BigEye Prod, Rien n'est impossible

Né il y a tout juste un an, le collectif BigEye Prod regroupe de jeunes mais talentueux rappeurs qui rêvent de percer, mais aussi d’apporter le Twitch game à Sainté. Récit d’une histoire portée par l’ambition, la foi en un idéal, et une bonne dose de volonté.

Il est à peine 19 heures ce mercredi de la fin février, et pourtant, les yeux piquent de fatigue : ces derniers temps, entre le boulot, la vie perso, les résidences scéniques et la prépa des émissions, Axel, Aurel et Kevin dorment peu. Leur histoire, c’est celle de jeunes gens qui se lancent dans une aventure un peu dingue, quitte à ne pas rentrer dans le cadre. Qui osent le pas de côté, pour s’autoriser à rêver. Qui croient dur comme fer à la force du groupe, et à la possibilité pour chacun de tirer profit de la création en équipe. Après plusieurs années de tâtonnement, le collectif BigEye prod est un peu leur bébé. Une affaire de débrouille, laquelle, maniée avec de l'envie, de la passion, et très certainement une bonne dose de talent, finit par se muer en une véritable palette de compétences.

C’est en 2015, en ordre totalement dispersé, que tout a commencé. A cette époque, les membres actuels du collectif ne se connaissent pas. En région lyonnaise, Axel se rêve ingé-son, tandis que du côté de Sainté, Kevin, lui, commence à rapper. « J’ai commencé parce que j’avais envie de faire comme les grands. Et puis, cette musique-là comporte dès le départ un côté très collectif : elle te lie même avec des gens que tu peux pas blairer ». A Lyon, Axel n’avait pour sa part jamais pensé un jour se lancer dans le rap. « Mais mon beau-frère avait un pote qui en faisait et qui voulait enregistrer, et moi j’avais vraiment envie de travailler dans le son… Donc, on a tenté un truc ». Un studio bricolé dans sa chambre, planqué derrière un matelas, deux ou trois machines, et l’affaire était réglée… Le début d’une longue série d’enregistrements plutôt quali, au regard de ce que le jeune homme bidouille avec les moyens du bord.

Bidouillage très sérieux

Bientôt, ce qui aurait pu rester de bons délires de potes va ainsi devenir beaucoup plus sérieux. De freestyle en freestyle, Kevin - Lyrikrow dans la lumière – rencontre beaucoup d’autres rappeurs stéphanois. Dans la rue, chez les uns ou chez les autres, on se croise, on pose, on apprend à s’apprécier, au moins musicalement… Et on atterrit inévitablement sur les opens mic du Pied de Biche, du Démineur, de la Gueule Noire ou du Club Spirit. « On était vraiment dans une compétition saine. Avant de s’aimer amicalement, on a tous appris à avoir du respect pour les autres rappeurs, qu’on trouvait super forts. Et ça, c’est un peu l’esprit que l’on retrouve aujourd’hui chez BigEye ».

En 2017, par l’intermédiaire de Jules l’ami commun, la team lyonnaise et la team stéphanoise se rencontrent, parce qu’il devient évident que chacune peut apporter à l’autre. La structuration de ce qui deviendra plus tard un vrai collectif se fait alors, autour du studio maison d’Axel : « Je suis un peu plus âgé qu’eux, souligne-t-il (28 ans NDLR). A ce moment-là, je suis devenu l’œil extérieur, capable de leur dire à tous qu’ils avaient de l’or dans les mains, qu’ils étaient de bons rappeurs, et qu’il y avait moyen de tenter quelque chose de professionnel. Tout le monde avait vraiment envie de faire de la musique, alors, on a tenté d'en faire ensemble. »

Studio maison et concerts

Parallèlement à ces sessions chez Axel, l’équipe se lance dans l’organisation de concerts, pour gagner en visibilité. Quelques dates par an, qui permettent à tout ce petit monde de se rassembler, et à chacun de s’investir plus ou moins modérément en fonction de ses envies et de son emploi du temps. Et puis, en 2020, le krach épidémique va redistribuer les cartes. Après 6 mois à ronger leur frein, les gars, qui ont furieusement envie de refaire des concerts, en programment un le 31 octobre. Pas de bol… Au lieu d’un retour à la scène, ce soir-là, les rappeurs expérimentent le confinement dans sa version 2, plus light que le premier, mais toujours pas culturelo-compatible.

« Comme la fermeture des salles a duré, on a lancé un projet de freestyles en live, organisés à la maison. En tout, entre la fin 2020 et le début de l’été 2021, on a tourné 6 Home, des émissions où l’on venait kicker, qu’on diffusait en direct sur Insta ». Durant cette période, tout s’accélère. Parce qu’il est convaincu que le projet en vaut la peine, Axel quitte Lyon pour s’installer à Sainté. Trois semaines plus tard, au début de l’année 2021, les statuts de l’asso BigEye Prod sont déposés. Dans le même temps, Aurel, vidéaste créatif et ingénieux croisé plusieurs fois sur des concerts, rejoint la bande, et intègre le bureau de l’asso. Ensemble, le crew se met alors à réfléchir à la manière d’aller plus loin.

Kick & Talk

La suite passera par un partage de locaux avec le F2 pour quelques émissions, puis par des partenariats avec différents lieux culturels pour les suivantes. Et, aussi et surtout… Par la création d’une chaîne Twitch, plateforme de gamers découverte par le grand public durant les confinements successifs. Le 11 octobre dernier, BigEye Prod diffuse ainsi en live la première de l’émission 42Flow, mise en place grâce (une fois de plus !) à la bricole. Excellent technicien, Aurel a en effet pris la régie en mains, en croisant ses connaissances techniques de vidéaste et son admiration pour le format Twitch. Pas le bon matos ? Pas grave, on va faire autrement, rien n’est impossible. Une fois la forme installée, c’est le fond qui va être retravaillé : « On avait vraiment envie de créer un talk-show, et Twitch nous a permis ça. Depuis, nos émissions vont au-delà du kick des débuts. On reçoit des invités, on explore leur actu à eux, et aussi, l’actu culturelle de la ville. Ça n’empêche pas le kick, puisqu’il y a toujours un petit moment de freestyle, mais on incorpore du jeu et de la discussion… C’est une véritable émission. » A la barre, tandis qu’Aurel, grandement épaulé par Paul, gère la technique, Kevin a endossé la chemise de l’animateur « parce qu’il parle beaucoup ». En plateau, Axel assure aussi des chroniques, et intervient parfois pour dynamiser les discussions.

« Aujourd’hui, le collectif BigEye Prod, c’est donc évidemment un collectif de rappeurs, qui enregistrent des morceaux et qui se produisent en live. Mais c’est aussi une équipe, capable de travailler ensemble sur de la création de contenus, notamment vidéo. On a toujours tous envie de percer dans la musique. Mais si cela ne devait pas fonctionner… On veut miser sur nos apprentissages respectifs et sur notre intégration au territoire pour créer nos métiers. » Jusque-là entièrement bénévoles, toutes les activités du collectif-laboratoire BigEye Prod ont donc vocation à devenir un jour lucratives, à la hauteur du talent et des savoir-faire que chacun apporte, ou apprend au sein du groupe. « On fait aussi tout ça pour la ville. On aimerait trop qu’à la fin, Sainté soit une ville qui pète sa mère à laquelle on apporterait ce qu’on aurait aimé qu’elle ait, il y a de cela quelques années ».

En concert le samedi 2 avril au Pax de Saint-Etienne. Emission 42Flow, le mardi tous les 15 jours de 19 heures à 20h30 sur Twitch.


Les rappeurs du collectif

(liste non exhaustive).

Natas, Osen, Oudini, Kurdenn, Drimyboy, RCZ, Satô, GranKa, Lyrikrow, AKS, Geemz

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 5 décembre 2022 Le premier fils, Dimitri, impétueux, sanguin et violent, est le rival de son père, entiché de la même femme que lui. Le second, Ivan, cynique intellectuel athée (...)
Mardi 5 juillet 2022 Depuis des lustres (1988 pour être précis), Craponne-sur-Arzon fait figure de référence sur la planète Country Music. Mais après quelques éditions compliquées et à (...)
Mardi 26 avril 2022 Toujours là, ces types en costards Paul Smith et pompes en cuir qui brille. Toujours là, ces poignées de mains viriles à qui serrera le plus fort. Toujours là, (...)
Mardi 26 avril 2022 De confinements en couvre-feux, la pandémie aurait presque fait oublier qu’un festival de musiques est avant tout un temps de convivialité partagée, entre amis, dans une foule de mélomanes raisonnablement...
Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
Mardi 26 avril 2022 Comme chaque mois, le Méliès Saint-François vous convie à sa grande soirée Quiz, dédiée cette fois-ci (...)
Mardi 26 avril 2022 Voici une belle promesse que nous fait l'Opéra de Saint-Etienne. Tout le monde connaît l'histoire de Lancelot, chevalier de la Table (...)
Mardi 26 avril 2022 Fatigue passagère et moral dans les chaussettes ? La rédaction du Petit Bulletin est là pour prendre soin de ses lecteurs, avec un traitement imparable : les concerts. Et quoi de mieux que le Paroles & Musiques pour se...
Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
Mardi 26 avril 2022 Gerard Watkins revisite le chef-d’œuvre shakespearien à travers le prisme des sixties : pantalons pattes (...)
Mardi 26 avril 2022 Hugo, 23 ans, étudiant en sciences humaines, oscille entre ses origines algériennes et françaises. Lorsque sa mère le (...)
Mercredi 13 avril 2022 Le photographe Maxence Rifflet présente au Bleu du Ciel un travail particulièrement délicat et intelligent, réalisé dans sept prisons françaises, en étroite collaboration avec les détenus.
Mercredi 13 avril 2022 Direction le restaurant de la Cité du Design pour un menu du jour digne d’une bonne brasserie avec une vue sur un jardin d’hiver étonnant.
Mercredi 6 avril 2022 Le thème : Bifurcations. La promesse : quatre mois de grande fête autour du design, à laquelle tous les Stéphanois pourraient prendre part. Les questions : la biennale Design sera-t-elle accessible à tous les publics, suffisamment...
Mercredi 6 avril 2022 Troupe amateure mais aussi qualitative que les pros, la LISA organise dès dimanche sa semaine de l’impro, avec au menu, différentes formules… Et pas mal de rigolade.
Mercredi 6 avril 2022 Envie de bamboche, d’une ambiance festive, et de gros son ? Check la liste des soirées qui arrivent, et prépare ton agenda (et ta tenue de gala) : ça sent la grosse bringue.
Mercredi 30 mars 2022 On l’a compris : après les rayons de soleil et les terrasses de la semaine passée, ce week-end, il va falloir ressortir les moufles et les doudounes. Désespérant ? Un peu… Mais pas au point de ne pas bouger du canapé !
Mercredi 30 mars 2022 Avec son émission sur Twitch "Let’s play sciences", la Casemate propose de discuter de divers sujets scientifiques en s’appuyant sur des jeux vidéo. "Mario" et la gravité, "Pokémon" et la théorie de l’évolution ou, en l’occurrence, "Kerbal Space...
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Quand les petites bêtises entrainent les grosses, il est difficile de prouver que l’on peut encore répondre à la norme. A-t-on seulement (...)
Mardi 29 mars 2022 Des dernières Biennales Design stéphanoises aux salons du Conseil de l’Union Européenne à Bruxelles, la créatrice textile Jeanne Goutelle marque peu à peu de son empreinte colorée et responsable une œuvre où le réemploi de tissus industriels permet...
Mardi 29 mars 2022 Durant les quatre mois qui vont suivre, la Biennale Design de Saint-Étienne nous invite à « bifurquer ». Envisager la société telle qu’elle est, l’envisager ensuite telle que l’on aimerait qu’elle soit… Puis envisager les chemins possibles...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter