5 grands classiques

Fraternités

Cathédrale Saint-Charles

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Soli Deo Gloria*

Quelle fraternité unit le Concerto pour orgue de Francis Poulenc et le Requiem de Pascal Descamps? Poulenc répond en 1938, qu'il est « sur le point d'entrer dans les ordres ». Pour Pascal Descamps, la spiritualité, consubstantielle et libératrice de la condition humaine, le délivre de son carcan terrestre. Créé en 2014 aux Invalides, son bouleversant Requiem, interprété par quatre merveilleux solistes (Aurélie Ligerot, Anthéa Pichanik, Thomas Bettinger et Philippe-Nicolas Martin), apportera l'apaisement au doute spirituel de son célébrissime aîné. Seule certitude : les étoiles seront visibles depuis la nef de la cathédrale.

"Fraternités", Concerto pour orgue de Francis Poulenc et Requiem de Pascal Descamps, dir. Jingkaï Sun, le 17 octobre 2020 à 20h, à la Cathédrale Saint-Charles.

*"SDG" ou "Soli Deo Gloria" était un sigle utilisé par JS Bach pour signer ses œuvres signifiant: "à Dieu seul la gloire".


Je suis resté fidèle...

Bruno Mantovani, désormais à la tête de l'EOC, dirige son premier concert à l'Opéra de Saint-Étienne (Copeau), précédé par les élèves du Conservatoire Massenet. Après avoir témoigné sa fidélité historique à Jules Massenet (Méditation de Thaïs, 2 Impromptus...), l'EOC interprétera Cadenza n°2 de Bruno Mantovani soi-même, et la Première Symphonie de chambre de Schoenberg . Edith Canat de Chizy sera tout particulièrement à l'honneur avec Prélude au silence ou Mobiles Immobiles ou Missing II.

Fidélité(s), concert de l'Ensemble Orchestral Contemporain (EOC), dir. Bruno Mantovani, précédé par des oeuvres d'Edith Canat de Chizy, interprétées par les grands élèves du Conservatoire Massenet. Jeudi 10 décembre à 20h, au théâtre Copeau, Opéra de Saint-Etienne.


Veuve exquise…

Enterrerons dignement cet annus horribilis ! L’année 2020 s’achève et c’est tant mieux. Laurent Touche reprendra enfin la baguette dans un répertoire qu’il affectionne tant : l’opérette et l’opéra comique. Est-ce un hasard si la Veuve Joyeuse de Lehar s’achève chez Maxim’s ? Soirée chez l’ambassadeur, aux accents très parisiens, gouleyante Sachertorte, arrosée de fines bulles de champagne, le virus que transmet cette joyeuse viennoiserie est particulièrement contagieux, et se nomme... la gaîté !

La Veuve Joyeuse de Franz Lehar, dir. Laurent Touche, à l'Opéra de Saint-Etienne du 29 décembre 2020 au 2 janvier 2021


    Brahma ! Divin Brahma !

    Une si belle distribution devrait administrer la démonstration aux récalcitrants (car il en existe encore) que Bizet n’a composé que des chefs d’œuvre (ou presque). Dans la moiteur orientaliste de cet envoûtant opéra, l’atonie de l’intrigue importe peu, tant la musique triomphe comme autant d’huîtres perlières généreusement offertes. Des mélodies enivrantes, des chœurs somptueux, des airs célébrissimes – des tubes, encore des tubes. Les Pêcheurs de Perles reste, pour le néophyte, un accès idéal à l’opéra.

    Les Pêcheurs de Perles de Georges Bizet, avec Catherine Trottmann, Kévin Amiel, Philippe-Nicolas Martin, dir. Giuseppe Grazioli, du 29 janvier au 2 février à l'Opéra de Saint-Etienne


    Ma « Saison » préférée

    L’ébouriffant Mathieu Névéol – nouveau « violon super soliste » de l’OSSEL- met en miroir la grammaire du tango, avec celle du prêtre roux, pardon, blond vénitien. Huit « Saisons », c’est bien sûr, deux fois quatre. On ne présente plus celles de Vivaldi, star des serveurs vocaux. Le profane (re) découvrira le pendant très syncopé, chaloupé, de ces Quatre Saisons, version Piazzolla. Les cordes de l’OSSEL gréeront le mât, capitaine Névéol à la barre, pour la grande traversée de Venise à Buenos Aires.

