À la merveille

ECRANS | L’amour naissant et finissant, la perte et le retour de la foi, la raison d’être au monde face à la beauté de la nature et la montée en puissance de la technique… Terrence Malick, avec son art génial du fragment et de l’évocation poétiques, redescend sur terre et nous bouleverse à nouveau. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 5 mars 2013

Les dernières images de Tree of life montraient l'incarnation de la grâce danser sur une plage, outre monde possible pour un fils cherchant à se réconcilier avec lui-même et ses souvenirs. C'était sublime, l'expression d'un artiste génial qui avait longuement mûri un film total, alliant l'intime et la métaphysique dans un même élan vital. Autant dire que Terrence Malick était parti loin, très loin. Comment allait-il revenir au monde, après l'avoir à ce point transcendé ? La première scène d'À la merveille répond de manière fulgurante et inattendue : nous voilà dans un TGV, au plus près d'un couple qui se filme avec un téléphone portable. Malick le magicien devient Malick le malicieux : l'Americana rêvée de Tree of life laisse la place à la France d'aujourd'hui, et les plans somptueux d'Emmanuel Lubezki sont remplacés par les pixels rugueux d'une caméra domestique saisissant l'intimité d'un homme et d'une femme en voyage, direction «la merveille» : Le Mont Saint-Michel. La voix-off est toujours là, mais dans la langue de Molière — le film parle un mélange de français, d'espagnol, d'italien et d'anglais — et son incipit est là aussi une pirouette : «Nouveau-né». De quelle naissance Malick parle-t-il ? Celle de l'amour, et l'ambition du film est d'en traquer toutes les manifestations, de son apparition à son éclipse. Flux et reflux des sentiments, comme la marée que les deux amants défient au crépuscule, seuls au monde, extatiques. Marina est française, Neil est américain ; elle a déjà eu une histoire avec un autre homme, dont elle a eu une petite fille, lui ressemble à une page blanche, à la fois indécis et indécidable — l'hébétude de Ben Affleck est ici judicieusement utilisée.

Émerveillement

Face à ce couple, Terrence Malick adopte à nouveau sa stratégie de la narration fragmentaire, attrapant la vie et la beauté partout où elle surgit, de la nature radieuse à la joie d'une vie irradiée par la béatitude. La beauté, c'est d'abord celle d'Olga Kurylenko, que le cinéaste magnifie dans chacun de ses plans. Plus besoin, comme dans Tree of life, de l'allégorie religieuse qui faisait de Jessica Chastain un être quasi-divin ; Marina est une femme de maintenant, libre, charnelle et débordante de désir, d'un érotisme subjuguant. Avec elle, c'est comme si le monde se réenchantait miraculeusement, même lorsque celui-ci a les atours triviaux du quotidien. C'est le grand choc d'À la merveille : Malick contemple l'ordinaire de notre époque, rayons de supermarché, métros, conversations sur Skype, maisons à l'abandon après l'affaire des subprimes… D'un seul coup, son cinéma nous regarde et ses personnages n'ont jamais été aussi proches et bouleversants. On voit même se profiler, à la faveur de l'autre axe narratif d'À la merveille, qui suit la perte de foi d'un prêtre incarné par Javier Bardem, un Malick ethnologue et quasi-documentariste partant à la rencontre de l'Amérique des déclassés et des exclus, filmés sans filtre et dans leurs propres rôles. Il faut souligner la richesse romanesque déployée par le cinéaste, même s'il ne fait aucune concession au storytelling classique : le film ne cesse de rebondir au gré des doutes, séparations et retrouvailles des personnages, traversant les frontières, multipliant les motifs, dont le plus discret et pourtant essentiel est cette terre vérolée par les travaux et la technique, maladie qui ronge une nature célébrée dans toute sa splendeur.

