Festival revient du 31 octobre au 5 novembre. Si elle pose pour la dernière fois ses platines à la Cité du Design, l’heure est à la célébration. Tour d’horizon sur cette 7e édition plus...
Mardi 3 octobre 2023 Pour son premier long métrage, Iris Kaltenbäck décortique la mécanique d’un mensonge : comment il se noue d’une manière naturelle et innocente, comment il s’amplifie de façon insensible et invisible jusqu’à un geste fatal. Une histoire de manque et...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X