La Grande Bellezza

ECRANS | L’errance estivale d’un écrivain qui n’écrit plus dans la Rome des fêtes et des excès. Derrière ses accents felliniens, le nouveau film de Paolo Sorrentino marque l’envol de son réalisateur, désormais au sommet de son inventivité visuelle et poétique, portant un regard à la fois cruel et plein d’empathie sur le monde. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 22 mai 2013

De jour, un touriste asiatique fait un malaise en contemplant Rome depuis ses hauteurs ; de nuit, une fête orgiaque et débridée attire la faune des mondains romains. Cette bonne dizaine de minutes n'a rien à voir avec ce qu'on appelle traditionnellement une «exposition» au cinéma. C'est plutôt un poème filmique, sans dialogue et sans intrigue, où la caméra semble défier la gravitation. Depuis Les Conséquences de l'amour, on connaît la virtuosité de Paolo Sorrentino, sa capacité à intensifier les sensations par un travail extrêmement sophistiqué sur les focales, les mouvements de caméra et un montage musical épousant l'humeur des séquences. Mais jamais il n'avait osé s'affranchir à ce point de la dramaturgie pour tenter une immersion non pas dans une histoire, mais d'abord dans un monde, pour restituer ses propres perceptions d'une ville dont il abhorre les excès et dont il adore la beauté.

Les inconséquences de l'amour

Ce qui est, peu ou prou, le sentiment de Jeb (Toni Servillo), autrefois auteur d'un roman culte (L'Appareil humain), devenu journaliste faute de mieux, et ayant poursuivi l'ambition d'être «le roi des mondains». Quelque chose comme un lointain descendant de Mastroianni dans La Dolce Vita, dont La Grande Bellezza se veut une libre relecture contemporaine.

Jeb fête ses soixante-cinq ans sur sa terrasse somptueuse au milieu de sa petite troupe et de parfaits inconnus ; au réveil, il n'a pas que la gueule de bois, mais aussi l'impression que tout cela le conduit dans le mur, l'approche de la mort faisant ressurgir la vacuité profonde de son existence. Revient alors à la surface le souvenir d'un amour de jeunesse, qui le conduit à chercher cette «grande beauté» qui le poussera, peut-être, à écrire à nouveau.

La galerie de personnages croisés par Jeb offre à Sorrentino un angle particulièrement sarcastique pour évoquer les specimen romains contemporains : artistes égocentriques, maris goujats, jet-setteurs baratineurs, starlettes arrogantes, vieux beaux dépassés… On est d'abord un peu bousculé par ce défile de freaks que ni le héros, ni le cinéaste n'épargnent, jusqu'à cette première acmé du récit : le moment où Jeb dit ses quatre vérités à une camarade écrivain liée au parti communiste, dont il énonce sans reprendre son souffle les impostures et les renoncements. Mais cet abcès crevé, Sorrentino va se montrer beaucoup plus subtil. Le très critiqué This must be the place avait déjà cette qualité-là : il partait de stéréotypes avant de les faire imploser pour leur donner complexité et humanité. Ce chemin, de l'ironie à la tendresse, La Grande Bellezza le refait avec infiniment plus de lyrisme et d'émotion pure.

Trouver sa place

C'est une certaine vision du monde qu'affirme Sorrentino : ce que nous voyons de quelqu'un, c'est en premier lieu sa caricature superficielle ; la dépasser implique patience et bienveillance, goût de l'autre et mise en sourdine de soi. Ce n'est pas un hasard si la vraie charpente narrative de La Grande Bellezza n'est pas tellement l'itinéraire de Jeb, passe-plat magistral d'une couche à l'autre de la haute société romaine (de la bourgeoisie oisive à l'église décrépie en passant par l'aristocratie déchue), mais bien les propres trajets des personnages, même les plus secondaires, tous riches et forts, tous éclairant l'état de délabrement existentiel qui menace le héros. On n'est pas près d'oublier ainsi cette hallucinante séquence où une petite fille projette en hurlant des pots de peintures sur une toile géante. On pense que le cinéaste se moque de l'art contemporain et de ses modes débiles ; mais la peinture achevée, sa réussite est indéniable. Car oui, même les artistes ridicules peuvent avoir du génie.

En cela, Sorrentino se démarque des évidents échos felliniens qui parsèment son film. Il est plus terrestre, plus prosaïque que son glorieux aïeul, et si La Grande Bellezza vise la grande forme — de ses 140 minutes à ses instants de complète sidération visuelle — c'est en définitive pour restituer un moment éphémère, intime et fondateur. Proust est abondamment convoqué tout au long du film, et c'est bien une madeleine sentimentale, sensuelle et juvénile, dont Jeb recherche le goût, goût de la beauté, mais aussi goût d'une certaine éternité.

Abreuver de vin, de fêtes, de femmes et de courtisans, Jeb finit par accepter d'être un simple spectateur d'une vie qui n'apporte de réconfort que si on cesse de la presser comme un citron. C'est aussi la voie choisie par Sorrentino : d'abord un spectacle total, généreux, débordant dans tous les sens d'idées et de musiques, puis sa reproduction en miniature, à l'échelle de son protagoniste, qui a peut-être enfin trouvé sa place. Non pas au milieu des mondains ou au centre du monde, mais dans cet endroit secret qui s'appelle la mémoire.


La Grande Bellezza

De Paolo Sorrentino (It, 2h30) avec Toni Servillo, Luis Tosar...

De Paolo Sorrentino (It, 2h30) avec Toni Servillo, Luis Tosar...

voir la fiche du film


Rome dans la splendeur de l’été. Les touristes se pressent sur le Janicule : un Japonais s’effondre foudroyé par tant de beauté. Jep Gambardella – un bel homme au charme irrésistible malgré les premiers signes de la vieillesse – jouit des mondanités de la ville.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Silvio et les autres" : L’Italie à sa botte

Bunga-Bunga | de Paolo Sorrentino (It.-Fr., 2h38) avec Toni Servillo, Elena Sofia Ricci, Riccardo Scamarcio…

Vincent Raymond | Mercredi 31 octobre 2018

Sergio, petit escroc provincial cherche à s’attirer les faveurs de Berlusconi afin de monter en gamme dans le bizness. S’il dispose des atouts nécessaires (de jeunes femmes) il lui faut trouver la connexion idoine. Au même moment, dans sa villa, l’ex Cavaliere se prépare à revenir au pouvoir. La première séquence montre un agneau innocent entrant par mégarde dans la demeure de Berlusconi. Fatale erreur : fasciné par la télévision diffusant un jeu quelconque, il s’écroule raide, traîtreusement pétrifié par la climatisation glaciale, aussi sûrement que par une œillade de Méduse. Malheur à tous ces Icare et Sémélé ayant désiré approcher leur divinité : leur chute sera à la hauteur de leur orgueil. Cette ouverture en forme de parabole résume tellement bien le propos du film qu’on se demande, un peu inquiet, si ce qui suit peut être du même niveau. Même si Sorrentino fait une proposition intéressante en abordant Berlusconi par une périphérie canaille et envieuse, en retardant son apparition au deuxième voir troisième acte à la façon du Tartuffe de Molière et en faisant en sorte que p

Continuer à lire

Cannes, à la Vie, à l’amour…

ECRANS | En couronnant ce qui est incontestablement le meilleur film de la compétition, La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche, Steven Spielberg et son jury ont posé un beau point final à un 66e festival de Cannes passionnant en son centre, moins stimulant dans ses périphéries. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 28 mai 2013

Cannes, à la Vie, à l’amour…

Y croyait-on vraiment ? Imaginait-on Steven Spielberg se lever de sa chaise durant la cérémonie du palmarès cannois pour annoncer, du haut de sa stature de cinéaste mondialement reconnu et présentement président du jury, la Palme à La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche, chef-d’œuvre du naturalisme à la française relatant la passion entre Adèle et Emma à coups de grands blocs de réalité réinventée, des premiers regards à la dernière étreinte en passant par de longs moments d’intimité physique ? C’est pourtant ce qui s’est passé, et on en est encore ému. Car si La Vie d’Adèle n’était pas notre film préféré de la compétition — on dira lequel après — c’était d’évidence le meilleur, le plus incontestablement ample et abouti, le plus furieusement contemporain, que ce soit dans sa matière romanesque, ses personnages ou son dispositif. Kechiche est aujourd’hui l’héritier direct de Pialat, même s’il développe aussi sa propre singularité et même si, avec ce film-là, il dévoile sa part la moins sombre, la plus solaire, comme une antithèse absolue de son précédent et terrible Vénus noire. C’est aussi

Continuer à lire

La Belle endormie

ECRANS | De Marco Bellocchio (It-Fr, 1h51) avec Toni Servillo, Isabelle Huppert, Alba Rohrwacher…

Christophe Chabert | Mardi 9 avril 2013

La Belle endormie

Avec La Belle endormie, Marco Bellocchio s’empare d’un fait-divers qui a embrasé l’Italie — la décision de mettre un terme à la vie d’Eluana Englaro, dans un état végétatif depuis 17 ans — provoquant manifestations cathos et débats au Parlement. Mais il n’en fait que le lien entre trois histoires de fiction qui, chacune à leur manière, traitent aussi de la question. On y voit un sénateur berlusconien prêt à voter contre son groupe, tandis que sa fille va se joindre au cortège des manifestants réclamant la survie d’Eluana ; une actrice veillant en illuminée mystique sa fille dans le coma ; et une droguée qui tente de se suicider et se retrouve surveillée de près par un médecin têtu. Bellocchio tombe dans les mêmes travers scénaristiques que les fictions chorales engagées américaines genre Collision : les personnages ne semblent exister qu’à l’aune de la démonstration du cinéaste et le dialogue, notamment dans la partie à l’hôpital, fait preuve d’un didactisme sentencieux assez indigeste. En revanche, La Belle endormie montre à quel point il reste un metteur en scène d’une grande vivacité. À près de 75 ans, il filme son ballet d’intrigues

Continuer à lire