Être-là

Le détail le plus surprenant de la biographie de Malick tient à son rôle de traducteur américain du philosophe Martin Heidegger. Sa pensée irrigue toute l'œuvre du cinéaste depuis La Ligne rouge, mais À la merveille est sans conteste son film le plus directement heideggerien. L'opposition entre nature et technique, l'interrogation répétée sur «l'être-là» — la capacité d'étonnement de l'homme face à sa propre existence — et cette parole méditative et poétique qui était pour Heidegger le seul accès possible à la métaphysique, autant de transcriptions cinématographiques d'une pensée en quête de sacré. La prouesse d'À la merveille est de ne jamais quitter des yeux, quelle que soit sa visée philosophique, son enjeu initial. Laissant ses comédiens vivre les situations — la petite Tatiana Chiline, stupéfiante de naturel et de vérité, semble oublier en permanence la caméra — Malick les regarde s'aimer, puis se déchirer, puis s'aimer à nouveau, sans jamais s'appesantir sur les raisons de ces disputes et de ces retrouvailles, confiant dans la capacité d'empathie du spectateur. Il reproduit la chose lorsque Neil retrouve une amie d'enfance, Jane (Rachel McAdams, loin de sa piteuse prestation dans Passion), avec qui il rejoue en accéléré son histoire d'amour avec Marina. Le cinéaste trouve alors une idée magnifique pour exprimer sans le dire leur rupture : Jane s'enfonce dans la maison de Neil, sombre et fantomatique, comme si elle explorait le versant ténébreux de son âme. Malick est alors au sommet de son romantisme : un peintre des sentiments qui anime l'environnement comme un miroir des êtres qu'il filme. Parfois, c'est le doute qui voile le monde d'un tulle d'inquiétude ; parfois, c'est une épiphanie qui s'abat sur lui, et tout est illuminé. Dans les deux cas, le sublime est à portée de regard.


À la merveille

De Terrence Malick (ÉU, 1h52) avec Ben Affleck, Olga Kurylenko...

De Terrence Malick (ÉU, 1h52) avec Ben Affleck, Olga Kurylenko...

voir la fiche du film


Même s’ils se sont connus sur le tard, la passion qu’ont vécue Neil et Marina à la Merveille - Le Mont-Saint-Michel - efface les années perdues. Neil est certain d’avoir trouvé la femme de sa vie. Belle, pleine d’humour, originaire d’Ukraine, Marina est divorcée et mère d’une fillette de 10 ans, Tatiana.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Une vie cachée" : Celui qui croyait au Ciel et à la terre

Biopic à la Malick | L’inéluctable destin d’un paysan autrichien objecteur de conscience pendant la Seconde Guerre Mondiale, résistant passif au nazisme. Ode à la terre, à l’amour, à l’élévation spirituelle, ce biopic conjugue l’idéalisme éthéré avec la sensualité de la nature. Un absolu de Malick, en compétition à Cannes 2019.

Vincent Raymond | Mercredi 4 décembre 2019

Sankt Radegund, Autriche, à l’aube de la Seconde Guerre mondiale. Fermier de son état, Franz Jägerstätter refuse par conviction d’aller au combat pour tuer des gens et surtout de prêter serment à Hitler. Soutenu par son épouse, honni par son village, il sera arrêté et torturé… Il convient d’emblée de dissiper tout malentendu. Cette “vie cachée“ à laquelle le titre se réfère n’évoque pas une hypothétique clandestinité du protagoniste, fuyant la conscription en se dissimulant dans ses montagnes de Haute-Autriche pour demeurer en paix avec sa conscience. Elle renvoie en fait à la citation de la romancière George Eliot que Terrence Malick a placée en conclusion de son film : « Car le bien croissant du monde dépend en partie d’actes non historiques ; et le fait que les choses n’aillent pas aussi mal pour vous et moi qu’il eût été possible est à moitié dû à ceux qui vécurent fidèlement une vie cachée et reposent dans des tombes que l'on ne visite plus. ». Un esprit saint Créé bienheureux par l’Église en 2007, Jägerstätter est de ces forces tranquilles dont Malick ne pouvait que raffoler : un mixte entre la haute élévation spirituelle d’un homme

Continuer à lire

"L’Homme qui tua Don Quichotte" : Malédiction…

Enfin ? | Pendant un quart de siècle, Terry Gilliam a quasiment fait don de sa vie au Don de Cervantès. Un dévouement aveugle, à la mesure des obsessions du personnages et aussi vaste que son monde intérieur. Mais l’histoire du film n’est-elle pas plus grande que le film lui-même ?

Vincent Raymond | Jeudi 31 mai 2018

De retour en Espagne, où il avait tourné son film d’études inspiré de Cervantès, un réalisateur de pubs en panne créative retrouve le cordonnier à qui il avait confié le rôle de Don Quichotte. Mais celui-ci se prend désormais pour le Chevalier à la triste figure et l’entraîne dans sa quête… À un moment, il faut savoir terminer un rêve. Même quand il a tourné en cauchemar. L’histoire de la conception L’Homme qui tua Don Quichotte est l’une des plus épiques du cinéma contemporain, bien davantage que celle racontée par ce film aux visées picaresques. Palpitante et dramatique, même, jusque dans ses ultimes et rocambolesques rebondissements. Idéalisée par son auteur pendant un quart de siècle, cette œuvre a gagné au fil de ses avanies de production une de nimbe de poisse à côté de laquelle la malédiction de Toutankhamon passe pour un rappel à la loi du garde-champêtre. Elle a aussi suscité une attente démesurée auprès du public, sa

Continuer à lire

"Everybody knows" : Ce qui nous liait

¿Quién? | Sous le délicieux présent, transperce le noir passé… Asghar Farhadi retourne ici le vers de Baudelaire dans ce thriller familial à l’heure espagnole, où autour de l’enlèvement d’une enfant se cristallisent mensonges, vengeances, illusions et envies. Un joyau sombre. Ouverture de Cannes 2018, en compétition.

Vincent Raymond | Mardi 15 mai 2018

Comme le mécanisme à retardement d’une machine infernale, une horloge que l’on suppose être celle d’une église égrène patiemment les secondes, jusqu’à l’instant fatidique où, l’heure sonnant, un formidable bourdonnement précipite l’envol d’oiseaux ayant trouvé refuge dans le beffroi. C’est peut dire que l’ouverture d’Everybody knows possède une forte dimension métaphorique ; sa puissance symbolique ne va cesser de s’affirmer. Installée au sommet de l’édifice central du village, façon nez au milieu de la figure, cette cloche est pareille à une vérité connue de tous, et cependant hors des regards. Elle propage sa sonorité dans les airs comme une rumeur impalpable, sans laisser de trace. Battant à toute volée sur une campagne ibérique ensoleillée, telle une subliminale évocation de l’Hemingway période espagnol, cette cloche rappelle enfin de ne « jamais demander pour qui sonne le glas : il sonne pour [soi]“. Pour l’illusion du bonheur et de l’harmonie, également, dans laquelle baignent Laura et ses enfants, qui revient en Espagne pour assister au mariage de sa sœur. Et retrouver sa fa

Continuer à lire

"Game Night" : Un coup de dés jamais n'abolira le bazar

Comédie | de Jonathan Goldstein & John Francis Daley (E.-U., 1h40) avec Jason Bateman, Rachel McAdams, Kyle Chandler…

Vincent Raymond | Mercredi 18 avril 2018

Depuis toujours, Max est rabroué et humilié par son frère aîné Brooks, dont la superlative réussite minore le moindre de ses succès. Invités chez le vantard pour une soirée jeux entre amis, Max et son épouse Annie ont l’intention de prendre leur revanche. Mais rien ne se passe comme prévu… Semblant résulter de la rencontre fortuite entre The Game et Very Bad Trip sur un plateau de Pictionnapoly, Game Night appartient à cette race de films qu’on soupçonne d’avoir été créés par des scénaristes en chien un soir d’éthylisme festif ; à ce moment d’open bar où les hybridations les plus tordues n’effraient plus personne — c’est dans ce contexte que le (pas si mal, d’ailleurs) Abraham Lincoln : Chasseur de vampires avait dû voir le jour. Comme il y a toujours un producteur éméché pour dire « j’achète », vous devinez la suite… Pas de surprise dans l’enchaînement des gags, ni des situations : le film déroule une escalade de quiproquos et de méprises comme Fast &

Continuer à lire

"Mother !" : Ego tripes

ECRANS | Thriller fantastique aux échos polanskiens, cette réflexion sur les affres effroyables de la création est aussi une puissante création réflexive. Et le récit du voyage aux enfers promis à celles et ceux qui gravitent trop près autour d’un·e artiste. Métaphorique et hypnotique.

Vincent Raymond | Jeudi 14 septembre 2017

Un poète en panne d’écriture vit à l’écart du monde dans la vaste demeure que sa jeune et aimante épouse achève de rafistoler. L’arrivée d’un couple d’inconnus perturbe leur intimité. Mais si la maîtresse de maison est troublée par ces sans-gênes, le poète se montre des plus exaltés… À croire qu’une internationale de cinéastes s’est donné pour mot d’interroger les tourments de l’inspiration littéraire : après Jim Jarmusch (Paterson), Pablo Larraín (Neruda), Mariano Cohn & Gastón Duprat (Citoyen d’honneur), voici que Darren Aronofsky propose sa vision du processus d’écriture. Vision divergée, puisqu’épousant les yeux de la muse plutôt que celle de l’auteur. Mais pas moins douloureuse : afin d’accomplir l’œuvre lui permettant d’être sans cesse adulé par ses lecteurs, le poète va vampiriser son entourage jusqu’aux derniers sangs, avec l’ingratitude égoïste d’un saprophyte. Gore allégorique Si dans Black Swan, l’acte créatif se confondai

Continuer à lire

Song To Song : On connaît la chanson

ECRANS | Retour à une forme plus narrative pour le désormais prolifique Terrence Malick, qui revisite ici le chassé-croisé amoureux dans une forme forcément personnelle et inédite.

Vincent Raymond | Mercredi 12 juillet 2017

Song To Song : On connaît la chanson

Deux hommes, deux femmes : leurs histoires d’amour et professionnelles, croisées ou réciproques dans l’univers musical rock d’Austin… Après le sphérique et autoréférenciel Voyage of Time — amplification des séquences tellurico-shamarniques de Tree of Life façon poème mystique à liturgie restreinte — Terrence Malick renoue avec un fil narratif plus conventionnel. Avec ce que cela suppose d’écart à la moyenne venant du réalisateur de À la Merveille. Song To Song prouve, si besoin en était encore, que ce n’est pas un argument qui confère à un film son intérêt ou son originalité, mais bien la manière dont un cinéaste s’en empare. Le même script aurait ainsi pu échoir à Woody Allen ou Claude Lelouch (amours-désamours chez les heureux du monde et dans de beaux intérieurs, avec les mêmes caméos de Val Kilmer, Iggy Pop, Patti Smith), on eût récolté trois films autant dissemblables entre eux que ressemblants et identifiables à leur auteur. Persistance de la mémoire

Continuer à lire

Batman v Superman : L’Aube de la Justice

ECRANS | Critique du film Batman v Superman : L’Aube de la Justice de Zack Snyder (É-U, 2h32) avec Ben Affleck, Henry Cavill, Jesse Eisenberg…

Vincent Raymond | Mercredi 23 mars 2016

Batman v Superman : L’Aube de la Justice

Marvel ne sera plus désormais la seule “maison” à pratiquer le crossover au cinéma : très attendu par les geeks, les amateurs de gaillards en collants, mais aussi redouté par les contempteurs de Ben Affleck (choisi pour incarner le justicier de Gotham City), Batman vs Superman marque l’entrée de DC Comics dans la ronde sans fin des films additionnant les super-héros comme d’autres collectionnent des Oscars — ou des Razzie Awards. Zack Snyder conserve la maîtrise des opérations, après Man of Steel (2013), qui avait révélé Henry Carvill dans la tunique du Kryptonien. Il sera à nouveau aux manettes en 2017 pour le prochain opus intégrant Wonder Woman, Justice League, partie 1. À suivre. VR

Continuer à lire

Spotlight

ECRANS | De Tom McCarthy (É.-U., 2h08) avec Michael Keaton, Mark Ruffalo, Rachel McAdams…

Vincent Raymond | Mardi 26 janvier 2016

Spotlight

On devrait toujours se méfier des rumeurs, surtout lorsqu’elles concernent un film portant sur une enquête journalistique. Celles qui précédaient celui-ci étaient flatteuses ; force est de constater qu’il s’agissait d’une magnifique opération d’enfumage, tant la réalisation (“mise en images” serait plus approprié) et l’interprétation semblent rivaliser de classicisme plat. Spotlight s’abrite derrière ce qu’il révèle (la mise au jour par une équipe d’investigation du Boston Globe de l’implication de l’Église de la ville dans plusieurs dizaines d’affaires de prêtres pédophiles) pour justifier son absence hurlante de projet cinématographique original. C’est tenir le 7e art en bien piètre estime que de le considérer comme une vulgaire lentille grossissante, ne méritant pas d’attention particulière ! Et réfléchir à très court terme. Car les œuvres narrant des combats asymétriques au service d’innocents ou dénonçant des abominations humaines sont légions. Seules celles osant se démarquer artistiquement, esthétiquement impriment réellement leur époque, voire l’Histoire, offrant à la cause qu’elles défendent un écho supplémentaire.

Continuer à lire

Gone Girl

ECRANS | Film à double sinon triple fond, Gone Girl déborde le thriller attendu pour se transformer en une charge satirique et très noire contre le mariage et permet à David Fincher de compléter une trilogie sur les rapports homme / femme après The Social Network et Millenium. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 6 octobre 2014

Gone Girl

Dans le commentaire audio de The Game, David Fincher affirme qu’il avait tourné là son dernier film pensé pour le soir de sa «première». Tournant majeur qui consiste à ne plus vouloir scotcher le spectateur sur son siège par une succession d’effets de surprise, mais à s’inscrire dans un temps plus long où le film gagnerait en profondeur et en complexité, révélant à chaque vision de nouvelles couches de sens. C’est ce qui a fait, en effet, le prix de Fight club, Zodiac et The Social Network. Gone Girl, cependant, a les apparences du pur film de «première» : le calvaire de Nick Dunne, accusé de la disparition de sa femme le jour de leur cinquième anniversaire de mariage, repose sur un certain nombre de retournements de situations importés du roman de Gillian Flynn qu’il convient de ne pas révéler si l’on veut en préserver l’efficacité. La matière est donc celle d’un bon thriller psychologique : un écrivain raté et falot est transformé en coupable idéal par des médias avides de scoop, le tout raconté par une série d’allers-retours entre le présent de la narration et les confessions tirées du journal in

Continuer à lire

Cartel

ECRANS | La rencontre entre Cormac McCarthy et le vétéran Ridley Scott produit une hydre à deux têtes pas loin du ratage total, n’était l’absolue sincérité d’un projet qui tourne le dos, pour le meilleur et pour le pire, à toutes les conventions hollywoodiennes. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 12 novembre 2013

Cartel

Il y a sans doute eu maldonne quelque part. Comment un grand studio hollywoodien a-t-il pu laisser Cormac McCarthy, romancier certes adulé mais absolument novice en matière d’écriture cinématographique, signer de sa seule plume ce Cartel, le faire produire par la Fox et réaliser par un Ridley Scott réduit ces dernières années à cloner sans panache ses plus grands succès (Robin des Bois, sous-Gladiator, Prometheus, sous-Alien…) ? Le film est en tout point fidèle à la lettre et à l’esprit de ses œuvres littéraires : omniprésence de la corruption morale, déliquescence d’un monde livré à la sauvagerie et s’enfonçant dans une régression inéluctable vers le chaos, voilà pour l’esprit ; pour la lettre, c’est là que le bât blesse, tant McCarthy se contrefout éperdument des règles élémentaires de la dramaturgie cinématographique. Pas d’expositions des personnages, de longues conversations plutôt virtuoses dans leur façon d’exprimer les choses sans vraiment les nommer, mais qui versent aussi dans une emphase sentencieuse explicitant autant les intentions de l’auteur que la réalité des protagonistes, une action qui progresse dans les art

Continuer à lire

Il était une foi…

ECRANS | Un feu d’artifices de films majeurs en mars : Korine, Malick, Cianfrance, Jaoui et Bacri… C’est très simple, si vous n’allez pas au cinéma ce mois-ci, c’est que vous n’aimez pas ça. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Samedi 2 mars 2013

Il était une foi…

A priori, rien ne rapproche Spring Breakers (6 mars) de l’enfant terrible Harmony Korine et À la merveille de Terrence Malick (13 mars). D’un côté, la virée sexe, drogues et dubstep dans une Floride de tous les excès de quatre bimbos (débauchées de chez Disney) de la classe moyenne, qui s’improvisent braqueuses pour s’offrir un «Spring break» avant de tomber sous le charme vénéneux d’un dealer-gangster-rappeur surnommé Alien (un James Franco monstrueux). À l’arrivée, un trip narcotique à la narration déconstruite et aux images hallucinées, que l’on peut voir comme une version très libre du Magicien d’Oz. Korine a en commun avec Malick (dont il est grand fan) de chercher la sidération visuelle permanente, un cinéma du fragment et de la beauté pure qui raconte par l’image les états des personnages en les fondant dans leur environnement. Avec À la merveille, Malick s’intéresse à l’amour sous toutes ses formes (d’une femme ou de Dieu), qu’il regarde comme une marée montante et descendante — ce n’est pas pour rien si «la merveille» du titre désigne le Mont Saint-Michel. Le film est sublime, élégiaque et profond, riche de nombreux

Continuer à lire

Argo

ECRANS | Pour son troisième film derrière la caméra, Ben Affleck s’empare d’une histoire vraie où un agent de la CIA a fait évader des otages en Iran en prétextant les repérages d’un film de SF. Efficace, certes, mais très patriotique. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 6 novembre 2012

Argo

Acteur sujet à de nombreuses railleries, Ben Affleck est en train de gagner ses galons en tant que réalisateur. Il faut dire qu’il est du genre élève appliqué, et si ni Gone baby gone, ni The Town ne révolutionnaient le film noir, ils prouvaient une certaine intelligence de mise en scène et un goût prononcé pour les personnages mélancoliques, en équilibre instable sur les frontières morales. En cela, Affleck s’affichait comme un disciple de Michael Mann ; si The Town était un peu son Heat, Argo est de toute évidence son Révélations : un thriller politique où un preux chevalier en voie de décomposition personnelle regagne l’estime de soi en allant défier un pouvoir inflexible. Ici, c’est l’Iran en 1979, juste après la chute du Shah et l’accession au pouvoir de Khomeiny, en pleine crise diplomatique : une attaque de l’ambassade américaine entraîne une vaste prise d’otages, dont seuls six personnes réussissent à réchapper pour se réfugier chez l’ambassadeur canadien. La CIA fait donc appel à son meilleur agent, Tony Mendez (Affleck lui-même), pour élaborer un plan afin de les ramener au bercail. Après maintes hypothèses

Continuer à lire

Skyfall

ECRANS | C’était à prévoir : avec Sam Mendes aux commandes, ce nouveau James Bond n’est ni efficace, ni personnel, juste élégamment ennuyeux et inutilement cérébral. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 30 octobre 2012

Skyfall

Rappel des faits : avec Casino Royale, la plus ancienne franchise de l’histoire du cinéma tentait un lifting radical, à la fois retour aux origines du héros et volonté de lui offrir une mise à jour réaliste. Globalement salué, notamment à cause de l’implication de Daniel Craig pour camper un James Bond badass et pourtant vulnérable, ce premier volet s’est vu immédiatement entaché par une suite catastrophique, Quantum of Solace, qui courait pathétiquement derrière les Jason Bourne de Paul Greengrass et ne produisait que du récit indigent et de l’action illisible. Le prologue de Skyfall montre que les producteurs ont bien retenu la leçon : sans être révolutionnaire, il offre une scène d’action parfaitement claire et plausible, filmée avec calme et élégance — Roger Deakins, le chef op’ des Coen, est à la photo et cela se sent. La conclusion montre une fois de plus un Bond fragile, qu’une balle pourrait bien envoyer ad patres — là encore, beau plan sous-marin qui embraye sur un générique tout de suite plus kitsch, mais c’est la loi du genre. Débondage Après, stupeur ! Les faiblesses d’un script vite torché appar

Continuer à lire