"S'il se passe quelque chose" : drôlerie extrême

Vincent Dedienne / "S'il se passe quelque chose"

TMG - Théâtre 145

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Théâtre / "Le Petit Bulletin" a vingt ans, et les fête en grandes pompes. Notamment en programmant un spectacle au Théâtre 145, en coréalisation avec le Tricycle. Notre choix s’est porté sur le "S’il se passe quelque chose" du jeune Vincent Dedienne : une création théâtrale à l’humour mitraillette conçue par un auteur-interprète bluffant, tant dans l’écriture que dans le jeu. Tout simplement immanquable.

Formé à l’École de la Comédie de Saint-Étienne, Vincent Dedienne est ce que l’on appelle communément un comédien. Du Hugo, du Molière, mais aussi du Guibert : il a un CV qui produit son petit effet. Qu’un artiste au parcours classique se lance dans le one-man-show a quelque chose de surprenant. Et, dans ce cas précis, de captivant.

Car il y a beaucoup de théâtre dans ce S’il se passe quelque chose. Un supplément d’âme (et de culture) qui se diffuse d’emblée sur le plateau, dès les premiers mots prononcés – ceux de Marguerite Duras. D’où l’idée que Vincent Dedienne ne fasse pas un one-man-show (terme sans doute trop connoté à ses yeux), mais un seul-en-scène (c’est même marqué sur l’affiche). Un glissement sémantique très Télérama comme dirait Gaspard Proust, qui devient une évidence ici. Oui, S’il se passe quelque chose est bien une pièce de théâtre, et Vincent Dedienne en est l’auteur-interprète ainsi que le sujet principal.

« Mon autoportrait »

Pendant 1h30, Vincent Dedienne parle donc de lui (« un sujet qui n’a jamais été abordé au théâtre »), évoquant tour à tour sa naissance en petit pamplemousse orphelin, son enfance à Mâcon (« une ville à l’image de la mort »), sa rencontre avec le théâtre, avec l’amour... Le tout porté par une écriture acérée qui renvoie dans les cordes bon nombre de comiques plus enclins à la blague facile qu’à la recherche d’une harmonie littéraire qui tienne toute la représentation.

Se référant allégrement aux stars du rire qu’il adore, notamment dans les quelques sketchs qui émaillent le spectacle (on pense par exemple à Muriel Robin lisant Brel lorsqu’il incarne la sœur de Marie-Antoinette venant de recevoir la fameuse lettre-testament), Vincent Dedienne propose un style qui lui est propre, tout en allusions et réappropriations.

Premier spectacle créé en mai dernier à Paris (mais dont on avait pu découvrir une ébauche en octobre 2011 au feu Fitzcarraldo), S'il se passe quelque chose commence à connaître son petit succès, François Rollin, l’un des maîtres incontestés de l’humour haut de gamme, ayant apporté sa patte ces derniers mois. Niveau gage de qualité, on a connu pire.

S'il se passe quelque chose, lundi 24 février à 20h au Tricycle / Théâtre 145. Dans le cadre des 20 ans du Petit Bulletin.

Réservation sur www.digitick.com

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 6 novembre 2018 En adaptant "Ervart ou les derniers jours de Frédéric Nietzsche", texte abracadabrantesque de l’auteur contemporain Hervé Blutsch, le metteur en scène Laurent Fréchuret livre un spectacle poussif dans lequel la soi-disant loufoquerie vire...
Dimanche 13 septembre 2015 Une sélection à base de Professeur Rollin, de Vincent Dedienne, d'Alex Lutz et même de Fills Monkey. Aurélien Martinez et Benjamin Mialot
Dimanche 14 septembre 2014 Le jeune comédien, que le Petit Bulletin Grenoble avait programmé dans le cadre des 20 ans du journal, vient de décrocher une chronique dans l'émission de Maïtena Biraben, en remplacement de Stéphane De Groodt. Présentation
Mardi 10 juin 2014 Depuis sa création il y a un an à Paris, S’il se passe quelque chose, le seul-en-scène du jeune comédien Vincent Dedienne, fait beaucoup parler de lui – en (...)
Mardi 18 février 2014 Et si l’humour et le théâtre se réconciliaient ? C’est ce que propose le jeune comédien Vincent Dedienne avec son spectacle "S’il se passe quelque chose" : un seul-en-scène alternant sketchs savoureux et textes plus personnels. Un véritable bijou,...
Jeudi 20 octobre 2011 Jeune comédien que l’on a pu croiser dans plusieurs pièces d’auteurs décédés depuis bien longtemps (notamment Le Roi s’amuse de Victor Hugo par François (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X