Cloud Atlas

ECRANS | Projet épique, pharaonique et hors des formats, Cloud Atlas marque la rencontre entre l’univers des Wachowski et celui du cinéaste allemand Tom Tykwer, pour une célébration joyeuse des puissances du récit et des métamorphoses de l’acteur. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 13 mars 2013

Photo : Ph : Jay Maidment © 2012 WARNER BROS. ENTERTAINMENT, INC.


Qu'est-ce que cette «cartographie des nuages» qui donne son titre au nouveau film des Wachowski ? Stricto sensu, c'est une symphonie qu'un jeune ambitieux (et accessoirement, homosexuel) va accoucher de l'esprit d'un vieux musicien reclus qui fait de lui son assistant. Métaphoriquement, mais toujours dans le film, c'est cette comète, marque de naissance qui relie les personnages principaux par-delà les lieux et les époques, dessinant peu à peu le plan du dédale narratif qui se déroule sous nos yeux (ébahis).

Plus symboliquement encore, on sent ici que Lana et Andy Wachowski ont trouvé dans le best seller qu'ils adaptent une matière à la hauteur de leurs ambitions, un film qui se voudrait total, englobant le ciel et la terre, le passé, le présent et le futur. Mégalomanes mais conscients de l'ampleur du projet, ils ont su délégué une part de la tâche à l'excellent cinéaste allemand Tom Tykwer, donnant une singularité supplémentaire à Cloud Atlas, qui n'en manquait déjà pas : celle d'une œuvre absolument personnelle signée par des personnalités extrêmement différentes.

Partouze des genres

Or, justement, Cloud Atlas ne parle que de différences. Pour les célébrer, les auteurs ont pourtant recours à la stratégie inverse : dans ce film construit comme un cycle temporel et raconté à la manière d'un mille-feuille, c'est d'abord en jouant sur la répétition du même qu'ils créent les liens entre les diverses strates du récit. De l'odyssée d'un jeune aristocrate américain découvrant la réalité de l'esclavage à la révolte d'une serveuse mi-humaine, mi-robotisée, dans le Néo-Séoul du XXIIe siècle, des tribulations d'un éditeur enfermé par son propre frère dans une maison de retraite cauchemardesque au retour à la vie sauvage d'une poignée d'êtres ayant survécu à la chute de la technologie, ce sont toujours les mêmes acteurs qui incarnent les protagonistes et les personnages secondaires.

D'où une série de transformations parfois ouvertement carnavalesques où, par exemple, Tom Hanks est à la fois un jeune chimiste tombant amoureux de la journaliste venue enquêter sur les méfaits de son patron et un homme des cavernes du futur en proie à une forme de schizophrénie, ou encore un docteur cruel tuant à petit feu son patient en prétextant le guérir. Cette décision est vaguement nimbée d'une assez fumeuse théorie de la réincarnation héritée du livre d'origine, mais dont les Wachowski semblent ne pas faire grand cas. Pour eux, ce qui importe, c'est qu'à travers ce jeu de masques et de maquillages se noue un enjeu profond de leur cinéma : qu'un homme puisse aussi être une femme, qu'un noir puisse devenir un blanc, un homosexuel un hétéro, un jeune un vieux, un maître un esclave, le tout en un battement d'images. Et, de fait, que le genre (sexuel mais aussi, on y revient, cinématographique), les races ou les castes sont des concepts purement relatifs.

C pour Cinéma

Dans leur précédent Speed racer, les Wachowski testaient la plasticité ultime d'un plan, fondant leurs images les unes dans les autres pour créer un continuum se défiant à la fois de l'espace et du temps. Avec Cloud Atlas, ils calment leur velléités expérimentales dans la mise en scène — élégante, classique, avec quelques audaces de-ci de-là — mais les reportent sur l'architecture hallucinante de leur récit. Qui repose sur la foi selon laquelle un film peut absolument tout contenir : un polar paranoïaque et un film en costumes, une comédie burlesque et un film de SF, une anticipation post-apocalyptique et un mélodrame.

Si tout n'est pas toujours d'un niveau égal, l'impressionnante fluidité avec laquelle ils racontent tout cela laisse souvent sans voix, et surtout ouvre de nouvelles perspectives cinématographiques. Car c'est bien le cinéma qui réussit ce prodige : avec un sacré culot, les Wachowski et Tykwer font ainsi d'une des branches du récit l'histoire vraie qui va se transformer en film à succès (avec Tom Hanks !) et qui, plus tard encore, deviendra la première image qui conduira à une prise de conscience politique basée sur la puissance de l'imaginaire.

Cloud Atlas revisite ainsi les thèmes déjà développés dans Matrix et V pour Vendetta : la soumission à un mensonge aseptisé plutôt qu'à une réalité insupportable, la nécessité de la culture pour lutter contre le fascisme et l'obscurantisme… Cette façon d'être à la fois dans l'avenir de leur art et dans le récapitulatif de leur œuvre pose d'ailleurs Cloud Atlas comme le pendant hollywoodien du Holy Motors de Leos Carax : une utopie libertaire et libératoire, un vaste laboratoire dans lequel les cinéastes n'ont plus qu'à venir piocher des leçons pour leurs films de demain.


Cloud Atlas

De Lana Wachowski, Tom Tykwer, Andy Wachowski (ÉU, 2h45) avec Tom Hanks, Halle Berry...

De Lana Wachowski, Tom Tykwer, Andy Wachowski (ÉU, 2h45) avec Tom Hanks, Halle Berry...

voir la fiche du film


À travers une histoire qui se déroule sur cinq siècles dans plusieurs espaces temps, des êtres se croisent et se retrouvent d’une vie à l’autre, naissant et renaissant successivement…


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Mortal Engines" : La ville en roues libres

Néo-steampunk | de Christian Rivers (É.-U.) avec Hera Hilmar, Hugo Weaving, Robert Sheehan…

Vincent Raymond | Mardi 11 décembre 2018

Métaphore d’un super-Brexit ? Extrapolation de la course à l’armement et de la crise énergétique ? La nouvelle production co-scénarisée par Peter Jackson résonne étrangement avec l’actualité la plus brûlante… Dans ce que l’on espère être une dystopie, la ville de Londres est ainsi devenue une cité prédatrice montée sur chenilles, sillonnant le continent en quête de petites villes (et de réserves) à gober. À sa tête, Thaddeus Valentine prétend rechercher la concorde ; en réalité, il convoite des armes de destruction d’avant l’apocalypse. La jeune Hester Shaw, qui a tenté de se venger de lui parce qu’il avait tué sa mère, entraîne dans la résistance Tom Natsworthy, un historien rêvant d’être pilote… Adapté d’un cycle de romans jeunesse de Philip Reeve, Mortal Engines ressemble à la caisse à jouets dans laquelle un gamin s’amuserait à mélanger sans distinction de rang ni d’espèce ses briques à construire, maquettes et figurines de tous poils. Un melting-pot gigantesque où manquent seulement des dinosaures — mais question gros bestiaux monstrueux, Jackson a déjà donné. C’est donc un pur plaisir

Continuer à lire

"Kings" : Los Angeles, 1992

Historico-urbain | de Deniz Gamze Ergüven (Fr.-E.-U., 1h32) avec Halle Berry, Daniel Craig, Kaalan Walker…

Vincent Raymond | Mercredi 4 avril 2018

Mère courage, Millie accueille sans compter tous les gamins à la rue. Si la tension est continue entre les forces de l’ordre et les habitants de son quartier de Los Angeles, la tenue du procès des policiers ayant tabassé Rodney King déclenche des émeutes. Et Millie a peur pour ses enfants… Le succès international de Mustang ayant ouvert grandes les frontières à sa réalisatrice, celle-ci a consenti à franchir l’Atlantique… sans pour autant succomber à l’appel des studios : projet personnel porté de longue date, Kings n’aurait sans doute pas correspondu, dans sa forme et son fond, aux critères hollywoodiens. Volontiers hybride avec ses surimpressions visuelles, ses inclusions d’images d’actualités, ses parenthèses lyriques, drolatiques ou abstraites venant éclater le réalisme contextuel, cette chronique chorale d’un quartier populaire rappelle la tension moite et revendicative des Spike Lee ou John Singleton d’antan, autant qu’elle évoque le regard sur l’adolescence de Larry Clarke — en plus soft, tout de même ! Des nuits orangée

Continuer à lire

"Sully" : ici la tour de contrôle ; à l’eau l’avion ?

ECRANS | Un film de Clint Eastwood (E-U, 1h36) avec Tom Hanks, Aaron Eckhart, Laura Linney…

Vincent Raymond | Jeudi 8 décembre 2016

Eastwood a-t-il résolu de se momifier en aède de la geste étasunienne contemporaine ? Alors, autant qu’il s’intéresse à cette belle figure du pilote Chesley “Sully” Sullenberger, plutôt qu’à Chris Kyle, sujet de son précédent opus American Sniper (2014). Pour la simple raison que le premier a sauvé les 155 vies de son avion sur le point de s’abîmer en le posant sur la rivière Hudson ; le second ayant gagné sa notoriété en flinguant des ennemis. Mais si ces deux personnages sont considérés par leurs concitoyens comme des héros équivalents malgré leurs mérites opposés, Sully a fait l’objet d’un traitement particulièrement inique : on l’a accusé d’avoir agi de manière irréfléchie et périlleuse. Voilà ce qui a dû titiller Clint, prompt à défendre façon Capra l’honnête homme contre une machine juridico-financière en quête de responsable. Eastwood/Hanks, c’est l’alliance de deux Amériques idéologiquement contradictoires, partageant pourtant des valeurs humaines fondamentales ainsi qu’une foi d’enfant dans la Constitution ; une naïveté faisant que le bon verra tous ses mérites reconnus. Pas forcément ici-ba

Continuer à lire

Tom Hanks : l’homme de la rue a fait son chemin

ECRANS | Franchement, qui aurait misé un cent il y a trente ans sur le jeune premier ahuri de Splash — dont l’intérêt majeur était sa partenaire, la sirène Daryl (...)

Vincent Raymond | Mardi 1 décembre 2015

Tom Hanks : l’homme de la rue a fait son chemin

Franchement, qui aurait misé un cent il y a trente ans sur le jeune premier ahuri de Splash — dont l’intérêt majeur était sa partenaire, la sirène Daryl Hannah ? Dans les années 1980, son air sympa et abordable cantonne Tom Hanks aux comédies romantico-gentillettes. Big (1988) de Penny Marshall, où il joue un enfant catapulté dans le corps d’un adulte, lui offre sa première grande prestation et ses premières récompenses, ainsi qu’une citation à l’Oscar. Un heureux accident dans un océan de banalités — il va même donner réplique à un chien dans Turner et Hooch… Mais De Palma, comme toujours clairvoyant, le tire de ce cercle vicieux en lui offrant le rôle principal de l’avocat du Bûcher des Vanités (1990). La suite, c’est la rencontre avec Jonathan Demme pour Philadelphia (1993). À nouveau avocat, mais malade du sida et victime de discrimination, il décroche un prix à Berlin et un Oscar. Rebelote chez Zemeckis pour Forrest Gump l’année suivante, une fable suréavaluée mais flattant l’inconscient américain en b

Continuer à lire

Le Pont des Espions

ECRANS | Quand deux super-puissances artistiques décident de s’atteler à un projet cinématographique commun, comment imaginer que le résultat puisse être autre chose qu’une réussite ? Vincent Raymond

Vincent Raymond | Mardi 1 décembre 2015

Le Pont des Espions

Pas étonnant que l’accord ait été immédiat entre Spielberg et les Coen : les trois hommes partagent une même fascination pour cette Amérique des années 1950-1960 dans laquelle ils ont grandi. Et dont ils aiment à reconstituer minutieusement l’ambiance graphique et architecturale (Inside Llewyn Davis ou A Serious Man pour le tandem, Arrête-moi si tu peux pour Spielberg), magnifiant l’élégance d’un « monde perdu ». Mais, loin d’entonner quelque complainte nostalgique que ce soit et d’idéaliser la terre de la croissance, de la prospérité, ils s’intéressent aux coulisses du rêve. Derrière le Technicolor affleure le contexte anxiogène de la Guerre froide ; une psychose d’État initiée par McCarthy et ses affidés — savamment entretenue dans les années qui suivirent. Face au « Colosse aux pieds d’argile » soviétique, les États-Unis sont eux aussi un titan dont les genoux fragiles font des castagnettes : l’équilibre de la terreur est réciproque. Le Pont des Espions rend compte de cette paranoïa ordinaire et absurde, où la peur du Rouge a été tellement intériorisée par la population, qu’il devient impossible à un avocat d’effectuer son travail

Continuer à lire

The Best offer

ECRANS | Le réalisateur de Cinema Paradiso s’engouffre dans une production à visée culturelle internationale qui séduit par son storytelling efficace et déçoit par son absence d’émotion et la sagesse compassée de sa mise en scène. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 17 avril 2014

The Best offer

Production de prestige tournée en Anglais par un cinéaste italien "patrimonial" au possible — Giuseppe "Cinema Paradiso" Tornatore — The Best offer possède un atout indéniable : son sens du storytelling extrêmement fluide et efficace. Un commissaire-priseur (Geoffrey Rush, symbole de ce cinéma international, culturel et chic depuis le triomphe du Discours d’un roi) aussi célèbre que misanthrope, est l’agent, avec son complice de toujours (papy Donald Sutherland, en ballade européenne) d’une grande escroquerie visant à récupérer d’inestimables œuvres d’art pour les contempler seul dans une pièce secrète de sa maison. À la faveur d’une liquidation au sein d’une grande famille, il tombe amoureux d’une femme énigmatique, recluse et invisible, dépressive et phobique, qui va le pousser à sortir de ses habitudes et à se mettre en danger. Ce récit-là tient en haleine d’un bout à l’autre, notamment grâce à une série de twists brillamment orchestrés qui relancent sans cesse l’intérêt du spectateur. The Best offer s’inscrit ainsi dans une longue liste de films d’arnaque, et surclasse même un des derniers rejetons du genre, le très surestimé A

Continuer à lire

Capitaine Phillips

ECRANS | Avec un ultra-réalisme saisissant et une constante tension dramatique, Paul Greengrass reconstitue à travers une polyphonie de points de vue une prise d’otages au large des côtes somaliennes, où la star Tom Hanks se fond dans le dispositif documentaire du cinéaste. Impressionnant. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 18 novembre 2013

Capitaine Phillips

En début d’année, Kathryn Bigelow réussissait, dans le dernier acte de son Zero dark thirty, à faire se rencontrer le cinéma d’action et le réalisme documentaire, l’assaut du QG de Ben Laden se transformant non pas en une reconstitution d’un épisode historique mais en pur morceau de bravoure cinématographique. Quoi de plus logique que Paul Greengrass, qui fut le premier à Hollywood à tenter des expériences de ce genre, d’abord avec les deux derniers Jason Bourne — versant blockbusters — puis avec Vol 93 — versant suspense tiré de faits réels — lui réponde aujourd’hui avec Capitaine Phillips, qui étend la virtuosité de Bigelow sur la durée d’un long-métrage entier. Cela en dit long sur ce que Greengrass a inventé : un style, parfois grossièrement caricaturé en une captation de l’action par une caméra secouée façon reportage d’actualité, mais qui s’appuie surtout sur une multiplication savante des points de vue ; mais aussi une éthique, car s’il y a bien quelque chose qui traverse Bloody Sunday, Vol 93 et aujourd

Continuer à lire