article partenaire
Nouveau cratère sur Mars

Sole en roulade et moelleux au chocolat au Barboton

Gourmand comme chez mamie / En place depuis 7 ans, le bouchon stéphanois compose une cuisine tradi mais pas chiante. Coup de cœur, pas loin du Soleil.

Depuis la rentrée pour être honnête, on manquait un peu d’inspi. Pas que Sainté et ses alentours manquent de table, non. Mais on n’arrivait pas à trouver celle sur laquelle on aurait envie d’écrire. Certaines, tout juste ouvertes, manquaient encore un peu de maturité pour vous dire d’y aller les yeux fermés. D’autres, malgré un menu alléchant, ne nous avaient pas encore convaincus. Un peu alanguis, on se réfugiait dans celles où on avait nos habitudes, mais, en majorité, déjà chroniquées. Il y avait eu des occasions manquées aussi, avec des endroits qui cochaient toutes les cases, sauf celle de remplir notre page blanche.

à lire aussi : Prendre le large au restaurant Les Voiles 

Jusqu’à jeudi dernier au Barboton, à la frontière entre le Soleil et la Plaine Achille. L’adresse, baptisée en hommage à un ragoût du dimanche stéphanois à base d’agneau, pommes de terre et carottes, nous est revenue à l’esprit, juste avant un sempiternelle tour à la foire, où nous pensions nous sustenter de poutine, canneberge autres spécialités à l’érable, Canada à l’honneur oblige. Changement de plan, et direction le 5 Rue François Albert, à quelques encablures de là.

D’extérieur, le rez-de-chaussée aux murs orange fado, un peu décrépis, font penser à un routier. Tout du moins, il détonne du reste de l’architecture du quartier. Le bouchon stéphanois se fait le chantre d’une cuisine familiale et traditionnelle, promesse comme affichée sur ses vitrines sombres. On rentre après un coup d'œil rapide à la mention des plats du moment : rôti de porc sauce aigre douce, tripes à la portugaise, ou le plus classique saucisson chaud à la forézienne.  A l’intérieur, les collections de services à café en porcelaine et autres boîtes à épices, farine, thé, etc. façon matriochkas, ornent les étagères. Certains pans de mur sont tapissés de vieilles photographies de la ville comme celles que l’on achète en brocante ou d'anciennes publicités. C’est fourni à souhait, dans son jus, authentique. 

Plats de grands-mères au menu

Comme le menu écrit à la main sur l’ardoise : on vient ici confort, pour manger les plats de grands-mères, ceux qui débordent de sauce. Comme notre filet de sole en roulade, à la carte, qui baigne dans une délicieuse crème à l’oseille dont l’acidité vient réveiller la farce fondante à base de merlu, saumon fumé et petits légumes saupoudrés de paprika. On est conquis. Le flan de carotte, une cuillère de ratatouille et le riz blanc et le noir à la ciboulette nous permettent de saucer sans pain. Encore mieux. 

Le service est à l’assiette, toutes uniques ou dépareillées - question de point de vue -  rappelant qu’elles faisaient jadis partie d’un trousseau complet. Les serviettes à carreaux vichy normands, solides comme jamais, donnent envie de rester attablé longtemps. Alors on continue avec un moelleux au chocolat qui flotte sur une crème anglaise, chocolatée, avec une boule de glace du même goût. Très (trop) sucré. On vous a dit que c’était un peu comme chez mémé. Notre voisine, adepte du baba au rhum, se délecte, elle, du confit d’agrumes qui l’accompagne. 

Montbrisonnais bien inspiré

La douloureuse ne l’est pas : 38, 70 euros, pour deux "formules 2 temps” plat + dessert + deux cafés, et un quart de rosé. Le plat seul se paie 9.90 euros. Pas mal ! En prime, le chef est très sympa, le serveur, qui est aussi le patron, aux petits soins. Au moment de chercher notre CB, on papote. Montbrisonnais, il a fait ses classes dans l’hôtellerie, à Lyon. Un jour, assis dans un bouchon près de la place des Terreaux, il a une épiphanie. Il n’existe pas de tel lieu gourmand à Saint-Etienne. Il se lance. C’était il y a 7 ans. Espérons que le Barboton continue encore longtemps.

Le Barboton, 5 Rue François Albert à Saint-Étienne ; Tél.04 77 37 94 91

 

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 5 décembre 2022 Le premier fils, Dimitri, impétueux, sanguin et violent, est le rival de son père, entiché de la même femme que lui. Le second, Ivan, cynique intellectuel athée (...)
Mardi 26 avril 2022 De confinements en couvre-feux, la pandémie aurait presque fait oublier qu’un festival de musiques est avant tout un temps de convivialité partagée, entre amis, dans une foule de mélomanes raisonnablement...
Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
Mardi 26 avril 2022 Comme chaque mois, le Méliès Saint-François vous convie à sa grande soirée Quiz, dédiée cette fois-ci (...)
Mardi 26 avril 2022 Voici une belle promesse que nous fait l'Opéra de Saint-Etienne. Tout le monde connaît l'histoire de Lancelot, chevalier de la Table (...)
Mardi 26 avril 2022 Fatigue passagère et moral dans les chaussettes ? La rédaction du Petit Bulletin est là pour prendre soin de ses lecteurs, avec un traitement imparable : les concerts. Et quoi de mieux que le Paroles & Musiques pour se...
Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
Mardi 26 avril 2022 Gerard Watkins revisite le chef-d’œuvre shakespearien à travers le prisme des sixties : pantalons pattes (...)
Mardi 26 avril 2022 Hugo, 23 ans, étudiant en sciences humaines, oscille entre ses origines algériennes et françaises. Lorsque sa mère le (...)
Mercredi 13 avril 2022 Direction le restaurant de la Cité du Design pour un menu du jour digne d’une bonne brasserie avec une vue sur un jardin d’hiver étonnant.
Mercredi 6 avril 2022 Le thème : Bifurcations. La promesse : quatre mois de grande fête autour du design, à laquelle tous les Stéphanois pourraient prendre part. Les questions : la biennale Design sera-t-elle accessible à tous les publics, suffisamment...
Mercredi 6 avril 2022 Troupe amateure mais aussi qualitative que les pros, la LISA organise dès dimanche sa semaine de l’impro, avec au menu, différentes formules… Et pas mal de rigolade.
Mercredi 6 avril 2022 Envie de bamboche, d’une ambiance festive, et de gros son ? Check la liste des soirées qui arrivent, et prépare ton agenda (et ta tenue de gala) : ça sent la grosse bringue.
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Quand les petites bêtises entrainent les grosses, il est difficile de prouver que l’on peut encore répondre à la norme. A-t-on seulement (...)
Mardi 29 mars 2022 Des dernières Biennales Design stéphanoises aux salons du Conseil de l’Union Européenne à Bruxelles, la créatrice textile Jeanne Goutelle marque peu à peu de son empreinte colorée et responsable une œuvre où le réemploi de tissus industriels permet...
Mardi 29 mars 2022 Durant les quatre mois qui vont suivre, la Biennale Design de Saint-Étienne nous invite à « bifurquer ». Envisager la société telle qu’elle est, l’envisager ensuite telle que l’on aimerait qu’elle soit… Puis envisager les chemins possibles...
Mardi 29 mars 2022 Notre civilisation s’effondre, tous les scientifiques le disent. Oui mais alors… Que faire ? Vaste sujet, pourvu que l’on (...)
Mardi 29 mars 2022 Et si la décolonisation n’avait été qu’une succession d’échecs dont on voit et paie encore les pots (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter