Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

Quelques heures de printemps

Un fils sort de prison et renoue des rapports électriques avec sa mère malade. Avec ce film poignant emmené par une mise en scène sans psychologie ni pathos et deux comédiens incroyables, Stéphane Brizé s’affirme comme un grand cinéaste. Christophe Chabert

C’est un malentendu qui persiste et qui s’agrandit : un fils, Alain, et sa mère, Yvette, deux échoués de la classe moyenne dans une banlieue pavillonnaire en Bourgogne. Lui vient de purger un an et demi de prison pour une connerie qui lui a coûté cher, elle souffre d’une tumeur au cerveau dont l’avancée inéluctable la pousse à envisager un suicide assisté en Suisse. Les voilà à nouveau sous le même toit, mais les épreuves ne les rapprochent pas ; au contraire, le fossé du ressentiment qui a toujours existé entre eux se creuse encore. Un ressentiment qui est surtout affaire de non-dits. Dans Mademoiselle Chambon, Stéphane Brizé mettait en scène des silences qui en disaient long sur le désir et le sentiment amoureux ; avec Quelques heures de printemps, le silence se fait douloureux, blessant, cruel. Commencé à la manière d’Un mauvais fils de Sautet, le film bifurque peu à peu vers un territoire qui lui est propre, où le cinéaste observe la dernière tentative de communication entre Alain et Yvette avec un vérisme constant (de l’accent des personnages à la déco des intérieurs, c’est une observation maniaque et en même temps discrète de cette France du milieu, ni riche, ni pauvre).

L’hiver des sentiments

Construit en longs plans-séquences qui ne sont dédramatisés qu’en apparence mais qui organisent en fait une chorégraphie subtile de l’action (les plombs qui sautent lors de la première visite d’Alain à son voisin, Yvette qui épluche des pommes face à ce même voisin), Quelques heures de printemps s’offre d’impressionnantes ruptures par des éclats de violence proprement terrifiants. Cette violence, seul mode de dialogue entre le fils et sa mère, prend tout son sens lors de la marche funèbre finale, où les vannes d’une émotion longtemps contenue se déversent enfin à l’écran. En cela, Brizé réussit un tour de force : sans jamais recourir à la psychologie grossière ou à l’identification doloriste, en gardant une constante sécheresse dans sa mise en scène, il signe un film vraiment poignant dont on ne sort pas indemne. Cette réussite, il la doit aussi à l’antagonisme de ses deux acteurs : la force renfrognée de Lindon, encore meilleur que d’habitude, face à ce bloc de fragilité physique et d’aigreur morale qu’incarne une Hélène Vincent immense, dont la prestation extrêmement technique est aussi un geste viscéral de comédienne engagée de tout son être dans son personnage. Grande actrice, grand film.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 15 juillet 2021 ★★★☆☆ / Une carrosserie parfaitement lustrée et polie, un moteur qui rugit mais atteint trop vite sa vitesse de croisière pépère… En apparence du même métal que Grave, son premier et précédent long métrage, le nouveau...
Mardi 23 mai 2017 Pour commémorer le centenaire de sa disparition, Jacques Doillon statufie Auguste Rodin dans ses œuvres. L’incandescence contenue de Vincent Lindon et le feu d’Izïa Higelin tempèrent heureusement une mise en scène par trop classique. En lice à...
Mardi 22 novembre 2016 Une ingénue sort du couvent pour se marier et mener une existence emplie de trahisons et de désenchantements. Maupassant inspire Stéphane Brizé, réalisateur de l'acclamé "La Loi du marché", pour un récit ascétique situé dans un XIXe siècle...
Mardi 19 janvier 2016 S’inspirant de l’affaire de l’Arche de Zoé, Joachim Lafosse confie à un Vincent Lindon vibrant un rôle d’humanitaire exalté prêt à tout pour exfiltrer des orphelins africains. L’année 2016 pourrait bien être aussi faste que la précédente pour le...
Lundi 18 mai 2015 Comment un chômeur de longue durée se retrouve vigile et fait l’expérience d’une nouvelle forme d’aliénation par le travail : un pamphlet de Stéphane Brizé, radical dans son dispositif comme dans son propos, avec un fabuleux Vincent...
Mardi 31 mars 2015 Même si elle traduit un certain regain de forme de la part de Benoît Jacquot, cette nouvelle version du roman d’Octave Mirbeau a du mal à tenir ses promesses initiales, à l’inverse d’une Léa Seydoux épatante de bout en bout. Christophe Chabert
Mardi 4 février 2014 De Fred Cavayé (Fr, 1h30) avec Vincent Lindon, Gilles Lellouche…
Mercredi 10 juillet 2013 De Claire Denis (Fr, 1h40) avec Vincent Lindon, Chiara Mastroianni…
Jeudi 1 novembre 2012 d'Alice Winocour (Fr, 1h41) avec Vincent Lindon, Soko, Chiara Mastroianni…
Mercredi 26 septembre 2012 Avec ce beau film intime et douloureux, Jaime Rosales réussit à conserver la radicalité formelle de son cinéma tout en y faisant entrer une émotion pudique, donnant sa définition très personnelle du mélodrame. Christophe Chabert
Lundi 17 septembre 2012 Rencontre avec Stéphane Brizé, réalisateur de "Quelques heures de printemps", cinquième film de cet amoureux des silences gênés, des plans séquences qui donnent le «vertige» et d’un cinéma qui créerait des émotions (fortes). Propos recueillis par...
Vendredi 4 novembre 2011 De Philippe Lioret (Fr, 2h) avec Marie Gillain, Vincent Lindon…
Mardi 14 juin 2011 Alain Cavalier, Président de la République, nomme Vincent Lindon Premier ministre, tâche qu’il prend très au sérieux, au point de se lancer dans la course à l’investiture contre son mentor. Ce n’est que du cinéma, bien sûr, mais à ce point...
Samedi 10 octobre 2009 De Stéphane Brizé (Fr, 1h41) avec Vincent Lindon, Sandrine Kiberlain…
Jeudi 5 mars 2009 Une nouvelle fois, Philippe Lioret nous touche en plein cœur, à la grâce d’une foi cinématographique totale en son sujet.

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter