Star Trek : Into Darkness

ECRANS | J. J. Abrams fait encore mieux que le premier volet avec ce nouveau Star Trek, blockbuster autoroute sans temps morts, qui ne cherche pas à être autre chose que ce qu’il est : un morceau de mythologie transformé en récit survolté et spectaculaire. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 14 juin 2013

Nouvelle mission pour le capitaine Kirk et le Docteur Spock : venir en aide à une peuplade primitive menacée d'extinction par un volcan en éruption. Tandis que Kirk cavale sur terre pour rejoindre l'Enterprise, Spock se téléporte au cœur du volcan pour y placer une bombe qui viendra l'éteindre. Dans le crescendo des dix premières minutes d'Into darkness se joue déjà toute la virtuosité de J. J. Abrams : chaque personnage porte son enjeu, et leurs interactions créent une multitude de conflits qu'il faut résoudre. Spock, le Vulcain garant de la règle et de son strict respect, se heurte à Kirk pour qui la réussite d'une mission et la préservation de son équipe vont de pair. Tout cela est raconté avec une myriade de péripéties, de l'action et un suspens constant, sans parler d'une 3D maîtrisée — on me souffle que la version IMAX est encore plus impressionnante — et d'une remarquable direction artistique — la flore est rougeoyante, les indigènes ont la peau blanche comme du plâtre écaillé et les yeux noirs sans pupille.

Mais il y a plus : ce peuple vit encore dans la vénération d'idoles archaïques, représentées sur un parchemin que l'on déplie comme on dressait un antique écran de cinéma au temps des frères Lumière. Lorsqu'elle est confrontée à la vision de l'Enterprise qui sort de l'océan et s'élève dans les airs, elle bascule dans une nouvelle croyance, celle du cinéma du XXIe siècle et des effets spéciaux numériques. Entre les deux, pourtant, quelque chose ne change pas : le besoin de raconter le monde par les images pour croire dans un grand récit.

Dans le fond, tout le cinéma d'Abrams tend vers cette idée, elle-même héritée de Spielberg. Dans Lost, les vidéos informatives du projet Dharma semblaient détenir une puissance ésotérique qui, une fois décryptée, aurait pu révéler les secrets de l'île ; dans Super 8, les films amateurs tournés par les enfants contenaient une vérité que le reste du monde ne voulait pas voir ; l'introduction d'Into Darkness est l'aboutissement de cette quête de l'image magique. Le reste du film ne sera que la pratique de cette théorie, à savoir un modèle de blockbuster qui avance dans le spectacle à la condition exclusive que celui-ci vienne consolider la mythologie mise en place par le cinéaste, dans la droite ligne du Star Trek original de Roddenberry, dont il construit méticuleusement une généalogie.

Festival de Khan

Ici, l'enjeu est double : d'un côté, creuser les relations entre Spock et Kirk ; de l'autre, propulser au cœur de l'intrigue le méchant iconique de la série, Khan. Sur le premier versant, Abrams se plait à introduire un sous texte bien vu sur la vérité des sentiments qui relient le docteur et le capitaine. De fait, la manière dont le film laisse de côté ses personnages féminins, amante délaissée (Zoé Saldana) ou nouvelle recrue pourtant pulpeuse (Alice Eve) dit bien que cette suite est du genre mâle. Mais des mâles à la virilité déréglée, puisqu'on assiste à un ballet plutôt curieux entre un Kirk qui passe son temps à prendre des raclées et un Spock qui descend de son piédestal pour lui venir en aide, jusqu'à ce que leurs mains se joignent pour signer un peu plus qu'une amitié.

Si Kirk et Spock incarnent donc le «Into», Khan, lui, prend en charge le côté «Darkness». Super méchant comme on n'a plus tellement l'habitude d'en croiser dans les blockbusters, à la fois invincible et vraiment inquiétant (merci Benedict Cumberbatch, dont la rigidité glaciale et la voix d'outre-tombe donnent tout son caractère menaçant au personnage), il tient autant du génie du mal prônant le chaos et la destruction que de l'ennemi intérieur né d'une hasardeuse expérimentation scientifico-militaire. Le scénario oblige d'ailleurs les "gentils" à pactiser avec leur nemesis, dans une alliance temporaire qui rappelle celle entre Magneto et le Professeur Xavier dans un autre grand blockbuster, X-Men 2.

La manière dont Abrams introduit le danger est une autre illustration de son sens redoutable du storytelling : en deux scènes, il montre comment Kahn parvient à retourner un des membres de l'alliance à sa cause, le poussant à commettre l'attentat qui enclenchera sa machination diabolique. Pas besoin de souligner les choses, il lui suffit d'un magistral enchaînement de plans sans dialogue apportant tous une information déterminante pour aboutir à l'explosion finale. Into darkness regorge de ce type de fulgurances, mais c'est surtout l'autoroute démente qu'il trace à coups de morceaux de bravoures et de climax tétanisants qui le place en modèle absolu du genre.

Ce qu'être un blockbuster veut dire

Depuis un an, on ne cesse de se plaindre des blockbusters actuels avec cette formule : ils cherchent à faire rentrer des carrés dans des ronds. Des films schizos qui veulent à la fois dire quelque chose de l'époque, psychanalyser leurs héros, faire de la métaphysique et assurer le quota de pyrotechnie justifiant leur budget, s'enfoncer dans la noirceur et séduire les enfants de 7 ans. The Dark knight rises, Skyfall, Iron Man 3 ou Oblivion souffraient en fait du même mal : ils oubliaient que l'essence même du spectacle ne tient pas à des idées ou des effets spéciaux mais à une histoire et des personnages. C'est en cela qu'Abrams prend une sacrée longueur d'avance sur ses concurrents : Into Darkness est un film excellemment raconté, où l'action n'est jamais déléguée à une froide démonstration technologique, où les enjeux les plus sombres ne contaminent sa santé cinématographique.

Ce n'est pas un hasard si Abrams a choisi de tourner son film en pellicule, avec un grain très visible dans les à-plats colorés et les textures des peaux, comme une résistance au tout numérique, laissé ici à sa juste place, habillage invisible plutôt que remplissage trop voyant. C'est une autre lecture possible de son introduction-déclaration d'intention : du dessin primitif au space opéra contemporain, en passant par ce spectacle tout bête qui consiste à filmer en 35 mm des acteurs qui jouent un rôle, c'est bien la même foi enfantine dans le cinéma qui circule, celle de raconter des images en histoire et de faire semblant d'y croire.


Star Trek Into Darkness

De J.J. Abrams (ÉU, 2h10) avec Chris Pine, Zachary Quinto...

De J.J. Abrams (ÉU, 2h10) avec Chris Pine, Zachary Quinto...

voir la fiche du film


Alors qu’il rentre à sa base, l’équipage de l’Enterprise doit faire face à des forces terroristes implacables au sein même de son organisation. L’ennemi a fait exploser la flotte et tout ce qu’elle représentait, plongeant notre monde dans le chaos…


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"1917" : La guerre, et ce qui s’ensuivit

Le film du mois | En un plan-séquence (ou presque) Sam Mendes plonge dans les entrailles de la 1ère Guerre mondiale pour restituer un concentré d’abominations. Éloge d’une démarche sensée fixant barbarie et mort en face, à l’heure où le virtuel tend à minorer les impacts des guerres…

Vincent Raymond | Mercredi 8 janvier 2020

1917, dans les tranchées de France. Deux caporaux britanniques sont dépêchés par un général pour transmettre au-delà des lignes ennemies un ordre d’annulation d’assaut afin d’éviter un piège tendu par les Allemands. Une mission suicide dont l’enjeu est la vie de 1600 hommes… Depuis que le monde est monde, l’Humanité semble avoir pour ambition principale de se faire la guerre — Kubrick ne marque-t-il pas l’éveil de notre espèce à “l’intelligence“ par l’usage d’une arme dans 2001 : l’Odyssée de l’espace ? Et quand elle ne se la fait pas, elle se raconte des histoires de guerre. Ainsi, les premiers grands textes (re)connus comme tels sont-ils des récits épiques tels que L’Iliade et L’Odyssée ayant pour toile de fond le conflit troyen. À la guerre comme à la guerre Si la pulsion belliciste n’a pas quitté les tréfonds des âmes, comme un rapide examen géopolitique mondial permet de le vérifier, la narration littéraire occidentale a quant à elle suivi une inflexion consécutive aux traumatismes hérités des deux conflits mondiaux. Art plus jeune et régi par d’autres impératifs — celui de servir d’instrument de co