    Huit Saisons, Piazzolla "Les Quatre Saisons de Buenos Aires", Vivaldi "Les Quatre Saisons", Mathieu Névéol et l'OSSEL, les 4 et 5 mars 2021 à 20h à l'Opéra de Saint-Etienne.

    pour aller plus loin

    vous serez sans doute intéressé par...

    Mardi 26 avril 2022 De confinements en couvre-feux, la pandémie aurait presque fait oublier qu’un festival de musiques est avant tout un temps de convivialité partagée, entre amis, dans une foule de mélomanes raisonnablement...
    Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
    Mardi 26 avril 2022 Comme chaque mois, le Méliès Saint-François vous convie à sa grande soirée Quiz, dédiée cette fois-ci (...)
    Mardi 26 avril 2022 Voici une belle promesse que nous fait l'Opéra de Saint-Etienne. Tout le monde connaît l'histoire de Lancelot, chevalier de la Table (...)
    Mardi 26 avril 2022 Fatigue passagère et moral dans les chaussettes ? La rédaction du Petit Bulletin est là pour prendre soin de ses lecteurs, avec un traitement imparable : les concerts. Et quoi de mieux que le Paroles & Musiques pour se...
    Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
    Mardi 26 avril 2022 Gerard Watkins revisite le chef-d’œuvre shakespearien à travers le prisme des sixties : pantalons pattes (...)
    Mardi 26 avril 2022 Hugo, 23 ans, étudiant en sciences humaines, oscille entre ses origines algériennes et françaises. Lorsque sa mère le (...)
    Mercredi 13 avril 2022 Direction le restaurant de la Cité du Design pour un menu du jour digne d’une bonne brasserie avec une vue sur un jardin d’hiver étonnant.
    Mercredi 6 avril 2022 Le thème : Bifurcations. La promesse : quatre mois de grande fête autour du design, à laquelle tous les Stéphanois pourraient prendre part. Les questions : la biennale Design sera-t-elle accessible à tous les publics, suffisamment...
    Mercredi 6 avril 2022 Troupe amateure mais aussi qualitative que les pros, la LISA organise dès dimanche sa semaine de l’impro, avec au menu, différentes formules… Et pas mal de rigolade.
    Mercredi 6 avril 2022 Envie de bamboche, d’une ambiance festive, et de gros son ? Check la liste des soirées qui arrivent, et prépare ton agenda (et ta tenue de gala) : ça sent la grosse bringue.
    Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Quand les petites bêtises entrainent les grosses, il est difficile de prouver que l’on peut encore répondre à la norme. A-t-on seulement (...)
    Mardi 29 mars 2022 Des dernières Biennales Design stéphanoises aux salons du Conseil de l’Union Européenne à Bruxelles, la créatrice textile Jeanne Goutelle marque peu à peu de son empreinte colorée et responsable une œuvre où le réemploi de tissus industriels permet...
    Mardi 29 mars 2022 Durant les quatre mois qui vont suivre, la Biennale Design de Saint-Étienne nous invite à « bifurquer ». Envisager la société telle qu’elle est, l’envisager ensuite telle que l’on aimerait qu’elle soit… Puis envisager les chemins possibles...
    Mardi 29 mars 2022 Notre civilisation s’effondre, tous les scientifiques le disent. Oui mais alors… Que faire ? Vaste sujet, pourvu que l’on (...)
    Mardi 29 mars 2022 Et si la décolonisation n’avait été qu’une succession d’échecs dont on voit et paie encore les pots (...)
    Mardi 29 mars 2022 Il y a ceux qui font des goûters d’anniversaire, et puis il y a Positive Education. L’association stéphanoise, à l’origine du Positive Education Festival (que l’on ne présente plus) fête cette année ses dix ans, en sillonnant les routes de France...

    restez informés !

    entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter