Ibrahim Maalouf : « Je n'aimais pas la trompette »

Entretien avec Ibrahim Maalouf, trompettiste franco-libanais. À mi-chemin entre le jazz et la musique orientale, ses deux premiers albums ont été acclamés par la critique. Sur scène, c'est accompagné de son quintet qu'il propose de redécouvrir sa musique, dans une version plus rock. Propos recueillis par Laurence Magnaudet

Vous êtes issu d'une famille de musiciens. La musique a été une évidence pour vous ?

Ibrahim Maalouf : Oui et non. Mon père m'a appris la trompette très tôt, mais j'avais envie de faire autre chose. Je voulais devenir architecte. Et puis j'ai intégré le Conservatoire national supérieur de musique de Paris, et j'ai commencé à participer aux concours internationaux. Je me disais que je devais aller le plus loin possible dans ce que je pouvais faire dans le registre classique. Je l'ai fait. Et puis j'ai voulu arrêter.

Arrêter la musique ? Pourquoi ?

D'abord je n'aimais pas la trompette. J'en ai fait parce que c'était l'instrument de mon père et que j'avais des facilités. Mais je trouvais le son trop dur. Si aujourd'hui je devais refaire d'un instrument, ce serait quelque chose de plus doux, comme le piano ou la guitare. La trompette, ça peut être doux, mais à l'époque, je ne le savais pas.

Et finalement, vous avez décidé de continuer, mais dans un autre registre...

Oui. J'ai rencontré Maurice André, qui m'a dit de trouver mon propre son. J'ai repris la trompette, mais en travaillant pour moi. Je me suis mis à composer de petites choses. J'ai travaillé avec de nombreux artistes. J'ai notamment joué avec Lhasa, sur l'album The Living Road. Et là, je me suis dit que j'avais peut-être quelque chose à dire dans d'autres musiques.

C'est ce que vous avez fait sur votre premier disque, Diaspora. Il a été difficile à produire ?

Oui ! Personne ne voulait le produire. On m'a proposé de faire autre chose, une sorte de “Gotan Project oriental“. C'était hors de question. Je voulais faire mon disque ou rien. J'ai monté mon propre label, Mi'ster productions, je me suis endetté. Et j'ai été aidé par le Fonds d'Action de la Sacem. Et puis finalement, on a réussi à sortir le disque et ça a été un succès.

Ce premier album a été étiqueté jazz. Mais en réalité, il mélange de nombreux genres : musiques orientales, électro... C'était votre idée dès le départ ?

Non, c'est venu naturellement, c'est juste ma musique. Quand je parle en français, j'ai un accent, des intonations qui viennent du Liban. Pour la musique c'est la même chose. Je ne peux pas faire autrement. C'est ma musique, elle est comme ça.

Le son de l'album, je l'ai trouvé la veille du mastering. J'ai l'habitude de composer dans la rue, avec mon casque. Quand j'écoutais le disque, je trouvais que quelque chose manquait. Je suis parti faire un tour pour y réfléchir, et j'ai compris que c'était tous ces bruits de la rue qui manquaient sur l'enregistrement. On les a ajoutés sur la musique, et là, c'était le son que je voulais.

Le second album, Diachronism, est très différent. Sur celui-ci, vous avez choisi de séparer les univers en divisant l'album en deux disques...

Les deux disques sont très différents mais j'ai voulu les sortir ensemble. Je ne voulais pas faire un album qui dure trente minutes, par respect pour ceux qui l'achètent. Mais je voulais amener les gens à les écouter séparément. Parce que ce sont deux disques différents, à écouter dans deux états d'esprit différents.

Comment abordez-vous la scène ?

Ce qu'on propose sur scène est très différent des albums. On doit jouer un ou deux titres des disques, et encore, dans des versions complètement modifiées. Sur scène, c'est beaucoup plus rock. Si les gens viennent pour entendre le disque, ils peuvent être déçus. Lors d'un concert, un homme est même parti en hurlant à l'escroquerie. La scène et les disques, ce sont deux univers totalement distincts. Mais j'espère que cette partie de ma musique séduit aussi.

Et aujourd'hui, quels sont vos projets ?

Je travaille sur plusieurs chantiers en même temps. Le second album, je l'avais commencé avant même que le premier ne sorte. Aujourd'hui, c'est la même chose. Je travaille sur mon troisième disque, qui sera complètement différent. Et j'ai déjà commencé le quatrième album...

Ibrahim Maalouf
Vendredi 3 décembre à 20h, à la Rampe (Echirolles).

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 16 octobre 2019 Les rock stars existent dans tous les domaines musicaux, même en jazz. La preuve samedi 26 octobre sur la scène du Summum.
Mardi 29 novembre 2016 Le passionnant Ibrahim Maalouf revient à Grenoble avec ses musiciens pour un concert, plus pop que les précédents, dans l’immense Summum. Nous en avons profité pour poser quelques questions à celui qui, en dix ans d’une carrière fulgurante, est...
Dimanche 4 décembre 2016 En plus d'être un trompettiste virtuose doublé d'une véritable rock star (comme il le prouvera sur la scène du Summum), Ibrahim Maalouf est un professeur déterminé. Fervent défenseur de l'improvisation musicale, il se bat contre un enseignement...
Mardi 24 mars 2015 La programmation de Jazz à Vienne ? Du classique jamais trop classique, des habitués qui prennent le temps de se changer, des têtes d'affiches de tous ordres. Bref, Vienne tel qu'en lui même : ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre....
Mardi 15 avril 2014 Il y a quelques mois, Ibrahim Maalouf sortait son cinquième album, Illusions : un mélange détonnant de musiques traditionnelles orientales et de rock (...)
Jeudi 16 septembre 2010 «Ce qu'on propose sur scène est très différent des albums. On doit jouer un ou deux titres des disques, et encore, dans des versions complètement modifiées. Sur (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X