Noël vu par le Chicandier

Jason Chicandier | Mardi 3 décembre 2019

Noël approche. Noël c'est la famille. C'est bien tout le problème d'ailleurs. Généralement à Noël, moi j'arrive en retard. Un proverbe de Xavier Dupont de Ligonnès, poète tripier nantais ne disait-il pas : « pas de famille, pas d'emmerde ! ». En fait, en dehors du fait que mes beaux-parents sont toujours en survets, que mon beau-frère est schizophrène et qu'il a essayé l'an dernier de faire du mal à La Toya, mon petit Lapin du Brésil, le seul vrai amour de ma vie, c'est surtout mon gamin que je ne veux pas voir. Mon fils s'appelle Antoine, dit « Tatane », baptisé ainsi par ses potes débiles. Il a 17 ans, il est en première L et il est con qu'il en peut plus d'être con. Il a deux passions dans la vie : la drogue et Youporn ! Attention, je ne vous parle pas des films érotiques gentillets du dimanche soir d'M6 qui se passent dans un château du XVe avec deux copines l'été qui ont un peu chaud, non je vous parle de vraies dégueulasseries d'Internet, il aime que ça le gosse j'vous dis ! Ses copains sont des clones de cet abruti avec la coupe rasta, gras comme de la couenne de goret. Pour la tenue, ils arborent des vestes indiennes en chanvre et des pantalons multicolores souples sans forme, c'est du plus bel effet... La plupart du temps, ils s'enferment dans le garage qu'on a aménagé en piaule pour l'avorton, et là ils fument du shit en écoutant du reggae. En plus, je hais le reggae. Au début, ça me préoccupait, j'ai essayé de lui parler mais maintenant j'en ai plus rien à cirer. Il est con, il a hérité ça de sa mère, moi je me mets dans un coin, je litrone un peu de Pineau des Charentes, j'avale mes cachetons et je dors beaucoup surtout. 17 heures par jour. On fait chambre à part avec la dame parce que de toute façon, on a considérablement réduit notre activité sexuelle... une fois tous les deux ans, on fait une basculée traditionnelle de sept minutes, on se sert la main « bons amis » et on sait tous les deux qu'on remballe le Charal pour un paquet d'temps !

Généralement à Noël, moi j'arrive en retard.

Un jour que j'avais vu vers les 12 ans qu'il était particulièrement crétin, je m'étais mis en tête de le buter. C'est dur comme constat quand même, vouloir buter son gosse, sa progéniture mais soit... Il avait déjà ses grandes boucles qui m'agaçaient et son air de poisson crevé. Je lui avais fait avaler pas mal de cachets que j'avais mis dans un verre de Coca ! J'ai attendu qu'il clamse mais rien...que dalle... de toute façon il est tellement mou qu'il aurait été impossible de faire la différence. À l'intérieur, je ne sais pas comment il est foutu ce blaireau mais son organisme, c'est comme de la pâte à mâcher nom de Dieu ! Après je l'avais jeté du 3e, il a eu une patte cassée et un croisé du ligament, mais sinon que dalle... de la pâte à mâcher j'vous dis ! La dernière fois que j'ai essayé de le buter, il avait 16 ans, je lui ai payé un scooter, on est allé au resto, je lui ai fait boire au moins 2 litres de pinard et je lui ai lancé un pari sur le fait de rouler en sens interdit sur une départementale mal éclairée. Alors oui, bien sûr qu'il se l'est pris le platane le débilou, mais là encore, deux côtes cassées et la rotule déboitée mais trois fois rien. Il me regardait avec son air de mérou congelé, encore bien vivant ce petit fumier. Après il s'est mis à fumer du shit et puis rapidement je me suis désintéressé de ce gosse, il est trop moche et puis il est vraiment trop con ! J'ai vu qu'on pouvait faire des tests de recherche d'ADN sur Internet, il faut que j'envoie un échantillon de ses cheveux. Ça me fend le cœur de devoir toucher ses dreadlocks dégueulasses mais si on pouvait scientifiquement me confirmer que c'est bel et bien un bâtard, je le vire, lui et la vieille et je fais installer un SPA dans le garage. Et là enfin on pourrait parler de Noël !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Vin donc prendre un verre !

Guide urbain | De la brouillasse à couper au hachoir, un froid gla-glaçant surtout si on a oublié ses gants, mais des loupiotes et des chants de Noël à tous les coins de rue : ambiance parfaite pour aller se faire un petit verre de vin chaud. Allez viens, on t’emmène (au vent).

Cerise Rochet | Mardi 30 novembre 2021

Vin donc prendre un verre !

Pour démarrer ce parcours stéphanois, rendez-vous sur le marché de Noël et son petit côté tradi (voire kitsch), qu’on aime aimer à cette période de l’année. Des Jingle Bells et des Douces Nuits qui sortent des transistors, des gaufres ou des sandwichs raclette, une grande roue, un traineau et du papier brillant… Toute une ambiance qui ne serait pas la même sans un arrêt au stand pour recharger ses batteries. Servi dans des gobelets en carton, le vin chaud ici n’est généralement pas le meilleur du monde, peut même être un brin tiédasse selon que l’on arrive au début ou sur la fin de la marmite… Mais présente tout de même l’avantage de coller parfaitement au cadre. Atout numéro 2 : les échoppes éphémères de la place Jean-Jaurès et de la place de l’Hôtel-de-Ville proposent un choix entre vin chaud blanc, rouge ou rosé. Bon, pour tout vous dire, nous, on n’a jamais trop senti la différence au goût, mais c’est peut-

Continuer à lire

À vos cartons !

Bingo | "Last Christmas, I gave you my heart" … serait-ce le coup d’envoi des festivités de Noël ? Bingo ! Ou plutôt Disco (...)

Léa Dusson | Mardi 30 novembre 2021

À vos cartons !

"Last Christmas, I gave you my heart" … serait-ce le coup d’envoi des festivités de Noël ? Bingo ! Ou plutôt Disco Bingo, puisque c’est l'événement organisé au Ninkasi en ce début de mois de décembre, avec au programme de la bière, des potes, et des bons vieux tubes (kitsch) en fond sonore. Tous les Ninkasi de la région se mettent au diapason pour cette soirée basée « sur le bingo que l’on peut retrouver dans les gymnases, où tout le village vient avec son carton » souligne Greg Arsac, le gérant du Ninkasi Saint-Etienne. « On essaie d’apporter plus de fun, en ayant vraiment un partage avec les clients ». Pour garantir l’ambiance, l’établissement propose un quizz, en plus du tirage traditionnel : « Par exemple, s’il y a le numéro 30, j’offre un shooter à tous les chauves ! ». Les premiers à remplir leurs grilles auront la chance de repartir avec des lots... De quoi pat

Continuer à lire

Tout-en-un

Lieu | Des produits conçus à moins de 50 kilomètres de Saint-Etienne. Voilà le crédo de l'offre proposée par la boutique de Noël de l'Office de tourisme de Saint-Étienne. (...)

Nicolas Bros | Lundi 14 décembre 2020

Tout-en-un

Des produits conçus à moins de 50 kilomètres de Saint-Etienne. Voilà le crédo de l'offre proposée par la boutique de Noël de l'Office de tourisme de Saint-Étienne. Réunies dans 5 univers (gastronomie, mode, bien-être, déco & objets et sport & loisirs), les créations locales proposées sont autant d'idées cadeaux du cru pour faire plaisir à vos proches. Il y en a vraiment pour tous les goûts. Boutique de Noël de l'Office de tourisme de Saint-Étienne, 16 avenue de la Libération

Continuer à lire

S’en payer une bonne tranche

Cadeaux spectacles | En 2021, c’est décidé : on aura plus que jamais besoin de se marrer. Alors, pour Noël, on jette un œil du côté des cafés-théâtres du département, qui proposent (...)

Cerise Rochet | Lundi 14 décembre 2020

S’en payer une bonne tranche

En 2021, c’est décidé : on aura plus que jamais besoin de se marrer. Alors, pour Noël, on jette un œil du côté des cafés-théâtres du département, qui proposent des coffrets-cadeaux et autres places de spectacles à offrir à vos proches. Coffret version enfant ou adulte pour Agapes et spectacles à Montbrison, invitations spectacles selon plusieurs formules au KFT de Saint-Galmier, bons cadeaux à la Comédie Triomphe, ou chèques cadeaux selon plusieurs formules au Quai des Artistes… Pour la plupart, les billets contenus dans ces paquets sont valables au moins un an, et laisseront donc le temps à ceux qui les reçoivent de prendre leur temps ! Renseignements et achats sur les sites internet respectifs des cafés-théâtres, ou auprès des Offices de Tourisme

Continuer à lire

"Le Mystère de Noël" : ♪ Lost Christmas ♫

ECRANS | ★★☆☆ De Andrea Eckerbom (Nor., 1h10) avec Trond Espen Seim, Anders Baasmo Christiansen… Sortie le 23 décembre

Vincent Raymond | Mardi 8 décembre 2020

Dans le village de la petite Elisa, on oublie tout, jusqu’à l’existence de la fête de Noël ! La découverte dans un grenier par la fillette d’une étrange boîte à tiroirs ornés de nombres (en fait, un calendrier de l’avent) provoquera d’heureux changements et même la venue du Père Noël… On aimerait tous avoir les disponibilités d’agenda du vieux bonhomme barbu, capable d’ajouter un apéro au village d’à côté, pile la nuit où il doit livrer (sans signature) chaque foyer du monde ! Moins glauque que Le Grinch, cette fantaisie enfantine venue des neiges norvégiennes tient davantage de l’anecdote que du film épique, mais comme elle est de saison et d’une durée mesurée, on la déguste tel un chocolat chaud : en oubliant l’excès de sucre. Et les incohérences scénaristiques.

Continuer à lire

Noël sous Covid

La chronique du Chicandier #12 | Bon les mecs cette année sera définitivement l'année la plus bizarre de nos vies ! Noël est pour ainsi dire annulé. Alors oui, sur le papier on peut mais la (...)

Jason Chicandier | Mardi 8 décembre 2020

Noël sous Covid

Bon les mecs cette année sera définitivement l'année la plus bizarre de nos vies ! Noël est pour ainsi dire annulé. Alors oui, sur le papier on peut mais la vieille a 75 barreaux et elle préfère se faire braquer au supermarché que de faire la bise aux mouflets. Donc bon, on a décidé cette année : pas de Noël et puis voilà. On ira chercher des huîtres chez Leclerc, on se mettra un bon zapping W9, pattes écartées en Crocs et la messe sera dite. Bien sûr on se rassurera en se disant qu'on n'a pas à supporter la belle-sœur et son cul de la taille de la Grand'Église, la belle-mère et ses avis sur tout, le beau-père qui offre éternellement le dernier Goncourt et une mauvaise dinde sèche comme mes pistaches au Flamingo à la sortie de Rosas... Mais au fond de nous, dans notre cœur de gosse de 5 ans, on le veut notre Noel. Parce que précisément, Noël c'est comme les élections présidentielles, on sait qu'on sera déçus mais on veut y croire jusqu'au dernier moment. On s'habille bien. On regarde sa femme qui est superbe dans sa petite jupe. On aimerait bien y fourrer l'Jesus avant la dinde même que ! Et puis on a besoin de se voir, de se critiquer aussi, on a besoin de savoir pourquoi sa mè

Continuer à lire

La cuite, cette somptueuse roulette russe !

La chronique du Chicandier #11 | Toute la beauté slave de la murge réside dans l'inconnu ! Après évidemment on peut se prendre des grandes rasades d'adjuvant ayant transité par des cifs (...)

Jason Chicandier | Mardi 6 octobre 2020

La cuite, cette somptueuse roulette russe !

Toute la beauté slave de la murge réside dans l'inconnu ! Après évidemment on peut se prendre des grandes rasades d'adjuvant ayant transité par des cifs mexicains pour garder l'contrôle mais au fond, la perte de contrôle n'est-elle pas consubstantielle à la noblesse de l'ivresse ? Et pourquoi toujours taper de la poudre avec les genoux dans la pisse ? Hein ? Pourquoi ? Une belle murgasse, c'est le texto qu'il ne fallait pas envoyer à 4h du matin à son manager « Ch'vai t'fumez sal baaaaatard ! » ou alors un p'tit règlement de compte au schlass avec un p'tit fumelon bien gauchissss devant l'rade "Les deux briquettes"... le tout évidemment mal joué, délirant, l'fiandard luisant, dégoulinant, le fute collé à la gourde ! Ce genre d'alcool qui vous rend bien agressif, celui qui ferait vous fâcher avec Christophe Mae, le Dalaï Lama et ses briqueuses de chignole en claquettes et toges oranges, celui qui vous ferait fâcher avec votre soeur yogiste, on devient l'œil de Sauron du pourcentage, le Barbe Bleu du Gin To, le Dark Vador du Moscow Mule ! Mais au fond, n'est-ce pas celui qu'on attendait pour expulser nos pensées nietzschéennes les plus noires ? Pas vrai Pepito ? Le délire

Continuer à lire

L’homme de lotissement !

Chronique du Chicandier #10 | Vincent Charboin est un homme de lotissement. Marié, deux gosses, un Xsara Picasso, un garage et un jardin de 133 m² qu’il tond consciencieusement deux (...)

Jason Chicandier | Mercredi 9 septembre 2020

L’homme de lotissement !

Vincent Charboin est un homme de lotissement. Marié, deux gosses, un Xsara Picasso, un garage et un jardin de 133 m² qu’il tond consciencieusement deux fois par mois ! Vincent est bricoleur et travaille en tant que responsable d’agence au Crédit du Nord, il est payé 2387, 56 euros Net par mois, hors primes, ce qui lui permet de partir en vacances de la même manière depuis 17 ans, à Valmorel en février et au Grau-du-Roi en août. Il prend l’apéro le vendredi à heure fixe avec Cédric Berlot, un autre homme de lotissement. Mais Vincent Charboin a un secret, il n’est pas Vincent Charboin ! Il y a 20 ans, il s’appelait Julien Tomasini et avait monté un groupe de rock avec tous ses petits copains macaronis, « Billy Rockett and the Snakes », Julien étant évidemment le fameux « Billy Rockett ». La formation a commencé à avoir son petit succès sur Roubaix tant et si bien que le groupe se comportait comme des rockstars ! Billy était toujours défoncé (alcool, coke, LSD, exta, keta avec râbla et beuh pour s’endormir...), il forniquait des groupies dans le van qui sentait la transpiration et le kebab. Au niveau de la tenue c’était collant léopard, tiags, le Perfecto de sa mère, torse nu, saut

Continuer à lire

Les vacances

La chronique du Chicandier #9 | Les vacances d'été approchent et chaque année on en attend beaucoup... surtout les années où on a dû garder nos débiles de gosses à la baraque depuis mars à cause (...)

Jason Chicandier | Mercredi 8 juillet 2020

Les vacances

Les vacances d'été approchent et chaque année on en attend beaucoup... surtout les années où on a dû garder nos débiles de gosses à la baraque depuis mars à cause d'un putain de pangolin ! On a donc choisi l'option "location de maison provençale à plusieurs !" En voilà une idée qu'elle est bonne ! Là on en est encore au stade où ça s'ambiance sur WhatsApp avec les photos du mas en pierre et sa jolie piscine "On va être trop biiiiiiiiien !" "Trop haaaaaaate 😍😍", "Faites chauffer l'apéroooooo !". Tu parles... On sait tous exactement comment ça va se passer. Les proprios genre bobos écolos pubars qui peuvent pas assumer financièrement leur baraque vont nous casser les glinches à venir tous les jours pour surveiller la piscine, les poubelles, l'arrosage automatique, le bruit, la vaisselle cassée, etc... Nicolas et Julie vont encore radiner « Nous on met moins dans l'enveloppe parce Julie ne boit pas de vin et ne mange pas de viande ! » Max et Lola vont tirer la gueule parce que Max se sera encore fait choper à sextoter une bouche à frange du bureau. T'auras envie de buter tous les gosses entre les cris, les pleurs, cette saloperie de licorne gonflable qui pr

Continuer à lire

Jason Chicandier jouera dans le prochain Astérix

Bonne nouvelle | Notre chroniqueur adoré, Jason Chicandier, sera à l'affiche du prochain Astérix, Astérix et Obélix : l'empire du milieu. C'est Guillaume Canet, le réalisateur, (...)

Nicolas Bros | Lundi 8 juin 2020

Jason Chicandier jouera dans le prochain Astérix

Notre chroniqueur adoré, Jason Chicandier, sera à l'affiche du prochain Astérix, Astérix et Obélix : l'empire du milieu. C'est Guillaume Canet, le réalisateur, qui l'a annoncé sur les ondes de France Inter dans l'émission Popopop d'Antoine de Caunes. L'humoriste stéphanois aura l'occasion d'interpréter Ordralphabetix, le célèbre poissonnier du village gaulois.

Continuer à lire

La crise de la quarantaine

La chronique du Chicandier #8 | Ca y est, ça tombe de partout, mes quarantenaires de copains et moi-même commençons à montrer des signaux forts de crise de la quarantaine. Passant du copain (...)

Jason Chicandier | Mardi 9 juin 2020

La crise de la quarantaine

Ca y est, ça tombe de partout, mes quarantenaires de copains et moi-même commençons à montrer des signaux forts de crise de la quarantaine. Passant du copain avocat catho tradi qui se radine un jour en Porsche décapotable avec une brésilienne de 25 balais la bouche comme un tube à essai à un Julien, ancien gros qui a perdu 28 kilos et qui ne porte désormais que des cyclistes fluos, alternant conversation sur le vélo et sur la fourette. « Tu comprends Chicandier, il ne nous reste plus beaucoup de temps ?! Faut profiter ! » Tout en caressant les pare-chocs en plastique de sa nouvelle dulcinée avec un plat vegan devant la gueule. À 30 ans, on publie sur Facebook la photo d'une côte de bœuf avec 10 quilles de rouge « Eh bon vivant les mecs ! » et 10 ans plus tard nous voilà publiant notre fion d'lapin en danseuse en haut du col du Lautaret. Professionnellement, j'avoue que j'ai aussi dépassé toutes les espérances quand j'ai annoncé à mon entourage que je m'étais fait virer d'un poste de Secrétaire Général à 100 patates par an à cause d'une vidéo Enculé de banquier... Tout ça pour devenir saltimbanque avec rat sur l'épaule à Avignon ! Nos femmes assistant,

Continuer à lire

Hommage à Saint-Étienne

La Chronique du Chicandier #7 | Jeudi. Un bar-brasserie ordinaire nommé "La Dame aux 2 chicots". Il est 14h23. Nous sommes en avril 2019. Les gens ne travaillent pas (...)

Jason Chicandier | Jeudi 2 avril 2020

Hommage à Saint-Étienne

Jeudi. Un bar-brasserie ordinaire nommé "La Dame aux 2 chicots". Il est 14h23. Nous sommes en avril 2019. Les gens ne travaillent pas dans cette cité. À 14h23 ils sont encore accoudés au bar et rajoutent du Picon dans leur galopin. Ils ont la truffe violette, épaisse, des manteaux sans forme, difficile d'en décrire précisément la couleur, ils sont entre deux âges, ils sont entre deux vins. Les vrais punks ce sont eux car ils n'ont aucun code vestimentaire. Cela dit que porter avec une paire de pantoufles et une veste de pêche orange. Sont pas là pour fourrer les mecs ! L'un deux raconte ses embrouilles avec EDF qui a envoyé des lettres de relance via une société de recouvrement nommée Contentia. Personne ne semble l'écouter. Son acolyte fixant un "Banco perdant" depuis maintenant bien une demi-heure. Les regards sont vides, lointains. Univers somme toute masculin malgré la présence d'une avocate décatie qui caramélise son palais au Bourgogne-Aligoté légèrement vert. Elle se fait draguer mollement par une personne dont les franges retombent systématiquement sur la nuque... personne n'osant lui dire qu'il est chauve le Gégé. Ancienne ville de mineurs. Souvent caricatu

Continuer à lire

Un village déconnecté !

La chronique du Chicandier #6 | Il est vrai que je ne peux m’empêcher d’être nostalgique du passé, via le prisme évidemment déformé par l’odeur du pain perdu de mémé et par le sein joyeux de (...)

Jason Chicandier | Mercredi 4 mars 2020

Un village déconnecté !

Il est vrai que je ne peux m’empêcher d’être nostalgique du passé, via le prisme évidemment déformé par l’odeur du pain perdu de mémé et par le sein joyeux de Madame Popietto. L’autre jour je me suis mis à rêver d’un village totalement déconnecté (moi le blaireau qui passe mon temps à faire des textes et des vidéos sur Internet, Voltaire disait « Il devrait figurer dans la Constitution française le droit de se contredire »). Un village en 2020 où on déciderait collectivement de couper la télévision, Internet et les portables. Dans les bars on écouterait la radio, y’aurait des flippers, on casserait la gueule aux œufs durs, on se décontracterait les moustaches à la gentiane, les gens causeraient, les gens s’engueuleraient même, ça pourrait s’terminer à la mayoche derrière « Le bar de la Poste » et bam un ramponneau dans la gueule marbrée du Jeannot. Pourquoi pas ? On irait au cinéma l'samedi s'revoir des nanars avec Jean Lefebvre, Bud Spencer et Terrence Hill, Rambo, Tango et Cash, Où est passée la septième compagnie ?, Arrête ou ma mère va tirer !, y’aurait la famille, les copains, on mangerait du pop-corn proposé par l’ouvreuse. Dans les ruel

Continuer à lire

Quand j'étais un bon petit connard d'étudiant en droit !

La chronique du Chicandier #5 | Saint-Etienne - Février 1998 - Je me lève, dans une heure je dois être en cours à la fac. Un cours de droit constitutionnel, à côté une coloscopie passerait pour (...)

Jason Chicandier | Mercredi 5 février 2020

Quand j'étais un bon petit connard d'étudiant en droit !

Saint-Etienne - Février 1998 - Je me lève, dans une heure je dois être en cours à la fac. Un cours de droit constitutionnel, à côté une coloscopie passerait pour une feuille de rose. J'ai décidé de planter cette année-là de toutes les façons, je n'ai jamais redoublé, j'ai le droit à mon initiation sabbatique. Oui, j'aurais pu aller contempler le superbe monde, aider mon prochain dans des pays dans le besoin... je préfère faire des ardoises à l'Internaute et boire des bières très tôt le matin ! « Salut Juju, t'y vas toi ? » Il réfléchit et me propose plutôt une partie de baby. « Si je te latte la gueule, je vais en cours ! » Je m'applique comme jamais et vais même à la pêche en prenant bien soin de me niquer la main droite qui pisse désormais tout son sang. C'est notre Vietnam à nous le baby-foot. Julien m'accompagne donc dans cette beuverie matinale. Nous sommes vite rejoints par Pierre, les sœurs Alvarez, la Crampe, Willou et Monoburne. Les pichets de blankass' pleuvent comme à Gravelotte et ça ricane comme jamais. Déjà 11h57, je suis beurré comme un millefeuille et j'ai la dalle. Oh putain, oui j'ai la dalle ! Bernard du Road-Runner nous envoie son croque-mad

Continuer à lire

Résumé de la vie en 4 minutes

LA CHRONIQUE DU CHICANDIER #4 | On nait, on hurle, là on nous met une claque sur l'fiandard ! Quoique c'est pas la partie la plus désagréable, y m'ont compris ? Bref, là on emmerde (...)

Jason Chicandier | Mercredi 8 janvier 2020

Résumé de la vie en 4 minutes

On nait, on hurle, là on nous met une claque sur l'fiandard ! Quoique c'est pas la partie la plus désagréable, y m'ont compris ? Bref, là on emmerde nos parents parce qu'on ne fait pas ses nuits. Ça fragilise le couple évidemment... C'est pour ça que papa va un peu taper dans la craquette de sa secrétaire, c'est parce qu'il est fragilisé l'daron. Après, à deux ans, on a qu'une obsession nous les gosses : se suicider ! La piscine, les prises électriques, une casserole d'eau brûlante, avaler de la lessive... on veut en finir avec la vie. Quand on nous en empêche, on arrive à quatre ans et là on est à peu près cool jusqu'à neuf/dix ans... après on devient ado. Tout nous ennuie, tout nous fatigue. On lève les yeux au ciel pour tout. On est collé à son téléphone, sa tablette, sa console, même quand on te dit de débarrasser un bol t'as l'impression qu'on te demande de faire les trois huit. Du coup, t'écris un journal intime pour expliquer que ta vie est toute pourrie, que tes parents c'est deux gros ploucs avec une vie de bouseux, que toi, t'auras pas la même vie qu'eux et que déjà tu vivras de ta musique. C'est généralement à ce moment que t'emmerdes toute la maisonnée avec

Continuer à lire

Venez fabriquer votre mousse à la Brasserie stéphanoise !

GUIDE URBAIN | L’établissement accueille chaque samedi une douzaine de brasseurs en herbe. Une activité portée par l’engouement actuel pour les bières artisanales.

Article Partenaire | Lundi 2 décembre 2019

Venez fabriquer votre mousse à la Brasserie stéphanoise !

Découvrir la fabrication de la bière et apprendre à brasser la sienne. Ou tout simplement passer un bon moment en famille ou entre amis. C’est ce que propose la Brasserie stéphanoise à travers ses ateliers d’initiation au brassage. Accessibles à tous, ces stages se déroulent dans un espace entièrement aménagé et équipé de six petites cuves de brassage (jusqu’à deux personnes par poste). Des sessions sont actuellement proposées chaque samedi, de 9h30 à 16h30. Les réservations se font en ligne directement via le site de la brasserie (http://atelier-brassage.fr). Du concassage à la fermentation Une journée de stage comprend le brassage de sa propre bière (du concassage du grain à la mise en fermentation), au choix parmi huit recettes : blanche, blonde, brune, ambrée, abbaye, IPA, triple et stout. Elle inclut également une visite de la brasserie, un casse-croûte paysan et une dégustation de bières de la Brasserie stéphanoise. A l’issue du stage, les participants repartent avec un petit livret

Continuer à lire

Un enfant sur la paille

Noël | Pour l'Avent, rendez-vous à la Cathédrale Saint-Charles pour célébrer la fusion des chœurs, de la cannelle et du benjoin. Allumez la magie de Noël avec Amélie (...)

Alain Koenig | Mercredi 4 décembre 2019

Un enfant sur la paille

Pour l'Avent, rendez-vous à la Cathédrale Saint-Charles pour célébrer la fusion des chœurs, de la cannelle et du benjoin. Allumez la magie de Noël avec Amélie Grillon. Enfilez les bonnets rouges. Laissez-vous guider par Gaspard, Melchior et Balthazar. Carols - Chants de Noël, dimanche 15 décembre à 14h30 et 17h, cathédrale Saint-Charles de Saint-Étienne avec l'ensemble SyLF, Amélie Grillon (soprano), Chœur des Classes CHAM du Conservatoire Massenet et du Collège Gambetta, Chœur Origami, Petit Chœur de la Faculté de Musicologie de l'Université Jean Monnet de Saint-Étienne, Chœur Agachor, Chœur du Lycée Honoré d'Urfé de Saint-Étienne.

Continuer à lire

PEC signe une collaboration haute en couleur avec Weiss

GUIDE URBAIN | L’artiste street art PEC, bien connu pour ses oiseaux colorés et stylisés, les Knar, signe une collection originale pour la Maison Weiss. Au programme, un calendrier de l’Avent, des Crock’ines et deux tablettes. Une gamme complète pour colorer la fin d’année !

Article Partenaire | Lundi 6 janvier 2020

PEC signe une collaboration haute en couleur avec Weiss

On se souvient de la très belle collaboration avec les papiers-peintres stéphanois Ella & Pitr, qui ont habillé de la plus belle des manières un des murs des Ateliers Weiss en 2018. Ils avaient alors peint un géant gourmand de 506 m² librement inspiré par les traits d’Eugène Weiss, fondateur de la chocolaterie. En 2019, la Maison Weiss poursuit sur sa lancée créative en ayant convié un autre street artiste, le Lyonnais PEC, à signer une collection inédite pour la fin de l’année. Une vraie rencontre humaine entre artisans et artistes qui débouche sur une gamme unique, composée de plusieurs créations gourmandes, stylisées par l’espièglerie de PEC et toutes en édition limitée. Le premier calendrier de l’Avent chez Weiss Tout d’abord, petits et grands se réjouiront de l’arrivée du tout premier calendrier de l’Avent proposé par la chocolaterie Weiss. Intitulé « PersPective », décliné en deux graphismes, ce calendrier est un condensé de plaisirs gustatifs et ludiques. Il comporte un jeu de personnages à assembler à l’infini pour recréer des histoires en famille.

Continuer à lire

Grand-père !

Humour - La chronique du Chicandier #2 | Il y a des millions et des millions de grands-pères allant du moderne qui tapent encore dans l'jambon au paysan qui vit au rythme des saisons ! L'œil (...)

Jason Chicandier | Mardi 5 novembre 2019

Grand-père !

Il y a des millions et des millions de grands-pères allant du moderne qui tapent encore dans l'jambon au paysan qui vit au rythme des saisons ! L'œil creusé, observant l'monde actuel avec circonspection ! Dans les yeux d'un môme, un papy c'est un homme qui a connu tellement d'choses, même son année de naissance est conceptuelle. « 1921 ? Mais genre en 61 t'avais déjà 40 balais ? » « Ben c'est un peu le principe mon grand, oui ! » Mon grand-père maternel c'était une montagne, un Everest, la Lune, Neptune, l'infini ! Au p'tit matin, il jaquetait de la guerre alors que je jouais aux jeux figurant au dos de la boîte de Chocapic ! Être le grand-père d'un p'tit con... en voilà une engeance ! En mon for intérieur je pensais : « C'est pas que tes histoires avec les Allemands ne m'intéressent pas mon Ménard mais là y'a Juliette je t'aime qui va attaquer avec ses enoooooormes meules ! » Plus tard, j'ai vu la version pornographique du manga, plus aucun intérêt ! De l'importance de la suggestion. Sans transition, je pense que c'est lié à la guerre mais il n'avait peur de rien l'ancien. À 14 ans, il me faisait conduire sur les nationales, un p'tit 110 de c

Continuer à lire

La ripaille !

Humour - La Chronique du Chicandier #1 | Retrouvez désormais La Chronique du Chicandier, tous les mois sur Le Petit Bulletin Saint-Étienne !

Jason Chicandier | Mardi 15 octobre 2019

La ripaille !

Justine et Gaëtan arrivent à la bourre ! Z'ont encore du se gnafrer l'bec dans la Punto ! Nanard et moi on est attablés, rouges, chauds, larges, propres... élégants mais toujours en chaussettes de tennis ! « C'est quoi cette merveille ? » « Des rillettes de taureau cher ami ! » « Oh ça me flatte l'sifflet comme rarement, recommandons encore de cette saloperie non ? » Le serveur est une véritable pièce d'art, l'oiseau bleu, noeud papillon, souliers vernis, gras comme jamais, une moustache de chalutier et du clin d'œil par tombereau ! Limite il l'a inventé l'gazier ! Quel panache dans ce relais des " Grives et grivoiseries " ! Justine prend un p'tit limé ! Dans les yeux de la Juju, il y a la beauté des femmes d'un autre siècle, où l'on léchait l'croupion du poulet, gênée de ne pouvoir partager l'instant dilaté avec ses commensaux ! Je sais qu'elle enfilera ses deux kilos d´rouquin sans gaudasser la bougresse, une amazone qui dit jamais « non merci », pivoine précieuse, un peu capricieuse mais son Gaëtan n'est pas un agneau noir du Velay non plus ! Faut le voir bâfrer le pichtre ! Et puis il a souvent la braguette ouverte le gourmandin

Continuer à lire

Chicandier programmé aux Arts Burlesques 2020

Festival humour | L'humoriste stéphanois Jason Chicandier est programmé au prochain festival des Arts Burlesques le 29 février 2020 au Centre des COngrès. Avec son nouveau (...)

Nicolas Bros | Mercredi 11 septembre 2019

Chicandier programmé aux Arts Burlesques 2020

L'humoriste stéphanois Jason Chicandier est programmé au prochain festival des Arts Burlesques le 29 février 2020 au Centre des COngrès. Avec son nouveau spectacle intitulé Un jour sans faim, écrit et joué avec son comparse de toujours Mathias Cannariato, Jason revient pour « se confier avec humour et dérision sur les déboires d’un quarantenaire. » À noter également dans les annonces des humoristes présents pour les Arts Burlesques 2020, le retour des désopilants Blond Blond and Blond ou encore la venue du phénomène Ines Reg (vous savez celle qui veut des paillettes dans sa vie...) le 29 février 2020 à la Forge avant de revenir le 24 novembre au Zénith. Festival des arts burlesques, du 27 février au 8 mars 2020

Continuer à lire

Houblonnement vôtre

Festival Faut Que Ca Brasse #3 | Les 24 et 25 mai prochains, le Hall B du Parc Expo va prendre des couleurs dorées, ambrées ou encore brunes : le festival Faut Que Ca Brasse revient pour (...)

Nicolas Bros | Mardi 30 avril 2019

Houblonnement vôtre

Les 24 et 25 mai prochains, le Hall B du Parc Expo va prendre des couleurs dorées, ambrées ou encore brunes : le festival Faut Que Ca Brasse revient pour une troisième édition qui promet de très belles rencontres autour des plaisirs houblonnés ! Plus de 40 exposants composés de brasseurs locaux, nationaux et cette année pour la première fois neuf brasseurs internationaux (Québec, Belgique, Italie, Allemagne, Angleterre, Danemark...) prendront part à ce festival unique à Saint-Étienne et dans sa région. Avec pour parrain l'humoriste stéphanois Jason Chicandier (présent le samedi avec les Joz' - séance de dédicaces prévues à 17h et 19h) et dans un format de deux soirées, cette édition se veut sous le signe des "Bons Vivants" : des bières artisanales de qualité, des stands gastronomiques et des food trucks sélectionnés pour leurs bons produits... De multiples animations pour tous Comme l'année dernière, les biérologues de renom Cyril Hubert (qui animera des ateliers-dégustations) et Hervé Marziou (qui présidera un des deux jurys de la meilleure bière du festival) seront parties prenantes de l'événement. Mais ce n'est pas tout ! Un escape game inédit, spécialem

Continuer à lire

Les Joz allongent à Sainté

Humour | Devant le succès rencontré par la date du 28 juin de leur nouveau spectacle Bons vivants, la troupe des Joz' boostée par l'unique Jason Chicandier, a (...)

Nicolas Bros | Jeudi 28 mars 2019

Les Joz allongent à Sainté

Devant le succès rencontré par la date du 28 juin de leur nouveau spectacle Bons vivants, la troupe des Joz' boostée par l'unique Jason Chicandier, a programmé deux nouvelles dates dans cette même salle : le 27 juin et le 18 octobre 2019. La billetterie sera bientôt en ligne. Les Joz' - Bons vivants ! - Chicandier fête ses 40 ans à la salle Jeanne d'Arc : - jeudi 27 juin - vendredi 28 juin (complet) - vendredi 18 octobre

Continuer à lire

Jason Chicandier, parrain de Faut Que Ca Brasse 2019

Festival Faut Que Ca Brasse à Saint-Étienne | L'humoriste stéphanois Jason Chicantier sera de la partie pour la troisième édition du festival Faut Que Ca Brasse ! Et pas qu'un peu puisqu'il sera le (...)

Nicolas Bros | Jeudi 28 février 2019

Jason Chicandier, parrain de Faut Que Ca Brasse 2019

L'humoriste stéphanois Jason Chicantier sera de la partie pour la troisième édition du festival Faut Que Ca Brasse ! Et pas qu'un peu puisqu'il sera le parrain de cette troisième édition qui se déroulera les 24 et 25 mai 2019 au Parc Expo de Saint-Étienne. Réunissant une quarantaine d'exposants dont plus d'une vingtaine de brasseurs différents, venus des quatre coins de France, c'est l'événement incontournable autour des #BonsVivants. Jason ne s'y est pas trompé et participera à cette jolie fête. Le rendez-vous est donc fixé et la billetterie est en ligne : https://yurplan.com/event/Faut-Que-Ca-Brasse-3/37512 Faut Que Ca Brasse #03, Festival de la bière artisanale Vendredi 24 et samedi 25 mai 2019 au Parc Expo de Saint-Étienne Parrain : Jason Chicandier

Continuer à lire

Jason Chicandier finit dans l'Oeil du Petit Bulletin

Humour | L'humoriste stéphanois Jason Chicandier est tombé dans l'Oeil du Petit Bulletin. On a parlé Joz', du spectacle Bons vivants, de Sainté, de Faut Que Ca Brasse (...)

Nicolas Bros | Jeudi 7 février 2019

Jason Chicandier finit dans l'Oeil du Petit Bulletin

L'humoriste stéphanois Jason Chicandier est tombé dans l'Oeil du Petit Bulletin. On a parlé Joz', du spectacle Bons vivants, de Sainté, de Faut Que Ca Brasse 2019... Voilà le résultat :

Continuer à lire

Les Joz remettent le couvert à Sainté

Humour | Après avoir rempli la salle Jeanne d'Arc le 15 juin 2018, les Joz' reviennent avec leur nouveau spectacle Bons vivants 2 le 28 juin 2019, toujours (...)

Nicolas Bros | Mardi 18 décembre 2018

Les Joz remettent le couvert à Sainté

Après avoir rempli la salle Jeanne d'Arc le 15 juin 2018, les Joz' reviennent avec leur nouveau spectacle Bons vivants 2 le 28 juin 2019, toujours rue Jean-Claude Tissot. Comme l'annonce Jason Chicandier, « y'aura du poil, du gras d'jambon, de la briquette, des odeurs de Saint Albray, quelques élégantes de feu rouge. » Bref, du Joz' en puissance pour ce second spectacle stéphanois par l'équipe à l'origine d'un des groupes Facebook originaire de Sainté les plus fous et populaires. Enfin, signalons l'arrivée sur Twitter de Jason Chicandier avec notamment une belle intervention à propos de Saint-Étienne, « ville de la bringue » selon l'intéressé. Bons vivants 2 par les Joz', vendredi 28 juin 2019 à la salle Jeanne d'Arc

Continuer à lire

Faites le plein de moments féeriques et chocolatés

GUIDE URBAIN | Les Fêtes de fin d'année 2018 ont fière allure du côté des Ateliers Weiss. Goûter gourmand, animations spéciales mais également créations pâtissières viennent donner une touche unique à votre mois de décembre.

La rédaction | Mercredi 12 décembre 2018

Faites le plein de moments féeriques et chocolatés

La gourmandise, l'imagination et le plaisir se font une bonne place dans les Ateliers Weiss en ce mois de fêtes. Plusieurs animations se succèdent afin de vous faire profiter des douceurs chocolatées et du savoir-faire de la Maison Weiss. Un goûter gourmand et sa farandole de douceurs Dimanche 16 décembre, les Ateliers revêtissent leurs habits de fêtes pour accueillir petits et grands. Au programme, un goûter gourmand orchestré par deux chefs pâtissiers et chocolatiers de renom : Arnaud Montrobert, ancien Chef Pâtissier de la Maison Troisgros et Émilien Deygas, de la Maison Weiss. Une petite pause sucrée et un moment convivial où vous pourrez également profiter d'une formule goûter spéciale. Cette dernière se compose d'un café ou d'un thé gourmand accompagnés de 3 créations : chou rouge « baiser », tube de chocolat Li Chu 64% garni d'une crème de marron et de poire avec chips de gingembre, de poire et de patate douce sur le dessus, ainsi qu'un dim sum passion & noisette. Mais vous pourrez également choisir à la carte parmi ces gourmandises : madeleine sans gluten avec son cœur coulant au caramel, cake au chocolat et noix de coco ou encore pa

Continuer à lire

Un Noël très hotte

Animations de Noël | Décembre signifie forcément compte à rebours des fêtes de fin d'année et de Noël. Chalets où vin chaud (avec modération) côtoie pains d'épices et produits (...)

Nicolas Bros | Mardi 4 décembre 2018

Un Noël très hotte

Décembre signifie forcément compte à rebours des fêtes de fin d'année et de Noël. Chalets où vin chaud (avec modération) côtoie pains d'épices et produits "artisanaux" en tout genre, grande roue, sapin géant... Avouons-le, cela fait toujours plaisir cette petite ambiance. Pour 2018, la Ville de Saint-Étienne a souhaité augmenté l'offre, avec un budget total de 300 000 euros alloués aux animations de décembre. Une soixantaine de chalets ont ouvert entre la place de l'Hôtel de Ville, Dorian et Jean Jaurès. Cette dernière accueille, comme à l'accoutumé, le sapin provenant des massifs du Pilat mais également une patinoire avec une forme nouvelle, entourant le conifère, une piste de luge ainsi que des éclairages patrimoniaux nouveaux sur la cathédrale. Côté animations musicales, le Bugne Dj Crew a été booké pour ambiancer la place de l'Hôtel de Ville tous les vendredis jusqu'à 21h30. Au programme de ces "befores" de Noël, des sets soul, sono mondiale ou de chansons de Noël revisitées, le tout au cœur du nouvel "espace gourmand". Enfin, signalons qu'il y aura également des ateliers créatifs du côté de la maison du Père Noël située place Dorian tous les samedis et des animations Fé

Continuer à lire

Préparez les fêtes de fin d’année avec Saint-Étienne Tourisme & Congrès

CONNAITRE | À l’occasion des Fêtes de fin d’année, l’Office de Tourisme de Saint-Étienne Métropole revisite sa déco afin de vous permettre de passer un moment agréable et convivial.

La rédaction | Lundi 3 décembre 2018

Préparez les fêtes de fin d’année avec Saint-Étienne Tourisme & Congrès

Une ambiance cocooning, un sentiment de bien-être, une atmosphère intime et chaleureuse, la possibilité d’utiliser nos espaces pour y travailler, bouquiner, boire un café ou un thé, etc. voilà ce que l’on vous propose cette année ! Découvrez nos deux espaces "Noël en ville" et "Noël à la campagne" qui, nous en sommes sûrs, vous feront regretter d’avoir laissé vos pantoufles à la maison ! Profitez également de la boutique spéciale fêtes ! Des idées de cadeaux originaux et tendance, pour tous les budgets. Les temps forts Shooting photo, chic & bling-bling En partenariat avec Crocoule Samedi 15 décembre - 10h30 à 12h30 et de 14h à 17h30 - Gratuit Tenue de fêtes ou comme vous êtes, participez à un shooting photo "chic et bling-bling" : boa, nœud papillon, boule à facettes ou paillettes. Cette année, Magali Stora, photographe professionnelle, vous prendra en photo en version fêtes ! Un bon moment à

Continuer à lire

"Mimi & Lisa, Les Lumières de Noël" : Une guirlande d’amis

Animation dès 6 ans | de Katarina Kerekesova (Slova., 0h47)

Vincent Raymond | Mardi 20 novembre 2018

C’est le retour des inséparables Mimi (brunette non-voyante se fiant à tous ses sens) et Lisa (blondinette habituée à foncer tête baissée dans toutes les aventures). Avant de plonger dans le court métrage grand format (et le temps) donnant son nom à ce programme, elle aident un lombric à se repérer sous terre, cuisent des gâteaux en apprenant à suivre la recette et adoptent ensemble un chien en peluche grognon. La jolie idée de cette série au trait naïf et au rendu “papier-découpé modifié informatique“, c’est de considérer les atouts sensoriels (odorat, tact, goût…) de Mimi plutôt que sa cécité. Mais aussi sa prudence, qui la prémunit des bosses dont Lisa se retrouve gratifiée. Voyantes ou non, les deux copines partagent beaucoup, surtout leur propension à imaginer… l’invisible. En arrière-plan de ces trois épisodes “plus un“, on assiste à l’inéluctable rapprochement de leurs parents célibataires (nommés dans la version hexagonale François et Catherine). Voilà qui est peu courant, car l’on a l’habitude de cadres immuables et de séquences ritualisées dans les séries jeune public

Continuer à lire

Jason Chicandier, bon vivant

Portrait | Avec une bonne dose de provoc', un humour (très) gras et des textes ciselés, les Joz' dynamitent quotidiennement le groupe Facebook stéphanois La Jozerie. Un succès symbolisé par un personnage haut en couleurs : Jason Chicandier, l'archétype du "bon vivant", qui foulera avec ses potes Joz' les planches du Point Virgule à Paris en mars 2019.

Nicolas Bros | Mardi 4 septembre 2018

Jason Chicandier, bon vivant

Depuis plusieurs années, un groupe de discussion stéphanois prend de plus en plus d'ampleur sur le réseau social Facebook. Intitulé La Jozerie, il compte aujourd'hui près de 28 000 abonnés. Emmené par Guillaume, Maxence,  Mathou Cann,  Lucas, Gauthier, Gabriel, Thomas et l'incontournable Jason Chicandier, cet espace d'expression diffuse allégrement humour gras et poésie de comptoir. Créé en 2011 par une bande de potes, le concept de Joz' s'apparente à un "beauf". L'histoire démarre sans Jason Chicandier, par un site internet qui héberge tout ce que le net peut proposer comme "beauferies". « Cette page web relayait tous les stéréotypes du beauf en vidéos, images, etc, explique Jason Chicandier. Il y avait du tuning, de la nuque longue, du fan de Johnny avec tatouages qui dit à sa femme de la fermer et qui boit de la bière toute la journée... C'était en quelque sorte le meilleur du pire d'internet orienté Confessions Intimes ». Mais au bout d'un moment le contenu tourne court. Quand Chicandier et Mathou Cann débarquent chez les Joz' En 2014, Mathou Cann et Jason Chicandier, deux trublions connus pour leurs

Continuer à lire

La directrice de la Cité du design démissionne

Tête(s) de culture | Mme Caroline Tisserand, nommée en juillet dernier directrice de la Cité du design de Saint-Étienne suite au départ de M. Ludovic Noël début mars 2017, (...)

Nicolas Bros | Jeudi 25 janvier 2018

La directrice de la Cité du design démissionne

Mme Caroline Tisserand, nommée en juillet dernier directrice de la Cité du design de Saint-Étienne suite au départ de M. Ludovic Noël début mars 2017, a démissionné à la fin du mois de janvier 2018. Du côté de la Cité du design, l'information est confirmée mais on ne fait pas de commentaire complémentaire concernant le lancement d'un nouveau processus de recrutement. D'après nos confrères d'Activ Radio, « elle n’aurait pas supporté la mauvaise gestion de l’EPCC - établissement public de coopération culturel - qui dure depuis quelques années. » Pour information, la prochaine Biennale du design aura lieu en début d'année 2019. Le thème de cette dernière n'est, pour le moment, pas encore dévoilé.

Continuer à lire

"Santa & Cie" : Lutins de sa glace !

ECRANS | de & avec Alain Chabat (Fr., 1h35) avec également Pio Marmaï, Golshifteh Farahani, Audrey Tautou…

Vincent Raymond | Mercredi 6 décembre 2017

Comme par un fait exprès, la Saint-Nicolas tombe cette année le jour de la sortie de la nouvelle comédie d’Alain Chabat consacrée au Père Noël. Un Père Noël à sa hotte, c’est-à-dire prêt à transgresser les conventions. En l’occurence de quitter le pôle Nord en avance afin de venir chercher de quoi soigner la soudaine épidémie frappant ses lutins. Sauf que Santa Claus n’ayant pas l’habitude des usages du monde réel, ni des enfants éveillés, va un peu patiner… Chabat ne cesse de se bonifier avec le temps. Au départ très inféodé aux ZAZ — ces stakhanovistes du gag visuel/référentiel le distribuant à la mitraillette dans Y a-t-il un pilote dans l’avion et compagnie —, le réalisateur-comédien s’est depuis affranchi de ces tutelles d’outre-Atlantique hurlantes pour travailler un registre où la connivence demeure, mais à un niveau plus souterrain : la parodie n’étant plus une finalité, il dispose de plus de place pour sa vaste fantaisie. Ses multiples niveaux de lecture font de ce film une authentique comédie grand public et familiale, dépourvue de ce kitsch façon glaçage de

Continuer à lire

Melchior, Gaspard, Bernard...

Classique | C'est à une véritable visite des Rois Mages que nous convie l'Association des Amis de l'Orgue de Saint-Louis pour ces fêtes de Noël. Bernard Foccroulle soi-même (...)

Alain Koenig | Mardi 28 novembre 2017

Melchior, Gaspard, Bernard...

C'est à une véritable visite des Rois Mages que nous convie l'Association des Amis de l'Orgue de Saint-Louis pour ces fêtes de Noël. Bernard Foccroulle soi-même fera le voyage jusqu'à notre modeste étable, pardon, paroisse, pour le bonheur des vrais amateurs d'orgue. Les mots d'excuse ne seront pas acceptés !

Continuer à lire

Thierry de Peretti : « Quand on montre les choses qui vous hantent, elles cessent de vous hanter »

Rencontre | Metteur et scène, acteur et cinéaste, Thierry de Peretti consacre un film à son île d’origine, la Corse. Une œuvre politique, loin des clichés, qu’il évoque avec son comédien fétiche Henri-Noël Tabary.

Vincent Raymond | Jeudi 20 juillet 2017

Thierry de Peretti : « Quand on montre les choses qui vous hantent, elles cessent de vous hanter »

Depuis combien de temps portiez-vous Une vie violente ? Thierry de Peretti : Depuis Les Apaches, je cherchais un récit capable d'évoquer la force romanesque de ce que je vois et ressens en Corse — sur la société corse de cette époque-là. Mais pour moi, c’est moins une reconstitution qu’une évocation ou qu’un dialogue avec ces années-là. Ce n’est pas le film ultime sur le nationalisme en Corse et la lutte armée. Le personnage de Stéphane passe par là comme Rimbaud passe par la poésie et se rêve ailleurs. Il est un peu comme le Prince Mychkine dans L’Idiot : il nous fait pénétrer plusieurs cercles de la société : les étudiants, les petits voyous, les nationalistes… Comment vous êtes vous immergé dans ce rôle et ce contexte ? Henri-Noël Tabary : Un mois avant de tourner, Thierry a voulu que Jean Michelangeli [l’interprète de Stéphane, NDLR] et moi nous soyons dans la ville de Bastia pour la préparation. On était payés à boire des verres, à aller au resto… (sourires). C’était de l’imprégnation, ça nous a beaucoup aidés. En deux semaines j’ai repris l’accent

Continuer à lire

Une vie violente : Têtes de Maures

ECRANS | de Thierry de Peretti (Fr., 1h47) avec Jean Michelangeli, Henry-Noël Tabary, Cédric Appietto… (9 août)

Vincent Raymond | Vendredi 11 août 2017

Une vie violente : Têtes de Maures

Au péril de sa vie, Stéphane sort de sa clandestinité parisienne et retourne en Corse assister aux obsèques de son compagnon d’armes Christophe, qui vient d’être exécuté. Il se remémore leur trajectoire commune… Traitant de la particulière situation corse, si chatouilleuse pour les insulaires, ce film qui fuit le folklore caricatural possède une dimension régionaliste forte. Pour autant, l’histoire n’a rien d’hermétique pour les “pinzuti” : le contexte, aussi dramatique que politique est détaillé par des cartons explicites. On assiste ici à une scission dans les rangs des indépendantistes, entre une composante minoritaire inspirée par une doctrine marxiste, et une frange davantage tentée par le banditisme. A ces “philosophies” irréconciliables s’ajoutent des querelles personnelles, qui tournent vite, promiscuité oblige, en peines capitales. S’ouvrant sur un plan choc (et cependant sans gratuité ni complaisance) montrant frontalement l’abomination d’une élimination “typique”, Un vie violente évoque par moments la tragédie grecque, en particulier lors d’un déjeuner de veu

Continuer à lire

Laisse tes mains sur mes anches...

Orgues | Désormais bien installé dans sa "tribune", le festival "St-Étienne ses Orgues" invite cette année encore, à chasser le "bourdon" et à dévaler les berges du Furan...

Alain Koenig | Mardi 2 mai 2017

Laisse tes mains sur mes anches...

Initié par le talentueux et pétulant organiste Florent Gallière, "Saint-Étienne ses Orgues" propose un menu digne des plus grandes "tables" de la région. Des têtes d'affiche à vous faire chauffer la bombarde ! Louis-Noël Bestion de Camboulas - lui-même - ouvrira le bal, en l'église Saint-Louis. Le co-fondateur du très "classieux" ensemble Les Surprises vient de sortir un nouveau CD, aux éditions du Festival d'Ambronay, consacré à l'opéra-ballet de Destouches et Delalande : Les Éléments. Une nouvelle pépite distribuée par Harmonia Mundi, à mettre au crédit d'un festival qui, assurément, tire la musique baroque vers un pinacle d'excellence totale. Le chaland, s'il hésitait encore, n'aura plus d'excuse, puisque, c'est par la célébrissime Toccata et fugue en ré mineur du jeune Jean-Sébastien Bach que s'ouvre le festival d'orgue. De surcroît, l'entrée est libre et les propos d'avant-concert de Michel Trémoulhac vous permettront d'ébarber les improbables approximations de vos connaissances organistiques. Pas sur mon tablier... Le deuxième concert, gratuit également, investira deux lieux tout proches : la Cinémathèque de Saint-Étienne et

Continuer à lire

Le directeur de la Cité du design quitte ses fonctions

Tête de culture | Selon nos confrères d'Acteurs de l'économie-La Tribune, Ludovic Noël, directeur général de l'EPCC Cité du design, va quitter ses fonctions pour rejoindre le (...)

Nicolas Bros | Vendredi 6 janvier 2017

Le directeur de la Cité du design quitte ses fonctions

Selon nos confrères d'Acteurs de l'économie-La Tribune, Ludovic Noël, directeur général de l'EPCC Cité du design, va quitter ses fonctions pour rejoindre le groupe de communication Altavia. À seulement quelques mois du début de la prochaine Biennale design (9 mars au 9 avril 2017), ce départ est un coup dur pour l'établissement et l'événement. La recherche d'un successeur devrait débuter dès la semaine prochaine.

Continuer à lire

En "Avent" , la musique !

MUSIQUES | Symbole de renaissance, "l'esprit de Noël" ne rime pas seulement avec "vin chaud à la cannelle". Il se diffuse surtout dans les âmes, par de sublimes (...)

Alain Koenig | Mercredi 30 novembre 2016

En

Symbole de renaissance, "l'esprit de Noël" ne rime pas seulement avec "vin chaud à la cannelle". Il se diffuse surtout dans les âmes, par de sublimes compositions de l'Avent, inspirées par deux millénaires de musique chrétienne sacrée. Cette année, Jean-Sébastien Bach sera - éloignez les enfants ! - le seul Père Noël des festivités de l’Église Saint-Louis. Le chœur Sinfonietta de Yannick Berne, spécialiste du genre, accompagné d'un Sylf en très grande forme, mise sur un duo gagnant : Magnificat de Vivaldi et la cantate de l'Avent Nun komm, der Heiden Heiland BWV61. Le retour du Conservatoire Massenet sur le segment des "grandes œuvres chorales avec orchestre" sera la bonne surprise de ces réjouissances. La très festive cantate Dazu ist erschienen BWV40 sera le prélude à un morceau de roi (mage ?), dirigé par Eric Varion : la très énigmatique et ambitieuse Cantate de Noël, testament musical d'Arthur Honegger. S'ouvrant sur les ténèbres, le renouveau apparaît soudain grâce à des chœurs d'enfants entonnant des noëls, et à un hommage à peine voilé au grand absent: encore et toujours Jean-Sébastien ! Concerts de

Continuer à lire

Un sapin tout en culture locale

CONNAITRE | Noël approche à grands pas. Si jamais vous avez envie d'innover en n'offrant pas le dernier gadget numérique "branchouille" ou encore le magnifique appareil à raclette, voici quelques idées cadeaux culturelles à poser aux pieds du sapin ou dans sa grosse chaussette en laine aux motifs de cerf. Joyeux Noël à toutes et tous ! Nicolas Bros

Nicolas Bros | Jeudi 17 décembre 2015

Un sapin tout en culture locale

Pour les petits Vous souhaitez vivifier les esgourdes et/ou émerveiller les gobilles de vos enfants. Voici quelques idées de cadeaux qui pourraient remplir cette mission salvatrice en lieu et place d'un accès à l'abrutissement général. - Nanan ! de Lydie Dupuy (Z Production - Inouïe Distribution) Batteuse, compositrice et directrice artistique, la Stéphanoise Lydie Dupuy s'est lancée dans un très joli projet de livre/CD aux côtés du pianiste Rémi Ploton (qui s'occupe des arrangements) et Perrine Arnaud (dessinatrice). Destiné à ouvrir les enfants à la musique jazz d'une manière très douce et ludique, Nanan ! est une belle porte d'entrée vers un joli monde entre musique et comptines. Appuyée par des compositions musicales de très belle facture, jouées par un quintet composé de Lidye Dupuy (batterie), Rémi Ploton (piano), Vincent Périer (saxo et clarinette), Julien Sarazin (chant) et la très belle voix de Mélina Tobiana, cette création stéphanoise pour enfants est un magnifique présent pour cette fin d'année. Disponible dans les librairies stéphanoises et sur ce sit

Continuer à lire

Jean-Noël Blanc : « L’édition est parisienne »

CONNAITRE | Le sociologue stéphanois est l’auteur d’une quarantaine de récits et de romans dont plusieurs ont connu un retentissement national. Il revient pour nous sur la position de Saint-Étienne dans le monde littéraire.

Florence Barnola | Mardi 29 septembre 2015

Jean-Noël Blanc : « L’édition est parisienne »

Saint-Étienne est-elle une ville littéraire ? Elle ne l’a jamais été. Cette ville s’est enrichie rapidement, à la fin du XVIIIe. Beaucoup de ses industriels étaient des petits qui sont montés très vite, sans toute la vieille longueur culturelle qu’il y a, générations après générations. Au XIXe, quand les rubaniers stéphanois recevaient leurs collègues lyonnais, ils les invitaient à manger dans des agapes, la culture était superflue. Cependant, des gens se sont battus contre cela, comme Marius Vacheron, le fondateur du Musée d‘Art et d’Industrie, ou Félix Thiollier. Ce dernier était désespéré par l’état culturel de Saint-Étienne. Il était d’une famille stéphanoise mais avait passé sa jeunesse à Paris, à côtoyer des peintres, des musiciens… Il s’est battu toute sa vie pour essayer de faire des cercles d’intellectuels à Saint-Étienne. Mais la ville n’a jamais cru en elle-même du point de vue culturel… A notre époque, globalement le nombre de lecteurs diminue, la culture littéraire ne tient plus le haut du pavé. Jusque dans les années 60 il fallait faire latin, grec ou littérature, désormais il faut faire une école de commerce… Quelle est al

Continuer à lire

Panique chez les jouets

ECRANS | De Joël Simon, Bruno Collet, Vincent Patar et Stéphane Aubier (Fr-Belg, 43 min) animation

Christophe Chabert | Mardi 25 novembre 2014

Panique chez les jouets

À l’approche de Noël, les programmes réunissant plusieurs courts pour enfants se multiplient. Mais Panique chez les jouets est clairement à part. S’adresse-t-il vraiment au jeune public ? Sans doute, mais il y a fort à parier que les adultes y prendront autant, voire plus, de plaisir. Notamment face à La Bûche de Noël, servi en dessert du programme, le nouveau délire de Patar et Aubier, créateurs des mythiques PicPic André, qui reprennent les personnages de leur long Panique au village pour trente minutes de conte de noël parfumé à la bière belge. On y retrouve cette alliance démente entre minimalisme et littéralité — les trois personnages principaux, Cowboy, Indien et Cheval, sont des figurines de… cowboy, d’indien et de cheval — autorisant ensuite toutes les élucubrations — comme tenter de récupérer la dernière bûche du supermarché, achetée par le fermier Steven, grand numéro vocal d’un Poelvoorde braillard et hilarant, ou organiser une soirée techno avec la police et le garde-barrière. Depuis Panique au village, l’animation des personnages a gagné en souplesse, l’hystérie est moins systématique et le scénario, plutôt bien c

Continuer à lire

Des rockeurs au grand cœur

MUSIQUES | Le premier réveillon de la fin d'année aura lieu sur la scène du Fil. Quatre groupes dont Singtank et Ok Bonnie, deux révélations rock de ces deux dernières années, se produiront dans la salle stéphanoise pour une soirée au profit des Restos du Cœur. L'occasion de faire un beau geste tout en apportant des cadeaux sonores à vos petites oreilles. Nicolas Bros

Nicolas Bros | Mercredi 21 novembre 2012

Des rockeurs au grand cœur

Si la variété a son annuelle réunion des Enfoirés, le Fil possède désormais sa soirée au profit des Restos du Cœur : Joyeux Noël Thérèse ! Impulsée initialement par quelques bénévoles, l'idée de lancer une soirée concerts apportant quelques fonds à l'association lancée par Coluche en 1985 s'est vite imposée aux programmateurs du Fil. Le résultat : quatre groupes et artistes viendront faire résonner les murs de la salle aux sons pop-rock bien pensés. Car la programmation de cette soirée ne fait pas dans le caritatif, si vous nous permettez l'allusion. Et c'est bien là le plus intéressant. Sur scène se présenteront d'abord deux des révélations rock françaises de ces dernières années : OK Bonnie et Singtank. La première, proche du célèbre Dj Laurent Garnier qui a remixé un de ses titres (Show Your Face), balance une electro-pop-rock acérée accompagnée par ses musiciens Bruno Vancalster à la guitare et Arthur Billiès à la batterie. Avec Justine Bonneville de son vrai nom, on se retrouve face à une voix qui imprègne, dans la droite lignée de Portishead confronté à une déglingue typée Miss Kittin. Concernant Singtank, vos tympans ont sûrement déjà rencontré les notes de Give it to me

Continuer à lire