Le divin bestiaire de Baro d'Evel

SCENES | Avec trois fois rien, des oiseaux et des chevaux, la compagnie Baro d'Evel signe un spectacle de cirque sans prétention où les fragilités deviennent des forces.

Nadja Pobel | Mardi 9 juin 2015

Photo : Arthur Bramao


Il entre le premier et, seul en scène, le cheval indique que Bestias n'est pas tout à fait un spectacle d'homme à homme. Il va falloir compter sur lui comme sur ces oiseaux dont, pour l'instant, seuls les piaillements nous parviennent. Camille Decourtye et Blaï Mateu Trias, qui se sont rencontrés au Centre National des Arts du Cirque de Châlons-en-Champagne, ont une vision de leur art qui sort des sentiers battus. Très peu de performances acrobatiques au programme, mais une rencontre avec ces volatiles et deux imposants équidés, une petite fille et quelques musiciens troubadours.

Que font-ils ? Pas grand chose, comme l'un d'eux le dit à plusieurs reprises en manifestant son ennui. Mais c'est précisément ce refus de se confronter à un tempo très relevé qui fait la force tranquille de Bestias. La troupe suit son rythme avec ces hommes momentanément désarticulés. Drôles, ils prennent des airs de danseurs et entament même une chorégraphie à quatre puis cinq qui apporte du liant à cette heure et demi faite de décalages et de trébuchements.

C'est que l'homme, pour la compagnie Baro d'Evel («grand dieu» en manouche), est un animal comme les autres ; il ne maîtrise pas tout et réagit à l'instinct. Si le numéro de quasi domptage du cheval paraît trop académique et didactique, c'est quand les circassiens se (con)fondent avec l'animal qu'ils sont le plus touchant, notamment lorsque la femme aux oiseaux s'agrippe elle-même, en second plan d'une action, à une des structures du chapiteau. De même pour cet homme se roulant dans la paille au point de construire un nid. En douceur, sans grand barouf, cette troupe s'ébroue et abolit les frontières entre l'homme et la bête.

Bestias- Compagnie Baro d'Evel from Les Nuits de Fourvière on Vimeo.

Nadja Pobel

Bestias
Au parc de Lacroix-Laval, dans le cadre des Nuits de Fourvière, jusqu'au mercredi 17 juin


Bestias

Par la Cie Baro d'Evel. Bestiaire mythologique et merveilleux
Domaine de Lacroix-Laval Route de Saint-Bel Marcy-L'Étoile
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le magnétisme animal de Baro d'Evel

Le Festival d'Alba | Du cirque, encore ? Oui ! Cette discipline ne cesse de se réinventer et d'investir les théâtres pour la seule raison valable qui soit : la (...)

Nadja Pobel | Mardi 21 juin 2016

Le magnétisme animal de Baro d'Evel

Du cirque, encore ? Oui ! Cette discipline ne cesse de se réinventer et d'investir les théâtres pour la seule raison valable qui soit : la qualité des (certains) spectacles. Retour aux sources, à Alba la Romaine : cette séduisante petite ville antique et médiévale accueille à l'année La Cascade, le pôle national des arts du cirque emmené par Alain Reynaud, auteur l'an dernier d'une création sur le cycle, Roue libre. Cette année, dix-sept spectacles seront accueillis dont l'intriguant Ours et le roitelet de la marionnettiste de grand talent Émilie Valantin, le maîtrisé (techniquement) mais manquant de liant narratif et de fluidité No/more de la Tournoyante ; ou encore, Bestias. Délicate, menée par le couple Camille Decourtye et Blaï Mateu Trias, et même épisodiquement leur fille, cette fable circassienne est aussi composée à partir des mouvements de chevaux, de poules et d'oiseaux (six perruches et un corbeau-pie) ! L'homme ne surplombe pas tout et ne domine pas son monde à coups de démonstrations acrobatiques. Pas d’esbroufe ici sinon celle d'une précision

Continuer à lire