Continuer à lire

Imitation game

ECRANS | Encore une bio filmée ? Encore un film à oscars ? Certes, mais Morten Tyldum réussit à faire de la vie d’Alan Turing, mathématicien génial, inventeur de l’ordinateur, artisan de la défaite des nazis contre l’Angleterre et homosexuel dans le placard un surprenant puzzle à la Citizen Kane. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 26 janvier 2015

Imitation game

En 1940, Alan Turing incorpore une équipe de mathématiciens réunis par les services secrets britanniques afin de décoder le langage utilisé par les nazis pour envoyer des messages informant des positions anglaises. Les méthodes de Turing le mettent en porte-à-faux avec ses collègues : il s’isole et commence à bricoler une machine complexe et coûteuse, tout en tentant de convaincre le ministre de la défense de financer son projet avant-gardiste. Le film de Morten Tyldum — cinéaste norvégien dont les œuvres précédentes n’ont même pas eu droit à une sortie en salles chez nous — ne commence pourtant pas ici, mais quelques années après. Turing est arrêté par la police et interrogé sur ses activités qui, secret défense oblige, ont été effacées par l’administration. Et, régulièrement, le film plonge dans son passé : élève introverti, il avait noué une amitié forte avec un autre jeune garçon, Christopher. Ce puzzle narratif, directement emprunté à Citizen Kane, va faire apparaître le Rosebud de Turing, qui n’est pas tant son homosexualité, rapidement révélée, que ce qui a fait tenir ensemble toutes les pièces de son existence. Citizen Turing Qu’on se l

Continuer à lire

The Ryan initiative

ECRANS | De et avec Kenneth Branagh (ÉU, 1h45) avec Chris Pine, Keira Knightley…

Christophe Chabert | Lundi 27 janvier 2014

The Ryan initiative

Drôle d’idée que de "ressusciter" l’espion Jack Ryan, figure littéraire so guerre froide inventée par Tom Clancy, transcendée par MacTiernan dans À la poursuite d’octobre rouge avant de se vautrer dans une série de films très à droite sous les traits d’Harrison Ford. Plus étrange encore : confier les commandes de ce blockbuster à Kenneth Branagh, dont les motivations sont ici encore plus troubles que dans son précédent Thor, qui avait au moins le mérite de chercher une inspiration shakespearienne chez son super-héros. De la mise à jour contemporaine — Ryan naît en tant qu’espion sur les cendres du World Trade Center et dans les combats en Afghanistan — à la romance vaudevillesque entre lui et une médecin plutôt mal incarnée par Keira Knightley, rien ne prend, et la mise en scène, malgré l’élégant travail chromatique conduit par le chef opérateur Haris Zambarloukos, ne sait jamais quel style adopté. Film d’espionnage à l’ancienne ? Film d’action post-Greengrass ? Le montage, maladroit, achève de mixer hystériquement toutes ces options, et Branagh, à défaut de trouver sa voie derrière la caméra, se venge devant en jouant le méchant Russe avec une théâtral

Continuer à lire

Le Hobbit : La Désolation de Smaug

ECRANS | Ce deuxième épisode retrouve les défauts d’Un voyage inattendu, même si Peter Jackson a soigné et densifié en péripéties son spectacle, seul véritable carte dans sa manche pour faire oublier qu’au regard de la première trilogie, ce Hobbit fait figure de série télé sur grand écran. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 11 décembre 2013

Le Hobbit : La Désolation de Smaug

Tout d’abord, la sortie de ce deuxième volet du Hobbit donne lieu à une surenchère technologique quant à sa diffusion, si bien qu’entre la 2D, la 3D, l’IMAX, le HFR, le Dolby Atmos et ce truc tellement XXe siècle qu’est la VO, il y a presque autant de versions du film que de cinémas qui le projettent — quoique certains les diffusent toutes, sait-on jamais, faudrait pas perdre un spectateur potentiel et sa carte illimitée.… Cela pourrait être purement anecdotique, mais cela en dit long aussi sur le statut même de cette nouvelle trilogie tirée de Tolkien : elle semble chercher à compenser par de la nouveauté technique son évidente infériorité thématique par rapport au Seigneur des anneaux, comme un petit frère qui voudrait à tout prix se hisser sur les épaules de son aîné. Rien n’y fait pourtant, et même si les efforts de Jackson sont louables pour inverser les carences manifestes d’Un voyage inattendu, La Désolation de Smaug ne tient pas la comparaison avec Les Deux tours, l’opus ma

Continuer à lire